88
Commentaires

Un toutologue suisse envahit les médias français

La crise du Covid-19 a permis à Jean-Dominique Michel, célèbre toutologue suisse, de franchir les Alpes et d'installer son discours anti-système dans la presse française. Selon lui, le virus est une "épidémie plutôt banale". Il soutient Didier Raoult. Portrait.

Commentaires préférés des abonnés

On n'a pas déjà suffisamment de boulets chez nous pour devoir en plus récupérer ceux des autres ?

Bonjour, Je trouve votre article à charge et un poil moqueur. Vous criez avec la meute sans vous poser une seule fois la question de ce qui pourrait être la cause du succès d'audience de ce monsieur. En ce qui me concerne j'ai été, comme beaucoup de (...)

De l'art de faire du fric avec du vent...et sans éoliennes!

Derniers commentaires

Le toutologue suisse envahit les medias français.


Certains journaux  suisses ont  même écrit qu'il était devenu une  " tête de pont médiatique. ".


( Je ne  savais pas qu' ils étaient aussi doués  pour les contrepèteries approximatives ).

Déçue je suis que l’émission de cette semaine ne soit pas un débat entre Michel, Casasnovas et Bourgoin. Le tout co-animé par Daniel Schneidermann et Morandini.

c'est ce qu'on appelle en romandie un "faiseur", mais "toutologue" c'est parfait, merci infiniment pour la publication de ce costard taillé sur mesure, il ne méritait pas autant d'honneur, mais on va pas se refuser le plaisir d'entendre bien haut et fort que le roi est nu.

Sur heidi.news la réponse d'Yvan Pandelé concernant les multiples interventions de Jean-Dominique Michel (le Stéphane Bourgoin suisse au niveau curriculum emprunté et élastique)


https://www.heidi.news/sante/que-penser-des-interventions-de-jean-dominique-michel-sur-l-epidemie


Les journalistes qui refusent de servir de caisse de résonance pour M. Michel doivent désormais expliquer leur choix au fan club du toutologue.

Bonjour,

Article intéressant et relativement documenté sur la personne de Jean-Dominique Michel. Mais, sur le fond de l'affaire dont il parle aujourd'hui, que pensez-vous que l'on puisse en penser ? A considérer ? A rejeter systématiquement ? A explorer plus avant ? Qui détient la vérité qui en l’occurrence n'existe pas vraiment ?

Merci.

Notre éminent savant est inscrit au Registre du Commerce de Genève , avec l'objet suivant :


" Toutes prestations de services dans le domaine de l'anthropologie, des neurosciences appliquées, notamment : le conseil, le coaching, la formation, la création de programmes neuro-éducatifs et  d'ouvrages ".


En revanche, on ne sait pas s'il accepte les chèques-restaurants  ( ou les traites à 90 jours )

Je pense qu'il est temps de vous reveiller, amis journalistes d'ASI, et d'écouter un peu plus serieusement ce que raconte JD Michel depuis le debut.. même les medias "publics" commencent à retropédaler et à emettre des doutes. D'ailleurs, qui êtes vous M. Thibault Prévost, je ne vois que "journaliste" sur votre profil. Quels sont vos diplômes qui vous permettent de traiter un type qui suit l'actualité et ecrit ce qu'il en pense de Toutologue ? C'est quoi un journaliste? c'est quoi un toutologue ? C'est quoi la différence ? 


Boooonjouuuur, c’est la Suuuiiiiiiisssse,


Bien. Plus sérieusement. Alors là, pour le coup, je suis très déçu de la ligne optée par ASI, gonfée par un argumentaire anti-charlatan dans lequel les jugements prennent le pas sur l’investigation-couperet de « l’imposture toutologique ». C’est grave, Docteur Schneider, au point que je me demande si je ne vais pas me désabonner d’ASI.


Mais prudence ! Je vais immédiatement dire ce que je fais et ce que je défend ! J’espère que vous allez croire en ma sincérité, voulez-vous mon CV ? : je suis politologue et miliant engagé pour la reconnaissance de l’Economie Sociale et Solidaire, en Suisse, l’ESS que l’on confond le plus souvent ici avec l’Ecole Suisse de Ski.


