91
Commentaires

Une petite colonisation de rentrée

Dure rentrée. Fourbu par dix jours d'intense torpeur,

Derniers commentaires

Et si Judith nous en disait quelque chose de tout ça ?

de Camus, de ceux qui écrivent sur Camus, de ce que ça peut vouloir dire d'être "camusien" aujourd'hui... Il parait qu'aujourd'hui, il existe des colloques de réconciliation entre sartrien et camusien, ça a fait un peu rire tout le monde hier au "fou du roi"

Ah oui, je l'avais oublié celui là : un autre pote à Val et Stéphane Bern qui était l'invité au fou du roi : un proche de Camus, à l'époque de "combat"
Je suis assez d'accord avec Gilberte, c'est quoi cette bouillie ???

France Inter décide donc de célébrer le cinquantenaire de la mort de Camus; en quoi cela serait-il en déférence à Sarkozy ? Ce serait pas tout simplement en hommage à Camus ?

et hop on saute direct à la grande indignation suivante : Leconte serait le copain de Val? Mais on s'en contrefiche... où est le drame ? Je ne vois pas... Encore s'il avait été le seul invité de France Inter, mais il y en a eu d'autres, moi j'ai entendu Onfray vers 10h , un pote à la journaliste qui présente "service public" ? je ne me suis pas posée la question, moi j'aime beaucoup qu'Onfray me parle de Camus (beaucoup plus que Leconte, mais je n'en veux pas pour autant à Demorand)

et c'est pas fini !!! Camus lui-même ! carrément du côté des colons ! et bien, on dirait que vous n'avez peur de rien, en ce début d'année !

Camus n'a pas tranché, en revanche il s'est exprimé sur cette question, il est y compris allé à la rencontre des responsables du FLN. Je ne suis pas douée pour les liens, mais il y avait un journaliste algérien interrogé par Télérama sur leur site la semaine dernière à ce sujet, intéressant à écouter _un pote au journaliste de Télérama, peut-être_ faut être vigilant !

faites gaffe quand même de la vilgilance à la paranoïa........

et j'allais oublier... merci à Jean-François Launay (moi, c'est la première fois que je vote pour un post)
Bonsoir,

"Pourquoi une personnalité arabe ? Serions-nous du point de vue humain incapables d’accéder à la catégorie juridique de citoyens français, catégorie qui, dans la définition de cette catégorie juridique, n’a pas à distinguer les citoyens par la race, la religion, les croyances ou les convictions. Une personnalité arabe, c’est forcément un problème pour le droit français : la personnalité arabe, c’est la solution pour ceux qui ne peuvent devenir tout à fait pleinement français. Pourquoi, sinon pour des signes ou des marques ou des caractères, soit raciaux, soit religieux."
C'est fou comme cette citation est parlante pour les Français d'origine maghrébine, je parle des siffleurs de stade..., bien sûr.
Cette petite colonisation de rentrée est significative du vide intellectuel caractérisé par les subterfuges opérés au travers des médias et des politiques.

Bien à vous.

Bonne année et bonne santé, surtout.
Vingt dieux ! ça démarre sec en 2010 !

Consacrer quelques temps sur France Inter à Albert Camus (mort donc, il y a un demi-siècle) ce serait faire preuve de déférence envers... notre omniprésident ! Pauvre Nobel : après avoir été victime de la hargne de Sartre (il faut relire, avec quelle méchanceté arrogante Sartre s'en est pris à Camus à la sortie de l'Homme révolté), il va devenir plus de 50 ans après victime de ses épigones.
Honte et scandâle : le pied-noir Camus non seulement ne portait pas ses valises, mais dénonçait le terrorisme du FLN et rêvait d'une utopique co-habitation. Pour autant, dès l'avant-guerre, il avait dénoncé avec vigueur les méfaits de la colonisation.
Quand on voit ce que le FLN a fait d'une Algérie non dépourvue de ressources, le procès fait à Camus par des algériens est, peut-être, à relativiser. Entre Bouteflika et Camus, je choisis Camus, pour paraphraser une citation attribuée mensongèrement à l'auteur de l'Etranger.

