Du journalisme à la politique : la parole aux transfuges
enquête

Du journalisme à la politique : la parole aux transfuges

"Travailler pour des politiques, c'est être un esclave de luxe"

Réservé à nos abonné.e.s
Si on peut s’interroger sur le choix des politiques à embrasser soudainement une carrière médiatique, l’inverse n’est pas un phénomène nouveau. En effet, comme nous le racontions hier, le cas de Bruno Roger-Petit, qui vient d’être nommé porte-parole de l’Élysée, est loin d’être isolé. Mais pourquoi, au juste, franchir la (relative) barrière entre monde politique et médiatique ? Réponses avec d’anciens journalistes passés de "l’autre côté".

Sans surprise, la nomination au poste de porte-parole de l’Élysée de Bruno Roger-Petit, ex-présentateur du JT d'Antenne 2 devenu chroniqueur pro-Macron pour Challenges, relance "le débat sur la porosité entre journalisme et politique" dixit ce matin Hélène Jouan dans son édito d'Europe 1. Pourtant, le phénomène n’a rien de nouveau. En 2013, nous avions déjà listé les noms de certains transfuges. Mais pourquoi choisir de quitter le journalisme pour une carrière auprès des politiques ? Nous avons posé la question à certains journalistes, plus ou moins bavards.

Parmi les moins bavards, Claude Sérillon. L&rsq...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.