43
Commentaires

Trump et les services secrets : dissonance cognitive

Fut un temps où la vie était simple. Sur le pont supérieur, le pouvoir, menteur, manipulateur, dissimulateur

Derniers commentaires

Hier, à la cérémonie des Golden Globes, Meryl Streep a magnifiquement dézingué Trump.
Le répugnant connard qui fera office de président des Etats-Unis dès le 20 janvier, a lourdement réagi en twittant qu'elle était une des actrices les plus surestimées.
Precisons que la communauté du renseignement US qui compte plethore d'agence n'est pas unanime sur l'accusation formulé par la CIA et le FBI ( et c'est aussi clivé au sein de ces deux agences, surtout au FBI, donc l'activité se base sur des procedures legales, et l'absence de presentation d'elements probants fait grincer des dents).
« Un enfant de 14 ans aurait pu pirater les emails de Podesta » a dit Assange. A vrai dire la technique est assez simple, et le plus incroyable c'est que John Podesta s'est adressé à l'assistance support de l'équipe de Hillary, qui a commis une incroyable bévue. Comment le directeur de campagne de Clinton s’est-il fait pirater son compte Gmail ? voir http://fairing.canalblog.com/archives/2017/01/06/34774082.html
Personnellement je trouve que ça fait un moment que c'est très étrange. Obama qui reçoit un prix nobel de la paix et assassine à coup de drone, ravage la libye, et cerise sur le gateau s'associe de fait an Syrie aux islamistes, y compris affiliés Al Qaeda dont il a pourtant comme haut fait d'avoir fait assassiner l'icone et guide spirituel. Hillary Clinton qui dit s'autoriser la frappe nucléaire offensive et veut faire une no fly zone en Syrie alors que les Russes y sont affirmant sans qu'on la reprenne que Trump c'est un risque de guerre nucléaire. Si on peut avoir de la dissonance cognitive sur Trump qui flirte avec Assange (ou d'ailleurs, sur Trump prenant le partie des démocrates contre les républicains contre la dissolution d'un comité d'éthique: mince, où est le nouvel Hitler ?), comment est il possible de ne pas en avoir eu dans ces épisodes tout récents et à vrai dire bien plus extrêmes ?
La vérité c'est que le rapport ne montrera pas qu'il y a eu modification du décompte des votes (voir citation ci-dessous). Le reste est anecdotique selon moi puisque l'opération PODESTA,, faut-il le rappeler, n'a fait que mettre à jour des messages REELS écrits par le chargé de campagne de Hillary Clinton. Certains déplorent étonnamment que la manifestation de la vérité ait changé le cours de l'élection (ce qui semble par ailleurs très discutable).

« [Les pirates] n’ont pas modifié le décompte des votes. Nous n’avons aucune manière d’estimer l’impact qu’ils ont pu avoir sur les choix que les électeurs ont faits », a expliqué M. Clapper, qui s’est refusé à dire s’il considérait qu’un piratage visant à changer le résultat des élections peut être considéré comme un acte de guerre.
Source : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/01/05/piratage-electoral-les-services-americains-publieront-un-rapport-la-semaine-prochaine_5058337_4408996.html
Pour ceux que le sujet intéresse, l'audition publique des responsables des services secrets par la commission [s]des amis du retour de la guerre froide voire tiède[/s] du renseignement présidée par John McCain est en train d'avoir lieu.
"il est probable que ça ne va pas très bien finir." dit DS. Oui cela semble évident mais face à ce qui se présente, Serge Halimi, ne voit dans l'élection de Trump que "La faillite de l'intelligentsia" dans son éditorial de décembre du Monde Diplomatique. Etonnante analyse... Comme s'il n'y avait rien d'autre à faire face à ce désastre annoncé que de se réjouir de la déroute de l'élite américaine, en plaquant sans recul sur cette élection la thèse bourdieusienne du "racisme de l'intelligence". . Lire ce billet qui comment léditorial du Monde Diplomatique.
Pas clair du tout votre édito, Daniel.

La CIA est une organisation en théorie apolitique dont d'anciens dirigeants se sont déclarés ouvertement anti-Trump dans des termes même pas mesurés:

http://www.nytimes.com/2016/08/05/opinion/campaign-stops/i-ran-the-cia-now-im-endorsing-hillary-clinton.html?_r=0

https://www.washingtonpost.com/news/morning-mix/wp/2016/02/28/former-cia-director-military-may-refuse-to-follow-trumps-orders-if-he-becomes-president/

Voilà d'où vient le "very strange" de Trump. Et dire que Trump est un ado conspirationniste alors que peu de campagne de désinformation depuis les armes de destruction massive irakiennes ont atteint le niveau de violence de "Poutine a fait élire Trump", c'est un contre sens. Tout ce qui touche la CIA et l'ingérence russe supposée dans les élections US est "very strange". A commencer par l'incapacité depuis tant de semaines à donner des preuves concrètes (ce qui bien sûr n'a empêché en rien les mainstream media pourris de les répéter hystériquement comme des perroquets tout en dénonçant par ailleurs tout aussi hystériquement les "fake news" dont ils sont en réalité les premiers fournisseurs...).


