DSK blanchi, la crise continue.
Le matinaute
Le matinaute
chronique

DSK blanchi, la crise continue.


DSK blanchi ! Ouf.

Cette fois, la nouvelle vaut l'ouverture triomphale des 20 Heures du dimanche soir (lesquels 20 heures avaient été beaucoup plus discrets quand avaient éclaté les accusations du Wall Street Journal). "Au moins, il n'a pas menti" se félicitent les soulagés. La classe politique française unanime se réjouit. Unanime ? Presque. Conviée avec insistance par Aphatie à faire preuve, elle aussi, de son soulagement, Royal refuse obstinément de citer le nom de DSK (écoutez l'interview).

DSK est blanchi. L'affaire n'aura tenu, pour les hebdos, que le temps d'une couverture. Même le web, pour une fois, aura été raisonnable. Une méchante vidéo a bien fait son apparition, dans laquelle une jeune femme accusait un homme politique au nom bipé de l'avoir poursuivie de ses lourdes avances, voici plusieurs années. Mais cette video, étrangement, n'a pas buzzé. La faute aux bips ? Le buzz n'aime-t-il pas les videos bipées ? Ou bien le Web, dans sa grande sagesse, a-t-il perçu derrière l'apparition de cette video un complot anti-DSK ? Lisez l'analyse d'André Gunthert, sur son blog.

DSK est blanchi. On va pouvoir recommencer à s'intéresser aux affaires secondaires. Le Congrès socialiste de Reims se prépare à changer la face du XXIème siècle. Et les bourses asiatiques plongent, mais on a l'habitude.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.