Nantes : traitement de (dé)faveur pour presse indépendante
article

Nantes : traitement de (dé)faveur pour presse indépendante

Réservé à nos abonné.e.s
Samedi, peu avant la visite de trois ministres à Nantes à l'occasion de l'incendie de la cathédrale de la ville, deux journalistes indépendantes ont été exclues de la zone presse. Elles ne disposaient pas de l'accréditation nécessaire, mais ont eu droit à un traitement spécial. Pour elles, il ne fait pas de doute que leurs articles sur les mouvements sociaux nantais en sont la cause, ce que conteste la préfecture.

Elsa Gambin et Marion Lopez ont visiblement des têtes connues de la police nantaise. Samedi, alors que ces deux journalistes indépendantes couvraient l'incendie de la cathédrale de la ville, elles ont été éjectées du carré des journalistes attendant l'arrivée sur place de trois ministres (Roselyne Bachelot, Gérald Darmanin et Jean Castex). Gambin et Lopez, toutes deux en possession de leur carte de presse, reconnaissent qu'elles n'étaient pas accréditées pour l'événement. Mais disent avoir été spécifiquement ciblées, sans même que l'on vérifie si elles étaient accréditées ou non. 

Brigade cynophile pour sacs de journalistes

"Samedi, nous étions sur le pont depuis le matin avec Marion Lopez pour couvrir l'incendie de la cathédrale [Saint-...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.