Arnaud Stephan, le cordial "droitard" de LCI
article

Arnaud Stephan, le cordial "droitard" de LCI

Offert par le vote des abonné.e.s
Nouveau chroniqueur de la matinale de LCI, Arnaud Stephan y est présenté comme "ex conseiller" et "communicant". C'est aussi un ancien militant de la droite nationaliste, satellite du FN et ex-dircom' de Marion Maréchal-Le Pen, qui rêvait de marier la droite à l'extrême-droite.

Ce lundi 22 août, la matinale de LCI faisait sa rentrée. Comme il est d'usage après chaque saison et un mercato journalistique souvent agité, la grande première est l'occasion de voir qui a changé de case, de chaîne, ou de poste. Surprise, sur la tranche 8h30 - 10h, désormais animée par Marie-Aline Méliyi : la présence d'Arnaud Stéphan, cet "ancien conseiller" - de qui?- que LCI nous présente plus volontiers comme "communicant" et que l'on avait pris l'habitude d'entendre en périphérie de la grille télévisuelle, le vendredi de 23h à minuit, où il ferraillait avec Yaël Goosz, chef du service politique d'Inter, à l'heure où la France s'endort sur son canapé. Pour sa première, Stephan est parfaitement détendu, souriant, avenant. Le plateau ronronne.

Communicant, Arnaud Stephan-c'est un pseudo- l'a indéniablement été dans sa vie antérieure. Ancien conseiller, certainement. Et pas de n'importe qui: de Marion Maréchal- Le Pen, comme il l'écrit fièrement en tête de sa bio Twitter. Entre 2012 et 2017, il est son dircom', son collaborateur parlementaire, son "porte-bagages", tel qu'il le décrira à L'Obs en 2015. On comprend la pudeur de LCI à ne pas rappeler cette ligne, pourtant majeure, de son CV. Paradoxalement, Stephan s'agace lorsque d'autres en font mention. En mars dernier, alors qu'il intervient déjà régulièrement sur LCI, un twittos spécialisé dans "l'extrême droite et sa banalisation", Marc Gral ,repère l'oubli de la chaîne et demande des explications au directeur général adjoint du pôle information Thierry Thuiller. Ce dernier ne répond pas, mais Stephan si : "J’ai bossé 30 ans. J’ai été producteur pour la BBC, Canal... mais on s’en bat les flancs: Marion !" Comme si des commentateurs médiatiques monomaniaques s'acharnaient à lui coller une étiquette frontiste. Ce que Stephan omet de préciser, c'est que ses relations avec l'extrême-droite ne datent pas d'hier. S'il a bel et bien roulé sa bosse dans le monde de la communication institutionnelle sportive, il a passé au moins autant de temps dans les réseaux nationalistes.

Dix ans de groupuscules nationalistes

A 49 ans, la trajectoire de Stephan est une histoire de duplicité, d'allers-retours entre la communication sportive bien sous tout rapport et la galaxie de l'extrême-droite, des groupuscules de sa jeunesse aux caisses de résonance d'une nouvelle droite en phase terminale de dédiabolisation. Sur LinkedIn, Arnaud Hautbois est un communicant dans l'événementiel sportif, fan de rugby, qui a travaillé entre Londres et Paris pendant près de dix ans (2002 à 2012). Dix ans loin de la politique, dans le privé, pour laisser dernière lui une quinzaine d'années passées à militer à l'extrême-droite, comme le rappelait L'Obs en dressant sa frise chronologique en 2015.

Bien avant d'endosser un pseudonyme, Arnaud Hautbois, étudiant en droit, adhère au FN en 1987 -"mes parents sont opposés", dit-il. Il le quitte en 1988, comme d'autres militants frontistes, après que Jean-Marie Le Pen a comparé les chambres à gaz à un "détail de l'Histoire", et fait ses premières armes au sein du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (Grece) créé par Alain de Benoist, que L'Obs décrit comme un "laboratoire de la nouvelle droite racialiste". Stephan en est consacré membre du "directoire" et collabore à plusieurs journaux d'extrême-droite comme la revue des Comités espace nouveau ou le Choc du mois, un mensuel publié de 1987 à 1993 (Stephan en sera "de 87 à 91" ) avant d'être condamné à la fermeture pour avoir fait paraître un entretien avec le négationniste Robert Faurisson. Il côtoie également Jean-Gilles Malliarakis, fondateur du groupuscule Troisième Voie, proche du GUD et se réclamant tour à tour du nationalisme révolutionnaire et du "néofascisme". Une époque que Stephan balaye d'un revers de main dans L'Obs, tout en affirmant que "c’était une école très formatrice, et je ne le regrette pas, mais on était des droitards, pas des idéologues."  "Droitard" ? Joint par ASI, il précise le concept : "Le mec de droite à l'époque, c'est un anar de droite. C'est un fout-la-merde, on n'aime pas les gauchos. C'est en réaction à la gauche qui est au pouvoir."

