76
Commentaires

Villa de Pablo Iglesias : les oublis de la presse française

Commentaires préférés des abonnés

On retrouve les mêmes méthodes de diffamation dans tous les pays où la gauche (la vraie) commence à devenir une menace dangereuse pour les puissants. Aller voir ce qui se passe pour Sanders, Corbin, ce qu'à vécu Rafael Correa, ce que subit Lula...
Et (...)

Il me semble que la question principale n'est pas abordée: où passe la frontière entre les "très-très-très riches" et les gens ordinaires? 


Aucune commune mesure entre des décideurs (patrons d'entreprises, propriétaires d'empires médiatiques, gra(...)

Il y a beaucoup de choses qui me dérangent dans cette défense de Pablo Iglesias.


Déjà, pourquoi pensez-vous qu'il y a besoin de défendre Pablo Iglesias ? Et surtout maintenant, alors que la tempête dans un verre d'eau) s'était éteinte d'elle-même. Au (...)

Derniers commentaires

Bonjour,

Ce qui serait intéressant c'est maintenant de comparer ceci avec le nombre de lignes consacrées à l'affaire de corruption Gürtel, dans la presse française et espagnole.

Est ce que Manuel fait partie de l'équipe d'@si à présent ? 


Si c'est le cas ça commence mal... Il avait trop mal à son Pablo Manuel pour venir mendier un article (ou tribune plutôt) à DS ?


Sur le fond Tristan Le Gall a parfaitement résumé la situation.


"Il faut une grande naïveté ou une grande hypocrisie pour ne pas s’interroger sur le lien entre ces deux « affaires ». L’« affaire de la villa » visait-elle à détourner l’attention ?" 


Peut-être... mais peut-être pas non plus. Avez-vous de quoi étayer cette "interrogation" qui relève davantage de l'insinuation ? Sinon je ne vois pas bien ce que cela vient faire dans un article journalistique.

Un séminaire de 1970 résumé en une phrase d'un intervenant (tendance Georges Politzer):

"Le but du socialisme n'a jamais été que tout le monde vive nu dans un tonneau; que tout le monde puisse profiter du meilleurs confort possible, oui évidement."

Il me semble que la question principale n'est pas abordée: où passe la frontière entre les "très-très-très riches" et les gens ordinaires? 


Aucune commune mesure entre des décideurs (patrons d'entreprises, propriétaires d'empires médiatiques, grands de ce monde divers) et des gens qui, possédant des moyens d'existence très supérieurs au seuil de pauvreté, ne sont pourtant pas des ultra riches. 


Certains disent "99% contre 1%". Dans ce cas, clairement, Iglesias est du côté 99%. Sa maison, à 600.000 euros, luxe extravagant auprès de ceux qui n'arrivent même plus à se loger en location, n'est que de la broutille auprès de ceux qui jonglent avec les milliards et décident de la vie ou de la mort de milliers de salariés. 


Plus que la valeur d'un patrimoine, ce sont les droits qu'il peut donner sur la vie des autres, et les abus qu'il permet,  qui sont déterminants. Personnellement, les très riches pourraient bien se baigner tous les jours dans du lait d'ânesse agrémenté de pépites d'or pur que ça me laisserait indifférente. Le droit de "créer" des emplois, et en conséquence le droit de les détruire, le droit de s'accaparer une terre et de la soustraire à ceux qui y vivent voire de carrément la dévaster  me semblent autrement importants et significatifs. 


Quand j'étais petite, le couronnement d'Élisabeth II faisait rêver même les petites filles. Le soir, on avait droit à une brique enveloppée dans du papier journal pour tempérer un peu le lit glacé et humide. Avec ma soeur, nous imaginions naïvement le luxe inouï que nous supposions à la reine d'Angleterre: non pas une seule brique aux pieds, mais tout un entourage de briques, papier journal compris bien sûr. L'imagination des pauvres a du mal à grimper à la cheville du luxe.

Un credit de 540 000 euros sur 30ans a 0.4%, les credits sont bas en ce moment je suis d'accord mais si vous avez le nom de la cooperative....


Cette histoire est comme le petit appart de melenchon a 800 000 euros en plein Paris.

