Natalité et effondrement : les médias "ne déplient pas le sujet"

Arrêt sur images

Série d'été - Épisode 4

L'émission
  • Avec
    Emmanuel Pont et ALINE RICHARD et Laure Noualhat
  • Presentation
    Alizée Vincent
  • Préparation
    Alizée Vincent
  • Réalisation
    Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

Après notre série d'été sur l'effondrement en 2018, cette année, Arrêt sur images a choisi de revenir sur le sujet. Cette semaine, nous nous intéressons à la natalité et la démographie. Un sujet de plus en plus associé à l'écologie dans les médias. Et associé à deux spectres qui font peur. Récemment, c'est la "dénatalité" et l'infertilité qui ont inquiété la presse. Assiste-t-on réellement à un "baby krach" ? Les baisses de la qualité du sperme et de la fécondité féminine sont-elles liées à notre environnement ? Quoi qu'il en soit, l'horizon d'une Europe moins peuplée n'est pas présenté comme une bonne nouvelle. De l'autre côté, la surpopulation semble tout autant poser question. Être passés de 2 milliards il y a un siècle à 8 milliards d'être humains sur Terre nous fait-il courir un danger vis-à-vis des ressources planétaires ? Faut-il arrêter de faire des enfants ? 

En plateau, Alizée Vincent accueille Emmanuel Pont, ingénieur et auteur de Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète, entre question de société et choix personnel (Payot, 2022) ; Laure Noualhat, journaliste indépendante et réalisatrice de documentaires, spécialiste des problématiques d'écologie et autrice de Comment rester écolo sans finir dépressif (Tana, 2020) ; Aline Richard, journaliste scientifique, rédactrice en chef du Figaro santé. 

Le prétexte des 8 milliards d'êtres humains

La séquence a marqué l'automne 2022. Le passage du cap des 8 milliards d'êtres humains. La date a été estimée par l'Onu au 15 novembre dernier. Elle a été l'occasion d'un tas de sujets dans les médias, qui ont présenté la nouvelle comme un évènement. Ont-ils bien saisi l'occasion pour parler des enjeux démographiques ? Une question récurrente est revenue : "Comment nourrir 1,4 milliards d'Indiens ?" (ici, dans les mots de France 2). C'est surtout la croissance démographique des pays du Sud – ceux du continent africain notamment – qui a posé question. Pourtant, les spécificités locales des États concernés n'ont jamais été détaillées. Selon Laure Noualhat, le traitement médiatique du sujet s'est amélioré, par rapport au "cap" des 7 milliards, il y a douze ans. Mais il reste des progrès à faire.

Attention à l'horloge biologique, mesdames

Notre environnement pollué et empli de perturbateurs endocriniens est-il à l'origine de nos difficultés croissantes à procréer, du moins, dans les sociétés occidentales ? Peut-être. Les médias mettent en avant tout un tas de causes probables : obésité, sédentarité, pollution, particules et même déconstruction des rôles genrés. Mais il y a bien pire et plus clair et urgent à traiter, selon les médias : l'âge auquel les femmes font des enfants, de plus en plus tardif. Pourtant, les études scientifiques n'indiquent pas du tout qu'il s'agit du facteur principal. Ces dernières années, c'est d'ailleurs plutôt le côté masculin que la science a avancé, concluant que la qualité du sperme était en baisse drastique. Et que l'âge des hommes, aussi, avait un impact sur la fertilité, rappelle Aline Richard.

Ne pas faire d'enfant sauverait des vies

Quel plus croustillant cas d'études, pour qui voudrait parler d'effondrement et de démographie, que les cas de personnes (surtout des femmes) qui ne souhaitent pas faire d'enfant pour des raisons environnementales ? Les médias adorent le sujet des "Ginks" (Green inclination no kids), ou childfree par écologie. L'un des arguments principaux mis en avant pour comprendre cette position est un chiffre. Faire un enfant génèrerait 58 tonnes d'équivalent CO2. Une somme immense, nous dit l'étude de laquelle cette estimation est tirée, bien supérieure à un vol transatlantique en avion. Sauf que le calcul mérite d'être décortiqué, souligne Emmanuel Pont. Sa méthodologie est en effet loin de faire l'unanimité. 

Pour aller plus loin

- Le numéro de Socialter, de février 2021, sur la démographie.
- Le livre d'Emmanuel Pont, Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? (Payot, 2022).
- Une vidéo du Monde sur le chiffre selon lequel ne pas faire d'enfant permettrait d'économie 58 kg d'équivalent CO2.
- Une vidéo de la chaîne YouTube Stupid Economics sur la croissance de la population en Inde.

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

"Valeurs actuelles" réunit la crème des climatosceptiques

Ou l'art de remettre en cause la crise écologique avec les "climato-réalistes"

Les légumes secs n'ont pas les faveurs des médias

Bons pour la santé et le climat, ils restent perdants face à la viande, aux produits laitiers ou aux céréales

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.