Denis Robert non coupable ? Merci l'Europe !
enquête

Denis Robert non coupable ? Merci l'Europe !

Les textes européens, plus protecteurs de la liberté d'expression que la loi française

Réservé à nos abonné.e.s
Denis Robert avait le droit de pousser très loin les accusations contre Clearstream, quitte à franchir les frontières de la diffamation, au sens où l'entend la loi française. Le sujet était trop important pour que quiconque puisse le lui reprocher. Voici, traduit en langage de tous les jours, ce qu'a décidé le 4 février la Cour de cassation, plus haute juridiction française.

La nouvelle a été traitée par la presse, mais n'a pas vraiment fait les gros titres. Et pourtant, cette décision judiciaire contredit une bonne partie de la jurisprudence française en matière de droit de la presse. Explications.


En trois arrêts rendus le même jour, la Cour de cassation a repoussé toutes les plaintes en diffamation de Clearstream contre le journaliste (aujourd'hui écrivain et peintre) Denis Robert. Il était poursuivi par la chambre de compensation luxembourgeoise pour l'avoir accusée, à plusieurs reprises, d'offrir la possibilité à ses clients de blanchir de l'argent sale. L'entreprise avait attaqué en j...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.