On comprend mieux la défense de son copain maintenant.




Miguel URBÁN CRESPO est député Podemos au Parlement Européen. Il est aussi gérant de la Librairie coopérative la Marabunta  du quartier Lavapies de Madrid, un endroit extraordinaire.

Lors d'une rencontre publique, il a donné les chiffres : ceux de son salaire et de la part importante qu'il redonne au parti Podemos, il a indiqué les difficultés rencontrées pour changer les billets d'avion et faire en sorte que le Parlement Européen achète des billets sur des lignes low-cost ou des billets à prix réduits. Pas le genre de la Maison, ni d'ailleurs des autres Maisons parlementaires de Londres à Berlin en passant par Paris.


Aussi en apprenant la nouvelle du "chalé" de Pablo Iglesias sur le journal El Pais, j'ai pensé à Miguel et à son engagement et à sa fierté de nous raconter ces faits honorables qui faisaient de lui et de ses collègues des représentants du peuple au sens large, c'est à dire des gens avec des moyens ordinaires ou un peu mieux que l'ordinaire ou même, et souvent, un peu moins que l'ordinaire mais qui s'en satisfont par une notion qui est chez eux un principe de vie :  l'accaparement des moyens est une offense. Tout comme ce rabbin qui disait que l'argent était ce qui différenciait une vitre d'un miroir : cette mince pellicule d'argent du miroir ne reflétait que soi-même et empêchait de voir les autres comme le permet une vitre.


Aussi en apprenant la nouvelle du "chalé" de Pablo Iglesias, sur un journal comme El Pais qui n'est pas de droite, j'ai connu une déception bien que je sache que les meilleurs défenseurs des moins bien lotis furent des gens tels William Cobbett, Jaurès et Zola qui possédaient suffisamment pour se consacrer librement à la tâche de défendre les moins bien lotis. Mais enfin.


Bien sûr, c'est par le biais de l'exigence d'exemplarité que les journaux du Royaume Des Riches ont attaqué Pablo Iglesias, rejoignant en effet ma déception.


Mais, cette rigueur qui les amène à monter en épingle cette affaire privée (ne parlons pas de cette crapulerie des échographies, le facisme est toujours sous-jacent dans cette Espagne pourtant si en avance, avec ce jour un gouvernement où les femmes sont majoritaires), cette rigueur, cette exigence d'exemplarité, les journaux du Royaume Des Riches ne l'appliquent pas aux leurs : ceux-là peuvent par exemple tricher impunément avec les lois alors qu'ils exigent des autres qu'ils y obéissent, ils peuvent magouiller, toucher des parachutes dorés malgré la loi en les déguisant sous d'autres termes. De cela la presse du Royaume Des Riches n'en parle pas.

Difficilement audible cette défense. C'est comme un écolo qui roulerait en Porsche. Même s'il disait qu'il ne faisait que 100 km/an avec sa Porsche, ce serait une faute en tant que politique.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Cet extrait d'un article de Josep Maria Antenas, membre de Anticapitalistas, un courant de Podemos, pointe bien le problème : 

