62
Commentaires

"Un collègue m'a dit que ces choses-là ne se racontaient pas..."

Une toute petite phrase de Nicolas Sarkozy sur Jose Luis Zapatero, glissée dans un article de Libération, s'est retrouvée la semaine dernière dans les gros titres de la presse internationale. Entre confirmations et démentis, le député Vert de Loire-Atlantique François de Rugy a été cité comme l'une des principales sources de l'affaire. Député blogueur, il s'est d'ailleurs servi de son espace en ligne pour confirmer les faits. Qu'est ce qu'un député peut dire — ou ne pas dire — sur son blog ? Comment ces moments de conversation, auxquels aucun journaliste n'assiste, se retrouvent-ils dans la presse ?

Derniers commentaires

Bon, je vais être honnète, je n'ai rien compris à la problématique, je ne sais même pas trop de quoi ça parlait, et pourtant j'ai tout suivi et je suis allé jusqu'au bout, ce qui fut un poil difficile, mais l'emission devenant plus interessante sur la fin j'ai reussi. Mais si demain quelqu'un me demande quel était le thême ? ... ô_O ?

Ah si, on peux comprendre la phrase de Sarko autrement, a savoir : "ce ne sont pas les plus intelligents qui gagnent les élections" ... (guuulp mais non sire Sarko 1er je ne parlais pas de vous ....)
alors là..bravo...réussir à faire dire l'inverse des propos de sarcozy..il fallait oser....et ce site l' a fait..... La phrase est pourtant simple: "x n'est peut être pas intelligent". Vous voulez que l'on vous adresse un exemplaire de la dernière édition du "Robert"???
Ce député est très bien, je vais vite lire son blog.
L émission aurait pu être encore plus passionnante, les histoires de Sarko sont toujours un peu pareils mais bon
Le choix des invités etaient trés bien mais le sujet un peu déjà vu
Bonne continuation
J'ai bien aimé cette émission. Les deux invités professionnels de l'hémicycle sont des gens intelligents et visiblement interessés par leur travail.
L'antiparlementarisme primaire en a pris pour son grade et c'est tant mieux , car il est dangereux pour la démocratie , et fait le jeu de Sarkozy.
La journaliste de Libé était là pour expliquer le rôle d'un organe de presse dans ses rapports avec les nouveaux médias et c'était très clair.
Merci à Justine pour son indépendance de ton , ses questions pertinantes et non supervisées par le chef , et merci au chef pour l'ensemble de son oeuvre .

Emission votée d'utilité publique .
Rugy (c'est bien son nom?), me fait douter de mon proverbe toujours vérifié : tous pourri !
Rien que pour ça votre émission était intéressante.

A +
Faudrait un test auditif obligatoire pour nos chers rigolos de l'assemblée Nationale. A moins que lorsqu'il ont les dents du fond qui baignent, leurs esgourdes ne fonctionnent plus...
Constatons le paradoxe suivant: c'est au moment où les parlementaires et d'autres "citoyens d'élites" européens proposent de multiplier les caméras dans les rues et dans lieux publics, de multiplier les mesures de contrôle de toutes les télé-communications d'ordre privées sur un territoire donné, d'élargir la compétence de surveillance et de sanction non plus à l'Etat mais à des organismes privés, de compléter des fiches de renseignements intimes sur chaque individu; c'est à ce moment là que les parlementaires français souhaitent préserver leur "marge de manoeuvre" en se préservant des regards indiscrets de leurs électeurs par une certaine "opacité".

Que ce soit dans les institutions ou dans les entreprises privées, monsieur tout le monde a pour obligation d'être à la limite de l'obséquiosité. Non pas pour avoir de l'avancement ou une carte de séjour, mais pour être reconduit dans son poste, ou ne pas être reconduit au poste. Le "citoyen d'élite" euphémise que son statut exige un respect à l'égard de la fonction et du statut qu'il incarne. Mais tandis qu'il se fait cirer les pompes, il casse du sucre sur le dos de celui qui est en dessous de lui.
Quand ce n'est pas notre président, en particulier, qui parle de ses concitoyens et des dirigeants d'autres pays avec des propos peu amènes.

Tandis que la méritocratie faisait son entrée dans la République, du moins le vocable, étaient promus à nous diriger les inconsistants Darcos, Lefevbre et toute cette litanie de "citoyens d'élite", qui n'ont d'élite que le statut et les avantages.

