Une petite colonisation de rentrée
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Une petite colonisation de rentrée

Dure rentrée. Fourbu par dix jours d'intense torpeur,

le matinaute s'attendait à une calme rentrée Copenhague-retour sur fiasco, une rentrée taxe carbone-retour sur plantage, une rentrée Besson-ne renonce pas, une rentrée vaccins en stock, une rentrée chantiers de Sarkozy. Non. A la radio, c'est rentrée Camus, programme obligatoire. Cinquante ans tout juste, que le futur peut-être panthéonisé s'est écrasé contre un platane. Les radios du matin ont donc calé à l'avance, sans doute avant les vacances, leurs premiers invités de 2010 : Pierre Rosanvallon sur France Inter, Michel Onfray sur Europe 1. Savantes variations matinales sur le "je préfère ma mère à la Justice". Sondages-express sur la panthéonisation (Onfray est plutôt pour).

Sur France Inter, aussi, un invité supplémentaire inattendu a chassé Stéphane Guillon. Le matinaute zappeur craint de s'être trompé de bouton, mais non, c'est bien un camusien qui discute avec Demorand. Et pas n'importe lequel : le producteur de télé Daniel Leconte, par ailleurs (tiens tiens !) co-auteur avec le patron de la radio, Philippe Val, d'un film sur le procès de Charlie Hebdo à propos des caricatures de Mahomet.

Le prétexte de l'invitation ? Leconte a commis, voici deux ans, un livre sur Camus, ré-édité l'automne dernier. Cela méritait bien cette petite colonisation de maradio, à l'heure de la plus grande écoute. Dure rentrée.

Je ne sais pas si, depuis l'automne, vous avez suivi le rattrapage Camus aussi attentivement que vous auriez dû. Au cas où vous auriez manqué quelques leçons, je me permets de vous signaler, à propos de Camus et de la colonisation, ce point de vue algérien, rappelant que Camus s'est opposé à la guerre d'indépendance du FLN. N'étant pas un camusien aussi averti que Leconte, je suis bien en peine d'en démêler la justesse historique, et l'aspect polémique. Mais je sais simplement que c'est un son de cloche que l'on ne risque pas d'entendre sur France Inter. C'etait mon cadeau de début d'année, année que je souhaite magnifique à tous, et aux autres.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.