Pour Guillon, je n'ai rien compris au mot aux matinautes : est-il lourdé par le vilain Val ? ou bien sa non présence est-elle due à ce "spécial Camus" ? Dans le second cas, y-a-t-il de quoi crier à la censure ? Le copain de Val invité était-il compétent ou pas ? A-t-il été invité par Demorand sur pression de Val ou de son propre chef ? Demorand est-il le valet de Val ?
Daniel Leconte a longtemps hésité avant d'écrire son bouquin sur Camus.
Et puis il a lu l'appréciation de Jean-Jacques Brochier ("Camus... un philosophe pour classe terminale").
C'est ce qui l'a décidé.
Avant tout bonne année à l'équipe d'@SI.

Albert Camus n'a effectivement pas soutenu la rebellion algérienne quand bien même celle-ci venait du FLN.
Albert Camus n'a aussi pas condamné la torture en tant que telle. Il a juste affirmé que cette méthode n'était "pas efficace".

En Algérie, on étudie l'écrivain dans les universités pourtant... mais on n'oublie pas ces prises de positions.
La question que je me pose quand je lis la presse qui nous affirme ans ambage que Camus est "moderniste", c'est en quoi Albert Camus est moderniste ???
Sa description des "arabes" est-elle (et c'est un euphémisme) moderniste ?

Si quelqu'un dans le forum pouvait répondre à cette question, j'en serai ravi.
Il est vrai que Camus est issu d'une famille modeste...
Il est vrai que Camus a été boursier de la République (à une époque où il fallait passer un examen pour devenir boursier) et grâce à son professeur de philosophie.
Sur ce point, il a du mérite.

On dit que Camus en privé ne croyait plus vraiment à la solution de l'Algérie Française... mais il s'est toujours gardé de l'écrire ou de le dire officiellement. Il était pour la solution préconisée par De Gaulle apparemment...

Donc effectivement Daniel Schneidermann, il est bizarre qu'on ne mette pas suffisamment en avant cet aspect de Camus.
Il faut en effet tout dire sur une personne : ses bons cotés comme ses côtés moins avouables...

Et en effet, cela révèle et même met au grand jour deux faits dangereux selon moi:
1/
le soit-disant "gauchisme", "droit de l'hommisme", "universalisme" de certains (Koushner, Val Leconte et compagnie..) cachent en fait une volonté de domination d'autres peuples ou de falsification de l'histoire sous couvert de bons sentiments qu'ils ont accaparés. On critiquera volontier les Musulmans (sous couvert de caricature) mais on condamnera Siné pour sa caricature ("de mauvais goût" bien sûre) sur le fils Sarkozy car "antisémite" je cite)
2/
et également le "féminisme" !!! car sous couvert de défense des droits de la femme, il y cette même volonté

Savez-vous par exemple, que pour la 1ère fois, les femmes ont voté majoritairement l'nterdiction des minarets en Suisse ? car ce ne sont pas les "hommes" qui ont fait basculer le vote mais les femmes effrayées par "la Burka", "la lapidation", "la polygamie", "la répudiation", la mise sous tutelle et le fait d'être un sujet "mineur à vie" etc etc...

Le féminisme peut maintenant glisser vers le racisme. Car ce n'est plus le féminisme de maman...

C'est ce que j'affirme et je sais d'avance qu'on me critiquera mais c'est pas grave.
Je préfère être le 1er à le dire car je le ressens fortement comme ça.

Bien à vous.

Sémir
Il me semble bien qu'un point de vue très critique, écrit pas un algérien, a bien été évoqué dans la revue de presse.

Par contre, entre Leconte et Rosenvallon, c'était un festival.
Pour Leconte, Camus c'est un mix entre Zorro, Superman et Yoda.
Quant à Rosenvalon, j'ai pas capté un broc de là où il voulait en venir, du grand bla-bla plein de rhétorique, sauf qu'il a dit à un moment un truc du genre : "un intellectuel c'est quelqu'un qui éclaire le présent pour le rendre intelligible". Ça doit être ça, alors : Rosenvalon, c'est pas un intellectuel.
Oh la ! Quel tribunal ! Justice un peu expéditive, non ? Qu'on suspecte une collusion entre Val et son copain, c'est une chose. Qu'on suspecte Demorand, dans la foulée, d'obéir à son patron, c'en est une deuxième. Qu'on balance du même mouvement le référent de ces soupçons, c'en est une troisième... Drôle de logique! Exactement conforme à celle qu'on prétend dénoncer. A priori, ce n'est pas Camus qui a sollicité les médias, qui a réclamé de finir au Panthéon. On souhaiterait mieux que ces jugements en forme de guillotine, ces "bons mots" hâtifs et creux, ces glissements incertains. On aimerait la discussion, c'est-à-dire qu'on prenne le temps, qu'on nuance, qu'on dispute. Qu'on fasse la vache plutôt que le chien. Qu'on relise Misère de la Kabylie, qu'on se souvienne de Combat, pas seulement, comme tous les journaleux gonflés de présomption, qu'on commémore une "petite phrase": ah, les "petites phrases"!

