188
Commentaires

Un tour chez les vampires

Derniers commentaires

Bon, j'ai pas fait le tour du forum, mais il semblerait que parler de vampires sans les apparitions qu'ils ont fait dans les jeux vidéos, c'est aussi en oublier une partie. Notamment les deux adaptations du fantastique jeu de rôle de chez White Wolf.

Vampire la mascarade puis vampire dark ages font vivre les joueurs une non-vie de vampire respectivement à l'époque moderne et au moyen âge.

Et l'univers est hyper étoffé avec d'autres créatures que l'on peut rencontrer (loup-garou, momies, mages, changelins....)

Les vampires sont organisés en clans qui découlent chacun de grands anciens et directement de Caïn. Plus on s'éloigne de Caïn, plus le vampire est faible car son sang est faible.. Ils ont différents pouvoirs surnaturels...

Bien que pas forcément hyper original au niveau de la société Vampire.. La mascarade réunit un certain nombre de clans qui font tout pour ne pas interagir avec la société humaine. Le Sabbat au contraire prône la supériorité de la race vampire sur le bétail que sont les humains.
Les principaux PNJ (Personnages Non Joueurs) et notamment les plus puissants vampires (bien souvent Princes d'une ville) sont des personnages historiques. A Paris, c'est en effet François Villon le Prince des lieux..

Enfin bref...
mon petit palmarès de vampire :

1-Morse, de Tomas Alfredson (tiré du livre excellant de John Ajvide Lindqvist)
2-True Blood d'Alan Ball
3-aux frontières de l'aube de Kathryn Bigelow
4-Nosferatu de Murnau
5-Dracula de Francis Ford Coppola

:-)=
Je vais faire preuve d'un mauvais esprit très sûr, ce qui me sera surement reproché, mais que Diable, tant pis !

Je suis avidement pour ne pas dire frénétiquement vos chroniques Alain et me réjouis de vous revoir céans depuis quelques semaines. Or là, je me demande vraiment à quoi rime cet inventaire à la Prévert qui débouche juste sur (et donc, je me demande si elle n'est rien de plus qu'un prétexte à...) une pub pour votre bouquin.

Je me prends à imaginer ce qu'eût put être cette chronique écrite à quatre mains avec un chroniqueur du site dont c'est réellement la compétence que de mettre en perspective 100 ans d'histoire d'une thématique précise au cinoche... c'est à dire Rafik. Sans doute une top chronique.

En l'occurrence, celle-ci effleure en trois phrase ce qui a fait votre gloire jusqu'aux fin fond du Bas-Poitou comme du Haut-Doubs : l'iconologie iconoclaste.... ce qui là, me laisse sur ma fin. Et elle n'approfondit pas non plus le thème qu'elle prétendait traiter du point de vue du cinéphile... c'est une liste... un inventaire avec de très belles affiches, mais je ne comprends pas quel but elle poursuit c'te chronique-là. A part, mais je l'ai dit, faire de la pub a votre livre. Ce qui s'avère en l'occurrence d'un contre-productif achevé... ha bah si... 300 pages de la même eau, j'en frémis ! Bon, en fait, J'imagine que justement, vous en avez fait là un condensé du bouquin, plutôt formel, ne pouvant entrer dans le moindre développement par soucis d'exhaustivité... ce qui explique pourquoi votre fille est sourde ! Donc, j'attends la prochaine chronique qui me fera replacer dans son contexte iconographique une pub de hamburger en remontant aux peintures rupestres en passant un flamand flamboyant et une enluminure du moyen-âge... parce que là, pardon, le Korkos, il se pose un peu !

Bien amicalement.
Allez, pour un autre tour d'horizon, très complet, de la question, voir Vampires ! Une histoire sanglante, de Richard Nolane et Elisabeth Campos, aux Moutons électriques, 11/2010, 338 p., Coll. Bibliothèque des Miroirs, plein d'illustrations superbes et peu connues...
Il va y avoir une comédie musical qui s'appelle Dracula.
ok
Colin Firth après le discours d'un roi va jouer un vampire.
bon.
Alain Korkos fait une chronique sur le cycle de cinoche du musée d'Orsay avec Frankenstein et des vampires.
Bien.
IT vampirise le fil, on doit l'extraire.
Soit.
Et puis comme si ça suffisait pas, en plus, en plus :
Thomas Fersen sort son album aujourd'hui. Tiens, il n'a pas pu l'appeler Dracula, on se demande pas pourquoi!
Écoutez moi ça http://www.youtube.com/watch?v=DDnXCBQDOdY vous m'en direz des nouvelles.
Et ne loupez pas "j'suis mort" et "le dresseur de lion" tant que vouziète dans ces petits live apéritifs.