Tout cela n'est en définitive que quelques anecdotes. Un ministre de l'Education qui ne sait pas faire un règle de 3, un président qui parle de ses homologues comme on le fait de ses compagnons de régiment, un fiston qui brigue des responsabilité politiques sans aucune autre forme de légitimité, on coupe des crédits tout en augmentant son salaire...
Or, si c'est pour aller péter dans la soie et aller troller sur les collègues, monsieur tout le monde est tout aussi qualifié.

Et il vient de là le climat ou le risque "révolutionnaire". Comme Dati, arborer des fringues ou des bijoux de marque on sait tous le faire. Il y a même un certain point commun avec les nantis et les très pauvres, c'est qu'arrivé à un moment donné, on ne compte même plus... Comme Villepin, on est tous des poètes capables de dire que "la france attend de se faire baiser". Tous ? Non, seuls les rappeurs programmés à Bourges en seront interdits. Comme Sarkozy, on est tous capable de dire qu'après une bonne bouffe il nous est agréable d'éclater la rondelle de notre régulière lors d'une réunion officielle...

A y regarder de près, chacune de ses petites anecdotes, ne sont, comme le dit Eva Joly, que des "épiphénomènes". Néanmoins, elles traduisent toutes soit un "plaisir de mortel" que s'octroie un élu ou un coopté dans l'exercice de ses fonctions, soit un privilège de nantis. Et c'est là que ces anecdotes ne sont plus anecdotiques: puisqu'avides de pouvoir, et puisque ces "relâchements" traduisent justement toute la jouissance de l'exercice du pouvoir, ces anecdotes se multiplient pour devenir une addiction.

Et dans toute addiction, il y a la période rose, et la période noire. Chaque feuille de sondage résonne comme un clocher pour Sénèque: toutes blessent, la dernière tue.
Superficielle et ambitieuse (c'est d'ailleurs souvent synonyme), c'est bien Carlita qui portera le coup de grâce.
L'absentéisme, je suis un peu concerné, je suis enseignant. À cette critique qui alimente, comme l'a dit ce député de Nantes, l'anti-parlementarisme, l'anti-... je propose de répondre : ce serait vraiment le comble de la stupidité d'imaginer que les journalistes des journaux télés de 20 h. ne travaillent que le temps pendant lequel ils apparaissent à l'écran ou qu'un(e) artiste le temps où il/elle présente son œuvre...
Tres bonne emission. Exactement ce qu'on attend @si. Le depute invite m'a impressionne: inteligent, honete, courageux. A ce demander comment il a reussit a ce faire elire.
Vous avez etiez bien aimable avec Segolene Royale, de ne pas evoquer ces excuses. Elle surfe sur une mauvaise interpretation flagrante des propos de Nicolat Sarkosy sans meme ce renseigner au pres des participants au dinner Sarkosien. D'ailleur la press etrangere fait preuve de la meme mauvaise fois car tout le monde comprend bien que Sarkosy taclait les socialistes francais et pas Zapatero.

La petite phrase de Sarkosy n'a pas de quoi foueter un chat et ne merite pas une emission mais la sur reaction qui a suivit sa divulagation, le meritait bien.
L'emission m'a parue très interressante quant au decryptage des moyens de comunication, en l'ocurrence le blog, procédé émergeant et que l'on a tort de négliger, car il s'agit d'un vecteur de comunication très interressant, la preuve en est que presque tout les politiques en ont un. C'est un premier pas interessant de la part d'@si de nous en faire découvrir les coulisses avec celui du député vert, personnellement je suis resté sur ma faim. Je suggère de faire un dossier sur les blogs politiques ou une suite, notemment sur les blogs institutionnels avec leur absence de fond tel que ceux de Dati, Besson, etc. voir même ceux de journalistes tels que celui d'Apatie ou de Juan (sarkofrance), que je lis tout les jours. Quant a développer des tartes a la crème comme le chômage ou la réaction de Ségolène Royale, il y a d'autres émission qui se consacre à ça (cf. riposte, mots croisé, c dans l'air, on refait le monde, etc.) ça me parait anecdotique et sans objet avec l'émission qui est plutôt attaché aux coulisses et à l'analyse des moyens de comunication et moins à l'opinion. D'autre part je tiens a féliciter le comportement exemplaire du député vert, c'est rare, et très cohérent, il a gagné beaucoup de point avec cette émission.
A aucun moment, sauf erreur, il n'est question du cumul des mandats ni du rôle étrange- relai naturel des lobbies- des attachés parlementaires; dommage
il est trés bien ce député.