Moyennant quoi, c'est la goutte qui fait déborder le vase: je ne renouvelle pas mon abonnement: ASI, c'est comme la télé, sans télé.

Et puis tiens, l'asinaute subtil aurait pu s'interroger non sur les tapages médiatiques, mais sur les silences médiatiques: comme chacun sait, deux journalistes de France 3 ont été enlevés en Afghanistan. Des journalistes anonymes, comme vous aurez remarqué. D'habitude, c'est nous, les couillons de lecteurs, d'auditeurs, de voyeurs, les "anonymes" - qui se pressent aux enterrements "people" dans le rôle du chœur des pleureuses, anonymes à qui il arrive, par accident, d'avoir un nom ou de signer un registre (d'une croix?) Alors, des journalistes anonymes, c'est très très bizarre. Mystère, mystère. Le motif de ce silence assourdissant ne mérite même pas une note de bas de page du genre "pour des raisons de sécurité...". L'unanimité médiatique est sans faille. Une vraie omerta. On lit au mieux - et dans le Figaro, s'il-vous plaît! - "Préférant travailler dans la discrétion, les fonctionnaires des ministères des Affaires étrangères et de la Défense ont enjoint la direction de France 3 de ne pas communiquer, ni même de donner les noms de ses deux journalistes [...]" (on remarquera au passage l'opposition intéressante entre "communiquer" et "donner": que recouvre-t-elle? Le "on" et le "off the record"?). Voilà qui mériterait, de la part de la profession, dont font partie les asicribes, un tout petit bout de réflexion. Mais asi semble en avoir fini avec la réflexion, au bénéfice du réflexe. Les rédactions "enjointes" par les autorités politiques méprisent-elles le lecteur au point de ne jamais signaler l'injonction? On en arriverait à remercier le Figaro...
Il y a des heures que le pot au feu Camus cuit sur les ondes de France inter...Il doit être prêt,non? Moi j'ai lu et relu l'oeuvre de Camus et c'est pour ça que j'en ai marre. Y-a-t-il un rapport entre ce flot ininterrompu et le désir qu'a un certain président de se glorifier d'une certaine décision ? L'ineffable Val servirait-il la COM présidentielle en cette période d'échecs répétés ?Merci pour votre chronique,Daniel et bonne année!
Dingue ce que les esprits éclairés français adorent détester Philippe Val.
Ben pour moi, il lui sera beaucoup pardonné, il est à jamais le champion du monde de la plus belle chanson d'amour :
http://www.youtube.com/watch?v=O02c42VobsA
(Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce répertoire, la première voix est celle de Font, Philippe Val, c'est "celui qui chante bien")


Et celle-là, je l'aime entre toutes :
http://www.dailymotion.com/video/xaxgps_font-et-val-a-connard-land-a-brasse_music

Je sais, rien à voir, j'avais juste envie de partager ce petit détail avec les amateurs...
C'est comme pour la chute du mur ! La journée complète et pas question d'échapper à Camus. Il faudra attendre Mermet. Le bon Nicolas D. n'en avait pas assez avec sa matinale, alors on lui a donné une demi-heure de plus et ce matin je n'ai entendu ni Stéphane Guillon ni Simon Tivol dont les chroniques sont assez décapantes ! Quid de Patricia Martin et de Bernard Maris. Curieux, l'année se présente mal. Les deux milliards d'euros consacrés à la grippette auraient été plus utiles ailleurs et je ne nomme pas de causes particulières tant elle sont nombreuses.
Moui, je ne suis pas complètement convaincu par les arguments de Daniel Schneidermann.

