26
Commentaires

Ventes d'armes : "Plus ils ferment de portes, plus ils créent des fantasmes"

La rencontre entre un sujet tabou et explosif - les ventes d'armes françaises - et le journalisme d'investigation ne pouvait que faire des étincelles. C'est ce qui s'est produit cette semaine avec l'audition par la police de trois journalistes auteurs d'un scoop sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite. Enquêter sur les ventes d'armes avec des mots, avec des cartes, avec des images : c'est le sujet de notre émission d'aujourd'hui, avec trois invités : la journaliste Anne Poiret, réalisatrice du documentaire "Mon pays fabrique des armes" (octobre 2018, France 5) et auteure du livre Mon pays vend des armes (mai 2019, Les Arènes) ; le journaliste Geoffrey Livolsi, co-fondateur du média Disclose qui a enquêté sur l'implication d'armes françaises dans la guerre au Yemen ; et enfin Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions de défense depuis 25 ans, actuellement à L'Opinion.

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 20 fois

Ouais, bin moi si, je désespère. A voir des gens nous gaver encore avec leur Branco, jusqu'à pleurnicher parce que leur petite obsession du moment n'a pas supplanté une émission sur les ventes illicites d'armes de guerre entre les Etats. 


Une idé(...)

OOOooohhhhh, Justine ! Fait plaisir de vous (re)voir !
(Exclamation avant visionnage ^^)

Très bonne émission. 


Tout mon soutien à Disclose.


Le problème de droit qui se pose n'est pas du côté de la presse mais des services de l'Etat qui enfreignent la loi en se rendant complices de crimes imprescriptibles en participant activement à l'(...)

Derniers commentaires

Confidentiellement : Émission intéressante sur un sujet brulant, qui mériterait d'avoir une suite...

Les armes tuent des gens, et toutes les guerres ont des "conséquences dévastatrices sur les populations civiles"...Qu' on tue des nazis, ou des Yéménites.

Vouloir "moraliser" les ventes d' armes, c' est comme vaticiner sur le bonheur de l' Humanité, ça permet, au mieux, de regarder le défilé du 14 juillet et du 1er mai, la (bonne) conscience apaisée.

Et moi, je continue à me griller les neurones sur la notion du bien, du mal, et sur l' usage, juste encore que bien évidemment modéré (je suis un facho atypique), d' une violence salutaire...Qu' est-ce qu'y disait, déja, Caussimon: " Est-ce ainsi que les hommes vivent…"?

Allez...Carpe diem.

Quel est l'intérêt de garder le silence face aux questions philosophiques de la DGSI ?

C'est une émission qui ne restera pas dans les annales, à part le représentant Disclose nous sommes "désarmés " devant l'absence d'information 1h 15' sans grand intérêt... Sujet difficile certainement, fallait-il le faire? Pas sûr !

Raymond Mathieu

bravo disclose et à Anne Poiret : enfin de vrais journalistes d'investigation!

Je n'y connaissais rien sur les ventes d'armes, maintenant un peu plus. Sur la forme, depuis trois ou quatre émission, le petit air hautain des journalistes old school ont tendance à m'exaspérer (je parle pour M. Merchet, là). Hé oui les gars, des p'tits jeunes bousculent l'ordre établi, et sans carte de presse... Manquerait plus que ce soit une association, en plus.

Je trouve qu’il serait temps de privatiser notre armée française.

j'ai un problème d'audition je pense : M. Merchet nous dit qu'il a divulgué une petite info sans importance "pas très intéressante" dit-il, un truc classé confidentiel défense selon lequel un colonel se félicite d'avoir empêché les journalistes de voir que l'armée française n'empêchait pas les massacres ! ( c'est de la complicité pour moi, rien de moins )


Putain mais c'est une bombe atomique ça ! 

Pour M. Merchet, c'est un petit truc sans importance !! 

C'est surement du au fait qu'il doit avoir moult infos pire que ça ; rien que d'y penser ça me fait froid dans le dos !

Si cela s'avère, il serait maintenant intéressant de creuser la révélation d'Anne Poiret, et d"enquêter pour savoir qui a menti (il apparait peu probable que la DRM ait donné de son propre chef des garanties qu'elle n'avait pas).


