Comment les journalistes de Guam couvrent la menace nord-coréenne
article

Comment les journalistes de Guam couvrent la menace nord-coréenne

Prières, barbecue et fatalisme

Réservé à nos abonné.e.s
Comment les journalistes de l'île de Guam, au cœur des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord, couvrent-ils les menaces de Pyongyang ? En continuant de faire leur travail, avec un certain fatalisme. Et en conseillant à leurs lecteurs de s'abriter sous une table en cas d'attaque nucléaire.



"On est complètement dans l'inconnu. Est-ce que ça va se résoudre en discutant ? Que va-t-il se passer ? Personne ne sait". Dana Williams est rédactrice en chef du principal quotidien de Guam, le Pacific Daily News. Depuis quelques jours, cette petite île paradisiaque située dans le Pacifique, qui compte 160 000 habitants, est au cœur de l'actualité. Et pour cause : Pyongyang a affirmé vouloir envoyer plusieurs missiles à proximité de l'île, en réponse aux déclarations de Trump, qui a promis le "feu et la colère" à la Corée du Nord, si elle continuait à menacer les États-Unis.

Avec son équipe de 20 person...

Il vous reste 85% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.