"On attend de dirigeants politiques comme Iglesias qu’ils soient non seulement cohérents, mais dans une large mesure exemplaires. Parfaits non, mais dépourvus de tout attribut de malfrats synonyme de déchéance symbolique. Qu’elles soient justes ou injustes, telles sont les règles du jeu auxquelles ne peuvent pas se soustraire ceux qui veulent subvertir les codes de la politique conventionnelle en mettant en accusation la « caste » et les élites privilégiées. Et ce d’autant moins en ces temps où la politique représentative est convertie en spectacle, où la transparence prend la forme d’un simulacre artificiel de la réalité et où l’essence est vampirisée par l’apparence. Peu importe que soit ou non correcte la décision d’acheter cette villa (même s’il est important d’en débattre, de façon judicieuse, ce qui pourrait nourrir des réflexions intéressantes sur vie personnelle, engagement militant, contradictions et cohérences). Le fait est que cela heurte frontalement la perception publique de ce que représentent Iglesias et Montero, décrédibilise leur discours politique, et offre à leurs adversaires un angle d’attaque extraordinaire. Qu’ils ne l’aient pas vu est, de leur part, une erreur d’évaluation aussi grave que surprenante et d’autant plus si on considère que depuis l’origine Podemos a forgé sa stratégie essentiellement sur le terrain de la communication politique et du discours, l’obsession de l’image. Cela met immédiatement en évidence certains des problèmes importants du modèle Vistalegre et, en particulier, de sa version 2.0. Il s’agit, en premier lieu, de la tendance à l’auto-involution de ses dirigeants, refermés sur eux-mêmes, rarement à l’écoute de voix discordantes et peu aptes à préserver une subjectivité qui ne soit pas totalement conditionnée par la pratique politique parlementaire professionnalisée. En second lieu, cela souligne non pas seulement les faiblesses des dirigeants, mais des équipes de direction et de leurs gardes rapprochées. Qu’aucun des collaborateurs d’Iglesias et de Montero n’ait eu la sagacité d’anticiper la possibilité d’un scandale médiatique est tout aussi grave que le fait que, si l’un d’eux l’avait envisagé, il n’ait pas fait valoir son point de vue énergiquement. Le modèle verticaliste de Vistalegre, l’arrivisme, la culture autoritaire et antipluraliste conduisent à s’entourer de carriéristes, de flatteurs et d’incompétents."

https://www.contretemps.eu/crise-podemos-iglesias-montero/

On retrouve les mêmes méthodes de diffamation dans tous les pays où la gauche (la vraie) commence à devenir une menace dangereuse pour les puissants. Aller voir ce qui se passe pour Sanders, Corbin, ce qu'à vécu Rafael Correa, ce que subit Lula...
Et Jean-Luc Mélenchon n'a encore aucune idée de ce qui va lui tomber dessus d'ici les prochaines élections présidentielles...

J'ai rarement lu une défense aussi contreproductive et dévastatrice. Le pompon : je donne aux pauvres,  donc je peux bien me rattraper sur une villa. Ouch! Vous ne devez pas le porter dans votre coeur pour l'assassiner ainsi!

Il y a beaucoup de choses qui me dérangent dans cette défense de Pablo Iglesias.


Déjà, pourquoi pensez-vous qu'il y a besoin de défendre Pablo Iglesias ? Et surtout maintenant, alors que la tempête dans un verre d'eau) s'était éteinte d'elle-même. Au risque de rallumer les braises. Mieux aurait fallu faire comme avec les trolls: ne pas les nourrir.


Ensuite, puisque des articles des journaux français ne prétend qu'il y a fraude ou malversation dans cet achat, je trouve malvenu de parler de la légalité de cet achat. Dire "c'est légal" quand la faute est au plus morale, surtout comme premier argument, cela fait penser à ceux qui défendent la fraude fiscale, ou aux soumis qui défendaient que lemedia vire les journalistes qui lui plaisent pas ("ce n'est pas  un licenciment!"). Bref, c'est de la mauvaise foi ou de l'aveuglement idéologique. 


Parlons maintenant du fond: ce qui est reproché à Pablo Iglesias, c'est de vivre dans une villa de 600 000 euros, alors qu'il avait auparavant fustigé les policiens qui vivent dans les villa. Bref, on lui reproche son hypocrisie et la contradiction avec son discours politique. Le tweet de 2012 ne fait que rapeller cruellement cette contradiction. Logiquement, si vous vouliez le défendre, il faudrait soit:

- montrer que les info sont fausses (ce que vous ne faites pas, vous contenant de critiquer d'où vient l'info)

- ou montrer qu'Iglesias ou ses partisans n'ont pas fustigé les politiciens les politiciens dans de telles villa.

Vous réussissez l'exploit de pondre un long article sur une minuscule affaire sans répondre réellement aux accusations. Accusations qui sont très faibles et qui ne méritent, au fond, qu'un silencieux mépris.


Enfin, toute la dernière partie insinuant que tout ça c'est qu'un complot pour couvrir le scandale de corruption du PP, c'est là encore tomber dans la rhétorique "c'est pas grave puisque les autres font pire". Et surtout, ce n'est pas Pablo Iglesias qui a réussi à faire tomber Rajoy, mais bien Pedro Sanchez. Du coup l'histoire de taper sur Iglesias pour protéger Rajoy n'est pas très crédible. Ou alors, le tabloid en question s'est trompé de cible.