Verbatim sur l'autorisation du "transfert" dans le contrat DONAS (en 2014 l'Arabie Saoudite achète à la France des armes pour 2,4 milliards d’euros à destination du Liban. Le financement entre temps est suspendu en 2016 à cause de la colère de l'Arabie Saoudite contre le Liban jugé trop proche de l'Iran via le Hezbollah. Par conséquent, l'Arabie Saoudite garde les armes) :


Anne Poiret (minutage : 45'): « Ce qui est très intéressant pour faire un lien avec la DRM, c'est que, suite à cette information qui était sortie sur le contrat DONAS et sur le positionnement de Jean-Marc Ayrault qui n'avait pas voulu me parler pour le documentaire, mais qui a accepté que je le cite pour le livre, donc il m'a expliqué comment il avait pris cette décision... ça s'était fait en effet au-dessus de lui.

Quand j'ai pu parler à des gens qui avaient pris cette décision, qui avaient contribué à la prendre au-dessus de lui... »


DS: « C'est à dire concrètement, la décision de transférer vers l'Arabie Saoudite des armes destinées au Liban... »


Anne Poiret : « Oui que ce serait OK. Ils vous disent : "On a une certitude que ces armes ne seront pas utilisées au Yémen, et donc on a des garanties.

- Très bien, quelles sont vos garanties ?

- La DRM nous assure que ces armes ne passeront pas la frontière et ne seront pas utilisées sur les civils.

Ce contrat-là, pour entrer dans les détails, implique des munitions de 155 et des munitions de 120 mm (Thalès)... Quand vous voyez dans le document de la DRM - Direction du Renseignement Militaire (que Disclose a publié) que dans le tableau sur ces munitions de 120 de Thalès, il est dit qu'ils n'ont donc pas d'informations, c'est-à-dire que des décisions sont prises au plus haut niveau selon des informations qu'en fait ils n'ont pas, c'est à dire qu'ils n'ont pas deux ans plus tard la possibilité d'affirmer que ces armes ne servent pas au Yémen dans le conflit au Yémen. »

Excellent merci de mettre ce sujet crucial en avant.


Le rôle du complexe militaro-industriel français est aussi central en France qu'il l'est aux États-Unis, et commet à son échelle autant de crimes à l'étranger.


Il devrait faire l'objet d'enquêtes quotidiennes tant sur son versant économique que politique. 

silence sur les "commissions" liées à l'Armement ? sujet tabou....

Très bonne émission. 


Tout mon soutien à Disclose.


Le problème de droit qui se pose n'est pas du côté de la presse mais des services de l'Etat qui enfreignent la loi en se rendant complices de crimes imprescriptibles en participant activement à l'abus que fait le pouvoir du "secret" pour cacher ses saloperies.


Depuis Nuremberg, il faudrait que la conscience et l'instruction démocratiques progressent un peu...


La France a ratifié le Statut de Rome, la CEDH, etc.




18:41 est le timecode du rictus de Justine Brabant à l'énoncé du Rwanda. J'en glousse encore.


Pour l'anecdote : Hier soir, je parlais du retour de Justine Brabant à une amie, en mentionnant son vieil article sur le Rwanda comme exemple du rapport qualité/vitesse qui m'intimide dans l'équipe d'@si (c'est un thème que j'avais -lentement- étudié en ethno, et la justesse de cet article que j'attendais au tournant avait pas mal cimenté mon respect du site). Donc là, gratitude pour l'initiative du 'cut' caméra au moment où le Rwanda est mentionné. et où le regard se serait spontanément tourné vers elle. Confortable coïncidence, cet écho-là.


(Par contre, la fugace réapparition du "Rosie the Riveter" d'Alain Korkos sur la page d'accueil, ça, ça a été une cruelle fausse joie.)    

OOOooohhhhh, Justine ! Fait plaisir de vous (re)voir !
(Exclamation avant visionnage ^^)

Manifestement, il est très compliqué de réunir à une même table Juan Branco, Nicolas Grégoire et Marc Endeweld. Mais je ne désespère pas.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.