"Les caméras cachées, c'est un peu l'arme nucléaire"

Arrêt sur images

J.B. Rivoire (Canal+, ex-CAPA) sur notre plateau

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Est-il nécessaire et légitime de tourner des reportages avec des caméras cachées ? Le débat a rebondi ces derniers jours, avec l'annonce d'une nouvelle émission de France 2, Les infiltrés, produite par l'agence Capa et animée par David Pujadas.

Le premier opus des Infiltrés, qui sera diffusé le 22 octobre, s'est penché sur les maisons de retraite. Un sujet déjà abordé dans un reportage diffusé la semaine dernière sur France 3, comportant lui aussi de nombreuses scènes tournées en caméra cachée,

parfois très dures.

C'est l'occasion de s'interroger sur les conditions dans lesquelles sont tournées ces images, et sur les précautions nécessaires à ce mode d'investigation.

Pour répondre à ces questions, Jean-Baptiste Rivoire, journaliste d'investigation, ancien de Capa aujourd'hui à "Bakchich", Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, principal syndicat de directions de maisons de retraite, et Annie de Vivie, responsable du site agevillage.com, dédié aux questions de la veillesse et de la dépendance, sont les invités @si, en compagnie de notre journaliste Dan Israel.

L'émission est anim&eacu...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.