Effondrement : "Un processus déjà en marche"

Arrêt sur images

Tout sur la collapsologie, notre 1ère émission d'été

Télécharger Écouter
L'émission
Télécharger Écouter
  • Avec
    Renaud Duterme et Vincent Mignerot et Agnès Sinaï
  • Presentation
    Daniel Schneidermann et Hélène Assekour
  • Préparation
    Hélène Assekour et Adèle Bellot et Gaspar Romain
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff et Manuel Vicuna
Offert par le vote des abonné.e.s
Notre société va-t-elle s'effondrer ? Effondrement économique, écologique, démocratique... c'est le thème de notre série d'été. Pour la première émission, retour sur le concept de "collapsologie" avec nos invités Vincent Mignerot, co-fondateur du comité Adrastia et auteur de "Transition 2017" (Ed. SoLo), Agnès Sinaï, fondatrice de l'institut Momentum et co-autrice de Labo-planète (Ed. Mille et une nuits), et Renaud Duterme, auteur du livre "De quoi l'effondrement est-il le nom ?" (Ed. Utopia).

collapsologie : définition

Arrivée récemment dans le débat public, la "collapsologie" étudie l'effondrement de notre civilisation thermo-industrielle, prévu pour les prochaines années. Peut-il y avoir un effondrement brutal ? Si Vincent Mignerot prend ses distances avec la collapsologie, discipline encore jeune, Renaud Duterme souligne la force du concept d'effondrement, mobilisateur, même s'il charrie un imaginaire d'apocalypse qui ne correspond pas à ce qui se produira. Agnès Sinaï souligne la difficulté de se représenter "l'accélération" de la consommation, de la production, de la pollution, en cours.

L'effondrement va-t-il toucher de manière identique toutes les classes sociales ? Non pour Duterme, qui appelle à ne pas "faire fi des relations d'exploitation et de domination qui peuvent exister".

effondrement et médias

Dans les médias, point d'effondrement, mais plutôt des "crises" (climatique, migratoire, économique, etc.). Mais "la folie productiviste n'est jamais critiquée, on en voit seulement les symptômes", note Agnès Sinaï. L'idée de crise n'est pas la bonne pour Renaud Duterme, car elle "implique un retour en arrière. Or, ça n'arrivera pas."

Quant aux collapsologues, peuvent-ils porter une parole dans une émission grand public, comme a tenté de le faire le militant Julien Wosnitza dans C'est que de la télé (C8) ? Difficile pour Vincent Mignerot, selon lequel les médias "déconnectent l'objet du drame de l'émotion négative" : présenté dans une émission de divertissement, l'effondrement ne peut pas être perçu émotionnellement comme une vraie menace.

Une tentative de solution par la technologie, enfin : le patron de Tesla Elon Musk veut changer le monde en produisant des millions de batteries. Peut-on compter sur les grandes industries capitalistes pour apporter la solution ? "Il n'y a pas de solution", tranche Agnès Sinaï. Il faut "changer de vision du monde et élaborer un nouveau modèle", conclut-elle.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.