J'ai bien envie d'aller faire la femme qui crie devant le squelette de la foire du trône!
Un tout petit peu hors sujet, mais pas tant que ca.

Une experience interessante qui nous montre quand meme a quel point le cinema nous a conditionne :

>< Que se passe-t-il lorsqu'on laisse toute seule dans un corridor une petite fille habillee de blanc ( Commence a 00:32) ><
Merci pour cet article, j'ai vu il y a peu une variation que j'ai trouvé très intéressante sur le film de vampire : daybrakers, qui n'a je crois pas eu droit à une sortie en salle en France.
Intéressant pour l'inversion de situation, les vampires étant désormais la norme, et menacés par une pénurie de sang humain, c'est visuellement assez réussi, une fin brouillone et précipitée comme souvent ... mais un bon casting (Dafoe, Ethan Hawke, Sam Neill ...)

Dommage effectivement de passer à coté des versions de Rodrigez/Tarantino et carpenter du mix "western/vampires" Bon le Carpenter et d'un premier degré assez déconcertant comme d'hab, mais formellement ça à de la gueule.
Faisons du vampire concis (on dirait une contrepèterie, mais non...) :

- le mormon-compatible Twilight est non seulement fade mais surtout très peu inspiré : en 1922 déjà, Marina Tsvétaïéva écrivait Molodiets, un poème qu'elle traduira elle-même en français, en 1929, puis récrira sous forme de conte, intitulé "Le Gars". C'est l'histoire d'une jeune fille qui tombe amoureuse d'un séduisant jeune homme, qui se révèle être un vampire. Loin de s'enfuir, elle lui sacrifiera et son père, son frère, sa mère et enfin sa propre vie. Ce conte cruel, s'inspire de fait d'un conte antérieur, perverti avec brio, le Vampire d'Afanassiev.

Résumé de la main de l'auteur : Ceci est l’histoire d’une jeune humaine qui aima mieux perdre ses proches, elle-même et son âme que son amour. Ceci est l’histoire d’un damné qui fit tout pour sauver celle qu’il devait infailliblement perdre. D’une humaine devenue inhumaine, d’un damné devenu humain... Et voici enfin, la Russie rouge d’un autre rouge que celui de ses drapeaux d’aujourd’hui.”


- plus récemment, un petit film suédois tout en délicatesse sanguinolente, s'inspirait d'un roman (que je n'ai pas lu) tout aussi suédois, et racontait l'histoire d'un amour entre deux gamins, même pas encore ados, la fille étant un frêle vampire, buvant le sang de ses proies sans un mot et sans plaisir. Ça s'appelait Let the right one in, en version anglophone.
Je suis très fan des anglicismes franchisés !

En complément, on aurait aussi pu citer le monde du jeu de role touché par les vampires. Avec Vampire la masquarade édition white wolf avec déjà plusieurs adaptations vers le jeu vidéo et des tonnes de bouquins papier.

http://wiki.white-wolf.com/worldofdarkness/index.php?title=Vampire:_The_Masquerade

Très bon article.
Un mec qui s'adresse à une communauté m'as signalé un film majeur (mais boursouflé) qui mérite d'être cité : Aux frontières de l'aube.
Auquel je rajoute la race supérieure de vampires de Blade 2, les Reapers, où le dandys raffiné se confrontent à son pendant animal. Je pense que des films comme The Descent lui doivent énormement.
Je n'ai pas lu les précédents commentaires, alors peut-être que ce que je vais ajouter a déjà été cité, mais je m'étonne de voir oubliés ici les trois films suivants :

- "Vampyr " (1932) de Carl Theodor.Dreyer > http://akas.imdb.com/title/tt0023649/combined

