Ayrault et la "boule puante" : une affaire de 1997 refait surface
article

Ayrault et la "boule puante" : une affaire de 1997 refait surface

Mais la presse n'a pas mis le nez dans ses archives pour en fournir les détails

Réservé à nos abonné.e.s
C'est une "boule puante", une affaire "qui colle aux basques". Dans une déclaration à l'AFP, le presque premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré qu'il était un "honnête homme" et que sa "probité personnelle n'a jamais été mise en cause". Une mise au point effectuée au moment où sa condamnation en 1997 pour favoritisme refait surface.
101
101 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Ayrault et la "boule puante" : une affaire de 1997 refait surface

C'est une "boule puante", une affaire "qui colle aux basques". Dans une déclaration à l'AFP, le presque premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré qu'il était un "honnête homme" et que sa "probité personnelle n'a jamais été mise en cause". Une mise au point effectuée au moment où sa condamnation en 1997 pour favoritisme refait surface.

Derniers commentaires

Un "vrai journaliste" (asi n'en manque pas) pourrait-il nous expliquer comment Ayrault a pu être réhabilité trois mois avant la loi d'amnistie ?
il a fait une connerie de choisir Ayrault...Il va falloir ramer avec ça pendant des mois....
A ceux qui nous les briseront avec cette histoire nous pourrons toujours leur répondre: "t'as raison c'était mieux avant"
Pourquoi les journalistes n'ont pas le droit d'en parler (si j'ai bien compris) et ne font que ça lorsqu'ils abordent la description du premier ministre ? (En rapportant les propos de Morano notamment). Le csa ne devraient-ils pas adresser quelques blâmes ?
"Je n'aurai pas autour de moi à l'Élysée des personnes jugées et condamnées".
C'est fait. promesse [s]d'ivrogne[/s] restons corrects, "il" est le président de la République.
oups ce n'est pas à l'Élysée mais à Matignon...
gamma
Et si on signait cette pétition qui soutient Eva Joly pour qu'elle soit nommée dans le prochain gouvernement :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Eva_Joly_Ministre_de_la_Justice//?tta

On franchirait un pas vers la moralisation de la vie politique indispensable à la survie de notre démocratie.

Martine
Eolas a modifié son article : "La loi n°2007-597 a été publiée au JO du 7 mars 2007, l’article 43 est donc entré en vigueur le 7 mars 2008. ...La réhabilitation a donc eu lieu le 19 février 2008, soit trois semaines avant l’entrée en vigueur de la loi nouvelle. Pfiou."

Notre futur PM a donc un casier vierge, comme à Lourdes.
Eolas en rajoute une couche :
Pauvre Ayrault hollandiste.
gnégné
gamma
Je n'ai aucune sympathie ni inimitié particulière pour monsieur Ayrault. Je ne le connais pas. Et j'ai voté Bayrou au 1er tour et me suis retenu de ne pas voter blanc au 2e tour. Mais je pense qu'ASI comme certains autres organes contribuent, alors que les ministrables ne sont même pas encore nommés, à produire cette impression détestable de "tous pourris". Ne tombez-vous pas dans le piège du syndrome Nafissatou Diallo? Si l'on fouille les poubelles de quelqu'un, femme de chambre ou personnalité politique, en remontant quinze ou vingt ans en arrière, on dénichera toujours quelque chose à reprocher à un individu. Imaginez un responsable politique qui manie des budgets qui "brûlent les doigts" et qui doit gérer des pressions (de temps, d'argent, de collaborateurs, d'amis) parfois complexes. Oui il peut faire des erreurs et M. Ayrault en a probablement commises. Est-il amoral pour autant ? Je ne le crois pas. Mettre sur le même plan, insidieusement, une affaire comme celle-ci montée en épingle à coups de "manchettes" et des malversations autrement plus graves comme celles qui ont entouré l'Ex-ministre du Budget sous Sarkozy (qui lui n'a jamais été condamné il me semble), ou pire, celle de Karachi, je ne suis pas d'accord. Arrêtez avec le tous pourris, pitié !
L'empressement du PS local et des collectivités tenues par le PS pour que la résistance au projet d'aéroport cesse temporairement
est pathétique.
Plus de 10 ans sans un regard pour les opposants avec une constance dans le mensonge et là, pour qu' Ayrault soit premier ministre,
tous les godillots ligériens le doigt sur la couture du pantalon promettent que l'on va attendre un peu...



