100
Commentaires

une vie de chien

Derniers commentaires

http://www.exporevue.com/images/magazine/656ws_lux_delvoye4.jpg
http://www.medgadget.com/archives/img/stained-glass-xrays.jpg
http://blogphotos.cybertranslator.idv.tw/kaleidoscope/2008/09/tattooed-pigs.jpg

Photo de Wim DELVOYE ou la nécessité du scandale dans l'art. Tout est bon dans le cochon!

T'chô.
Hey toi ! Qu'est-ce que tu fous là ?
http://www.youtube.com/watch?v=YCP1P8KNa48
Ah! à lire ce billet me prend soudain la nostalgie de ouiquendes passés à chercher des bouts de puzzles de clebs et cabots pour retrouver les tableaux d'origine. C'est moins drôle quand tu nous donnes tout, tout cuit!
Quand réouvriras-tu la boîte à images? snif
Par Austin

Re: une vie de chien 16:47 le 03/11/2008

@ Alain Korkos .
je viens de relire attentivement votre contribution et il est vrai qu'à aucun moment vous ne donnez vore opinion personnelle sur l'oeuvre artistique qui provoqué chez moi une si puissante montée d'adrénaline . Je fais amende honorable et je reconnais que l'agacement m'a emporté et que j'aurais pu vous lire avec plus de rigueur et moins de subjectivité .
Cependant, je persiste et je signe, ces photos sont vulgaires et nullisimes . En fait je vous remercie presque de porter notre attention sur des manifestations , que nous les gens de province , ne sommes pas appelés à connaître, si ce n'est qu'au travers des médias .
Cher Alain,
Tu ne dois pas lire le forum de Sophie ici même car Walpole t'avait devancé dans le jeu de mots ! ! ( post du 30 octobre sur la Surveillance sarkozyste des sites). Mais tu es pardonné ! Je ne sortirais pas les crocs !!! Sur son site (http://www.pensezbibi.com) l' article s'appelait même : " Une vie de Chien , l'Art à quatre pattes"...

Extrait final repris sur ASI :
"Walpole ne connait pas les œuvres de Kulik. Il s’est juste promené sur les sites qui offrent quelques photos. Des photos de nus, des montages bruts de décoffrage, des rapprochements Homme-Animal souvent saisissants. Dans les interviews d’Oleg Kulik, Walpole a trouvé que dans sa gamelle, il y avait à boire et à manger : « Je considère ma naissance comme une performance amusante. Ma mère est arrivée à la maternité quand Gagarine est arrivé dans l’espace. Les gens de l’hôpital criaient : « l’homme est dans l’espace ! ». D’autres disaient selon l’expérience précédente : « Ce n’est pas l’homme qui est dans l’espace, c’est le chien ». Ma mère entendait donc ces voix : « L’homme, le chien dans l’espace ».
Depuis, pour l'artiste, ce fut une évidence : l'Homme est un chien.
Walpole ne veut pas, lui, d'un Art à quatre pattes. Il ne voudrait pas non plus qu’Oleg Kulik se retrouve au chenill. Puisse son travail continuer de nous montrer les crocs.
Sans laisse, en toute liberté."

A bibientôt
walpole
Philippe Dagen (du service Culture au Monde). Il signe un papier intitulé "L'art entre provocation et cynisme" dans le Monde du samedi 1er nov.(*)

Sa conclusion me paraît rejoindre les préoccupations de Maître Korkos et sans doute de quelques autres parmi nous. Je la copie/colle, le lien vers l'archive n'étant pas disponible éternellement, c'est déjà ça.

...["Non plus dans le genre de la provoc morbide, mais dans le style tendre et lénifiant, il faut en dire autant de Jeff Koons quand il agrandit des jouets et des bouées, suspend des coeurs mordorés à des rubans écarlates et fait preuve, dans les appartements du château de Versailles, de ses talents de décorateur. Une telle conception de l'activité artistique n'est pas neuve. Dans le dernier tiers du XIXe siècle, elle fit la fortune des plus pompiers des peintres. A l'instar de leurs successeurs actuels, ils fabriquaient des images et des statues qui frappaient par leurs dimensions considérables, leur perfection technique, leur absence absolue de nouveauté, leurs sujets connus de tous et leur cherté extravagante. On sait ce qu'il reste de ces fournisseurs des grands de ce temps-là, Gérôme, Meissonnier et leurs émules : à peine plus que les noms.