mais qu il est atterrant de lire tant d asinautes si peu intéressés par la Politique...
Moi je trouve que vous faites de la sodomie de diptères, j'en ai rien à faire de tout ça! d'ahbitude je vous trouve mieux inspiré...

jc(lyon)
¨Pourquoi le terme "pédagogie " revient-il sans arrêt depuis quelque temps dans toutes les bouches?
Serions-nous aussi crétins que nous ne puissions pas comprendre par nous-mêmes?
Cette façon de reprendre jusqu'à l'écoeurement des mots - ou des formules- m'agace auplus haut point.Rien de plus à dire pour aujourd'hui si ce n' est, qu'étant nantaise, je connais François de Rugy , qu'il est charmant, sincère, peut-être un peu naïf,en fait pas encore un politicien et c' est agréable.
Marie
Une fois de plus @si fait mouche en ce qui concerne la spécificité de l'émission (décryptage des images) Bravo ! Il est clair qu'un certain nombre d'@sinautes, toujours prompts à discutailler sur le fond des problèmes sont , eux, mécontents. On peut donc leur conseiller d'aller sur d'autres sites ou blog ! En plus ça allègera celui-ci de commentaires assez fastidieux...

Donc sur l'analyse "de la petite phrase" ce qu'il faut retenir c'est que, tirée de son contexte, une information n'a que peu de véracité. Or, s'il y a eu moulte polémiques à ce sujet c'est que ceux qui ont récupéré la phrase et monté en épingle les propos soi disant anti européens (ou anti espagnols de Sarkozy) ont joué justement sur cette ambiguité. Oui Sarko a parlé de manque d'intelligence, non il n'a pas dit que Zapatero était un benêt, dépourvu d'intelligence. Il y a ambiguité d'une déclaration dès lors qu'on replace celle-ci dans/hors de son contexte. Selon le contexte une info. peut avoir une signification opposée !

De mon point de vue la morale de cette histoire est qu'aujourd'hui nombre de journaleux, avides de scoop, de coups médiatiques, en sont réduits (les fourbes) à jouer sur la décontextualisation d'une information, pour créer du senstionnel, dans le seul but de vendre encore plus ! Voilà donc à quoi nous devons faire attention, nous, citoyens de base aujourd'hui : à la décontextualisation des informations comme forme nouvelle de désinformation, une forme plus subtile que le bon gros mensonge médiatique (et ceci pour se protéger des procéduriers et des procès éventuels dont se délectent les avocats). C'est bon à savoir, c'est en tout cas cette leçon que je retiens de cette émission. En ce sens, comme je le disais elle a fait mouche (même si DS s'est parfois embarqué sur des pistes hors sujet : l'opacité des parlementaires par exemple. Il devrait résolument axer l'émission sur le décryptage de l'image, sans s'égarer sur le fond des questionnements).
ZZZZZZZZZZZzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz..............

Emission très inintéressante basée sur des p'tites phrases de politique politicienne, agrémentée de débats inutiles mais très précis et pointilleux... N'y aurait-il pas des sujets plus pertinents ?
En réalité, ras-le-bol des décryptages de langage de Sarko et ses vassaux : décrypter les réelles réactions et faits politiques ! Par exemple, parlez de l'attitude française et "occidentale" à Durban II, histoire de rigoler un peu !
Depuis hier soir, je ne sais pas quoi penser de cette émission, ou plutôt disons qu'elle ne m'a rien donné à penser, à vrai dire.
... un impression de tournage en rond, en gros ...
Ce que j'en retiens, c'est d'aller faire un saut sur le blog de Mr Rugy.
j'ai bien aimé cette émission
ce serait bien qu'il y ait une émission sur le fonctionnement de l'assemblée ( par exemple : comment la gauche a réussi à
faire rejeter la loi HADOPI ? est il nécessaire que les 576 députés participent à chaque séance? etc)
j'ai pour ma part pris beaucoup de plaisir à écouter cette émission, qui rentre dans les détails.
Ce matin, Finkelkraut dans Réplique asticote Daniel Schneidermann et Guy Birnbaum avec une mauvaise foi et un parti pris étonnant.
D'abord il prétend que Ligne Jaune est la nouvelle émission Arrêt sur images, comme si l'émission princeps s'était transformée en chronique sur le buzz ; par ailleurs, il cite Debray dans l'émission Dans le Texte, mais sans la citer, façon de pouvoir ensuite tranquillement déblatérer sur ce journaliste qui se croit permis de critiquer et qui en passant sur internet devient un médiocre et sur cet éditeur qui livre les secrets d'alcôve des hommes politiques;

