De la difficulté d'enquêter sur le harcèlement sexuel dans les medias
making-of

De la difficulté d'enquêter sur le harcèlement sexuel dans les medias

"Je ne suis pas sûre que mon affaire rentre dans le cadre de votre enquête"

Réservé à nos abonné.e.s
Le 16 octobre dernier, au lendemain de la naissance du hashtag #BalanceTonPorc, nous avons publié sur Twitter plusieurs appels à témoignages destinés aux femmes qui voudraient en dire plus sur le harcèlement et les agressions sexuelles dans le monde des medias. Cela nous a permis de publier une première enquête, sur une agression sexuelle dans une école de journalisme. Cela nous a aussi permis de mesurer la difficulté d'enquêter sur le sujet.




"Il y a une affaire assez grave dans cette rédaction". Au téléphone, ce 19 octobre, un confrère me raconte l'histoire suivante : après avoir harcelé sexuellement une femme pendant des mois, un journaliste d'une rédaction audiovisuelle a été licencié. "On ne se connait pas, on ne s'est jamais parlé" me lance-t-il à la fin.

L'histoire, telle que nous sommes parvenus à la reconstituer, est en effet grave : en 2016, dans la rédaction d'une chaîne d'info, Paul*, rédacteur en chef, drague l'une de ses employées, Marie. Il lui propose d'aller boire des cafés. Lui dit qu'elle a des jupes courtes, "mais qu'il n'est pas contre...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.