Ce jugement de l'histoire est rassurant, sans doute. Mais pour tous ceux qui se refusent à considérer l'art comme une branche spécialisée du luxe et du divertissement, c'est une faible consolation. "]


(*) j'ai la flegme de remonter les 80 commentaires précédents pour vérifier si je suis redondant ou pas. Si oui, désolé.
@ Alain Korkos .EXPLICATION DE TEXTE
" Mettre à la suite de ces photos nullissimes des tableaux de Botticelli . Il fallait oser . ".... Je disais donc que montrer ces photos que je trouve laides ( pardon de dire ce que je pense ) et enchaîner avec des oeuvres de grands maîtres peignant des tableaux sur lesquels apparaissent des chiens, est pour le moins surprenant .Je n'arrive pas à saisir le fil conducteur de votre démonstration .Ou alors je suis sans doute le dernier des crétins ( pourquoi pas ! )
Qu'il est difficile de se faire comprendre .Ceci dit, vous avez tout à fait le droit d'aimer ce genre de création .Comme le disait ma mère, tous les goûts sont dans la nature .
Mais ne pas apprécier certaines interventions sur ce site est aussi un de nos droits .
J'imaginais bien pire quand je suis tombé sur la décision du Parquet de Paris !
A croire qu'ils font ce merveilleux travail de bénédictin : à voir le malin partout dans quelques épisodes écrits de la vie des Saints, ils en venaient à déboulonner toutes leurs statues.
Tout n'est pas art et il n'y a que les bobos parisiens pour le croire encore .Quel snobisme .Mettre à la suite de ces photos nullissimes des tableaux de Botticelli .Il fallait oser .
Et vous l'avez fait .Article outrancier qui n'a d'autre ambition que de remplir le site .Dommage, on attend mieux d'@si.
N'est-il pas un peu éprouvant de devoir lire à longueur de posts les mots "art" et "artistes" (qui avaient une signification il y a peu d'années encore) pour évoquer une daube dont les gogos les plus débiles ne voudraient pas, même à titre gratuit, pour les afficher dans leurs chiottes ?

Botticelli et Kulik, même combat ? Ah ! Bon !

***

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

(Ca me rappelle un sujet de philo, au lycée ("Peut-on convaincre autrui de la beauté d'une oeuvre d'art?"). Je crois qu'Alain Korkos a argumenté, voyez-vous, mais qu'il ne vous a pas convaincu(e). Pas de quoi l'accuser de mauvaise foi, donc, d'autant qu'il en fera peut-être une crise...)
Alain Korkos : "on peut également citer les belles photos de Philippe Ramette qui sont réalisées par un OS du déclencheur nommé Marc Domage".
Quelle mauvaise foi monsieur Korkos !

Alfred Hitchcockn'a jamais pris une seule de toutes les sublimes images qu'il a mises en scène, ce qui ne l'empêche pas d'être l'un des génies visuels les plus remarquables de son temps. Le cinéma est art collectif, la photographie peut l'être aussi et puis... aussi la peinture. Combien de chefs d'oeuvre de l'histoire de l'art ont été réalisés par des collectifs, avec l'aide d'assistants, de petites mains d'atelier ? Beaucoup plus qu'on ne pense.
L'art contemporain n'a pas inventé le travail collectif en atelier, la délégation de certaines tâches. Cela a existé de tout temps.

