16
Commentaires

Du journalisme à la politique : la parole aux transfuges

Si on peut s’interroger sur le choix des politiques à embrasser soudainement une carrière médiatique, l’inverse n’est pas un phénomène nouveau. En effet, comme nous le racontions hier, le cas de Bruno Roger-Petit, qui vient d’être nommé porte-parole de l’Élysée, est loin d’être isolé. Mais pourquoi, au juste, franchir la (relative) barrière entre monde politique et médiatique ? Réponses avec d’anciens journalistes passés de "l’autre côté".

Derniers commentaires

A la vérité ce journaliste a du lire avec attention le baron d'Holbach :
« Quel respect, quelle vénération ne devons-nous pas avoir pour ces êtres privilégiés que leur rang, leur naissance rend naturellement si fiers, en voyant le sacrifice généreux qu’ils font sans cesse de leur fierté, de leur hauteur, de leur amour-propre ! Ne poussent-ils pas tous les jours ce sublime abandon d’eux-mêmes jusqu’à remplir auprès du Prince les mêmes fonctions que le dernier des valets remplit auprès de son maître ? Ils ne trouvent rien de vil dans tout ce qu’ils font pour lui ; que dis-je ? Ils se glorifient des emplois les plus bas auprès de sa sacrée personne ; ils briguent nuit et jour le bonheur de lui être utiles, ils le gardent à vue, se rendent les ministres complaisants de ses plaisirs, prennent sur eux ses sottises ou s’empressent de les applaudir ; en un mot, un bon courtisan est tellement absorbé dans l’idée de son devoir, qu’il s’enorgueillit souvent de faire des choses auxquelles un honnête laquais ne voudrait jamais se prêter. L’esprit de l’Évangile est l’humilité ; le Fils de l’Homme nous a dit que celui qui s’exalte serait humilié ; l’inverse n’est pas moins sûr, et les gens de Cour suivent le précepte à la lettre. Ne soyons donc plus surpris si la Providence les récompense sans mesure de leur souplesse, et si leur abjection leur procure les honneurs, la richesse et le respect des Nations bien gouvernées. »

Essai sur l’art de ramper, à l’usage des Courtisans, Facéties philosophiques tirées des manuscrits de feu M. le baron d’Holbach
Paul Henri Dietrich d’Holbach (1723-1789)

classiques.uqac.ca/classiques/holbach_baron_d/art_de_ramper/dholbach_art_de_ramper.pdf

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

[quote=Selon lui, tous les conseillers en communication ont l’œil sur BFM. "Ils ont une vision à ultra court-terme via ce prisme déformant. Du coup, ils ont tendance à penser que la France entière voit et entend ces informations. Mais quelle est la véritable audience de BFM ?" Une audience marginale d'après lui.]

excellente remarque sur laquelle l’équipe d'@si devrait méditer un peu, voir l'imprimer sur A3 et l'afficher dans la redaction.

sinon très bon article, c'est propre avec des avis variés.
je pense que le petit ne fera pas long feu , porte parole est de toute façon un job qu'on ne peut faire qu'un temps, on finit tot ou tard par griller quelques neurones, burn outs en tous genres et dérapages... il faut accepter d’être schizophrène et esclave du pouvoir pour tenir sur la durée.
Macron. à qui certainement rien n'échappe, l'a peut-être engagé pour le seul plaisir de lui faire pisser du sang :o))
"Eux préfèrent commenter le match, ils sont doués pour expliquer aux politiques que leurs équipes sont nulles, mais ils n’ont pas les couilles de descendre dans l’arène".

On ne s'ennuie pas dans le petit monde étriqué et refermé de la politique et des médias.
«Le show Macron a beaucoup plu aux éditorialistes du monde d’avant, toujours en mal de nouveauté. Mais politiquement, ce même show a ruiné toutes les fondations potentielles du personnage. […] Macron est de ces nénuphars politiques qui émergent de temps à autre, portés par l’air du temps et des médias en mal de nouveaux personnages de roman mais qui, faute de racines, finissent par périr d’eux-mêmes…»

Bruno Roger-Petit. (Vu dans Libé)
Bravo Anne-Sophie et Romain d'avoir fait ce papier complet en si peu de temps. Les téléphones doivent être encore chaud :)
"La psyché des politiques n’a rien à voir avec la psyché des gens lambdas"

C'est plutôt bien vu, mais formulé avec une telle condescendance pour les citoyens...
On pourra aussi rappeler à Serge Faubert sa fantastique Une de France Soir avec des caricatures racistes de Mahomet. Il comptait sur un ramdam à la Charlie Hebdo, on avait installé des barrières devant le journal. Personne n'est venu manifester. Morne plaine pour une mauvaise idée.

Il comptait que Val le fasse citer au procès des caricatures de Charlie, il n'en a rien été.

Quand ça ne veut pas...
Françoise Degois, ex "grande gueule" de RMC, s'est légérement gauchisée depuis la mésaventure de Claire O'Petit, chouchoute de McRon. Quand on manque de neurones, mieux vau t les faire fructifier.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.