PS: Combien a coûté aux nantais la décision brutale de nommer Blaise? 120 000 euros de dédommagements
Ayrault ce n'est pas le tramway, c'est le BusWay (Bus dont seule la voie est propre)
Rappelez vous Khadaffi à l'Assemblée nationale, le PS Ayrault en tête a déserté, la résistance c'était en 1789!
On trouve ça dans Le Point:

"La condamnation en 1997 de Jean-Marc Ayrault pour favoritisme qui a refait surface publiquement jeudi a été "anéantie par une réhabilitation intervenue en 2007", et "l'invoquer" revient à se mettre "en infraction avec la loi pénale", a précisé vendredi Me Jean-Pierre Mignard, avocat du député-maire de Nantes."

@si pourrait nous dire en quoi consiste cette réhabilitation?

(désolée, j'avais pas vu que la réponse était plus haut)

(Enfin... pas vraiment)
Hollande est devant un choix de m...
Ayrault est un ex-condamné.
Vals est un libéral arriviste.
Aubry est son ennemie.
Mélenchon le méprise.
DSK presque en prison.

Il lui reste quoi ?

Un joker ? Et probablement un plantage aux législatives qui remettra tout en question.
Comme le signale I-Télé, c'est sans doute à Franck Louvrier que revient la paternité de cette "boule puante". Dans une interview à Ouest-France, l'ex directeur de la commutation de Sarkozy rappelle, dès le 6 mai, qu'Hollande s'est engagé à ne pas nommer "autour de lui des personnes jugées et condamnées. Or jean-Marc Ayrault a été condamné en 1997".
Si Hollande s'etait entouré de tant de precaution, c'est qu'il doutait dejà de la moralité de ses troupes !
N'est ce pas DSK ?
La condamnation ancienne d'Ayrault a été "anéantie par une réhabilitation en 2007"

"Nul ne peut plus invoquer" la condamnation "sans être en infraction avec la loi", selon Me Jean-Pierre Mignard.
Jean-Pierre Elkabbach complète d'entrée sa question avec cette interrogation : à qui profite la délation ?

Penserait-il à Martine Aubry, puisque c'est celle qui est présentée comme concurrente directe de Jean-Marc Ayrault ?

Dans tous les cas, François Hollande, quoi qu'il lui en coûte, ne doit pas se dédire, c'est évident. Et donc ne pas choisir Jean-Marc Ayrault.

Dans l'article du JDD, personne ne l'a obligé à déclarer de manière aussi absolue et sans nuances :

Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées.

(La phrase précédente parle de faits de corruption concernant des élus socialistes, mais le raisonnement qui suit en est indépendant).

Il poursuit plus loin : Je dis la règle que je ferai respecter. Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer.

En relisant cet article, une autre phrase me semble particulièrement imprudente : Je ne ferai aucun déplacement officiel en Afrique avec tel ou tel personnage controversé.

Bon courage à lui...
La gauche n'a pas fini !
Nous ne sommes plus à l'époque de Mitterand, où rien ne filtrait ...
Aujourd'hui, tout se sait !
Il va avoir du mal à trouver un premier ministre "propre", du moins jusqu'à la cohabitation ... (apres les legislatives ! )
Ayrault premier ministre/mensonge de l'air Hollande? Ce serait affligeant de le voir renier ce qu'il disait il y a à peine un mois, à savoir "je ne m'entourerai pas de personnes jugées et condamnées". Dommage de donner raison dès son entrée en fonction à Sarko, lui qui a passé 2h30 la semaine dernière à traiter notre François national de "menteur"... Tout cela donnerait du grain à moudre aux bretteurs de l'UMP, à base de "vous voyez, il n'aura même pas attendu 24h pour trahir la parole donnée, notre bien-aimé nabot avait vu juste", et aux frontistes qui se feraient une joie de nous rappeler leur fumeux UMPS : droite, gauche, deux partis unis dans le mensonge.
La côte de Martine ne semble pas pour autant s'envoler, ce qu'en bon lillois je regrette profondément...
Vous faites pas de bile.
Pouët-France, Presse Océan et les autres journaux d'INFORMATION objective de la région nantaise vont nous sortir des "enquêquêtes",
de l'investigation, de l'approfondissement comme ils en ont le secret depuis, depuis, depuis, oh là là, ça remonte...!
Suffit d'attendre. On saura tout. Tout. Faites leur confiance.
Je viens de voir Pater d'Alain Cavalier. Je pense au passage où Lindon voudrait qu'on fasse payer plein pot tout élu qui vole un euro des caisses publiques. Ce qui me scandalise, c'est que la justice qui les condamne - donc reconnaît la fraude - ne leur interdise pas prioritairement de se présenter aux élections, ne les oblige pas à démissionner de tous leurs mandats.
A tous ceux qui pensent que la gauche n'a pas les mêmes pratiques que la droite, hélas, vous êtes un peu bisounours, sans vouloir vexer personne.
Dans le domaine qui m'intéresse, et sur lequel j'enquête régulièrement, c'est-à-dire la protection du patrimoine et les musées, je peux vous dire qu'on trouve des élus, disons "indélicats" (le terme est gentil), dans les deux camps. Et de bons élus également dans les deux camps. Si vous saviez le nombre de pressions politiques pour favoriser le copain bétonneur qu'on constate un peu partout. Ce serait vraiment bien, et rassurant, de constater que la gauche est vertueuse et la droite non. Mais ce n'est pas le cas...
Aucun besoin de boule puante pour ne pas vouloir d’Ayrault, le faux gentil.

