117
Commentaires

Valls, les blancos, et le politiquement correct

Le terrain semblant déblayé au moins pour quelques jours, le jeune Manuel Valls, maire PS d'Evry, fonce dans le tas de ruines.

Derniers commentaires

Après "Valsiner" dans le ( LE FABULEUX DICO D'@SI ) , il faut rajouter "Vallsiner" Danser à trois temps mais plus vite qu'avant . En effet , trois noires deviennent trois blanches .
Cher Daniel,

Pouvez-vous rappeler à tous les Asinautes les propos ''off'' de JF Khan sur le plateau d'ASI il y a quelques années ?

Vous vous souvenez, il parlait de son petit village ou la population a radicalement changé en très peu de temps. Il se faisait l'avocat de ces villageois dépités de voir la population Française de souche remplacée par une autre, plus colorée à la vitesse de l'éclair.

Je n'ai pas souvenir que vous lui ayez dit que Sarko ou Le Pen vivaient dans sa tête...

Appréciation à géométrtie variable ???

Pour info, la vidéo est sur Dailymotion...
Ah ben voilà, Copé prend la défense de Valls, dont il justifie les paroles en disant qu'elles illustrent une préoccupation légitime des français, celle de "l'identité nationale".
La boucle est bouclée.
Daniel, vous avez essayé de brancher Judith sur Valls et la remise en cause de l'obligation scolaire à 16 ans ? ;-)
http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&num_notice=5&full=Lagarde%2C+Jean+Christophe&total_notices=7

À noter un billet très saignant de Françoise Degois, dans le journal de 6h30 (ou 6h00 - l'archivage du 5-7 ne vaut pas celui du 7-10 sur le site de France inter) de lundi dernier / Valls s'achevant, à la manière des billets d'humeur cinglants du moment, par un lapidaire "la réponse et non", après une evocation des chances de Valls d'entrainer le PS (ou la gauche) derriere
Encore un matin où vous aviez mangé du lion, Daniel !

++++++++++1
Oui Sarkozy habite dans sa tête, l'expression est parfaite.

http://anthropia.blogg.org
Faire gaffe, c'est contagieux.
Avec la confirmation de score aux Européennes, c'est du niveau de la pandémie.
Ravi de voir que vous savez toujours mordre, Daniel, après la faveur chroniquienne dont a bénéficié un certain Bayrou.
Manuel Valls, Manuel Valls... c'est bien ce "socialiste" français qui, en compagnie d'un autre "socialiste" Hubert Védrines, figurait parmi les représentants de la France à la Conférence Bilderberg de juin 2008 ?
On y parle littérature, sans doute ?...
Je trouve que la conclusion frise le ridicule.
Sarkozy dit ce qu'il faut dire pour être populaire. Il change de discours comme de chemise.
Si ne pas avoir la langue de bois (à voir pour Valls, la démagogie, ça peut passer par là aussi), c'est être comme Sarkozy, alors je souhaite que tout le monde ressemble à Sarko.

Non, mais sérieusement, Sarkozy n'a jamais dit qu'il y avait des ghettos, qu'il fallait plus de mixité social. Il a dit qu'il allait nettoyé les banlieues au karcher !

Si Daniel n'arrive pas à saisir la différence entre ces deux discours, c'est que le formatage de l'antiracisme l'a vraiment atteint. Il faut se réveiller la mentalité "touche pas à mon pote" c'était bien beau, ça a été utile, mais ça a aussi fait des dégâts ! Regardez comment la classe politique et les journalistes refusent de parler des problématiques liées aux populations les moins bien intégrées. Mal intégrées pourquoi ? Précisément à cause de cette mentalité "le racisme, c'est pas bien" un peu niaise qui nous a mis peu à peu dans cette situation, car à sujet tabou, pas de solution. C'est une des causes de l'échec de la gauche avec le problème de l'insécurité qu'ils refusent d'aborder par peur de passer pour des fascistes. Mais on peut aborder des problèmes sans rentrer dans des clichés tout en étant serein et respectueux de tout un chacun, qu'on se le dise !
Et les bouffeurs de caviar porteurs de montres représentant plusieurs années de SMIC...