Bref, sous couvert de défendre Pablo Iglesias, en fait vous l'enfoncez à coup de mauvais arguments. Pas très sympa.  

Notes à l'équipe technique d'ASI: sérieusement, rétablissez la possibilité de modifier ses commentaires. Merci.

Ce serait bien que vous lisiez l'artcile avant de commenter...

Ce serait encore mieux de lire mon commentaire, vous auriez alors compris que j'ai bien lu l'article avant de commenter.

- ou montrer qu'Iglesias ou ses partisans n'ont pas fustigé les politiciens dans de telles villas. 


C'est ce que fait l'auteur de l'article qui explique le contexte de la phrase à propos d'un politicien véreux qui vivait dans une villa achetée grâce à la corruption.  Et c'était là son reproche et pas la valeur intrinsèque de la villa...

J'ai trouvé ce paragraphe très clair, et il a emporté mon adhésion par rapport à Iglésias, donc l'article non seulement servait à quelque chose, mais en plus était important pour le dédouaner...

Non, l'auteur ne répond pas aux critique. D'une part parce que ce paragraphe fait de la surinterprétation (il suppose que les critiques de Pablo Iglesias sont plus développées que ce qu'il a vraiment écrit dans son tweet). D'autre part parce que l'auteur ne comprend pas que le tweet n'est qu'une illustration, ce n'est pas la seule fois que Iglesias ou Podemos fustige les politiciens espagnols vivant dans le luxe alors que le peuple a de gros problèmes économique.




D'après moi, si. Nous ne sommes pas d'accord.

Point

J'admire la puissance de vos arguments. Je n'ai qu'un seul reproche: ils sont un peu trop longs. Ne les détaillez pas autant la prochaine fois.

Vous faites de l'humour !!!!

M'est avis que question luxe, ça va être à revoir. La maison est peut être belle mais, avec l'endettement qu'ils se sont mis sur les reins, faut pas d'il leur arrive d'accident de la vie. Je ne vois pas de luxe dans leur train de vie avant longtemps.

leur train de vie vient déjà d'augmenter de manière automatique, vivre dans une belle baraque avec piscine et grande superficie c'est déjà un changement de train de vie considérable. 

bien sûr il manque potentiellement la bouffe aux fouquets et les yachts pour faire sarko bling-bling mais c'est un point de départ.

La maison peut justement être l'amorce d'un changement de train de vie qui touchera d'autres domaines. Par ailleurs ils me semblent tous 2 suffisamment intelligents pour panifier leur future correctement... ils sont qualifiés avec une notoriété certaine, je doute qu'ils aient beaucoup de mal à trouver des jobs bien payes s'ils devaient se mettre un peu en retraite de la politique.


Bref, ils peuvent vivre avec une certaine aisance, rien de mal a cela c'est plutôt comme le rappelle Tristan l'hypocrisie  de la situation qui a été  relevee et il était donc facile pour les medias de rebondir dessus. 


Mais peut-être pas seulement si on en croit le vote des militants : quand 1/3 des  militants votent pour son départ c'est que pour certains cette maison peut apparaitre comme ostentatoire et en decalage avec l'ideologie du parti. 

Il y a sans doute un probleme de perception mais  également une question de principe. Pour un parti qui se veut humaniste écolo égalitaire (voir un peu communiste au sens de collectivisation des biens) soucieux de l'utilisation des ressources de la planète, anti société de consommation cette baraque doit sûrement choquer plus d'un militant et je pense que cela va affecter sa credibilite. On attend toujours une certaine exemplarite de nos leaders .... La c'est un peu fait ce que je dis pas ce que je fais.


En tout cas cet article assez militant est surprenant sur @si , il aurait moins surpris sur lemediatv.

Les classes moyennes n'ont pas droit à une augmentation de leur gains et vie mais la bourgeoise si, si on vous comprend bien ? on voit bien ou vont vos accointances. 

Bienvenue sur Arrêt sur ||mages. Je  suis toujours avec intérêt vos émissions sur Hors-Série. Il était peut-être inutile de préciser  les détails du financement.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.