Mais bien heureusement, mes études de sociologie m’ont fait découvrir la richesse de l’intelligentsia française : Durkheim, Mauss, Deleuze, Bourdieu et le fort respectable Monsieur Lordon. J’ai un grand amour pour l’approche sociologique, anthropologique. Fatalement si on veut un peu creuser les choses. Et.. tiens ! commenter sur les commentateurs des nouvelles tribus cybermédiatiques occidentales.


Je me demande en effet s’il ne faudrait pas dans l’urgence monter un nouveau média qui aurait pour mission d’analyser le discours des médias alternatifs numériques qui analysent les discours des médias mainstream. Un « Arrêt sur les Représentations d’Arrêt sur Images », ça me semble très bien. Voici pourquoi : en matière de représentations idéologiques et subjectives, effectivement, votre travail d’investigation révèle une poutre d’une belle épaisseur : un angle mort à 360 degrès qui nous plonge dans la nuit complète : alors comme ça, vous ne savez pas bien ce que c’est que l’anthropologie ? On a l’impression que pour ASI, c’est une science qui n’est pas assez spécialisée parce que ses approches épistémologiques nous conduisent à parler de « tout », et donc à n'importe quoi...


Dites voir : vous ne confondez pas « charlatanisme » avec interdisciplinarité ? Et spécialisation des savoirs avec expertise légitime, par hasard ? Qu’est-ce qu’il vous faudrait comme cursus d’invités bien formés, qu’ils passent par l’ENA, la Sorbonne ou qu'ils travaillent au CNRS ?


L’anthropologie peut s’appliquer tout autant à des peuples premiers qu’à des sectes contemporaines, à des clubs d'élites économiques ou à des tribus cybermédiatiques comme la vôtre, tout aussi bien qu’à des objets d'études comme les sciences, la médecine ou la santé publique, avec leur cortège de (pseudo-)controverses scientifiques, de fausses affirmations en matière d’épidémiologie, de dépistage et de traitement, et de mensonges d’Etat que vous commençez également à bien connaître dans vos contrées, n’est-ce pas ?


Vous vouliez l‘inviter pour l’entendre et l'indigne malheureux n’est pas venu ? Mais j’imagine qu’il a bien senti le coup, si vous le prenez de suite comme un charlatan. Quel est donc ce prêt d’intention ? Pour une fois que les médias alternatifs suisses donne la voie à une pensée aiguisée, qu’elle donne une voie intelligente nourrie d'une approche systémique aux frontières entre politique, science et société, un esprit critique qui démonte avec justesse les mêmes manquements (masques, tests, respirateurs, traitement, etc.) à la gestion politique de l’épidémie, et qui s’appuie, me semble-t-il reconnaître, sur une démarche inspirée d’outils des sciences sociales et politiques, qui analysent, elles - et pour bien commencer justement - une cohérence plutôt solide entre les discours et les faits…


Ah mais oui ! Il n’a obtenu qu’une licence et un master, il n’est pas doctorant. Souffre-t-il selon vous de ce mal aigu de déficit académique qui donne un passeport automatique aux plateaux des tribus médiatiques alternatives, qui analysent avec si grande objectivité les affeuses hordes du mainstream ? Il n’a pas fait la Sorbonne, c’est ça ? Afin de réfléchir correctement, faut-il atteindre le summum académique de la pensée intellectuelle française - que j’apprécie tant aussi, je vous comprends - cependant nous éclairant encore du positivisme des Lumières, nous, les simples citoyens-auditeurs d’ASI que nous sommes ?


Avez-vous donc un a priori sur les médecines post-modernes dites douces, alternatives, naturelles, avec les approches « holistiques » qui seraient trop confuses et, ainsi « toutologiques » ? Ce n’est donc pas assez scientifique ? Le holisme est-t-il un nouveau charlatanisme ?


Ca fait beaucoup de questions pour lesquelles faire un peu de ménage dans vos têtes, je pense. Je ne pense pas que votre acharnement contre Jean-Dominique Michel vaut le tiers du quart de la moitié de ce qu’il apporte comme éclairage au peuple suisse sur la réalité de la gestion du Covid-19, ses déficits et ses dérives. Dommage... vous l'avez loupé.