Est-ce Philippe Val qui décide seul des invités de la matinale de France Inter ? Cela serait fort étonnant, même si son influence sur ce choix ne doit pas être négligée. Le SNJ Radio France n'a pour l'heure pas encore réagi à ce soi-disant "copinage". Par contre, et si je ne m'abuse on ne l'a pas lu sur @si, il y a bien eu un tract intersyndical ([s]mais pas du SNJ[/s] ah si) critiquant le passage de la matinale de France Inter à 6h30 au lieu de 7h.

Et vous-même cher Daniel, n'avez-vous jamais été tenté d'inviter un "ami", même compétent, sur votre plateau ?
C'était à prévoir... Val dans la bergerie : on laisse un peu "pisser le mérinos"... on ne s'attaque pas de front à la "brebis galeuse qui accuse sur France Inter", on attend qu'elle soit en vacances, ou en tournée... Ensuite, sus aux pauvres moutons auditeurs de la radio national[s]ist[/s]e... ooooh, pardon, ça me démangeai: "on vous dit que Camus, c'est génial enfin... Le président le pense donc c'est la vérité. Comment ça ? Le prix des vaccins ? Mais pas du tout, il nous faut parler culture !". Bref, Camus comme cache-misère ? Mpffffou ! A quoi nous en sommes réduits !
Sinon, Camus, j'avoue mon inculture : j'ai lu l'Etranger, bien sûr, le Mythe de Sisyphe... j'ai dû lire une pièce de théâtre...
En ce qui concerne l'homme, je vais prendre un raccourci qui va faire hurler certains d'entre vous : Camus était du côté du colon (pas le colonel, ni l'intestin, l'autre, l'envahisseur, celui qui dit qu'il est chez lui alors que c'est faux et qu'on ne lui impose même pas de s'intégrer, à lui), pour résumer non ?
Ca ne lui enlève pas son talent d'écrivain... mais je me demande si Sarko n'a pas choisi Camus pour le panthéoniser avec plein d'idées très mauvaises derrière la tête ;o)).
En ce qui me concerne, les morts panthéonisés, canonisés, carbonisés ou enterrés, qu'ils restent en paix et ne viennent pas nous distraire... les cimetières sont des endroits qui m'étonneront toujours. Tant d'emphase pour plus rien.
Si j'étais journaliste politique, lors de la prochaine interview [s]imposée[/s] accordée, je mettrai le président sur le grill en lui posant une foultitude de questions sur les oeuvres de Camus...
On pourrait enfin voir qu'il pète plus haut que son c... comme disait ma grand-mère ;o)).
Finalement pourquoi toute cette polémique, je m'explique, la dépouille de Camus appartient-elle à l'Etat ou à sa famille ?

Sarko décidément veut récupérer tous les morts pour sa propagande, il ne lui suffit plus d'emmerder les vivants.

Sarko je te préviens je ne veux pas être enterrée au Panthéon, est-ce bien clair ???




Ah oui, j'allais oublié : BONNE ANNEE A TOUTE L'EQUIPE ET A TOUS LES ASINAUTES.
Ecoutez TSF jazz ou Radio classique, de la belle musique: que des bonnes nouvelles.
Et pis, tiens, j'en rajoute, "France Inter, écoutez la déférence... "
Pour ceux qui n'en ont pas marre d'entendre parler de Camus, je vous propose de lire sur un mon blog une interview de Laurent Jaoui, réalisateur du téléfilm sur Camus qui passe le 6 janvier en prime sur France 2. http://wp.me/pDy5U-1n
Merci à DS pour ce décodage de l'invité pote de Val (c'est pour ce genre d'info que je m'abonne; celame permet de constater avec jubilation que le monde est encore plus dégueulasse que je ne le pense et je le pense infiniment pourri)
mais pour ce qui concerne Camus, il faut rétablir la citation originale et non celle fabriquée par la jolie simone pour noyer le chien Camus
selon Filkie, ce que Camus a dit ce n'est pas qu'entre sa mère et la justice il choisissait sa mère mais que si la justice consistait à faire péter des bombes dans les tramways il préférait sa mère (non les buts de la guerre d'indépendance mais certains de ses moyens donc)
Bonjour Daniel et les asinautes,
ça a peut-être déjà été dit mais si vous aviez alors zappé pour France Culture, vous auriez entendu Alain-Gérard Slama et Marc Kravetz (pour une fois, il s'en est étonné lui-même, d'accord avec le premier) contester la sanctification de Camus à propos de la guerre d'Algérie. Le tout sans coup de gueule mais tout en finesse, vu les pointures - Benjamin Stora, Jean-Yves Guériin biographe de Camus, et l'inévitable-insupportable Alexandre Adler, entre autres. Un bon moment de radio qui pouvait redonner le sourire et éviter le mauvais sang anti-val ;-)