- "Les lèvres rouges", alias "Daugthers of darkness", (1971) de Harry Kümel, avec Delphine Seyrig > http://www.imdb.com/title/tt0067690/

- enfin, "L'ombre du vampire" (2000) de Elias Merhige, avec John Malkovitch et Willem Dafoe, qui clôt en quelque sorte la trilogie dans le temps entamée par Nosferatu-Murnau et Nosferatu-Herzog... > http://www.imdb.com/title/tt0189998/

Sur les vampires, je signale aussi le petit ouvrage existant dans la collection "Découvertes Gallimard", "Sang pour sang, le réveil des vampires", qui a le mérite d'offrir un panorama sur ce thème, à tout point de vue > http://www.decouvertes-gallimard.fr/Decouvertes/Control.go?action=fic_ouvrage&prod_code=A53203

Côté littérature, une certaine Marie Nizet, écrivaine belge méconnue du XIXème semble avoir précédé Bram Stoker avec sa nouvelle "Le capitaine vampire" (1878). Matei Cazacu, qui a consacré une biographie fouillée au personnage historique du voïvode Vlad III "l'Empaleur", y a joint son texte > http://www.franceculture.com/oeuvre-dracula-suivi-de-capitaine-vampire-de-matei-cazacu.html

Le film "La comtesse " de Julie Delpy est adapté pour une bonne part de l'ouvrage de Valentine Penrose "La comtesse sanglante" (1962) > http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=37846

Pour le retour aux sources, sur les vampires de Roumanie, ce qu'il en reste, il y a aussi ce livre, "Où sont passé les"vampires ?", chez Payot et Payot-Rivage en poche : http://www.payot-rivages.net/livre_Ou-sont-passes-les-vampires--Ioanna-Andreesco_ean13_9782228891004.html

Ca peut intéresser...
C'est marrant, apparemment, le mot "vampire" viendrait quand même du mot qui veut dire "chauve-souris" en serbe.

Peut-être pour ça qu'ils se gominent les cheveux : ils en ont pas beaucoup...
Il est temps d'écouter un peu de Mike Patton en regardant Mia Farrow
http://www.youtube.com/watch?v=HrSqZzkCgAU
Je vois que c'est un forum où chacun vient planter un clou, comme sur un tronc d'arbre photo arbre à clou .
Ma référence perso sur les vampires est, pzadaboum, pzadaboum:
Le Dernier des vampires, de Willis Hall
Pour ceux qui n'aurait pas eu de loupiot ou dont le loupiot a réussi à échapper à tous les profs de français des collèges qui le font lire.
J'aime beaucoup la tête des loups qui ne savent plus trop où ils en sont dans le cours de leur vie, à un moment dans l'histoire.

Sinon, quand on fait un métier, il y a les mots des gens auxquels vous avez affaire (et à faire des fois par la même occasion) qui reviennent régulièrement comme un leitmotiv. L'élève qui dit "avec Madame Machin c'était mieux" au prof, le client qui dit "ils vont pas noircir vos joints dans la salle de bain autour de la baignoire" au carreleur, etc. Les trucs systématiques. On peut pas y échapper, prendre les devants en demandant à Madame Machin "comment c'était avec eux l'an dernier?", en mettant des joints un peu gris, ou beige, mais surtout pas blanc de chez blanc. Rien à faire.
Je dis ça parce que quand j'ai été "faiseuse de prise de sang": devinez ce que vous nous dites, régulièrement, comme ça sans penser à mal?
"mais vous êtes un vrai vampire! 3 bouteilles!"
Les bouteilles c'est des p'tits tubes minuscules, y'en a qu'exagèrent toujours.
Des brochettes de globules rouges, ou sinon au four, sur un lit de globules blancs, in su serum, après avoir mariné dans les plaquettes. Chez les diabétiques, mmm c'est sucré, chez les alcooliques, gaffe, faut user avec modération sinon t'es saoul, chez ceux qui enfilent les tubes de mayonnaises et de crème fraiche, c'est fin, comme du foie gras... J'ai été vampire, façon analyses biologiques.
Et vous vous avez été vampire?
Super chronique !