***
Pars vite et ne reviens pas !

Valls, ce bon vieux Valls qui proclame partout, depuis la débâcle du PS aux Européennes, qu’il faut changer le nom du Parti, pour enrayer sa chute.

Mais quelle appellation voudrait-il lui attribuer si l’UMP et le Front national sont déjà utilisés ?
N’a-t-il pas pensé qu’il serait préférable de les rejoindre plutôt que de faire pencher le PS plus à droite qu’il ne l'est déjà ?
Incompréhensible Valls qui ose signer la motion intitulée « l’espoir à gauche, fier(e)s d’être socialistes » alors qu’il soutient la politique d’immigration de notre cher président et dans le même temps la future loi sur les bandes.

Pitoyable Valls qui prétend vouloir changer « la direction, le programme et le nom du P.S » en rajoutant que le « mot socialiste ne veut plus rien dire », alors même qu’il « voudrait plus de blancs dans sa ville ».
Mais le mot socialiste ne veut plus rien dire grâce à vous mon cher Valls.

Vous qui justifiez vos propos racistes en prônant le mélange et la mixité sociale.
Mais comment cela se fait-il que l’on ne vous entende pas vous insurger sur le fait qu’il y ait trop de blanc à Neuilly, Paris ou au Palais Bourbon ?
Étrange que l’on ne ressente pas le besoin de mixité quand il n’y a que des blancs.

Alors, au lieu de dénaturer d'avantage un parti qui n’a déjà plus de sens.
Partez, courez vite... embrasser l’idéologie qui est la vôtre, mais qui n’est pas encore celle du PS.
...Et surtout ne revenez pas!


D.Perrotin D'AUTRES ARTICLES SUR http://www.acturevue.com
C'est assez effarant parfois ce qu'on peut lire aussi...
Il est donc manifestement interdit de dire que certains quartiers en France sont presque exclusivement habités par des noirs.
Personnellement, au nom de l'idée que je me fais de la République, ce fait me gêne.
D'autant que ces quartiers sont évidemment des quartiers pauvres.
Après, une des manières de ne pas traiter le problème est de dire que tout cela n'existe que dans l'esprit des sarkozystes, que parler de noirs et de blancs n'est qu'une vue de l'esprit (ce qui n'est pas faux, d'un certain point de vue).
La vérité est qu'il y a des quartiers dont beaucoup d'habitants, pourtant nés en France et de nationalité française, ne se sentent pas français mais se sentent plus proches de pays d'origine de leurs parents (et je ne dis pas qu'il n'y ait aucune raison qui fait qu'ils se soient sentis abandonnés par la France).
Pour améliorer cette situation, il me paraît indispensable de mettre fin à cette situation où certains quartiers sont des sortes de ghettos ethniques. Nier cette réalité, c'est le meilleur moyen de ne pas la faire changer.
[large]Marrant... Plus le temps passe depuis l'exode de France5, plus l'autonomie et donc l'absence de contrôle venu d'en haut permet une lente mais inexorable dérive d'@SI. Je trouve que le ton est de moins en moins neutre, de plus en plus orienté : la prise de position transpire, suppure même, des "analyse" censées être prises avec la tête froide. C'est décevant, mais en même temps, une fois averti, on peut analyser les analyseurs en décryptant le message au travers de leur prisme. Prisme encore pas trop distordant, certes. Mais j'espère, probablement naïvement, que ça n'ira pas trop loin. Parce que là, le simili "Sarkozy, sors de ce corps !", c'est fort de café.[/large]
Francis, je suis d'accord avec vous. D'après moi cette vidéo ne révèle pas tant un prétendu racisme de Valls que de l'évolution des préoccupations des politiques.
Il est évident que tous les politiques des démocraties font face à un dilemne :
D'un côté ils doivent convaincre un maximum de personnes de voter pour eux, sans quoi ils ne seraient jamais élus et donc incapables de changer quoi que ce soit. Ils doivent donc tenir compte des préjugés de ceux-ci.
De l'autre ils doivent essayer de changer la société vers leur idéal.
D'un côté, ils doivent aller vers les gens, de l'autre, ils doivent les tirer à eux.
Ainsi ,à mon sens on ne peut vraiment accuser Valls de racisme sur la seule base de cette vidéo.
On peut par contre l'accuser d'avoir basculé un peu trop d'un côté de cet équilibre instable.
C'est pour cela aussi,qu' à mon sens que la démarche de Mélenchon est complètement inefficace.
La société française étant en globalement de centre droit, on ne peut espérer avoir une majorité à court ou moyen terme en se situant franchement à gauche.
Je pense que le clivage politique évolue avec le temps vers un consensus entre les deux principales parties en opposition.
Ainsi, la part de l'importance de la communication pour se faire élire grandit inévitablement, à mesure qu'il devient de plus en plus difficile de convaincre par ses idées en se trouvant des points d'opposition avec la partie adverse.
"Ebony and Ivory living in perfect Harmony !"
Paul Mc Cartney et Stevie Wonder .
Je rend la parole aux @sinautes
Marrant ça. Il se fait démonter la gueule M.Vals et pourtant je ne trouve pas la vidéo très choquante.

