Accord UE/Canada bloqué par la Wallonie : la très lente ascension médiatique de Paul Magnette
article

Accord UE/Canada bloqué par la Wallonie : la très lente ascension médiatique de Paul Magnette

Réservé à nos abonné.e.s
Les opposants aux traités commerciaux négociés entre l’Union européenne et ses différents partenaires ont désormais un héros : le ministre-président de la Wallonie Paul Magnette. En refusant l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada – connu sous le nom de CETA – le Parlement wallon et son dirigeant ont non seulement grippé le processus de signature prévue le 27 octobre mais également braqué les projecteurs sur cette petite région belge. Pour autant, Magnette assure avoir tiré la sonnette d’alarme depuis plus d’un an maintenant. A-t-il été entendu des médias français ? Pas vraiment.

"Paul Magnette président !" Dans une chronique dithyrambique publiée vendredi dernier dans Le Figaro, la journaliste Natacha Polony portait au rang de héros le ministre-président de la Wallonie. Pourquoi tant d’honneur ? L'homme "porte la voix du Parlement wallon qui refuse de donner son accord au Parlement belge pour la ratification du Ceta, traité de libre-échange avec le Canada."

En effet, la Wallonie – une des trois entités fédérées belges avec la région bruxelloise et la Flandre – a décidé de ne pas approuver le CETA en l’état. Motif de ce refus comme le résume Le Figaro : l’accord bénéfi...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.