Ya aussi le génialissime The Addiction d'Abel Ferrara qui détourne le sujet pour nous proposer un film sur la culpabilité et la rédemption.
RÉPONSES NOCTURNES EN VRAC


LEVEILLEUR : J'ai évoqué, me semble-t-il, environ 60 films dans cette chronique. On ne peut pas tout citer ! Mais Jean Marigny, oui, j'aurais peut-être dû le mettre dans la biblio à la fin. C'est LE maître, LE spécialiste. Celui sans qui on n'écrirait pas grand-chose sur les vampires aujourd'hui.

IT : oui oui, bien d'accord, le vampire ne se réduit pas à l'archétype hollywoodien (qui en l'occurrence est plutôt grand-bretron puisque de la Hammer, mais bon…). Cela dit, il s'agit d'une chronique et non d'un bouquin. Ah bien justement j'en ai écrit un dans lequel j'explore un peu plus les détails, sans prétention non plus à l'exhaustivité. Pour l'exhaustivité ou presque il faut lire Jean Marigny dont il fut question plus haut : La fascination des vampires, par exemple.

HURLUBERLU : Dracula vampire sexuel je ne connaissais pas, c'est génial !
TF1 diffuse en ce moment une série intitulée Vampire diaries, le samedi après-midi.

Et à propos de Max Schreck, cité dans l'article : en allemand, "Schreck" signifie... "frayeur", "terreur"...
La Reine des Damnés, grosse bouse, mais.... Quand on voit ce film en sachant que l'actrice-chanteuse du rôle titre est morte peu de temps avant la diffusion du film en salle, ça change tout.

A part ça, géniale chronique, Maître K. Merci.
Et aussi le "rock and roll-vampire-comedy" Suck
Géniale chronique !
En ce qui me concerne l'histoire de vampires qui m'a le plus fait flipper est Salem bouquin de Stephen King qui m'a fait cauchemarder pendant des mois et des mois.
Au point de vérifier que personne n'était caché sous mon lit (c'est que la parano va loin - ou que King est un bon écrivain, même si un paquet de gens le méprisent cordialement).
Et sinon super Tag M. Korkos : "ne pas oublier d'aller chez le dentiste"...
Un tour chez Baudelaire Le Vampire
Le top du top du film de vampire, c'est quand même "dracula vampire sexuel", avec un sosie de David Pujadas dans le rôle titre, qui maîtrise parfaitement le haussement de sourcil. Ici, un extrait croquignolesque avec les réactions d'une salle hilare
Il manque la couverture du jeu vidéo "Vampire: The Masquerade – Redemption" :)

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/7/79/VTMR_cover.jpg
Il manque Angel, le spin off de Buffy
Tiens moi je vais mettre cette affiche http://www.nanarland.com/Chroniques/fianceedumonstre/image1.jpg
l'un des plus mauvais film du plus mauvais cinéaste du monde http://www.youtube.com/watch?v=D8YGES_Ynkk&feature=related
puisque j'ai revu ce magnifique hommage récemment http://www.youtube.com/watch?v=hAt0p4EPCmo
Bon.

D'abord, ce qui me manquait le plus dans les chroniques de Korkos, c'est ces "mots clés" très bêtes, à la fin. Je suis content de les retrouver (ils sont très bêtes).