En 1989, Stephan rencontre le conseiller régional francilien Jean-François Touzé, homme-élastique du FN qui alterne dissidence et proximité avec Jean-Marie Le Pen, et il le suit jusqu'au début des années 2000 dans ses multiples groupuscules. L’Alliance populaire en 1991, dont il est le directeur de publication du journal Patrie et Liberté ( "jamais poursuivi!", précise-t-il). Le Parti National Républicain, en 1995 (pour qui il est secrétaire général et candidat aux législatives en 1997 dans le Ve arrondissement de Paris) - "je reviens du service militaire à l'époque et je reprends mes études, je suis quasiment pas là", affirme-t-il. Sa fusion avec le Cercle national des indépendants et paysans (CNIP), enfin, l'année suivante. S'ensuit un retour au Front National, juste à temps pour la campagne  de 2002 qui propulse Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle. Touzé et Stephan sont à la cellule "Idées, image et communication" du leader frontiste. Un "rôle technique" et rien d'autre. Au soir de la défaite, Stephan redevient Hautbois, quitte le monde politique et entame sa deuxième vie de communicant sportif. Politiquement, c'est le désert, même si on retrouve brièvement son nom en 2008 dans une n-ième structure de Touzé, la Nouvelle Droite Républicaine, et qu'il avoue une incartade à l'UMP "vers 2005-2006", tenté par le sarkozysme de l'époque. Il est même encarté pendant cinq ans, de 2005 à 2010, nous précise-t-il. 1985-1995, "[son] époque la plus militante" et la plus dure, est derrière lui.

L'aventure "l'Incorrect"

Et pourtant, en 2012, retour aux affaires : Marion Maréchal -Le Pen, fraîchement élue députée du Vaucluse, le sollicite. Ils travaillent ensemble pendant cinq ans, inséparables. Lui devient l'un de ses plus proches amis et organise toute sa stratégie de comm', qui voit Maréchal-Le Pen s'émanciper par petites touches de l'appareil frontiste. En 2015, Libération et L'Obs lui tirent le portrait : il est le bras droit, le "gourou", le "pygmalion", le "directeur de conscience" de la jeune députée, tout en trouvant le temps d'être l'assistant parlementaire du géopolitologue et eurodéputé FN Aymeric Chauprade, ce qui lui vaut d'être dans le viseur des autorités européennes dans l'affaire des emplois présumés fictifs du FN, précise Libération. En 2017, la nièce Le Pen annonce qu'elle quitte la vie politique après un quasi sans-faute médiatique, dans un mandat marqué par des chocs tectoniques entre Jean-Marie et Marine.

En septembre, Stephan contribue à lancer la revue l'Incorrect, prolongement de la ligne conservatrice de l'ex-députée, et machine éditoriale conçue pour acoquiner l'extrême-droite avec la droite - c'est à son initiative que se déroule la fameuse "convention de la droite" en septembre 2019, où l'on retrouve Eric Zemmour et Raphaël Enthoven sur la même estrade- dans laquelle il officie comme directeur de la communication. De temps à autre, la revue le présente comme "grand reporter", quitte a faire fi des conditions réelles d'acquisition du statut. L'aventure tourne court : le 30 novembre 2018, Stephan s'en va, officiellement pour une histoire de curée, tel qu'il le raconte à L'Obs, officieusement parce que Jacques de Guillebon, patron du journal, l'en a viré - et s'en explique dans un billet glacial. Une fin en eau de boudin qui se poursuit devant les prud'hommes en 2019, révèle Marianne, pour une question d'articles payés en auto-entrepreneur. Stephan réclame 75 000 euros à Guillebon et prolonge la brouille sur le terrain judiciaire.