Philippe Ramette invente un univers singulier, il crée des situations, des séquences oniriques qu'il met en scène, dont il soigne tous les détails. Il est pleinement l'auteur de ses images, de ses rêveries visuelles, même s'il se fait aider pour leur réalisation. Effectivement, il n'appuit sur le bouton déclencheur... puisqu'il est dans l'image.
Par ailleurs, Marc Domage est un excellent photographe, l'un des spécialistes en France de cet excercice si délicat de photographier des oeuvres en situation d'exposition. Cela ne fait pas de lui un auteur. S'il est doué, par exemple, pour des histoires de lumière, d'espace... alors pourquoi ne pourrait-il pas collaborer avec un artiste ? Les images rêvées de Philippe Ramette en seront plus belles encore.

Cher monsieur Korkos, je vous trouve si fort quand vous êtes enthousiaste, c'est jubilatoire, c'est généreux. A chacune de vos chroniques, on en prend pour des semaines, cette énergie qu'il y a à vouloir embrasser, découvrir, dénicher, décloisoner, dé-hierarchiser d'entre les images.
Et pis là patatra, vous parlez d'art contemporain !
Quelle déception de voir surgir dans vos propos les mêmes clichés (la soi-disant disparition du savoir faire... du genre "ma petite soeur de 5 ans elle en fait autant"...),
les mêmes reproches (la place du discours qui aurait supplanté la main ... évidemment que non, toute image, toute oeuvre, radicale ou non, minimale ou spectaculaire, faussement brute ou chiadée, nécessite une compétence, un oeil, une sensibilité, même si cela ne saute pas aux yeux au premier coup d'oeil),
la même suspicion (ce que l'on ne comprend pas est-il forcèment l'oeuvre d'un escroc ? n'y-a-t-il pas d'autres hypothèses possibles ?... et si parfois, le spectateur se mettait plutôt à douter humblement de son regard, de sa pensée, de sa conpétence ?),
les mêmes cibles (Daniel Buren et ses colonnes - pour les éternels détracteurs : si vous alliez pour une fois voir ce qui se niche derrière tout cela, pour vous faire un vrai avis, un avis documenté, argumenté, historicisé, intelligent, sensible... peu importe mais au moins personnel ? http://www.danielburen.com/__db1/3_oeuvres/oeuvres_expos_accueil.php).

A propos d'art contemporain (comme pour tout d'ailleurs) je pense qu'il ne s'agit pas juste de dire de tel artiste qu'il est un génie ou un escroc, que telle oeuvre est un miracle de beauté ou une merde infâme. Ca n'avance à rien, cela dévoile juste la petitesse du regard de celui qui parle, la pauvreté de ses arguments.
Il faut parler des oeuvres, les décrire, pleinement et en détail, les situer, les contextualiser ou mettre des mots sur leur étrangetés, s'interroger sur que ce qu'elles cachent et laissent dans l'ombre, les commenter abondamment, tourner autour, regretter leurs manques, imaginer ce qui les nourrit, ce qui en a permis la realisation...
argumenter quoi.
Et sinon, M'sieur K., pour les liens promis ICI c'est quand ?
Bon, je sais, zêtes débordé, et toussa, mais quand même, chose promise...
En parlant d'art contemporain et d'expérience bizarre avec des animaux.

Ca me rappelle un artiste qui m'amuse pas du tout, pas mal exposé à Beaubourg (à l'époque de Big Bang je crois).
En cours, ma prof d'art du XXè, plutôt intéressante, s'était arrêté longtemps longtemps longtemps sur cet artiste (pas intéressant du tout à mon goût) qui avait passé plusieurs jours (semaines ?) avec un coyote, histoire de retour aux sources, bla bla bla.
Je crois que le coyote est mort à la fin.
c'est beau l'art


en tous cas, vive alain ! j'ai adoré ce petit rappel historique sur les chiens

à l'occasion, faut que je vous cherche l'image d'un vase étrusque super marrant au louvre (vitrine du milieu), avec une tête de chien qui me fascine

