26
Commentaires

Vendre un tweet ? Extension du domaine de la valeur

Big data, réseaux sociaux, bulles de filtre, cryptomonnaies, harcèlement, modération, censures... Peut-on penser à gauche la révolution numérique ? Plus que jamais, selon Thibault Prévost, qui inaugure ici sa série de chroniques "Clic gauche". Ce premier épisode est consacré au monde des NFT, les enfants maudits des cryptomonnaies et du marché de l'art, qui sont partout depuis mi-mars et dont personne ne sait vraiment comment ils fonctionnent...

Commentaires préférés des abonnés

belle chronique! pour son inauguration, le sujet est intéressant...

en résumé encore une belle couche de cacapitalisme qui vient d'éclore.. comme si le monde était déjà pas assez cinglé comme ça :(

Non, ce n'est pas totalement faux. Le coût énergétique du bitcoin est faramineux, même s'il est difficile à estimer avec une grande précision. Certes, il est beaucoup plus faible que celui de l'ensemble du secteur bancaire conventionnel  de la p(...)

Passionnant et vertigineux... Merci pour cette première chronique, c'est bien parti ! 

Derniers commentaires

"Délire Dickien", expression appropriée. Des fois je me demande si à pas 40 ans je suis déjà un "vieux con" ou si ça part vraiment en sucette. Mais non, la mutation numerique du capitalisme est vraiment laide. À tel point que tout le LSD du monde n'aurait pas suffit a Horselover Fat d'entrevoir une telle ignominie.

Intéressant, merci pour cette chronique.


Ce qui est assez rigolo c'est que la spéculation se soit franchement décalée vers l'absurde inutile. Des gens acquièrent cher des titres de propriété de trucs qui circulent librement et sont copiables sans pertes à l'infini. Et ils espèrent les revendre avec un bénéfice. Fascinant.


Ce qui est aussi assez drôle c'est le nuage de fumée à base de "blockchain" (qui bien peu de gens comprennent, même et surtout parmi les experts invités ici ou là pour en parler). Ça donne un verni crypto-technologique qui fait vibrer les "spécialistes". Alors que, dans le cadre de ces fameux NFT, le seul apport de la "blockchain" c'est de mettre à la portée de tout le monde la création d'un jeton, plutôt que de devoir passer par un tiers de confiance (type enveloppe Soleau). Avec en contrepartie le fait que n'importe qui peut se déclarer propriétaire de n'importe quoi et essayer de revendre son "titre de propriété".


Il est fort possible que ce délire prenne fin aussi vite qu'il a commencé. Mais c'est pas sûr. Les gens sont fous.

Jusqu'à ce que je sois arrivé là de ma lecture "car n'importe qui peut créer un NFT, même s'il n'est pas le créateur de l'œuvre", je me disais bon pourquoi pas hein ? Ça n'est jamais qu'une technique pour assurer les droits de propriété sur des objets numériques. C'est dingue mais, dans le cadre d'une société qui valorise les droits de propriétés même les plus absurdes, comme les nôtres, ça se tient.

Mais si en plus, c'est une technique de garantie qui ne garantit rien, il n'y a plus qu'à en rire et à rire au nez des gogos qui vont foutre du pognon là-dedans, en faisant tout notre possible pour que ça n'obtienne jamais la moindre valeur légale.

Par rapport aux bitcoins etc... dont le coût écologique est faramineux, c'est éventuellement mieux que les spéculateurs basent leur monnaie virtuelle sur un truc existant que des calculs inutiles, mais ne m'y connaissant pas assez en technique pour authentifier les oeuvres (est ce que leur attribution de numéros de série uniques ou leur vérification nécessitent d'énormes calculs ?) je ne saurais dire ce qu'il en est.


C'est bête que l'article n'aborde pas ce point essentiel. Les monnaies virtuelles en soi ce ne serait rien de bien pire que les alternatives genre SEL etc... ou au pire d'autres trucs qui existent comme les actions et obligations, s'il n'y avait leur énorme surcoût écologique pour un truc qui ne crée de richesse que virtuelle.

Selon l'articile Wikipedia (en anglais, la mention est malheureusement absente de la version en français), malheureusement la plupart des NFTs actuels sont basés sur une blockchain validée par "preuve de travail" (proof-of-work), qui sont plus énergivores que les blockchain validées par "preuve d'enjeu" (proof-of-stake). Donc oui, aujourd'hui l'explosion des NFTs est un désastre environnemental, comme la plupart des cryptomonnaies...

Il faut arrêter avec les coûts écologiques du bitcoin. c'est totalement faux.. même si c'est relayer par la presse...