On devrait être content qu'il cite le site, en fait c'est pour mieux l'assassiner;

http://anthropia.blogg.org
Absentéïsme ou godillage, dur dilemne pour certains députés....

En attendant la reprise des débats HADOPI, Copé a eu la bonne idée de faire publier une interview où il affirme que "la notion de parlement godillot [lui semblait] derrière nous".

Nous avons donc décidé de monter le site DéputésGodillots.info pour aider le président du groupe UMP dans sa noble cause d'éradication de la godille parlementaire.

Chaque jour, à partir de nos observations depuis les tribunes de l'assemblée durant la loi Hadopi, une nouvelle pratique godillote est rendue publique. Vendredi dernier, nous étudions le cas d'Alain Marty grand lecteur devant l'éternel. Ce week-end, vous pouviez découvrir le cas de Françoise Guégot, la championne de freecell sur eeepc de l'assemblée, puis de notre godillot du dimanche issu de l'opposition: Jack Lang.

Les derniers godillots en date :
- Françoise Hostalier
- Éric Raoult
- Pierre Morange
- Françoise de Panafieu
- Benoist Apparu
Je trouve intéressant cette petite phrase ... et pas que du bruit, car il y a eu quand même une certaine omerta sur la presse étrangère, (pas chez ASI), mais dans la plupart des media français.
Malgré tout ce que certains veulent faire penser aux autres en,soit, niant, soit, minimisant , soit , en disant que notre cher vénéré Président n'a pas voulu dire ce qu'il a dit, cela est digne d'une "Berlusconerie" de type "Week-end en camping après un tremblement de terre", même Niveau!
Dommage que le debat n'ai pas parlé des explications de B.Koushner à ce sujet: "ben oui , que voulez vous, notre president est jeune, c'etait de l'humour..." . Je ne suis pas sur que nos partenaires europeens et mondiaux aient le même sens de l'humour.
Peut-être aussi est-ce une question de culture, et dire de quelqu'un qu'il n'est pas intelligent,n'est pas vécu d'une manière très positive ou bien très comique au delà des Pyrénées
Déjà dès que tu passes Brive-la-gaillarde on dit plus qu'il n'est pas intelligent, on dit qu'il est con. Cela a un double sens, un sens humoristique par exemple: "quel con ce Koushner, elle est bien bonne! " (le ton d'une franche rigolade),ou bien un ton plus grave "il est con,cet abruti" (notez que j'emploie "il" pour ne vexer personne...). Bon alors, quand tu dis qu'il n'est pas intelligent? quelque soit le ton, c'est qu'il ne l'est pas. La dessus Francois de Rugy a raison: le choix des mots.

Il sera intéressant dans les prochains mois d'observer la stratégie du pouvoir en place vis a vis des media, car là, manifestement, il y a eu bug dans la stratégie du contrôle. Libé s'est lâché, peut-être sans trop savoir, car le but n'était pas le Buzz. le Buzz a été l'épisode Royal / Lefevre qui a remis l'affaire en route.
Ce qui me turlupine, c'est cette histoire d'autocensure journalistique qu'on entend ça et la...(mince chut je parle trop)
Je sors plutôt déçu de cette émission. Je me dis qu'avec un invité si coopérant et précis dans ses interventions (François de Rugy, qui intervient le plus), il est dommage que le sujet sur lequel il était invité soit si anecdotique (surtout, comme ça a été dit dans les forums, que la demande de pardon de Royal n'a pas été abordée). Passke faire toute une émission sur une petite phrase, c'est quand même beaucoup de bruit pour rien. C'est sûr que l'actualité n'était pas folichonne cette semaine, mais je ne suis pas sûr que son néant imposât un sujet si creux; il y avait certainement d'autres images à exploiter (films, séries, que sais-je encore) pour pallier ce manque d'informations exploitables. See you next time...
Un bon moment, de la fraîcheur, de la spontanétité de la part du député et de la journaliste de Libé. @si est en plein dans la mission qu'il s'est fixé: comprendre comment se fabrique l'info, à l'heure des NTIC notamment.