La CIA (même power structure que le NYT ou le Wapo qui en sont en gros le relais comme les autres "journaux de référence" - c'est presque à cela qu'ils doivent leur statut) a joué contre Trump. Elle a perdu. Un bras de fer s'engage pour faire le ménage. C'est plutôt rafraîchissant d'imaginer que, peut-être, un petit vent frais pourrait souffler sur cette organisation fétide, centrale dans l'Etat profond américain.
Il y a d'abord les usages. Un président elect attend d'être investi officiellement
Tout comme un soliste attend qu'un autre ait fini et que son tour soit venu
Il y a ceux qui se réjouissent de voir ces usages piétinés du pied sans penser qu'un jour ils feront triste mine quand un vaut-moins-que-rien aura décidé de leur voler la place malgré les usages

On pourrait se réjouir à la pensée que l'heure venue tous ces imbéciles et crétins regretteront amèrement leur enthousiasme à base de rancœur mais cette pensée est passagère car on ne se réjouit jamais du malheur des autres bien qu'ils en soient responsables
A quand un tweet : Hello ! je viens juste d'appuyer sur le bouton rouge ... ? In english of course.
J’avoue être impatient de voir Donald Trump en président des USA et à l’oeuvre...
Va falloir voir à quoi ressemblera la purge quand il arrivera au pouvoir.
Un rappel : le gars pressenti pour diriger la CIA, Mike Pompeo favorable au programme de surveillance de la NSA et qui parlait un temps de peine de mort pour Snowden.
En effet, très étrange ce very strange.
Trump, c'est la dérégulation des esprits.
Il y avait un film (français je crois) qui se passait en pleine guerre. Un asile d'aliénés avait été déserté par la direction et le personnel devant l'arrivée des ennemis, et seuls étaient restés les fous, et si mon souvenir est bon, ils avaient mis en place un système de direction et une espèce de communauté vivant en autarcie.

Voilà à quoi me fait penser ce qui se passe aux USA sauf que la tendresse que j'avais enfant pour ces fous du film n'est pas au rendez-vous vu qu'entre temps la réalité s'est imposée avec encore ce matin le chiffre de 500.000 morts par an dues au paludisme.

Se mettre à tirer sur les ambulances que sont les grands journaux américains qui tentent de comprendre la folie dans laquelle nous voilà plonger et qu'ils ont comme nous tous contribué à mettre en place n'arrangera rien à la problématique présente qui s’engouffre irrémédiablement dans une course en avant démagogue vers une catastrophe guerrière que certains même osent appeler de leurs vœux.
Je lis même ici certains qui parlent allègrement de guerre civile et cela me ramène irrémédiablement à cette vidéo de cette vieille dame Viennoise Gertrud qui s'est révoltée d'entendre le facho autrichien Norbert Hofer parler si légèrement de guerre civile. Gertrud a déclaré : « J’ai vécu la guerre civile à l’âge de 7 ans. Jamais je ne l’oublierai. J’ai vu les premiers morts à cette époque. Ce ne furent malheureusement pas les derniers. »

La folie qui s'empare du monde et qu'illustre ce fou twittant à tout va et que tout le monde applaudit croyant qu'il parle en leur nom, cette folie nous éloigne de la résolution des vrais problèmes auxquels nous sommes confrontés et que les murs les plus hauts du monde ne nous permettront pas d'échapper : la répartition des richesses fait de certains pauvres d'ici des sorts enviables ailleurs.
[quote=DS]Fut un temps où la vie était simple. Sur le pont supérieur, le pouvoir, menteur, manipulateur, dissimulateur, avec son bras armé des services secrets, multipliant les coups tordus inavouables, et les leurres dans lesquels tombaient les grands medias, façon armes de destruction massive en Irak. Dans les cales, le peuple des internautes, dénonçant les collusions et les connivences des premiers, et les complots réels ou imaginaires.

Il me fait rire ce paragraphe introductif. Ça ne fait ni un ni dix ans que le "peuple des internautes" (en gros, les gens, quoi) n'est pas plus qu'ailleurs cette masse contestataire underground que ces grandes figures subversives que vous héroïsez fasciné chaque fois que vous découvrez une oseanerosemarie ou un osonscauser dans les générations qui vous suivent. Il n'y a que pour les aveuglés que "fut un temps où la vie était simple".
Aujourd'hui, j'ai appris le mot "synecdoque", merci ASI (synecdoque pour dire en fait Daniel Schneidermann).
Quand le représentant de la plus grande puissance mondiale continue de twitter comme un ado conspirationniste, on peut effectivement s'inquiéter. Twitter est relativement inoffensif mais il aura bientôt une armée, des services secrets et toute l'administration pour agir concrètement. Nous pouvions espérer que ses sorties servaient uniquement à rallier des électeurs tant qu'il était en campagne mais maintenant qu'il est élu cela continue. Donc oui soyons inquiets.
Trump néo Gorbatchev ?

Glassnost et Perestroika à la sauce US? Lire Orlov viiiiite.
Pas très bien finir ? Daniel, que voulez vous dire au juste ?
Contrairement à Hollywood qui recycle des vieux scénarios depuis 15 ans, il y du nouveau dans la vraie vie. Mazette.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.