Bridgestone : encore la faute aux Amish !
chronique

Bridgestone : encore la faute aux Amish !

Coup de massue pour les 863 salariés concernés, gesticulations désordonnées des politiques, sommations tonitruantes : l'annonce de la fermeture de l'usine de pneus du Japonais Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) reproduit un schéma trop connu ces dernières décennies. Logiquement, il faut un coupable, et tout aussi logiquement François Lenglet, le Monsieur Economie de TF1, l'a trouvé  : les restrictions à l'achat des grosses voitures polluantes, les pistes cyclables "en surnombre", les fermetures de voies, les embouteillages. Avant de concéder que cette politique environnementale "a bien sûr ses raisons". Tiens, lesquelles donc ?

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.