9
Commentaires

Venezuela : pourquoi les guillemets de "l'attentat" perdurent

Depuis une semaine, l'opposition vénézuelienne et la Colombie accusée par Caracas d'avoir tenté d'assassiner Nicolas Maduro, dénoncent une "machination", une "mise en scène", "une farce". Alors que tout s'est passé hors champ samedi 4 août, les médias occidentaux continuent à utiliser le terme d'attentat entre guillemets. Y a-t-il encore lieu de douter de la réalité d'une attaque contre Maduro ?

Commentaires préférés des abonnés

Donc avant l'attentat un journaliste d'opposition affirme qu'il y aura un attentat avec des drôles. On a des images des drones ET une partie de l'opposition revendique l'attentat. L'histoire semble être assez claire non ?

Approuvé 5 fois

Oui... mais non , tous ces gens s'expriment en espagnol et on cherche encore un traducteur épagnol/anglais et anglais/TV française ..... ça prend du temps.

Approuvé 3 fois

"Au lieu de s'intéresser aux vrais trucs"

Ce que j'attends des "journalistes", c'est qu'ils fassent vraiment le point sur la débâcle économique du Venezuela, où elle en est (manque de PQ ou de céréales?) et surtout quelles en sont les causes profondes(...)

Derniers commentaires

Si cette situation s'était produite, à l'identique, avec un dirigeant pro-occidental, ceux prétendant que l'attentat n'a pas eu lieu ou qu'il a été organisé par le dirigeant lui-même auraient été systématiquement traités de "complotistes" par les médias occidentaux.

L'ère de la post-vérité dans toute sa splendeur. Au lieu de s'intéresser aux vrais trucs qui pourraient être reprochés à Maduro (l'exploitation pour viser d'autres opposants que les responsables, ici probablement) ou à son opposition (la non ou très très faible condamnation du terrorisme), les deux camps préfèrent produire des réalités alternatives (d'un coté "pas d'attentat", de l'autre big complot venu des USA en passant par la Colombie quand ça a plutôt l'air l’œuvre de pieds nickelés).

Très bon papier, merci.

Reste à savoir pourquoi Le Figaro est moins perméable à l'antibolivarisme primaire que le reste de la presse (à l'exception de l'Humanité ici et là). A-t-il des informateurs dans les ambassades ? plus de journalistes sur l'international ? voire plus de méfiance envers la propagande atlantiste ?

Donc avant l'attentat un journaliste d'opposition affirme qu'il y aura un attentat avec des drôles. On a des images des drones ET une partie de l'opposition revendique l'attentat. L'histoire semble être assez claire non ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.