COP21 / état d'urgence : marche annulée, appels à la désobéissance
Brève

COP21 / état d'urgence : marche annulée, appels à la désobéissance

Effet 13 novembre suite : la marche pour le climat prévue le 29 novembre à Paris n’aura finalement pas lieu. Le gouvernement a décidé d’annuler cette manifestation ainsi que l’action de masse prévue à l’issue des négociations de la COP21 le 12 décembre. Le gouvernement n’a en revanche pas interdit les autres événements dont le sommet citoyen pour le climat à Montreuil (93) les 5 et 6 décembre. Un paradoxe pour le responsable d’Alternatiba Txetx Etcheverry qui dénonce ces décisions.

Adieu marche pour le climat. Comme nous le racontions ici, depuis les attentats de Paris, l’avenir des mobilisations citoyennes pour faire pression sur les gouvernements en vue d’un accord ambitieux pour la COP21 étaient en suspens. Lundi matin, sur RTL, le premier ministre Manuel Valls avait estimé que la COP21 devait être "réduite aux négociations". Sur la sellette notamment : la grande marche qui devait rassembler à Paris des centaines de milliers de personnes le 29 novembre prochain ainsi qu’une grande action de masse le 12 décembre à l’issue des résultats des négociations. Cette dernière prévoyait des actions de désobéissance civile et des chaînes humaines sur la place de la République à Paris.

Une décision "difficile et qui décevra sans doute certains de ceux qui envisageaient d’y participer" indique le ministère des affaires étrangères cité par Le Monde mais, ajoute-t-il, "dans le contexte actuel, l’exigence de sécurité l’impose". Réponse de Juliette Rousseau, porte-parole de Coalition 21 qui regroupe près de 130 organisations – associations, ONG et syndicats – à l’origine de ces manifestations : "nous regrettons qu’aucune alternative n’ait été trouvée pour permettre nos mobilisations. Pour autant, nous sommes plus que jamais déterminés à faire entendre nos voix sur les questions de justice climatique".

Des alternatives ? Interrogé par @si, Txetx Etcheverry, responsable d’Alternatiba reçu sur notre plateau en octobre, assure que Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et président de la COP21, avait prétendu, lors de sa réunion mardi avec les militants, chercher des alternatives à la marche et notamment une manifestation statique. "Ce pouvait être dans un stade ou un hippodrome" explique Etcheverry. Au lieu de cela, la préfecture nous a signifié hier soir une fin de non recevoir". Certes les autres mobilisations n’ont pas été annulées et notamment le village des alternatives qui doit se tenir à Montreuil les 5 et 6 décembre.

"On nous confine à un événement bisounours"

Un paradoxe selon Etcheverry : "on nous confine à un événement bisounours en empêchant clairement les citoyens de faire pression sur les négociations. Interdire la manifestation du 12 décembre qui entend dénoncer un accord dont on sait qu’il ne respectera pas l’objectif de ne pas dépasser de 2°C le réchauffement de la planète est inadmissible. D’autant que nous sommes à plus de trois semaines de l’événement ! On ne va pas se faire museler ni par Daech ni par le gouvernement."

Depuis l’annonce de ces annulations, d’autres ONG ont également dénoncé l’attitude du gouvernement. Dans un communiqué envoyé aujourd’hui, Attac estime que "l’interdiction de la marche pour le climat du 29 novembre et des manifestations du 12 décembre à la fin de la COP 21, renforce le sentiment de dépossession et la confusion entre sécurité et ordre sécuritaire". Comme le signale le site de Politis, l’un de ses membres, l’économiste Maxime Combes, appelle à l’action sur son blog pour refuser "cet état de guerre permanent" : "ce n’est pas en demandant la permission que l’on écrit l’histoire !" écrit-il. Combes propose entre autre d’occuper une série de centres commerciaux ou encore "l’Espace Génération climat, au Bourget, où des animations sont prévues avec des multinationales". Politis cite également le mouvement Les désobéissants qui a d’ores et déjà déclaré "ne pas respecter l’interdiction de manifester le 29 novembre".

>> Un effet 13 novembre sur la COP 21 ? Visiblement, oui.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.