Je trouve en revanche un peu agaçant quelques commentaires qui "font du Sarkozy" en mettant une appréciation à chaque intervenant. Cela me paraît curieux comme regard sur l'émission: un peu comme ces journalistes qui notent les joueurs de foot, un espèce de fantasme de devenir professeur et de porter un jugement définitif.

L'intérêt (ou non) de l'émission est plutôt d'apporter des informations qu'on ne trouve pas ou rarement ailleurs. De ce point de vue, l'émission est une nouvelle fois réussie. Merci!
voilà, si j'ai bien suivi, dans un naufrage doit-on prendre une bouée même crevée, car si le navire coule c'est toujours mieux que rien, quand bien même qu'en de telle circonstance une bouée trouée ne flottera jamais, et ne servira à pas à grand chose, donc la noyade sera inévitable, sauf si vous avez été prévenant, et que vous aviez emporté des rustines dans vos bagages ; et, pour laisser la place à d'autres personnes sur ce forum, et avant de me noyer dans la foule, il me faut conclure, par la chose suivante que même si il n'y avait pas de bouée sur le navire, les rustines garderaient toujours leur valeur salvatrice, elles seront également un bon remède contre l'ennui, et vous pourrez toujours en mettre au fond de l'océan avant qu'il ne se vide !
Combattre la culture de l'opacité, ensemble, c'est possible !
Je connaissais le blog de M. de Rugy, mais pas celui de son co-invité : je trouve que ce sont des initiatives formidables, quand bien même leur mode d'expression est peut-être un tantinet "technique" ! La démocratie souffre beaucoup de la méconnaissance de ses institutions par ses acteurs (les électeurs)... et ces média contribuent à limiter les malentendus qui peuvent en découler.
Allons plus loin ! S'il est vrai que la vocation d'asi, c'est le d-é-c-r-y-p-t-a-g-e, pourquoi ne pas prendre comme objet de d-é-c-r-y-p-t-a-g-e les institutions, et faire ainsi d'une pierre deux coups, à savoir dans un premier temps combattre la culture de l'opacité, et d'autre part rapprocher le citoyen de ses élus ? Une toute nouvelle émission... oui, ça y est, j'entends des cris d'orfraie, je sais, vous êtes trop peu nombreux, me direz-vous, et le travail ça se partage. Mais imaginez un peu : une toute toute nouvelle... émission qui décortique le fonctionnement des institutions, du parlement, des ministères, les arcanes de la Justice, de l'Armée (bouhhh !!!), pire de l'Education, de l'Elysée, des cabinets, le processus des élections, la haute fonction publique, que sais-je encore ?, avec des schémas explicatifs, des chiffres en contexte, des explications de textes, des références à des textes de lois, et bien entendu dans un esprit de totale et entière objectivité... Ahhhhhhhhhhhhhh ! Je suis sûr que vous en bavez d'envie comme moi.
Premier exemple concret à traiter : l'Europe. Qui n'a jamais rêvé d'un beau et limpide exposé powerpoint qui révèlerait tous les secrets de qui fait quoi, de pourquoi il est là où il est, de quel est son rôle ?
Aussi, si par bonheur il vous arrivait un afflux soudain et surabondant d'abonnés, un seul conseil : une nouvelle émission de d-é-c-r-y-p-t-a-g-e des institutions. Sérieusement, ça peut être utile quand on est citoyen.
Grosses bises.
Encore une conversation sans le moindre intérêt sur le sexe des anges...un grand moment de journalisme, vous visez le Grand Prix "Voici/Ici Paris" ?

Qu'une classe de CM2 s'amuse d'une rodomontade et répète à tout le monde que machin a dit quelque chose sur truc etc...je peux l'admettre, même si il ne fait aucun doute que le genre de mioches s'esclaffant de cette manière deviendront de sombre imbéciles; mais de la part de journalistes & parlementaires ça donne sinon des envies de meurtres au moins l'envie de distribuer quelques baignes qui seraient bien méritées.

Non mais sérieusement à part des dindes de avides de presse people (NDmoi: les hommes aussi peuvent être de ce genre de gallinacées) qui de normalement constitué peut avoir un quelconque intérêt pour une boutade que Sarkozy aurait ou n'aurait pas tenue lors d'un diner privé ?

