Ayrault et la "boule puante" : une affaire de 1997 refait surface
article

Ayrault et la "boule puante" : une affaire de 1997 refait surface

Mais la presse n'a pas mis le nez dans ses archives pour en fournir les détails

Réservé à nos abonné.e.s
C'est une "boule puante", une affaire "qui colle aux basques". Dans une déclaration à l'AFP, le presque premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré qu'il était un "honnête homme" et que sa "probité personnelle n'a jamais été mise en cause". Une mise au point effectuée au moment où sa condamnation en 1997 pour favoritisme refait surface.



Si la presse et les JT ont bien senti la boule puante en évoquant cette mise au point d'Ayrault, les médias ont curieusement rechigné à mettre le nez dans les archives pour expliquer dans le détail les raisons de sa condamnation à 6 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende. @si s'en est chargé.


Il y est presque. Fortement pressenti pour Matignon, Jean-Marc Ayrault sera fixé sur sa nomination mardi 15 mai, jour où François Hollande annoncera officiellement le nom de son Premier ministre. Mais le rappel de sa condamnation en 1997 pour favoritisme est venu perturber sa marche vers Matignon. Au point que le maire de Nantes s'est senti obligé de faire une...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.