Heureusement qu’il y a Laélia Véron pour prendre un peu de hauteur sur vos choix d’invités – parfois bien enfouis dans l’idéologie techno-libérale dominante du reste. Ne prenez pas le risque de devenir l’arroseur arrosé à l’avenir : maintenez la rigueur intellectuelle et critique d’ASI, car j’adore votre chaîne et votre boulot. Merci !

Un débat datant du 19 mai de monsieur Michel face à l’infectiologue suisse, Pittet.

L’infectiologue n’est pas d’accord avec le grand expert. :-D

De la toutologie : Montaigne, Diderot, Lordon, et même Mélanchon (pour la rime) sont-ils des "toutologues"?  C'est vrai ça, ils causent de tout, et ils vendent des bouquins, c'est louche ! 

Et le brave citoyen lambda, qui cherche à ne pas trop se faire enfumer (y a du boulot !) par l'expert télévisuel, ou le journaliste bfmisé, (restons polis) , n'aurait-il pas le droit de s'informer et de comparer, d'exercer son esprit critique... 

Va -t-il aller voter ? Va-t-il envoyer son gosse à l'école déconfinée ? Va-t-il porter un joli masque pour se promener ? Va-t-il surtout oser caresser son chat ? Va-t- il trouver à chaque fois l' expert qui lui dira ce qu'il faut faire ? Car il ne peut pas ne pas prendre de décision, ( à moins de faire l'autruche)...

Mon Dieu, il doute... , et quand il apprend que le clown en chef déclare avoir pris , contre l'avis des experts de sa propre administration, une vilaine drogue non estampillée, il s'inquiète...

Et lorsqu'il rencontre un type qui certes n'est pas "expert",  mais qui tente de prendre en considération un certain nombre de faits - et de mensonges - il se souvient du Médiator, et il va y voir de plus près. Il ne se contente d'un "portrait" entièrement à charge, ni de la doxa officielle.

Attention : votre article est simplificateur, tendancieux, condescendant et menteur.


Simplificateur : vous réduisez la complexité du propos de Jean-Dominique Michel (JDM), tronquez certaines citations et références, au passage arrachée de leur contexte. Un seul (double) exemple. Vous écrivez : « (…) dans une interview en deux parties donnée à un site d’athlétisme suisse, Michel, rebaptisé "l’un des plus grands spécialistes mondiaux de santé publique depuis 30 ans" dans une interview en deux parties donnée à un site d'athlétisme suisses'attaque aux politiques de santé publique française et au consensus scientifique ». Or, en vérité : 1) l’interview a été donnée à ATHLE.ch ET PHUSIS Philosophie, dont le docteur en philosophie que je suis est l’animateur ; et 2) lors de la première entrevue, alors que JDM n’était pas encore apparu sur les écrans, je l’ai en effet présenté à la sportive, comme « un des meilleurs anthropologues et experts mondiaux en matière de santé publique, qui a étudié pendant plus de 30 ans les pratiques de soins et dispositifs sanitaires en Europe et dans le monde », ce qui n’est déjà pas la même chose. En effet, sur ATHLE.ch, le raccourci cité a été fait. Mais attention, dans notre deuxième entretien, j’ai précisé que son titre découle du fait que « depuis le 18 mars dernier – et [son] article de blog « Covid-19 : Fin de partie ! » –, [son] diagnostic et [ses] projections rassurants (estimées scandaleux par la plupart, parce qu’allant à l’encontre de la tendance, du tunnel politico-journalistique) se sont les uns après les autres avérés tout à fait corrects, confirmés comme un puzzle qui se construit. » Voilà qui donne déjà un autre angle de vue.


Tendancieux et condescendant : vous décrédibilisez JDM sur la base d’un résumé de son propos par quelques formules réductrices et d’une analyse partiale et condescendante de son parcours, sans porter la moindre attention au contenu de son travail : sa lecture de la crise comme dévoilement de nos incohérences structurelles et systémique (justement !). L’ouverture de son analyse à chaud (1ère vidéo) sur une intelligence collectives et non exclusivement mathématico-binaire ; une réorganisation dans le sens d’un dialogue entre les sciences techniques, humaines et l’expérience de terrain. Le tout en direction d’un monde meilleur.