(on a cité Fanon aussi)
A propos de Camus ...
La scène se passe à Neuilly (92 Département des Ob-Seine):
"Pardon, monsieur, pouvez-vous m'indiquer où est l'avenue Albert Camus?"
"Albert Camus, Albert Camus ... ah oui, vous prenez d'abord le boulevard Jean Jaurès tout droit puis vous tournez à droite rue Jean Môcquet, et puis là vous tombez directement sur l'avenue Albert Camus"

C'était un jeu. Trouvez les 3 erreurs.
Pas tout à fait d'accord avec vous Mr Daniel, pour avoir écouté également Inter ce matin j'ai souvenir d'un reportage à Oran (vers 7h15) au cours duquel la personne interrogée précisait que le Marcel n'était pas apprécié ni des colons ni des algériens car "à cette époque on ne pouvait pas être neutre il fallait choisir son camp" (sic) ce que Camus s'etait toujours refusé de faire.
La honte du siècle , la Bachelot obligé de revendre ses Vaccins .
Il en reste 89 millions (5 millions d'utilisé sur 94) . Quel gaspillage !
Elle a même pas honte et en plus on avait besoin d'un vaccin par
personne et non pas deux !! Boire le calice jusque la lie !!
Bonne année Daniel et toute l'équipe ! Bonne année les @sinautes !
Et bonne année bande d'@sinautes!
Bonne année à toute l'équipe!
J'espère que vous avez le chauffage, parce qu'ici, il est en rade...
"Ne m'en parlez pas". Je suis en rogne depuis ce matin, et j'avais même senti venir cela depuis plusieurs jours.
Qui a dit, il y a quelques mois que Inter resterait(?) impertinente?
Bouillie insipide pour quelqu'un qui s'est (génération oblige) beaucoup intéressé à Camus, l'oeuvre, l'homme. Le pire : des mensonges éhontés sur l'homme.
Trémolos sur l'amitié trahie, comme si S.et C. avaient été Montaigne et La Boétie;;;tiens, cela m'énerve tant que j'arrête; sinon, je vais gâcher toute mon année.
Bonne année à tous.
[quote=Daniell Schneidermann]C'etait mon cadeau de début d'année
En effet elle va commencer par une belle polémique!
J'avais pondu il y a quelques années, avec David Zane Mairowitz, un bouquin sur Camus intitulé Camus for beginners ; rebaptisé ensuite Introducing Camus.
Voir par là sur l'Amazone.
Et par ici sur mon site, quelques images.
Si vous croisez ce bouquin, n'hésitez pas : volez-le !
Alors voilà, premier papier de DS pour 2010, et cékikinoumé en photo : l'horrrrrrriiiible tronche à claques de Philippe Val. Rien que d'écrire ce nom, peuchère moi, j'en ai des palpitations... Il l'a fait exprès, DS, rien que pour nous énerver, de bon matin... L'année s'annonce bien, on dirait.

Et pour répondre à Anthropia, bien sûr qu'il n'y pas de rapport, quel mauvais esprit.... D'entrée, comme ça, taper sur notre Carlita Nationale ...
Vous devriez écouter France Culture, parce que Benjamin Stora et Guérin, c'est pas mal pour entendre plusieurs sons de cloche, même si le portrait était plutôt élogieux, il y avait des nuances et des réserves et des attaques, bref de quoi nourrir un portrait contrasté.

Mais le meilleur, et j'espère que cela n'a pas de rapport avec la panthéonisation voulue par le Président, c'était l'été 2008, quand Raphaël Enthoven nous avait fait faire une longue traversée avec Camus, une splendeur, cette émission. Raphaël Enthoven, euh le père du beau-fils de...., non pas possible qu'il y ait un rapport, non vraiment.

http://anthropia.blogg.org
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.