44
Commentaires

Wauquiez : des avantages du ventilateur à bullshit

S'assumant multirécidiviste du bullshit, Wauquiez révèle les journalistes comme ce qu'ils sont : des comparses de bonneteau.

Commentaires préférés des abonnés

Y a-t-il encore quelqu'un, en dehors de DS, pour croire que Léa Salamé puisse poser une question de journaliste?

A part cela, je crois que j'atteins la saturation : je ne suis même plus écoeurée, indignée, découragée, aussi bien par nos politiques que(...)

Merci pour la chronique !


Pour apporter très modestement ma contribution à la bullshitologie, je voulais juste vous proposer ce récit médiatique à déconstruire.

14 février, dans Quotidien : le journaliste Paul Larrouturou rapporte la rencontre d'E. Ma(...)

Juste pour aider DS dans ses compositions de français : quelques exemples de traduction pour Bullshit.

Derniers commentaires

Wauquiez Rimbaud des plateaux? 

Il faudra bien quelque jour, du moins il serait bon, s'étant avisé que les carrières politiques les plus connues sont plus que quelquefois le second choix d'hommes dont la vocation aurait pu être artistique si le talent ou le génie leur en fût échu, il serait bien inspiré de révéler quel sous-emploi ils ont pu trouver politiquement de leur don insuffisant.


Ainsi, en ce temps où le médiatique détermine le succès politique, pourrait-on remarquer que le buzz du  Bullshit de Wauquiez, si l'on ne craint pas d'en retenir le sens littéral, n'est pas sans offrir, si l'on peut dire, une traduction de la fameuse théologique inscription de Rimbaud*. Lequel avait bien précisé, s'agissant de son Bateau ivre  qu'il avait voulu y dire ce qu'il avait dit "littéralement et dans tous les sens", y compris par conséquent le  sens médiatique présent: reçu comme tel effectivement par ses réceptionnaires actuels. 



*Nul besoin, il faut l'espérer, ici de la rappeler. Tout grand poète est classique: s'inscrit dans l'ordre de la litote, euphémique et non blasphémique... même lorsque l'apparente formulation en contredit la véritable signification: d'hommage en l'occurrence et non d' outrage.  

Près de 20 fois de suite  vous utilisez dans ce papier le terme fort peu élégant de: "Bullshit"...


Vous ne faites pas de ce mot un usage un peu exagéré, Mr Schneidermann?

On a presque le sentiment d'un "exercice de style", un petit plaisir que vous vous faites, comme un gosse répétant un gros mot, en cachette...


Et ça se traduit comment, en bon français, ce mot de "Bullshit",  svp?



Maudit soit le Dieu qui m'a fait naïtre contemporain de Wauquiez, et le hasard qui m'a fait habiter dans la région dont il est président du conseil.


Juste pour réconforter certains : le mot "bull" de "bullshit" viendrait du vieux Français "bole" (fraude tromperie)

Le poète TS Eliot a chanté le premier "The Triumph of Bullshit", de quoi faire pâlir le Wauquiez lui-même

Sur l'emploi du teme "bullshit": je regrette juste que DS n'ait pas utilisé de guillemet. L'emploi du mot anglais plutôt que son équivalent français est justifié pour au moins deux raisons:

1) C'est le terme employé par Wauquiez, qui lui préfère parler de  "bullshit" plutôt que de conneries ou de baratin: c'est  une des nombreuses preuves que nos "managers" parlent de plus en plus le franglais.

2) Je trouve que ce terme fait écho à un superbe discours d'Emma Gonzalez, une des survivantes du dernier massacre qui a eu lieu aux USA, dans lequel cette jeune fille finit par une longue épiphore qui liste les arguments usuels de la NRA et des politiciens à sa solde et répond "we call BS" (= we call  bullshit, nous disons que c'est des conneries)

Ne pas oublier que le bullshit, comme son nom l'indique ( en français : de la merde ), est biodégradable et qu'il se dissout rapidement dans la pensée de celui qui le défèque. C'est ainsi que Darmanin reproche aujourd'hui à Wauquiez  un bullshit qu'il a lui même sorti il y a un an : des officines macroniennes pour dézinguer Fillon.