Les chaînes d'info, colocs de réacs

Après ce fait divers, Stephan disparaît des radars pendant six mois. En juin 2019, surprise, l'ex-dircom' tente un nouveau coup : la création d'un mouvement, Alliance pour la France, avec le père de Marion, Samuel Maréchal. L'ambition est de transposer sur le plan politique ce que l'Incorrect avait pour vocation à réaliser sur le plan médiatique : réunir et fédérer les différents courants de la droite et de l'extrême-droite en vue "des prochaines échéances électorales". Stephan, comme dans un vieux cliché de film d'action, déballe tout son plan à L'Obs : "Notre but, c’est de créer les conditions de la victoire. Notre stratégie repose sur quatre piliers. Un, le réseau et tous ceux qui ont été élus mais qui se sont détournés des partis, complètement dégoûtés. Deux, les influenceurs. Trois, aller trouver des moyens pour créer un cadre. Quatre, la data, pour faire des analyses sociologiques fines."

La profession de foi rappellerait vaguement celle, victorieuse, du Mouvement 5 étoiles italien, construit hors des circuits du militantisme traditionnel et arc-bouté sur l'analyse de données et l'agit-prop. Lui dit que "pas du tout" et affirme avoir été inspiré par "la campagne Trump, au-delà Cambridge Analytica. On peut chercher à comprendre pourquoi à certains moments, notre discours n'imprime pas". Le mouvement est perçu par de nombreux commentateurs de la vie politique comme une rampe de lancement pour le retour calculé de l'enfant prodige du FN en politique, juste à temps pour 2022. L'intéressée se défend de toute arrière-pensée et affirme ne pas avoir été mise au courant de l'initiative. Le timing de sa réapparition médiatique - sur LCI, le 9 juin 2019, quatre jours après l'annonce de Stephan- raconte une autre histoire. Finalement, Alliance pour la France en reste là, comme un siège moulé sur mesure mais boudé par son modèle.

Le soir du passage de Marion Maréchal, Stephan entame sa nouvelle vie de chroniqueur pour LCI. "Ils me demandent de rester parce qu'un invité ne vient pas, s'aperçoivent que je peux parler d'autres choses, m'invitent à revenir pour un autre débat", se remémore-t-il. Fin août 2019, la chaîne lance le débat hebdomadaire avec Yaël Goosz. Où toute trace de son militantisme à l'extrême-droite est effacée, disparaissant sous la seule étiquette de "communicant". Il nuance : "Pendant trois ou quatre mois, c'était marqué "ancien conseiller de MMLP. "J'ai fait tout l'été avec cette étiquette." Il défend son  statut et décorrèle le chroniqueur du militant: "LCI ne cache rien, c'est un mauvais procès. Je ne suis plus encarté ni adhérent au Rassemblement national depuis 2015 ou 2016. Ca fait trois ans que je ne travaille plus avec Marion, je suis pas au Front, je suis revenu dans mon métier de base, communicant. Sinon je veux bien, mais il faut le faire pour tout le monde."

Volubile, chaleureux, orateur efficace, Stephan personnifie l'installation d'une droite conservatrice souriante sur les plateaux des chaînes d'info. Lui raconte une autre histoire idéologique : "Tout le monde sait que je suis un droitard, les mecs du GUD n'ont jamais été mes potes, Marine Le Pen me déteste pour ça. Il me manque une pièce pour pleinement adhérer à [l'extrême-droite]." Étrange paradoxe que celui qui, trop droitard pour Marine le Pen et allergique aux curés, devient le compagnon de route de Marion Maréchal, plus proche des réseaux catholiques intégristes et de la ligne traditionnelle frontiste. "Je suis de droite", poursuit Stephan, "dès que j'ai pu je suis revenu dans ma famille d'idées. Si je suis allé ailleurs, c'est parce que je me suis senti trahi. Le libéralisme, pour moi c'est pas un truc de droite." C'est aussi ce qui se dit sur les plateaux, qui ressemblent parfois à de joyeuses conférences de rédaction de journaux d'extrême-droite. Gabrielle Cluzel et Charlotte d'Ornellas, de Boulevard Voltaire, ont désormais leurs ronds de serviette sur les deux chaînes, comme une myriade d'autres personnalités de la droite réactionnaire (Jean Messiah, Elizabeth Lévy, André Bercoff, Geoffroy Lejeune, etc...). Et la tendance se poursuit : à la rentrée, Marion Maréchal rejoindra Zemmour sur la concurrente CNews. Arnaud Stephan n'est, comme elle, que le nouvel entrant. Il se défend de tout agenda, jure qu'il n'est "le porte parole de rien du tout. Je fais de la télévision parce que je suis libre." Et la fenêtre d'Overton se déplace, petit à petit.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.