je vous cherche ça tout de suite en fait ; perso, j'ai jamais compris ce que cette tête faisait là. ptèt juste parce qu'un chien, c'est super joli, super trognon ; ça vaut comme justification artistique ?
après, pour les pratiques zoologiques, léda et le cygne, c'est beaucoup plus esthétique ; ce long cou à plumes qui se love avec le corps d'une femme nue... Souvent sublime.
Je faisais la queue l'autre jour pour entrer à la FIAC, et je rongeais mon frein en me disant que j'aurais peut-être pu graisser la patte du gardien chef qui, par le plus grand des hasards, se trouve être mon voisin. C'est pas que je tire le diable par la queue, mais ça m'aurait éviter de la faire ! Mais mon voisin est un peu du genre mal léché, et ma femme m'a dit : « laisse tomber ». En plus, j'avais les crocs ! Mais bon, je me léchais par avance les babines de pouvoir enfin contempler mon artiste favori : Oleg Kulik. Un type à poil en compagnie d'animaux eux aussi à poils, voilà qui a du chien ! Mais il y a eu un os : certains y ont vu un coup de griffe aux bonnes moeurs et ont voulu museler l'artiste. Conclusion : je suis rentré bredouille... et pour tout dire, j'avais la rage. La liberté a du plomb dans l'aile. Ceci dit, comme le dit si bien l'expression populaire : « les chiens aboient, la caravane passe ».

Le pire d'ailleurs, et j'en suis persuadé, c'est que ceux qui crient au loup ne l'ont peut-être même pas vu ! Il n'y a que des gens comme ça pour voir le mal se nicher partout.

Pour finir, mais ne le répétez pas : j'avoue que j'en ai un peu bavé pour rédiger ce post...

PatriceNoDRM
Toute liberté en Art, les "chaussettes à clous" n'ont rien à faire dans les expos !
C'est au public (et aux artistes) de savoir ce qui les touche ou pas...
Que ce M. soit par ailleurs un escroc : je ne sais pas. Merci à l'internaute qui nous a donné les sites avec ses photos. Cela permet de se faire une idée. Comme pour Buren, elles ne m'émeuvent pas à la différence que j'ai participé à payer les colonnes et que là cela me fait vraiment C.... !

Bon, cela dit, toujours aussi bonnes chroniques et super intéressants commentaires.

LA VIE CONTINUE : A BAS LA CENSURE ET LA CALOTTE !
[quote=Alain]Les pandores décrochèrent donc les photos coupables tout en brandissant l’article 227-24 du Code Pénal : « Le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine » blablabla, etc.
Damn, on aurait plus le droit de faire de la pornographie dans l'art? Ni de la violence? Ni des images qui porteraient atteinte à la dignité humaine? Eh ben, on va pouvoir épurer une bonne partie de ce qui se fait artistiquement...

[quote=Alain]Est-il permis de penser, sans passer pour une réactionnaire Anastasie armée de ciseaux, qu'Oleg Kulik n'est qu'un escroc de bas étage ? Qui mord les mollets des passants moscovites [...] dans le seul but qu'on parle de lui dans les médias ?
Justement, ce brave professeur d'histoire de l'art à fait cette performance dans ce but là, et il ne le démentira pas. Il questionnait la place de l'artiste russe qui était réduit aux choix de lécher des bottes ou mordre pour réussir à s'imposer sur la scène artistique occidentale. Ce qui a marché d'ailleurs, peut être inconnu du grand public, sa performance qui date de plus de 10 ans l'a fait se connaitre dans le milieu artistique. Après tout, depuis Duchamp, l'art n'interroge plus seulement le réel, il s'interroge aussi sur lui même (trop à mon goût, d'où les discours à rallonge pour y comprendre quoique ce soit), et les escroqueries et autres branlettes obtiennent donc le statut d'art car elles font désormais parties du jeu.
Bonjour,

Ce regain de censure par le biais de la dénonciation me pose des questions.

Les photos de Kulik ont été dénoncées par un employé des douanes.

Un autre artiste (plus modeste) pratiquant le Mail Art a été dénoncé lui aussi par un employé des Postes au motif qu’une enveloppe représentait des seins susceptibles de choquer les enfants.

http://mailarter-a-l-infini.forumculture.net/les-photos-des-oeuvres-recues-ou-envoyees-f15/soutiengorge-t6624.htm

Ils devraient pour cela fouiller la boîte aux lettres du destinataire, et les employés de la Poste sont en général majeurs, mais passons…

M’est-il permis de penser que les références de ces dénonciateurs zélés et de plus en plus nombreux sont plus pornographiques qu’artistiques, « culture » de masse oblige ?