Ensuite, pas vraiment d'accord avec le paragraphe classique sur l'origine traditionelle du vampire. Nous sommes tellement conditionnés par les codes stokériens du vampire-à-canines qu'il est facile d'oublier à quel point le sang est un détail dans le principe du vampirisme. Il n'y a pas d'émergence soudaine d'un vampirisme draculesque dans les systèmes de croyances traditionnels, et il n'y a pas de catégorie draculesque circonscrite et définie par la draculerie qui nous est familière. Il y a une très ancienne tradition (assez universelle) de revenants dangereux, souvent conséquences d'une "mauvaise vie" ou d'une "mauvaise mort", dont les vivants doivent se garder. Le modèle de base le plus éloigné du vampire hollywoodien est le décédé qui reste nocif pendant la période de deuil collectif, avant d'être réintégré dans la société en tant qu'ancètre bénéfique par le truchement d'un second rituel funéraire. C'est un principe général dont on retrouve le "feeling" à la fois dans la psychologie du deuil (la pression sociale qui oblige à montrer sa tristesse pendant un certain temps, puis à la cacher parce que ça suffit et qu'il faut réintégrer la vie sociale voire le marché marital, au lieu de se "laisser bouffer" par les souvenirs), et dans les figures fantastiques modernes (le zombie ou le vampire de cinéma, anciens familiers qui vous volent votre vie si vous ne les tuez pas une seconde fois par un rituel précis). Mais au niveau des croyances populaire, on retrouve un peu partout le fantôme qui refuse de partir et qui sape la santé de sa famille pour une raison ou une autre (mauvais enterrement, affaires non réglées, méchanceté viscérale, etc). C'est un peu le principe de la sorcellerie en moins dangereux pour l'accusé, qui ne risque plus grand chose. Le malheur (malchance ou épidémie) frappe la communauté dans une série inquiétante, on cherche un bouc émissaire, on enquête sur les petites histoires non résolues, on désigne un méchant, et on le neutralise tout en réaffirmant nos solidarités, nos normes comportementales (dont le méchant était le contre-exemple), nos moyens d'actions face au destin et à l'inconnaissable.

Pour dire, sur ce canevas, les détails pratiques varient avec les époques et les régions. Le mort "mange" les vivants différemment ici ou là. Très souvent il lui vole le souffle dans son sommeil. Ou lui suce la graisse. Ou l'épuise d'une façon ou d'une autre. Ses caractéristiques physiques varient, avec ses capacités à prendre des formes animales ou éthérées, à communiquer, à retourner dans sa tombe sans la déranger. Ce qui frappe dans le recensement de ces croyances, c'est le côté onirique, incertain, indéfini, abstrait. Il y a des libertés régionales et individuelles, dans la représentation du revenant vampirique, qui le rendent poétique bien au-delà de la "croyance rationnelle" ou "matérialiste" à laquelle on s'attendrait et qui permettrait une classification stricte sur la base de critères taxinomique précis. Tâcher de localiser historiquement et géographiquement "notre" vampire est une illusion qu'on peut imputer à la fois à la cristallisation de sa figure par nos médias de masse (alors que les croyances locales vont de bouche à oreille avec les imprécisions et variations que cela autorise) et par notre mode de pensée moderniste qui nous accule à des imageries très "visuelles" et très "matérielles" (c'est-à-dire sans paradoxe onirique). C'est aussi ce qui rend fascinantes et difficile à appréhender nombre de mythologies exotiques. Cette difficulté s'illustre dans bien des films fantastiques dont le principe est la "rationalisation" (même "surnaturelle") de tel ou tel monstre mythologique - devenu, pour le bien du récit et de ses protagonistes, une créature matérielle prisonnière dans une large mesure des lois de la physique et de la logique, qu'elle ne transgresse que sur un point ou deux, bien circonscrits.

Dans la "réalité" (des croyances), il n'y a pas de vampire disctinct, mais un continuum de créatures aux caractéristiques partagées et fructuantes, au grand dam de nos espoirs classificatoires. Le vampire est un peu fantôme, il est un peu loup-garou, il est un peu sorcier. Le terme grec pour parler d'un vampire moderne à la Dracula est "vrikolakas", broucolaque, mais le broucolaque est aussi un esprit vampirique avec ses règles traditionnelles propres (quoique fluctuantes avec les versions), qui tient de l'appeleur et du loup-garou, et s'extermine plutôt en se faisant démembrer et bouillir dans du vin. Quant au "vampire" roumain, supposé le plus draculesque, son rôle d'emmerdeur post-mortem tient plus du conte moral édifiant sur la vie à suivre pour ne pas finir comme lui que de l'archétype littéraire à la Christpher Lee tel qu'on souhaîterait le retrouver.

