Après F2 et M6, la Cour des comptes se penche sur les entourloupes des autoroutes
article

Après F2 et M6, la Cour des comptes se penche sur les entourloupes des autoroutes

Confirmé : pour payer moins cher, tronçonnez votre voyage !

Réservé à nos abonné.e.s
Les sociétés d'autoroutes (Vinci, Eiffage, Sanef) à qui l'Etat a vendu plus des trois quarts du réseau routier hexagonal en 2006 sont incontrôlables. C'est la Cour des comptes qui l'affirme dans un rapport récent. Selon l'institution, les sociétés d'autoroutes pratiquent des hausses de prix supérieures à l'inflation à la limite de la légalité. Le tout alors que la "puissance publique est incapable de les contrôler". Un rapport très repris par les médias. Toutefois, ils ne sont pas nombreux à expliquer vraiment le fond du problème.

Une fois de plus, la cour des comptes présidée par Didier Migaud fait parler d’elle. Sa cible : les sociétés d’autoroutes : Vinci, Eiffage, et Sanef. Ces trois sociétés à qui l’Etat a vendu les autoroutes en 2006, et qui gèrent plus des trois quarts du réseau français, sont épinglées pour non respect de la loi. Ainsi, selon ce rapport présenté aux députés de la commission des finances, mercredi 23 juillet, l’Etat n’est à l’heure actuelle pas en mesure de s’assurer que ces trois entreprises pratiquent des hausses de prix raisonnables.

De même, la puissance publique n’...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.