En tout cas, merci pour cette belle chronique qui permet (comme à chaque fois) de revoir des chefs-d’œuvre.
Dans la représentation homme-animal il y a aussi Gregory Colbert, plus "esthétique" :

ICI



Ou encore Là

Wikipedia avec lien vers son propre site

***
http://www.moma.org/collection/browse_results.php?object_id=80385

tant qu'on n' a pas déboursé pour un billet au MOMA de New York (plus l'aller retour en avion...grrrrrrrrrrr ) pour voir ça on ne peut pas débattre sur l'art !!! -:)

si cette toile a sa place dans un musée, il est alors scandaleux de censurer toute autre production proposée par un être vivant, animal ou végétal..., qui se dit "artiste"

....après, ma foi, on aime on aime pas... c'est un autre problème

n.b. :perso je pense aussi que si censure il devait y avoir c'était pour l'installation des colonnes de BUREN dans la cour du Palais Royal, cour qui exstait sans elles, il aurait été plus judicieux de les paver et de sortir les voitures pour redonner à ce lieu sa beauté d'origine
que les colonnes existent c'est une chose (on aime on aime pas etc....) mais qu'elles existent alors pour elles, et qu'on leur créent un lieu rien que pour elles : pour ceux qui les aiment elles doivent le mériter sans doute ; les partager avec une autre oeuvre on prends le risque de dénaturer les 2 "oeuvres" (ce qui selon moi est le cas pour la cour du Palais Royal !)......
mais ça n'est que mon avis.........

pour revenir à la censure de cet artiste, elle est surtout dû au fait qu'il y a de plus en plus de personnes dans ce pays, et notre ministre de la culture en est l'exemple type et caricatural, qui savent ce qui est bon pour les autres, et sont persuadés en imposant leurs goûts et leur vision des choses, de faire oeuvre de "salubrité publique"..........et ça, ça me fait gerber .................
Je m'étais intéressée à Kulik suite au “Vite dit, gratuit” d'@si.
Avant cette chronique, donc.
Voici quelques liens vers d'autres oeuvres de lui :
http://www.geocities.com/SoHo/8070/IMG/paradise6.jpg
http://www.graydonsheppard.com/blog/uploaded_images/image_Kulik_01-796074.jpg
http://i189.photobucket.com/albums/z170/artcunt/myspace/oleg-kulik2.jpg
http://www.sublit.com/artkrush/update/10.19.05/img/cover.jpg
http://www.csw.art.pl/new/gif2000/kulik.jpg

J'y vois une complicité avec les animaux. Pas la complicité nunuche “50 millions d'amis”.
Ni la relation dominant / dominé de l'homme sur la bête.
Une complicité, un lien puissant reliant les créatures vivantes animées.
Viscéral, qui sort de la terre, de l'eau.

J'y vois aussi un appel au retour apaisé à notre animalité.
Une critique aussi de notre animalité.

En définitive, les oeuvres de Kulik choquent peut-être aussi, en dehors de leurs pornographie,
parce que nous avons derrière nous des siècles de philosophie et de civilisation considérant
l'Homme comme supérieur à la Nature.
(Il est vrai que je ne connais aucun chien expert en fusion nucléaire, titrisation et autres conceptions
hautement humaines).

Voilà, il est toujours difficile de traduire en mot ces choses ressenties face aux images.

Mais Alain, je vous trouve bien injuste et sans appel envers cet artiste.

Je le nomme “artiste” car son travail correspond à ce que j'attends d'un artiste :
• une certaine originalité. Certains évoquent ici les relations sado-masochistes.
Regardons bien, je ne crois pas que ce soit exclusivement son propos.
Il ne s'agit pas non plus d'une simple évocation des faunes et autres créatures mi-animales, mi-humaines.
Un faune
Le Loup-garou.