Comme je l’ai moi-même indiqué en début de deuxième entretien, à la suite du passage cité ci-dessus : « Là où le bât blesse – et d’aucuns [lui] l’on reproché, [il n’a] pas fait de grande carrière universitaire, n’[a] pas de thèse de doctorat, n’[est] pas Professeur, mais [s’est] intéressé à des choses bien étranges pour nos autres pékins, tels les guérisseurs et chamanes… On est d’emblée au cœur de ce qui fait problème dans cette crise, qui est somme toute philosophique, épistémologique : la question de l’expertise »


Menteur : JDM m’assure n’avoir jamais été sollicité par Arrêt sur images !


Attention : votre article est simplificateur, tendancieux, condescendant ainsi que menteur.


Les stigmatisations, simplifications, tendances a priori et condescendant et mensonges contribuent inutilement à crisper une situation déjà terriblement tendue. Pour comprendre ce qui se passe, ce que nous sommes en train de vivre, l’enjeu est d’ouvrir les écoutilles et prendre au sérieux les propositions intelligentes, fussent-elles alternatives, qui conduisent à une meilleure compréhension et par suite une meilleure santé de nos pensées et institutions, y compris médiatiques.

J'aurais aimé que la critique porte sur le contenu de ses propos, or il n'y a pas un mot la dessus. Arrêt sur image si pertinent dans la critique de la politique médiatique vire au scientisme le plus éculé, alors qu'actuellement la parole des scientifiques (munis d'une liste de  diplômes longue comme le bras) est trop souvent vendue à l'industrie pharmaceutique. Arrêt sur image hurle avec les loups (les autres médias) contre Raoult et Michel.  Aller questionner la parole du pouvoir politique et scientifique, ça serait un autre boulot....

Vous êtes des adeptes de la science officielle qui travaille au service de l'armée, des labos, de l'industrie, de tout le système économique actuel. Je chercherai des réflexions plus approfondies ailleurs.

 

Bonjour, Je trouve votre article à charge et un poil moqueur. Vous criez avec la meute sans vous poser une seule fois la question de ce qui pourrait être la cause du succès d'audience de ce monsieur. En ce qui me concerne j'ai été, comme beaucoup de français, profondément choqué par la gestion du gouvernement, l'interdiction de choix de soin étant le point culminant de l'aberration pour moi. J'ai vu la vidéo de JD Michel et j'ai adhéré à son discours plein de bon sens et d'évidences. Enfin une voix simple et audible (comme Raoult) au milieu de cet océan de faux discours gouvernementaux, destiné la plupart du temps à couvrir leur manquement, quite à donner des conseils mensonger (du type les masques ne servent à rien). Alors que vous essayez de le faire passer pour un charlatan, libre à vous. Comprenez seulement que la vision du soin  qui consiste à diabolisez en permanence les remèdes naturels au profit des remèdes chimiques développé par les labo pharmaceutiques peut irriter beaucoup de gens dont je fais partie.  Je trouve désastreux qu'on ait Raoult qui explique sur Bfmtv qu'en France il est interdit de prescrire une molécule qui est prescrite depuis 80 ans parce qu'elle ne rapporte plus rien à personne. Se soigner et gérer sa santé devrait être une question de choix personnels et on ne devrait pas juger ces choix et encore moins les interdire pour des raisons de profit . Je passe sur les arguments super légers que vous utilisez (le prix du stage par exemple) ... franchement, le discours qui consiste à diaboliser les gens en disant qu ils essayent de faire du fric c'est pitoyable, quand on a, en face, des sommes astronomiques qui sont en jeux (profit des labo ou argent volé au peuple pour être donné à des grandes entreprises sous prétexte du covid).

Techniquement, depuis Genève, franchir les Alpes conduit en Italie…

J'aime beaucoup cette citation de l'obs : : "Jean-Dominique Michel a beau ne pas être un scientifique, mais un anthropologue.


L'anthropologie est une science. Certes une science humaine mais elle reste une science. J'espère que c'est un raccourci sur l'absence de carrière académique du bestiau et non une réduction de la science aux seules sciences dites dures. Pour mémoire, Graeber est anthropologue. 