Ne trouvez-vous pas étrange que le centre de gravité (au sens de "grave") de la France se déplace vers Lyon avec le dispensateur de conneries en chef et le ministre de l'intérieur, le plus sympa des collabos


L'avantage avec Wauquiez, c'est que c'est un sniper à découvert

Bonjour et merci pour cet article, j'ai toutefois une question à formuler avant qu'il puisse complètement m'instruire : serait ce possible de m'indiquer le mot français de "bullshit" (...boule de merde c'est ça?) 

Si même ASI parle américain, là j'en ai vraiment marre du langage codifié et suiviste généralisé.

Bonjour

Daniel en avez-vous parlé vendredi à l'occasion de votre passage sur FCult avec ce grand esprit libre et ouvert qu'est Brice Couturier ?

A l'antenne, vous avez eu droit à du grand Brice.

Ce qui est passionnant dans cette affaire, c'est que tout le monde admet que donner des cours à des étudiants en business, [sur le thème "Enjeux de société" qui vise  à délivrer des « pistes de compréhension du monde actuel et des grands défis à venir », - jour 1  le diktat de la transparence - jour 2  le nouvel âge des populismes ] soit d'une telle hauteur de vue.

 A supposer que ces petites paroles politiciennes soient des exemples destinés à illustrer des propos sur les points annoncés , on s'interroge sur le fond du cours ou de la conférence magistrale du professeur.


Je rappelle pour mémoire  entre autre que Laurent Wauquiezl fut en 2011 Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ainsi que son cursus universitaire  [Master d'Histoire à Panthéon-Sorbonne. Mémoire de maîtrise : Le Flambeau des Mille et une nuits et l'Orient des Lumières, 1704-1798. Normalien, agrégé d'histoire, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, D.E.A. de droit public. Ancien élève de l'École nationale d'administration (Ena), promotion Mandela.]


Il est également le rédacteur, en 2006, de Un huron à l'Assemblée nationale : petit manuel à l'attention de ceux qui veulent secouer la politique  dont voici la présentation :  

"titre énigmatique! Le Huron est un personnage inventé par Voltaire. Il arrive en France avec un œil neuf et amène le lecteur à remettre en question ses idées reçues. C'est le parcours audacieux auquel nous invite Laurent Wauquiez. Il a voulu secouer la poussière en détaillant, avec le regard décapant d'un jeune élu, le fonctionnement de la vie politique française avec ses absurdités, ses moments déconcertants et ses aspects attachants. Avec le style d'une autopsie, plein d'humour et d'anecdotes, il raconte pour la première fois la vie quotidienne d'un député et plante ses flèches dans la cocarde de la République française. Sa saine critique du système politique, sans concession mais sans méchanceté, annonce la transformation indispensable de l'institution et des hommes politiques."


Je ne résiste pas, enfin, à mettre en lien ce discours de Lolo le bullshiter alors ministre de l'enseignement supérieur rendant hommage notamment à Pécresse (à qui il succède dans le Poste, à Juppé et à l'Université d'excellence.


Et pendant ce temps là, la cohorte "mainstream" se plaint de la baisse du niveau de l'enseignement en France et Blanquer -qui a fait plus d'audience que Waauquiez à l'émission politique- souhaite le développement du grand oral pour le bac. 


Enfin, combien, M. Wauquiez, en tant qu'intervenant dans cette école, a t-il été rémunéré pour de tels propos d'une grande intensité éducative ?  

Je suis d'accord! J'ai moi-même été interpelé par le contenu misérable des interventions de Wauquiez et je me demande s'il a été rémunéré pour sa piètre prestation (j'aurais tendance à dire que oui parce qu'il n'y a que les universitaires pour être invité-e-s comme conférenciers sans contrepartie financière; les politicien-ne-s, au contraire, prennent l'argent pour diffuser leur "savoir" aux étudiant-e-s). C'est extrêmement difficile de devenir enseignant-e au niveau universitaire et la préparation d'un cours demande énormément de temps mais Wauquiez, lui, il fait ça à la Trump!