Il parle de communication avec son interlocuteur, probablement pour passer quelques photos dans le journal municipal ou dans le site internet de la ville. Là, il fait une remarque sur ce qu'il voit, il y a une majorité de noir et il demande à son compagnon d'ajouter quelques blancs. on est dans la com là, pourquoi pas ? Feuilletez des magazines municipaux et vous constaterez l'attention qui est porté à la représentation des habitants de la ville. Un vieux, un très jeune, quelques ados multicolores, une mère de famille, un ouvrier, un/une cadre.
La communication, dans son sens publicitaire, c'est par définition la prise en compte des préoccupations ( préjugés y compris ) du receveur en lieu et place de celle de l'émetteur. Ok, c'est hypocrite, mais je ne vois pas en quoi cela permet d'en déduire quoi que ce soit sur ce qu'il pense réellement.
D'autant plus que vous remarquerez, il s'adresse en privé à un collaborateur probablement proche et après avoir parlé de blancs de manière sérieuse il utilise les termes de "white" et "blancos" sur un ton différent et en y ajoutant un petit ricanement. Soit il est lui même un peu gêné de ce qu'il se sent obligé de dire pour la communication alors que cela va à l'encontre de ce qu'il ressent et il blague avec son interlocuteur en prenant un petit accent pour dire "white" et "blancos" afin de bien montrer qu'il met une distance entre ce qu'il se sent obligé de faire et ce qu'il ferait sans contraintes. Soit, il moque par l'utilisation de ces mots les gens qui ont des préjugés en traitant les blancs de "white" et "blancos" pour faire un parallèle avec les termes qu'utiliseraient des personnes ayant des préjugés pour parler des noirs.

On peut lui reprocher de jouer le jeu des préjugés mais Je ne pense pas que l'on puisse le taxer de racisme. Il veut donner une image de sa ville qui correspond à ce qu'il en perçoit, c'est à dire une ville cosmopolite. Et il y a fort à parier, contrairement à ce que dit Claude B., que M.Vals prend effectivement garde à ne pas montrer que des blancs dans son journal municipal.

Je rejoins Bysonfutée. C'est de l'opportunisme de mauvais aloi car le rôle de l'homme politique ne devrait pas être de caresser les instincts les plus bas dans le sens du poil. Malheureusement, s'il n'est pas élu il n'est rien et ne peut s'exprimer. Ils ont choisi leur voie, c'est la plus facile avec le moins d'obstacles possible.
Les vrais coupables sont néanmoins ailleurs.
Manuel Valls parle d'une petite manipulation, pourtant l'intégrale de la vidéo de direct 8 visible ici, montre clairement qu'il sait qu'il est écouté durant le reportage, puisqu'il porte un micro ...

Cette remarque "petite manipulation" fait peut-être référence au fait que la journaliste de direct 8 s’appelle Valérie Trierweiler, qu’elle est la compagne de François Hollande et qu'elle et son équipe sont supposés l'avoir piégé.