Dans ce cadre là il aurait bien pu dire qu'un tel ou autre est dernier des cons on s'en fou royalement; j'aurais compris le buzz si il avait insulté un chef de gouvernement dans un cadre officiel où là en effet cela aurait une affaire d'État à juste titre et une gaffe diplomatique indigne d'un Président de la République mais ce n'est clairement pas la situation ici.

Voir la presse et l'opposition via notamment la Reine des Gourdes s'offusquer telles des pucelles voyant le loup pour une galéjade (qui a eut lieu dans un cadre privé), ça en dit long sur le niveau du débat politique dans ce pays...

Ne faudrait-il pas non plus mettre l'Élysée sur écoute pour vérifier que Nico ne balance pas sur les chefs d'États en prenant le thé avec Carlita ? Imaginez un peu les histoires cocasses qu'on pourrait avoir sur Vlad cherchant à souler le petit Nicolas etc...des affaires de la plus haute importance pour la France ça va sans dire et journalistiquement il y aurait matière à un Pulitzer.

Franchement n'y a-t-il rien d'autre qui mériterait de l'attention que cela ?

Au lieu de s'inquiéter de savoir si Sarkozy se moque de ses petits camarades ne faudrait-il pas plutôt s'intéresser de savoir si il se moque des Français ?

Ai lieu de la palabrer sur le "off" pour ce genre de futilité ne faudrait-il pas plutôt porter intérêt au fait que le discours officiels de tout les politiques est une soupe complètement formatée dans des buts électorales et que les journalistes les relayant savent pertinemment que ce sont des sornettes état donné qu'en "off" ils ont un tout autre son de cloche ?

Il faut croire que non, panem et circenses suffisent toujours apparemment.
bon alooors,

pas mal comme emission mais il faut etre un peu maso pour la suivre

le sujet encore et toujours Monsieur Sarkozy en long en large en en travers, alors oui par la forme on touche au fond mais je me demande si on ne touche pas le fond par la même occasion. le fond étant que faire une emission où le style sarkozien est encore présent et sous-jacent est un peu répétitif . c'est certes un sujet d'étude mais alors pourquoi ne peut pas creer un site d'étude SARKOZIENNE qui serait consacré au decryptage du personnage depuis ses talonnettes jusqu'à ce qui se niche dans le 1% d'incertitude concernant le commentaire sur ZAPATERO

Orienté d'une maniere cruellement visible car de vos deux intervenants, il est evident que monsieur de rugy dans son role de "Saint Simon" est beaucoup plus charismatique que l'attaché parlementaire UMP dont on se demande ce qu'il venait faire dans cette galère

orientation que d'ailleurs on retrouve dans la presse qui s'empare d'une non declaration et qui aujourd'hui joue la surprise de l'impact de ce qui a été relaté.
Presse qui se defend en disant que la parole Sarkozienne doit etre interpretée d'une maniere et non d'une autre; "l'antiphrase"
Presse presque surprise de voir l'antiphrase prise au premier degré par d'autres organes de presse etrangers
alors soit nos journalistes ne valent pas mieux en relatant cet episode que Sarkozy en le disant
soit il savent très bien que ce qui va etre retenu en dépit de leur precautions de forme sera le commentaire mais pas son interpretation
soit les journalistes etrangers sont des idiots qui ne saisissent pas la nuance qu'il faut voir dans ces propos
soit comme tous les journalistes etrangers ou non pour vendre du papier on est près à faire d'un compliment certes, mal tourné une affaire d'état


le blog qui devient un outil dont on ne sait plus très bien si il s'agit d'un travail de journaliste ou non, couplé au fait qu'il soit tenu par un politique, cul et chemise avec des journalistes trop heureux d'avoir des sources bien disposées et dans la place c'est pour moi un sujet à lui seul parce que dans la connivence, dans l'explosion des barrieres et le franchissement d'une ligne jaune on atteint là des sommets

la transparence à quel point ? là aussi un sujet qui meriterait un developpement. je me pose la question de l'interet alors de relater certains propos avec pour dessein de les presenter d'une telle maniere, qu'on les comprenne de travers. parce que si c'est ça le travail journalistique c'est pour moi de la manipulation ni plus ni moins

emission interessante au demeurant mais qui m'a fait faire quelques bonds et qui ne manquera pas de susciter des débats sur ce forum
Tiens je n'avais pas fait attention avant, mais Sophie Gindensperger a une tendance à commencer la majeure partie de ses phrases par "Alors". Un petit peu trop souvent.