"Au "Quotidien", the bull needs the shit to makes the shit win against the bull"  Loi du Rodéo Médiatic-toc (Buzz Aldrin)


Un bullshit n'est pas un mensonge ..C'est quoi cette erreur ? pour un bobo qui parle anglais , ce qui n'est pas mon cas . Un mensonge en anglais c'est 'tu démissionnes' , t'a le droit de te tromper, d'être con, mais surement pas de mentir . Bullshit=connerie , nos politiciens de droites et de #lautredroite sont des menteurs , obsédé de leur bite, sans aucune intelligence.

Comment dit-on en anglais  : " c'est vraiment un connard " ?

Je serais journaliste conscient de ma servilité complice envers les politiques... je me réveillerais, partirais dans un coin et regarderais vivre les gens au jour le jour et je le relaterais tranquillou.

Je ne relaierais plus aucune phrase, aucune photo, aucun projet de loi, aucun rapport en feuilles choisies...je viderais de façon définitive , de leur vie, ces pantins fantoches. Ne plus parler d'eux c'est les ignorer, les faire mourir car ils n'existent que parce qu'on leur donne la parole. Ils s'agitent et se servent de nous pour être.

Un théâtre d'ombres chinoises remplacerait les guignoleries de la lucarne.


On lirait, on ferait de la poésie. Tiens le printemps des poètes arrive comme feuille sur la mare.

Le thème l'Ardeur, littéralement ce qui brûle

C'est beau, la nuit, les feux. 22 mars!!!


Les époques formidables sont-elles prévues au calendrier, à "l'agenda" des gouvernants qui reçoivent les "partenaires" sociaux.  Peut-on être partenaires de ces mecs, de ces gonzesses (je fais exprès et provoque)  là?


Bonne journée.

Thoreau sur France Culture.

Il n’y a plus le signalement des éventuelles fautes ? Embêtant car ici la date de publication indique le 19 alors que nous sommes le 20, à moins que la chronique soit d’hier soir, ce qui est possible. Bref, qu’en est-il ?

Ce serait sympa de me mettre la traduction pour m'éviter de regarder le dico anglais-français !

Notez que techniquement le bullshit ce n'est la meme chose que le menteur: en  gros le menteur connait la vérité, alors que le bullshitteur ne se pose meme pas la question, il est dans un rapport different a la vérité


Voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/De_l'art_de_dire_des_conneries

Et tout ça, pour faire augmenter le prix de la minute de pub pendant ce show. Pathétique !

Juste pour aider DS dans ses compositions de français : quelques exemples de traduction pour Bullshit.

Merci pour la chronique !


Pour apporter très modestement ma contribution à la bullshitologie, je voulais juste vous proposer ce récit médiatique à déconstruire.

14 février, dans Quotidien : le journaliste Paul Larrouturou rapporte la rencontre d'E. Macron avec les journalistes et les règles imposées : citations possibles, mais aucun enregistrement ne doit sortir. On nous explique qu'il a tout enregistré mais que, bien sûr, il se plie à la règle. Ce n'est pas parce que tout le monde peut enregistrer sur son téléphone qu'il faut trahir la confiance.

16 Février dans Quotidien : le début de l'affaire "Wauquiez". Rappel des règles imposées par L. Wauquiez : aucun enregistrement ne doit sortir. Paul Larrouturou n'était pas dans la salle, mais bien sûr, il ne se plie pas à la règle et fait fuiter. Puisque tout le monde peut enregistrer sur son téléphone, ces vieilles histoires de confiance, c'est dépassé.


Côté journaliste, le bullshit ne s'appellerait pas précisément "deux poids deux mesures" ?

En grand-breton, when the Wauquiez's shit hits the fan.




Y a-t-il encore quelqu'un, en dehors de DS, pour croire que Léa Salamé puisse poser une question de journaliste?

A part cela, je crois que j'atteins la saturation : je ne suis même plus écoeurée, indignée, découragée, aussi bien par nos politiques que par les journalistes. Je vais creuser au fond de moi pour essayer de trouver encore un peu de moquerie.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.