• de l'imagination. Regardez cette image :http://www.tate.org.uk/modern/exhibitions/liveculture/images/olegkulik_midsize.jpg. Un artiste dilettante se serait juste peint des taches de panthère pour faire l'affaire.

• le sens du beau.

• une réflexion. L'animalité de l'homme. L'animal et l'homme.
À contrario, lorsque je regarde les photographies des artistes de votre précédente chronique,
je m'ennuie comme un rat mort. Ils n'apportent rien que de très superficiel.

Je pense souvent aux animaux lorsque je vois les hommes accepter leur sort avec leur profond sens de l'abnégation
et de la bienséance.
Parfois dans la vie quotidienne, je me dis qu'un animal se rebifferait.
Mais j'ai ma dignité. Alors, je laisse passer.

C'est d'actualité, non ?
C'est devenu un classique dans l'art contemporain, la police débarque pour mettre son grain de sel, déterminer la bordure, là au-delà de quoi c'est plus de l'art, mais de la pornographie.

Et il se trouve justement que des artistes tentent des passerelles entre les fonds iconographiques de notre patrimoine, par exemple l'imaginaire de la chasse, cet exercice si bien rappelé par Alain, et les contours de notre modernité.

Voilà qui est fait, je ne connais pas Oleg Kulik, je dois même dire que j'ai écumé la FIAC 2008 en passant à côté.
Mais à ce qu'il me semble, il revisite en payant de sa personne des mythes bien ancrés en nous, que même une petite adjudante de l'armée américaine a voulu incarner.
L'art dérange, et comme il n'a pas pour but de faire joli, il nous fait réfléchir. Chose faite, non ?

Mais ce qui est intéressant, c'est que la police n'est pas venue interdire les croquis d'Hitler, revus et corrigés par les frères Chapmann. Ils ont osé coloriser, façon aquarelle, les dessins mous et inutiles du Führer. Et ça, voyez-vous, c'est nettement plus obscène et pornographique que toutes les métaphores zoophiles.

http://anthropia.blogg.org
Alain vous avez trouvé une niche artistique. J'aime beaucoup cette kronique. Je suis bien d'accord avec vous sur la supercherie d'Oleg Kulik , mais de là à ce que les poulets débarquent , il n'y avait pas de quoi fouetté un chat.
Oleg Kulik, artiste russe...

Vous êtes très bon dans les images Alain, mais vous ignorez le sens des mots à un point tragique !

Et c'est très triste !

Ouah ! ouah !

Martin Bethenod, directeur de la FIAC, a déclaré que : "Les images de Kulik sont des images à caractère artistique au sens fort du terme..."

Hi ! hi !

Vous savez quoi ? J'ai justement un pastel de Fragonard chez moi, je ne l'échangerais pas volontiers contre l'une des photos indigentes de ce sympathique russe mal dégrossi !

Pour ce qui est du Titien je pourrais vous en reparler : André Pieyre de Mandiargues a écrit des choses fort intéressantes sur cette toile !

Par ailleurs votre révulsion envers le censure pourrait se déployer plus utilement envers Vincent Scotto dont les ciseaux ont visiblement perdu tout sens commun ces derniers temps !

P.S. : Vous aviez compris qu'il s'agit d'un escroc : bravo !

***
Alain,

un antécédent dans le meme genre que les photos de Kulik a eu lieu en 1968, cette fois-ci par une artiste (dont vous reconnaitrez la qualité j'espère !) : il s'agit de Valie Export dans sa performance : Aus der Mappe der hundigkeit. Cette action filmée et photographiée (cf. l'expo rétrospective au CNP (maintenant la MEP) du 12 septembre au 21 décembre 2003) montre dans les rues de Vienne, l'artiste Peter Weibel, tenu en laisse et marchant à quatre pattes derrière Valie Export. Ceci (pareil) pour montrer l'animalité des relations "de pouvoir entre les sexes".