Cet article sur ce nouveau faux-monnayeur montre qu'il est difficile de s'y retrouver avec toutes ses ecoles plus ou moins auto-proclamees qui vendent des diplômes plus ou moins loufoques. Le marché des intellectuels est ainsi fausse et un CV bien arrange à destination des communicants permet de passer pour expert, chercheur, spécialiste. Mais bon, si les universitaires sérieux bossaient moins ils pourraient passer plus à la télé ^_^

La toutologie étant ontologiquement universelle, il est normal et sain que ceux qui savent tout sur tout et tout le temps soient écoutés partout et à chaque instant.


Et réciproquement.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

j'avais regardé la première vidéo, et pour ce que ça vaut, j'ai quand même trouvé assez pertinent son raisonnement général... évidemment, quand on apprend à la fin qu'il a un bouquin à vendre, ça remet son discours en perspective


alors OK, c'est un énième mytho qui trafique son CV, un expert en rien qui donne son avis sur tout (comme nous tous, quelque part :-p)... 


je me pose une question : au final, si on ne veut plus croire les experts "homologués" par les médias de masse et le monde politique (qui les utilisent pour faire passer les messages qui les arrangent), et si on fuit comme la peste les gourous complotistes, j'ai l'impression qu'il ne reste plus grand-monde à qui on peut se fier sans trop se méfier... alors quoi ? trust no one ? on coupe la télé et Internet ? mais alors, que deviendrait ASI ? :-D

morandini + expert : il y a tout de suite un doute, non ?

Et un connard de plus, un !

Ok , c'est peut-être un clown, mais si la dénonciation assez féroce du bonhomme est légitime, il n'en reste pas moins qu'il reste à prendre en considération les arguments avancés, non ?

En parallèle de son activité médiatique, il a publié le 29 avril son second livre, Neuro-stratégies, comme prendre soin de son cerveau pendant le confinement. Et après !, chez HumenSciences


- Tu rajoutes « pendant le confinement » au titre du livre et les ventes vont augmenter.

- Oui, mais aussi « Et après ! » pour le vendre après le confinement.

- Ah oui ! T’as raison !

J'aime beaucoup le nom d'un des sites web du bonhomme : lying.fr. On ne peut pas dire qu'il n'annonce pas la couleur.


Dans son traitement de la covid-19 il rejoint André Comte-Sponville qui croit qu'il faut relativiser la portée de cette pandémie, entre autres parce que la létalité de la covid-19 serait comprise entre 0,5% et 0,7%. C'est un peu bizarre parce que si on ne fait absolument rien pour la stopper, dans un pays comme la France, ça donne entre 300000 et 500000 morts. Des chiffres qui n'invitent pas vraiment à relativiser.


Mais en réfléchissant on peut comprendre le raisonnement : comme on fait quelque chose le bilan sera peut-être bien moindre. Et ceux qui invitaient à relativiser pourront alors s'exclamer "on vous l'avait bien dit que ce n'était pas si grave !".

Stéphane Bourgoin , sort de ce corps.

"Jean-Dominique Michel a lui-même connu une guérison inexplicable suite à sa rencontre avec un guérisseur philippin"

Encore un coup de ces célèbres guérisseurs philippins à mains nues.

J’ai ouvert une vidéo du monsieur. Il affirme que le virus actuel (qu’il appelle Covid) est identique à une grippe en terme de dangerosité, de contagiosité et de létalité. J’ai arrêté donc à la 14ème seconde.

Prouvez ce que vous venez d’affirmer. ^^

Les "toutologues": des toutous attachés aux chaînes d'info ? En tous cas être invité par Morandini et avoir les "honneurs" Paris-Match : deux motifs de méfiance...

Bonjour, j’ai écouté 2 interviews de JD Michel. 


Étonnamment, pour un toutologue, j’ai compris pourquoi nous en étions arrivés à être privés de liberté pendant 2 mois, à ne plus être soignés par les médecins généralistes, à donner des oboles pour les hôpitaux qui vont continuer à être gérés comme une entreprise, au spectacle des hôpitaux italiens, aux girouettes du gouvernement français, ...


Mais vous avez raison sur un point : après cette écoute, on éprouve de l’espoir en se disant qu’ils ne sont pas tous partis sur une autre planète, que certains semblent être sensés. Ainsi, on peut continuer à supporter ce qui n’est pas humain.

De l'art de faire du fric avec du vent...et sans éoliennes!

On n'a pas déjà suffisamment de boulets chez nous pour devoir en plus récupérer ceux des autres ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.