Bref. Le vampire traditionnel est toujours à prendre au sens large ; réduits aux quelques critères arbitraires du dracula hollywoodien, il est impossible à retrouver dans la nature, et planter un drapeau sur un rapport administratif donné sur la base d'une paire de critères donnés est reducteur, arbitraire, un tout petit peu trompeur, et esthétiquement très injuste pour la richesse de ce type de fantôme et sa poésie propre. je ne pense pas que mon bavardage a été très clair, alors je vais faire comme ça :

1) Pour bien comprendre "le" vampire et mieux se rendre compte qu'il n'existe pas - mais qu'existent "les" vampires - je conseille très chaudement la "Histoire des Vampires" de Claude Lecouteux aux éditions Imago. Très décevant pour ceux qui cherchent du dracula-à-travers-les-âges, mais complètement envoûtant, et ouvrant bien des portes sur la poésie du folklore et ses spécificités.

2) Pour mieux cerner le "vampire roumain", son statut de croyance, sa fonction morale, et ses représentations locales, le préconise l'excellentissimement merveilleuse ethnographie "Où sont passés les vampires" de Ioanna Andreesco, qui revient poser la question dans son village natal et nous fait part de ses perplexités devant les récits qui lui sont servis en retour.

3) Pour illustrer ce dernier point avec un bon film, je suggère de mettre la main sur "Strigoï" (Faye Jackson, 2009), une histoire de vampires roumains à la sauce locale, où ces créatures jouent remplissent parfaitement leur rôle culturel dans la campagne post-communiste, faisant très directement écho à l'univers décrit par Andreesco et tournant résolument le dos à celui de Brahm Stoker. <Bande-annonce.>

Bon, tout ça sur un paragraphe d'intro, un peu annexe au sujet. Mais vous savez comment c'est avec les @sinots passionnés. Je n'aime pas beaucoup le vampire rigide et "matérialisé" de la mythologie littéraire et hollywoodienne actuelle. J'aime énormément les fantômes, la richesse de leurs formes dans l'histoire, leur malléabilité, le jeu de leurs classifications et ses limites. Il est un peu dommage de réduire le "vampire" à une archive juridique anecdotique et d'accréditer ainsi notre image d'une croyance traditionelle qui correspondrait trop à ces figures familières modernes. Je trouve.
quoi, que vois-je ? pas de Vampyr de John Carpenter, le chef d'oeuvre du film de vampires new-age justement. Et pourquoi ne pas avoir évoqué non plus le Une nuit en Enfer du couple Rodriguez Roberto et Tarantino Quentin qui lui aussi fait un habile mix du film de vampire old school et new age ?

Dans le monde du jeu vidéo, et sur les vampires, ils auraient aussi été intéressant d'évoquer le jeu Vampire the Masquerade (petit bijou vidéoludique sur le mythe du vampire également) qui marqua sacrément son temps et le genre.

on pouvait aussi évoquer la suite du livre de Bram Stocker, Dracula l'immortel, écrit par l'arrière-petit neveu de ce cher Bram, Dacre Stocker, aidé de Ian Olt, et basé en parties sur des notes originales de tonton :)

un autre trés bon livre du plus grand démonologue-vampirologue et j'en passe que j'ai même eu le privilège de rencontrer IRL, Jean Marigny : Sang pour sang, le réveil des vampires

http://www.amazon.fr/Sang-pour-sang-r%C3%A9veil-vampires/dp/2070532038/ref=sr_1_3?ie=UTF8&s=books&qid=1299334527&sr=8-3-catcorr

ou encore bien sûr, I am Legend de Richard Matheson, ce chef d'oeuvre de livre sur le tournant vampire-croquemitaine-humain, qui fait comprendre que parfois tout n'est pas aussi clair qu'on pourrait le penser.

chronique trés intéressante cependant, et quel plaisir de pouvoir replonger dans les racines de la Hammer par ces liens donnés. Merci à vous Alain.
Quelle remarquable chronique! Quel admirable travail: aussi humble et souriant que soigné méticuleusement! Et dire qu'il continue de s'accompagner de vite dits auxquels, n'étant pas spécialiste d'"iconologie", je ne peux que regretter de ne pouvoir leur consacrer toute l'attention qu'ils mériteraient. Il faut espérer que vous aurez l'occasion d'en rassembler, avec vos chroniques, quelques-uns: nul doute qu'ils garderont, ou plutôt gagneront ensemble, une pertinence que le flot de l'actualité... ne saurait parvenir à submerger.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.