Pour une petite image : c'est par ce long lien ! :

http://images.google.com/imgres?imgurl=http://www.tienve.org/home/images/valie_weibel.jpg&imgrefurl=http://www.tienve.org/home/visualarts/viewVisualArts.do%3Bjsessionid%3D457596B07277ECEEEC6852471374A42D%3Faction%3DviewArtwork%26artworkId%3D6277&start=5&h=182&w=280&sz=36&tbnid=j22jYLRzmSwAUM:&tbnh=74&tbnw=114&hl=fr&prev=/images%3Fq%3Dvalie%2Bexport%2Bchien%26um%3D1%26hl%3Dfr%26client%3Dsafari%26rls%3Dfr-fr%26sa%3DN&um=1&usg=__F_Q1J8V3kZbgqPPMan-XfJ56GBk=
Je m'a bien marré. Merci.

Et Pr0n à l'origine est un artifice utilisé sur IRC pour éviter les censures automatisées robotisées, et comme le petit monde des geeks est tres 1337, il a bien fallu collé un 0 dedans :o) ...

1337=leet=elite= petit langage codé utilisé par les pre-Geeks ( années 90) et repris par les hard core gamers (N00b, 0Wned ^---^, PWNed tout ca koi...)
J'ai vraiment bien aimé cette chronique drôlissime. Et puis, pour cet artiste qui veut faire parler de lui, je trouve les photos que vous avez insérées dans votre chonique tape à l'oeil et sans intérêt.
RÉPONSES EN VRAC


MEBAHEL : C'était une provocation de ma part de mettre ces pubs en fin de chronique, et celle que vous évoquez en dernière place. Évidemment, elle renvoie à la toute première photo et vous avez dit ce qu'il fallait (à mon sens) en dire.
Sauf que je n'ai pas pigé ce que voulait dire me mot "pr0n". J'ai dû rater quelque chose…

ELLIS : Très bien, le tableau néerlandais sur la chasse ! Il y en a plein d'autres, comme ça. Les Hollandais, coincés entre le catholicisme et le protestantisme, se défoulaient un max dans la peinturlure.

ULYSSE : Je me suis dit que si je ne lâchais pas le Titien à sa mémère, vous le feriez dans les comm'. Et je ne voulais pas vous laisser le privilège d'une vanne aussi foireuse ! Il est des plaisirs qu'on a du mal à céder aux autres ;-)

CONSTANT GARDENER : Bein oui, je déteste la censure d'une manière générale et je suis d'avis que chacun a le droit de s'exprimer en matière artistique (puisque c'est le sujet qui nous occupe). Mais ça ne m'empêche pas d'exprimer à mon tour ma subjectivité et de déclarer que Kulik, c'est de la daube et de l'escroquerie. C'est mon droit, non ? Comme le vôtre est celui de détester Buren (entre nous, je vous rejoins totalement sur ce point mais si ça n'avait pas été le cas, je n'aurais pas nié votre avis. Peut-être aurais-je, en revanche, essayé de vous faire changer d'idées à force d'arguments.)

OBLIVION : Je dois avouer que je n'ai pas pu aller à la FIAC, parce que j'étais en voyage à l'étranger.
Je sais, pour l'avoir lu, que toutes les photos de Kulik n'ont pas été confisquées (celles qui le furent ont ensuite été rendues au galeriste, sous réserve qu'il ne les affiche pas à nouveau).
Mais je ne sais pas s'il y avait des photos "pires" que les trois que j'ai dégottées.

WATSON
: Le clébard de la Mélancolie de Dürer est assez célèbre, en effet. Et pour d'aucuns mystérieux. Il existe un autre roquet mystérieux, chez Rembrandt. Peut-être en parlerai-je un jour, si l'occasion se présente.

Bon, c'est pas tout ça mais j'm'en vais déguster ma pâtée, maintenant.
Merci Alain ! Vous cabotinez un peu, certes, mais votre article est absolument délectable !
Non pas "une journée de chien" mais bien "un temps de chien" !
Pour Alain K.:

Euh... Vous êtes son nouvel avocat?

Je plaisante bien sur :)
Bravo et merci, Alain. Un article qui a du chien ! Cela fait du bien un soir de Toussaint après une journée de chien.
Un grand merci à M.Korkos pour cette chronique canine! Les crocs m'en tombent!