Les millions d'agences bancaires avec leurs éclairages permanents, leurs pubs et toutes leurs infrastructures informatiques, leurs millions de distributeurs de billets dans lequel se cache en réalité des pc sous Windows qui fonctionnent h24, leurs serveurs, la fabrication des billets et leurs approvisionnement vers les banques, les cartes bancaires, les relevés de comptes etc... utilisent beaucoup plus d'électricité que la blockchain. Et de plus en plus le minage de bitcoin se fait près des centrales ou autres infrastructures fabriquant de l’électricité, pour absorber les pertes générés par la centrale pour les réutiliser plutôt que de les perdre (oui l’électricité ne se conserve pas ou très peu... donc il récupère les pertes par ce biais).

Non, ce n'est pas totalement faux. Le coût énergétique du bitcoin est faramineux, même s'il est difficile à estimer avec une grande précision. Certes, il est beaucoup plus faible que celui de l'ensemble du secteur bancaire conventionnel  de la planète mais il assure un nombre de transactions considérablement plus faible. Il faut comparer l'efficacité énergétique du bitcoin et du système bancaire conventionnel en les rapportant aux services rendus. Selon les estimations les plus basses le bitcoin consomme environ 200000 fois plus d'électricité par transaction que le consortium carte bancaire VISA. Et la consommation totale du bitcoin en 2020 est estimée à environ 0,4% de la consommation totale mondiale, soit environ un cinquième de la consommation de la France. Cela n'a rien de négligeable.


Ceci n'a rien d'étonnant, la valeur du bitcoin dépend justement, bien qu'indirectement, de la difficulté qu'il y a à le "miner". C'est le principe fondamental de "preuve de travail" sans lequel le bitcoin ne fonctionne pas. Si demain quelqu'un inventait un moyen de calculer SHA256 (une fonction de condensation cryptographique mais peu importe, ce n'est pas important) sans rien consommer ou presque le bitcoin disparaitrait en quelques heures.


Quant à l'argument de l'électricité qui serait perdue si on ne l'utilisait pas pour miner des bitcoins, il me laisse pantois. Une part très importante du minage se fait en Chine, dans des régions où la production d'électricité est très fortement carbonée. Si on y minait moins on y brûlerait moins de charbon, tout simplement.


On peut aimer le bitcoin, tout comme les voyages en jet privé ou les Hummer mais il faut tout de même avoir les idées claires sur son impact environnemental

Je suis d'accord qu'il existe un coût énergétique associé au bitcoin, c'est évident. Et il est important, mais il reste largement plus faible que le coût du système bancaire classique. Si tous le monde passe au bitcoin, le cout énergétique sera moindre que celui des systèmes bancaires dans son ensemble. 

Car le hashrate ne dépends pas du nombres d'utilisateurs du réseau, mais du nombres de mineurs et de leur puissance de minage. La valeur du Bitcoin ne dépends pas non plus de la puissance de calcul des machines, mais de l'offre et de la demande, ainsi que de sa limite fini et connu en unité (21 millions).


Si on pouvait exploiter un matériel peu énergivore pour des calculs SHA256, le bitcoin ne disparaitrait pas, il serait plus écologique et ferait monter le hashrate, c'est tout (les puces Asics en sont la meilleure preuve, elles correspondent exactement à ce que vous décrivez). Le seul moyen de le faire disparaitre est qu'il n'y ai plus de mineurs du tout ou qu'internet disparaisse.


Quant à l’électricité perdue, le passage est en cours, notamment à New York et en Iran.

Il est vrai que la Chine est parmi les pays qui "minent" le plus de bitcoin, mais ces acteurs vont vers des régions où l’électricité  est verte de plus en plus. Une part importantes de l’électricité exploité provient de source renouvelable, comme au Canada ou en Islande par exemple.


Donc oui le Bitcoin est énergivore, mais il le sera toujours moins que les systèmes bancaires vue dans leur globalité.

Oui, mais l'idée du commentaire exposé plus haut c'est justement que l'efficacité énergétique du bitcoin est beaucoup moindre que celle des systèmes bancaires classique. DOnc que ça consomme moins, c'est trivial de le dire, mais qce qui l'est moins c'est de remarquer qu'au vu de ce qu'apporte le bitcoin à l'humanité et ses ouvres, c'est cher payé.


Ensuite, le fait que des acteurs comme en Chine iraient vers des énergies vertes, ou dîtes comme telles, il faudrait le prouver et ne pas juste l'asséner comme étant une évidence. Je ne vois pas en quoi ces acteurs auraient un intérêt, de quelque ordre que ce soit (économique, diplomatique, d'image...) de consommer différemment de l'électricité qui vise de toute manière à s'accaparer un marché de dupes où le délit d'initié est si commun qu'on en a perdu le sens de ce concept. En bref, aucun intérêt à faire ce genre de choses dès lors que le but est juste de se faire le plus de thunes possible en manipulant le marché de la cryptomonnaie à son avantage, quoiqu'il en coûte.


Et quand bien même serait-ce le cas (l'utilisation d'énergie renouvelable), l'utilité des cryptomonnaies et l'utilisation qui en faite, leur état tel qu'il est maintenant rend, est difficile à percevoir.