Autre bug aussi : la plupart des extraits vidéo diffusés dans l'émission (et ça ce n'est pas la 1ère fois que je le vois) ont leur son désynchronisé (par rapport à l'image). En plateau c'est correct.
Je pense que cet @si n'est pas si mal. Certes le sujet principal n'est pas "passionnant", mais il est très bien traité, dans le calme et la compréhension.

De plus, l'émission aborde l'absentéisme à l'assemblée, et c'est une très bonne chose. Je rappelle le vote HADOPI à l'assemblée : 21 contre / 15 pour (et 2 abstentions si je me souviens bien) .

38/577, ça fait 6,58% de présence ou autrement dit 93,42% d'abstention à un vote de loi majeur.
Le sort de 15 millions de connexions Internet en France s'est décidé avec 6,58% de la représentation nationale. Certes il y a les multiples mandats (mais les procurations sont apparement possibles), mais le chiffre est si peu élevé que l'on se pose rapidement la question suivante :
Les députés comprennent-ils la loi Création et Internet?
je n'ai pas bien compris l'interet de ce débat, c'est extrémement soporifique (je n'ai pas été jusqu'au bout)
il ne faut pas que ce site passe 73mn sur une phrase de notre président.

Interressez vous à la vraie actualité ex les 800 000 personnes qui vont se retrouver au chomage cette année,

Les asinautes de ce site ne font pas obigatoirement partie des bobos du Boulevard St Germain, mais
de personnes qui peuvent avoir pour leur avenir, et qui souhaite un décriptage des vrais actualités.

Ne vous enfermé pas dans la bulle du "qui à dit quoi"

Une dernière chose, Libération est vraiment trop cité à chaque fois, j'aimerais entendre "le monde diplomatique" ou
d'autres journaux.
Merci à François de Rugy et M.-C. Arrighi, quelle bonne idée ces blogs témoins.


http://anthropia.blogg.org
@ Tom : elle a suivi la reprise par les journaux étrangers, mas précédé celle par les journaux français.

En revanche, ce qui me frappe, c'est que personne ne s'étonne de la présence de ce grand gauchiste d'Emmanuelli à un déjeuner de travail avec Sarko (Emmanuelli qui aurait mieux fait de se taire au demeurant).
C'est quand même étonnant que vous n'ayez pas parlé de Ségolène Royal.

La séquence de sur-médiatisation de cette anecdote, c'est certes la presse papier qui sort un scoop, confirmé par un "nouveau media", mais c'est surtout l'intervention d'une ex-candidate à la présidentielle qui va jouer le rôle d'amplificateur.

"Un collègue m'a dit que ces choses ne se racontent pas" raconte comment de façon extrêmement traditionnelle une histoire prend de l'ampleur à l'ancienne. Et c'est vraiment à l'ancienne. Ce dont je ne me souviens plus, c'est si la sortie de Mme Royal a suivi les reprises médias de l'article de Libé ou si elle les a précédé et pour tout dire amorcé.
A la minute 28e, je ne comprenais toujours pas quelle était la problématique de l'émission…
A la minute 50e, j'étais confortablement installé dans cet aimable échange…
A la 60e, j'ai commencé à apprendre plein de trucs intéressants sur le fonctionnement du parlement…
A la fin de l'émission, je me suis dit Tiens, ce M. de Rugy me paraît fin et pondéré, j'm'en vas faire un tour sur son blog.
Au fait, de quoi parliez-vous ?
Message 1/5max du 24/04/09.

Petite rectification, monsieur Schneidermann, il aurait mieux valu dire, à propos des antennes relais, "les familles ont cru pouvoir imputer ces malaises au fonctionnement des antennes", au lieu de "les familles ont cru ressentir les malaises".

Moi, j'dis ça....

;) yG
Avant même de visionner l'émission : je trouve dommage qu'@si consacre une émission entière sur cette "actualité" qui n'a qu'un intérêt très relatif…
C'est bien de mettre les émissions en ligne plus tôt le vendredi après-midi lorsqu'elles sont enregistrées la veille. Continuez !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.