Coronavirus : la Chine fulmine contre le Wall Street Journal
article

Coronavirus : la Chine fulmine contre le Wall Street Journal

Les trois correspondants du quotidien financier américain sont expulsés

Réservé à nos abonné.e.s
Ce 19 février, le ministre des Affaires Étrangères chinois a retiré à trois journalistes du Wall Street Journal leur accréditation presse. En cause : un édito au titre jugé raciste, "La Chine est le véritable homme malade de l'Asie". Ces dernières semaines, les autorités chinoises ont multiplié les demandes officielles d'excuses auprès de médias occidentaux, qui traitent largement de l'épidémie du coronavirus.

Ils ont cinq jours pour quitter le pays. Trois journalistes du quotidien financier américain le Wall Street Journal se sont vus retirer ce mercredi 19 février leur accréditation presse par le ministère chinois des Affaires étrangères, leur laissant quelques jours à peine pour quitter le pays. Sont visés le chef-adjoint du bureau chinois Josh Chin, le reporter Chao Deng (tous deux Américains), ainsi que le reporter Philip Wen (Australien). Il s'agit de représailles après un édito du quotidien américain économique début février, dont le titre ("La Chine est le véritable homme malade de l'Asie") a été jugé raciste par les autorités chinoises : "Les Chinois ne souhaitent pas la bienvenue aux médias qui utilisent un langage r...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

La Poste : presse de droite ch. service public

Après trois décennies d'éditos favorables à la "restructuration" de la Poste

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.