Car quelles que puissent être les nouvelles puces qui permettraient de consommer moins d'énergie pour le calcul de la preuve (et c'est aussi par ailleurs une question qu'on peut tenter de résoudre via des algorithmes qui, avec la même assurance sur l'inviolabitlité du système, permettent de moins consommer, mais je ne sais pas où ça en est sur le sujet, ça fait quelques temps que je ne m'y suis pas intéressé), j'ai encore du mal à voir en quoi ça changerait la philosophie de ce type de monnaie, qui ressemble à s'y méprendre à des salles de marché, tout en prétendant se détacher du vieux monde et ses démons.


Autant la blockchain en tant que telle est intéressante sur de très nombreux aspects, autant l'utilisation qui en est faite par les cryptomonnaies me donne la nausée.


Je ne comprends pas la hype qu'il y a derrière, s'affranchir des banques et des organisme émetteur tout en reproduisant les pires travers de ces derniers est quelque chose que je trouve consternant à plusieurs titres.



Le projet initial du bitcoin a été détourné à des fins capitalistes, nous sommes d'accord. Pourquoi en Chine ils utilsent au maximum l'électricité verte, ainsi que le Canada et autres... ? Tout simplement car elle est moins chère là bas, donc ils diminuent le cout de production et maximise les profits. En Chine, ils vont même jusqu'à deplacer leurs fermes de minages chaque années deux fois. Car l'electricité verte n'est abondate que 6 mois par an, les autres 6 mois, ils utilisent de l’électricité poluante. Non, je maintiens que le système bancaire est plus énergivore que le bitcoin, quant on le prends dans son ensemble. Quant aux sources, il suffit de fouiller un peu le web pour les trouver. Je n'invente pas, je suis l’aventure bitcoin depuis quasiment sa création, car j'avais trouvé l'idée intelligente, et j'ai bien vu le changement il y a quelques années quand les puissants s'y sont interessé, c'est passer de monaie universelle à instrument financier... Dommage. Par contre, j'aurais dû en acheter à l'époque où il vallait quelques centimes d'euros, mais je m’intéressais surtout au projet en tant que tel. J'ai toujours trouvé le mouvement cypherpunk intéressant. Donc je défends le projet d'origine, d'un point de vue idéologique et ne suis pas dans les "hypes" qui trouve cela fun aujourd'hui. Que le projet ait été détourné, cela me consterne également.

Ils vendent des bits et ce n'est même pas interdit...

Sujet intéressant et bien exposé pour le grand public. Le plus délirant c'est que les capitalos et autres bourgeois qui ne savent plus quoi faire de leur argent sont toujours en quête de la possession, la propriété, pour pavaner... N'est-il pas plus glorieux pour un être humain très riches de donner 1 million pour nourrir ou apporter de l'eau potable à des autres humains en difficultés que d'exhiber des bits numériques ? Internet a été inventé (pour être précis, rendu accessible aux peuples) pour le partage de la connaissance commune. C'est la plus grande invention depuis l'imprimerie de Gutenberg. Internet permet de lire, mais aussi d'écrire et de partager, nous passons ainsi de simples lecteurs à lecteurs et auteurs.


La blockchain a été pensée pour l'émancipation des citoyens du monde face aux systèmes bancaires étatiques et mondiales. A ce jour, le Capital s'intéresse à la blockchain et au bitcoin (entre autres). La blockchain a été détourné. Elle aurait pu permettre de se passer de notaires par exemple, puisqu'immuable et décentralisé. Satoshi Nakamoto se retourne dans sa tombe... Il a créé une invention révolutionnaire open source pour que tout le monde puisse l'appréhender et l'améliorer, mais il avait sûrement trop confiance en l'être humain. Rapellons qui soutient le projet Ethereum (Microsoft, Intel, JP Morgan, Cisco etc...). Souvenez-vous comment Microsoft a réussi à devenir dominant sur l'informatique... Méthodes de barbouze écœurantes...

Comme je suis un peu sourd (mal entendant) je comprenais MST. Mais finalement c'est pas si loin.

Je connaissais pas,

merci

Passionnant et vertigineux... Merci pour cette première chronique, c'est bien parti ! 

Pas mal, Thibault, la citation - remise au goût du jour - de "99 francs" de Beigbeder, qui conclut votre chronique ;)


Me la vendriez vous en NFT ? 

belle chronique! pour son inauguration, le sujet est intéressant...

en résumé encore une belle couche de cacapitalisme qui vient d'éclore.. comme si le monde était déjà pas assez cinglé comme ça :(

De quelle valeur parlez-vous ?


D'une vraie valeur, ou du fric ?


C'est fou ce que les mots perdent leur sens.

Eh qui qu'en veut de mon commentaire ? C'est juste pour le blé ! Je vous le fais a 15 patates , chiffre choisi au hasard comme la règle des 3 % .Ca aussi je vends , Aie je vends plus vite que je ne crée......aie aie aie 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.