Un petit coup de loupe sur le clébard d'une image qui a tant fait couler d'encre, tant fait tourner la tête à tant et tant de gens depuis que l'individu s'est voulu un génial créateur...?
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=358&FP=64333111&E=2K1KTSNJFETA&SID=2K1KTSNJFETA&New=T&Pic=87&SubE=2C6NU0ID5VEI
J'ai bien réfléchi avant d'écrire ce commentaire tel que DS le préconise.
Une question me taraude, mais pas trop : à la Fiac, y avait-il seulement des photos telles que
celles que vous montrez ou y avait-il des trucs plus zoophiles (je sais qu'il a fait une photo
où il se fait sodomiser par un chien) ? Ceci expliquerait la censure si c'est le cas.

J'ai vu un reportage sur Canal Plus sur l'homme-panthère qui partait, à 70 ans, vivre dans
une maison de retraite. Être un homme-panthère est son mode de vie, pas une démarche
artistique. Il était tatoué de taches, vivait en ermite.

Pour finir, toujours en espérant que cela satisfasse DS, une citation de Desproges, misogyne mais drôle :
"Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien. Plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne."

Ça va ? J'ai bon, DS ?
Merci pour cette délicieuse chronique...

C'est marrant comme coïncidence: tandis que le forum "sans commentaire" est envahi par les miminous (je plaide coupable), voilà-t-y pas que vous nous parlez de cabots. À ma connaissance, les chiens ont quand même eu moins de succès dans l'histoire des blagues sur le net que les chats. Allez savoir pourquoi. Miaou!
A Alain K. :
Pourquoi dites-vous que Kulik est un escroc? Vous n'êtes pas obligé d'aimer. Mais au palmarès de l'escroquerie dans la catégorie "art contemporain", pour moi, il n'est pas au niveau d'un Buren, par exemple.
Je trouve aussi très gênant que vous vous sentiez tenu de vous désolidariser avant de dénoncer la censure .
De plus, concernant les photos incriminées (au moins celles que j'ai vues), il faut être sacrément dérangé pour y voir de la pornographie zoophile.Je connais plusieurs dames de la bonne société, fréquentant régulièrement l'église, qui ont des rapports avec leur chien au moins aussi intimes que la "pornographique" Family of the future.
Cela dit, j'aime beaucoup ce que vous faites en général, et le reste de cette chronique en particulier.
PS : je ne suis pas sûr de m'être bien exprimé. On verra aux réactions éventuelles...
Dès l'image du tableau "Charles V et son chien" par Titien, j'attendais "à sa mémère".
Deux images plus bas, j'ai été comblé.
Vous avez su ménager le suspens, Alain.
Et vous avez bien fait de me devancer. Je n'aurais pas hésité à la faire.
Vous oubliez Lou Andréa Salomé qui tenait en laisse Nietzsche et consort.
Et de sinistre mémoire, le remake à la prison d'Abougraïb, tenir un homme en laisse est une image qui ne laisse décidément pas indifférent.

http://anthropia.blogg.org
Waouaf waouaf!
http://blogfiles.wfmu.org/DP/2007/05/images/130_img_1.jpg
Une remarque, qui rebondit sur les dernières images de pubs: lorsqu'on voit des femmes dans les mêmes poses qu'au tout début de la chronique, donc tout aussi attentatoires à la dignité humaine donc, pour des photos dites d'art ou simplement des pubs, la censure s'exerce nettement moins...ni pour le pr0n..ha j'oubliais, si on censure le pr0n, bien du monde crie à l'atteinte à la liberté d'expression et à celle de l'art...
Comme quoi le l'art et le cochon; c'est jamais bien loin l'un de l'autre.
Ahem, pardon...c'était juste un coup de râlage de base.(et qui va recevoir son lot de comms méprisants, bien sûr)
Ceci posé, Mr Korkos, merci pour cet intéressant décryptage, comme toujours :-)
Chez cet artiste russe, Il n'y a pas de quoi fouetter un chat, même s'il y prend plaisir..
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.