Manuel Valls veut peut-être le beurre (racoler en faisant polémique) et l'argent du beurre (accuser ses vilains petits camarades du PS de l'avoir piégé)
Bizarre cette chronique qui a l'air de dire que faire du politiquement incorrect c'est faire du sarkozisme. Maintenant Sarko a le monopole du non-politiquement correct? Si on pousse cette logique à son terme on pourrait dire que vouloir le pouvoir et devenir président c'est faire du sarkozisme et y faudrait surtout pas que la gauche tombe dans ce piège...
Ce qui est commode, avec Sarkozy, c'est qu'il fait tomber les masques.

En effet, les Lang, Allegre, Kouchner et Valls donc, et certainement plein d'autres (dont a mon sens Jospin) ne sont que les héritier de la gauche de Mitterrand. Celui-ci avait initialement deux objectifs : construire l'Europe et la justice sociale ("changer la vie..."). En 1983, les socialistes ont donc choisi entre les deux, car finalement ces deux objectifs étaient incompatibles. La gestion de l'économie sous Mitterand par Jacques Delors est sur ce sujet un parfait exemple de cet choix [1]. L'Europe est avant tout un "Marche Commun" et une Europe libérale; intrinsèquement, la construction européenne est capitaliste. Le PS a ainsi abandonné son ancien cheval de bataille : la lutte contre le capitalisme, pour le remplacer par la lutte contre le racisme.

Au final, quelles furent les conséquences de ces choix ? Aujourd'hui, après le traité de Maastricht (voulu par Miterrand), nous sommes poings et pieds liés (économiquement parlant) par l'Europe. La gauche, au pouvoir avec Jospin, n'a fait qu'entériner la libéralisation de l'économie (et a confirme son adhésion au capitalisme), ce qui n'a pas eu de conséquences immédiatement négatives, car la conjoncture était plutôt bonne a la fin des années 1990. Mais lorsque les citoyens se réveillent, c'est l'heure du référendum portant sur la constitution européenne. Et je pense que le PS propose alors un message en profonde inadéquation avec son électorat. D'où son déchirement, et sa chute actuelle (Un point de vue complémentaire et intéressant est disponible ici [2]).

Mais (et c'est ce a quoi je voulais en venir), Sarkozy au pouvoir a eu l'intelligence tactique de proposer son "ouverture". Ce en quoi il a parfaitement raison ! Car dans le cas des socialistes cités ci-dessus, comme DS le fait si bien remarquer, "Sarkozy habite dans [leur] tête". Je dirais plutôt qu'idéologiquement, ils sont finalement du même bord. Des lors, pour quelle raison toute cette classe de responsables politique du PS aurait-elle un autre langage que Sarkozy ... ? Les masques tombent !

--------------------------


[1] http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2738

[2] http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2009/06/10/c-est-lionel-jospin-qui-est-responsable-de-l-incapacite-persistante-actuelle-du-parti-socialiste-a-se-regenerer-i_1205238_3232.html
Ben Daniel, tu parles bien de "vieux" dans une chronique récente (ce qui ne me choque pas, quoique commençant à en faire partie)… Sarko habiterait-il AUSSI dans ta tête ?

[Note : le tutoiement est un effet de style.]
Pris en flagrant délit de propos raciste, Valls veut nous faire croire, après coup, qu' il est pour le mélange des couleurs façon Benetton. Il faudrait tout de même poser cette petite question à Manuel Valls qui nous prend pour des billes : "Est ce qu'il vous est souvent arrivé de déplorer l'absence de noirs en passant dans des quartiers qui ne sont habités que par des blancs? ". Pauvre type ! Pauvre PS !
Much ado about nothing...
bravo pour cet article et sa très belle conclusion. Effectivement quand on regarde le monde avec les catégories de ses adversaires, ceux ci ont gagné. Comme le dit très bien Fillon, la droite a gagné la bataille des idées, la bataille idéologique, et en s'évertuant à courir après les concepts et weltanschauung de la droite, Valls les conforte dans leur leadership.
La conclusion que je tire (faut pas vraiment être balèze), c'est que pour avoir le pouvoir, il n'y a aucun problème pour la gauche à retourner sa veste suivant le sens du vent. On appelle ces vestes réversibles. Résultat, ils, (les gens de gauche) n'ont pas fini de s'en prendre une. Quant à nous, le gourvernement nous en claque une à la figure quasiment chaque jour. Et vlan ....C'est triste .... On n'a pas fini de voter écolo ou de s'abstenir !
Ça donne envie de voter tout ça...
Sarkozy, sors de ce corps !

