Coïncidence : vers une abrogation du délit de blasphème en Alsace-Moselle
enquête

Coïncidence : vers une abrogation du délit de blasphème en Alsace-Moselle

Une proposition faite la veille de l'attentat contre Charlie Hebdo

Réservé à nos abonné.e.s
Le hasard est parfois étonnant. La veille de l'attentat contre Charlie Hebdo, des représentants des cultes catholique, protestant, juif et musulman ont demandé la suppression du délit de blasphème, hérité du droit allemand, et toujours en vigueur dans trois départements de l'Est de la France. Toujours en vigueur mais jamais appliqué : en 2013, une association avait tenté de faire condamner Charlie Hebdo pour blasphème, sans succès. Retour sur une spécificité méconnue.



Un délit de blasphème en France ? Non, ce n'est pas une blague qui figure dans le dernier Charlie Hebdo. C'est dans une dépêche AFP, en date du 12 janvier, qu'on l'a appris : la veille de l'attentat contre l'hebdomadaire, des représentants catholiques, protestants, juifs et musulmans de l'Est de la France proposaient de supprimer le délit de blasphème, "lors d'une audition commune à Paris devant l'Observatoire de la laïcité, une instance rattachée aux services du Premier ministre". Interrogé par l'AFP à ce sujet, le rapporteur général de l'observatoire, Nicolas Cadène, s'est félicité de cette proposition qui montre que ...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.