Ce grand bâtisseur est aussi un grand destructeur, pour la plus grande joie des bétonneurs.

Destructeur de la mixité sociale, avec tous les pauvres qu’il a chassés du centre ville pour faire place aux bobos de gauche comme de droite. Allez donc voir dans l’ancien quartier des Olivettes.

Promoteur d’un culture chic et choc, avec Blaise du Lieu Unique et Royal de Luxe. Les autres cultureux n’ont que des miettes, s’il en reste. Demandez donc à Jean Kergrist.

http://www.lalettrealulu.com/Canal-plus-Le-comedien-joue-des-pieces-roses_a1398.html

Cette vision gaucharistocrate de la culture, on en avait eu un bel exemple avec l’inauguration du cargo Melquiades, une aventure de RdL. Au lieu de faire ça discrètement dans un salon de la mairie, qui n’en manque pas, la gentry municipalo-politico-médiatoc s’était exhibée dans la cale du bateau, transformée en rue-de-Nantes-ma-chère. Sous les yeux du peuple qui n’aurait droit de descendre dans la cale que le lendemain. Les gens du bas en haut, les gens de la haute en bas, seul ce paradoxe m’avait fait rire.

Son Ayraultport est une lubie mégalo née avec d’autres au moment où la crise, en 1973, se mettait sur les rails pour n’en jamais dérailler. C’est un train fou qui va sombrer dans le déficit car le transport aérien, à cause de la raréfaction de la ressource pétrolière, est appelé à moyen terme à se réduire. Et Chateau-Bougon est loin de la saturation. Ou, mais, en attendant, il aura engraissé Vinci et ruiné les finances publiques. Et libéré les terrains de l’« ancien » aérodrome pour faire marcher là aussi les bétonneuses. De Vinci, bien sûr.
Merci à @si pour ces précisions.
et alors ?
on s'est bien passé de premier ministre pendant 5 ans
Dans les années 1980/1990 les collectivités jouaient avec les associations de manière massive et les juges financiers de la Cour de Compte et des Chambres régionales des Comptes étaient particulièrement attentives à leur emploi : des dizaines et des dizaines d'hommes politiques se sont fait taper sur les doigts à cause de ça.
Par exemple : Eric Woerth qui avait vu son élection annulée parce qu'il dirigeait une association que le juge avait considérée comme étant transparente - c'est à dire que l'association n'était qu'un "paravent" à l'activité menée par la collectivité, association qui malgré sa personnalité juridique n'était en fait qu'un simple démembrement de l'administration, un service de la personne publique. Beaucoup s'y sont laissées prendre.
Ca fait tâche, mais il est loin d'être le seul homme politique à s'être fait prendre face à la tentation de l'utilisation des associations.
Pour fréquenter les collectivités locales, on a tout de même souvent des problèmes avec des appels d'offres, c'est lourd de faire des appels d'offres pour tout et pour rien, et quand on a besoin de réactivité, c'est compliqué, parce qu'un appel d'offres prend 2 mois entre l'émission du besoin et la conclusion du marché.

Par ailleurs la gestion en régie est souvent un casse-tête, il faut créer des budgets annexes, etc.
Je me demandais aussi pourquoi on avait si peu d'éclairage sur la situation. Merci Sébastien Rochat.
Bon ! Merci de ces précisions !

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.