On est vraiment dans les voyous : chez Sherlock Balkany, ici Valls...

Il ne manque plus que Dray, Tibéri, Pasqua, etc.

Enfin tous ceux qui travaillent activement, chacun dans son genre, à accréditer le célèbre et peu sympathique :

"Tous pourris !"

Et Dieu sait que cette variété de pseudo-politiciens grouille en France comme la vermine pullule sur une charogne.

Il faut dire qu'il n'y a qu'en France que ce soit un métier à vie "homme politique", non seulement c'est d'un ridicule achevé mais en plus cela conduit à ces innombrables dérives !

***
Bonjour,

Décidément, ce qui se dit de gauche tombe irrésistiblement dans un gouffre
Quand je pense que Valls et Allègre étaient dans les petits papiers de Jospin !!!
Tous les partis sociaux-libéraux ont pris une veste en Europe aux élections européennes… mais ils continuent comme si de rien n'était.
Messieurs, je vous laisse à vos idées "modernes"…
C'est un retour aux fondamentaux d'un bon cinéma en utilisant le fondu au blanc...
Sur France Inter hier, j'ai entendu parler de vidéo volée sur internet. C'est surprenant.
Un truc me chiffonne, Daniel, je ne suis pas sure de vous avoir bien compris. Ce qui vous gêne ce n'est tout de même pas que Valls -ou qui que ce soit d'autre d'ailleurs- utilise "noir" et "blanc" pour parler des noirs et des blancs ? Ces termes ne sont pas des insultes. Ce qui me choque, moi, c'est qu'il utilise des mots détournés "white", "blanco" et surtout, surtout, qu'il trouve que tant de "pas blancs" dans sa ville, ça fasse "pas bien", ghetto. Et puis l'assimilation noir = pauvre, qui est insupportable aussi...
Magnifique, Daniel, merci....

J'aime particulièrement la dernière phrase : "Sarkozy habite dans sa tête"... Ou quand les jeunes loups du PS deviennent des rats qui quittent le navire, pour rejoindre la rive sarkozienne, où ils auront certainement toute leur place. Avec l'exemple du sinistre de l'immigration et de "l'identité nationale".

En français, on dit que ces gens là "n'ont pas de figure"...
Message 1/5max du 17/06/09.

Valls racontait qu'il avait refusé les avances gouvernementales de Sarkozy. Mais il n'a pas besoin de rallier Sarkozy. Sarkozy habite dans sa tête.

C'est d'autant plus étonnant d'entendre Valls parler d'arrêter le politiquement correct et en même temps de dénigrer l'anti-sarkozysme "primaire"...

Mais Monsieur Valls, à votre façon, je vous répondrai que c'est comme ça aussi que les gens font de la politique. Par conséquent, je vous dirai que lorsqu'on critique la forme d'une attaque politique, le minimum, c'est de soi-même faire attention à la sienne, à moins que cela ne soit pas la forme que vous critiquiez dans les attaques sur Sarkozy... Ce qui expliquerait finalement bien mieux que vous puissiez également adopter son langage, lorsque cela vous sied.

yG
Ah bon, c'est censé l'arranger, la pub autour de cette vidéo ? Autour de moi, pourtant, même les plus portés à gauche commençaient à le regarder avec des yeux doux, ce socialiste qui bousculait son monde. Les regards se sont faits plus durs, subitement. J'ai décidément encore beaucoup à apprendre en matière de com', moi ! Daniel semble parier, lui, sur une percée à droite. Et si Valls se retrouvait juste au centre d'un tourbillon qui va l'emporter, lui aussi, comme Allègre, au fond de la baignoire ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.