429
Commentaires

"Tout devient complot" : Fourest attaque Taddeï

Ce soir ou jamais, un repaire de complotistes où toutes les paroles se valent ? A deux reprises, sur Canal+ puis dans sa chronique sur France Culture, Caroline Fourest a dénoncé la mécanique de l'émission de Frédéric Taddeï, "Ce soir ou jamais", que France 2 s'apprêterait à programmer à un horaire plus tardif. D'après l'essayiste, le dispositif de l'émission consiste à opposer systématiquement deux camps, l'un représentant le système, et l'autre, les anti-système, les complotistes. Une mécanique contestable, qui aurait même été appliquée à un débat sur le viol, diffusée le 8 mars 2013 à l'occasion de la journée des femmes. @si a tenté de vérifier l'analyse de Fourest en disséquant l'émission en question.

Derniers commentaires

Ajourd'hui vers midi, sur Europe 1, Bernard Henri Lévy libère l'Ukraine de la tyrannie de Viktor Yanukovych au péril de sa vie.
Ne pas rater !
Euh, je ne reconnais pas vraiment mon propos. Pour moi, tu considères que les hommes tendent naturellement vers l'harmonie, vers le beau et que le contexte (souvent dans tes propos représenté par les dirigeants) les en empêche.
Je me suis contenté de dire que je contestais le fait que l'homme tende naturellement vers l'harmonie. Que les fleurs ne sont en rien plus belles que les pierres (sinon d'un point de vue humain). Que le concept de beauté ne s'applique à une fleur que dans le regard qu'on porte sur elle. En somme, les fleurs les hommes ne sont en rien un aboutissement ou une finalité quelconque de l'existence.

Cela ne veut pas dire que la notion de bien ou de mal dépende de chacun ou encore qu'il n'y a pas de besoin commun.

J'imagine par exemple que la conscience d'exister, la peur partagée de la mort, le fait que l'on puisse avoir besoin de l'autre pour exister sont des arguments objectifs qui tendent à dire qu'une certaine solidarité est nécessaire en vue d'assurer une certaine survie.
Mais ces constations sont conscientes, elles naissent de l'esprit de l'homme, qui est conscient de son existence et qui ne souhaite pas mourir. Mais si je dis "d'une certaine solidarité"n c'est parce que l'être qui arrive à ces constatations peut tout aussi bien trouver la guerre justifiée.
Les théories du complot m'ont toujours laissé assez indifférent, parfois ammusé même.
Si dans l'affaire Dieudonné (entre autres) tous les médias, politiques, journalistes (dont @Si) artistes, philosophes et j'en passe s'étaient spontanément élevés d'une même voie, utilisants les mêmes arguments et éléments de language pour le détruire, le tout en ordre de bataille digne d'une armée napoléonienne, là je ne dis pas, je me serais posé des questions.
Comment, que dites vous ? c'est exactement ce qui c'est produit ? désolé je devais être distrait ça m'a échappé !
Hé bien je leur dit bravo, ils n'ont fait qu'apporter de l'eau au moulin des thèses de Dieudonné en en faisant la parfaite démonstration.
Si complot ou au minimum lobby il y a ses acteurs ont quand même été un peu relou non ?
La justice aurait fait son travail dans un silence "assourdissant" cela aurait été 10 000 fois plus efficace.
Maintenant je me surprend à douter...
Incroyable valls , il a fait gagné 30 ans aux révisionnistes.

Le révisionnisme c'est comme un trou dans une citerne.Le trou est petit au départ puis il s'agrandit et l'eau ne s’arrête jamais de couler .


J'ai hâte de savoir ce que notre pompier pyromane va faire pour rattraper la plus belle connerie de sa vie .
Tiens, il serait intéressant de demander, à tous les petits fachos masculins ou féminins du forum (où qui défendent la propagation de leurs idéologies nauséabondes) ce qu'ils pensent de ce type d'intrusion:
http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/02/film-caroline-fourest-militants-extreme-droite-perturbent-projection-debat-chambery_n_4711557.html
Voyons voir un peu s'ils vont mettre autant d'énergie à défendre celle qui ne va pas dans leur sens...
Taddei peut s'enorgueillir d'être en compagnie de Jean Ziegler dans le groupe des personnes agressées par Caroline Fourest.

Dans un texte de son blog elle l'a trainé dans la boue, s'en prenant même à la qualité des diplomes universitaire du pauvre homme. Le texte n'y est plus. Il faisait partie de la campagne de dénigrement organisée lorsque Jean Ziegler a été nommé à l'ONU à la commission de défense des droits de l'homme.
Vous avez viré Varlin pour délit d'opinion.
C'est très grave, il pensait que Pierre Carles, et Acrimed faisaient du vrai journalisme.

Tout ceux que vous ne virez pas aujourd'hui, c'est que vous les considérez moins dangereux.
Vous vous en tapez sûrement, mais je suis outré, vous devriez avoir honte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Laurence-Rossignol-Les-enfants-n-appartiennent-pas-a-leurs-parents-23108.html

Laurence Rossignol : "Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents"
Je crois surtout que Caroline Fourest à honte d'avoir complètement raté sa discussion avec Tariq Ramadan il y a quelques années à CSOUJ. Elle avait un boulevard, T. Ramadan avait accepté le principe du face à face et elle été LAMENTABLE! À l'époque je ne connaissais pas sa trouble personnalité et j'espérais une discussion de haut niveau, me régaler de façon sportive (il y du sport dans les belles disputes de l'émission) et voir gagner une femme et une femme défendant la laïcité. Hélas, j'ai eu honte pour l'une et l'autre.
Je suis persuadée que voilà une explication de sa hargne contre Frédéric Taddei!
L'accusation de complotisme est un outil extrèmement utilisé ces derniers temps. Qu'est-ce que le complotisme, ou conspirationnisme? Je crois pour ma part que ce mot est utilisé afin de (dis)qualifier toute remise en cause de la version officielle. Plus l'écart entre la version officielle et la version soutenu est grand, plus la personne qui soutient cette dernière sera qualifiée de complotiste.

Voilà, donc pour Caroline Fourest, si on ne soutient pas la thèse officielle, on est un complotiste.

Quelqu'un a un jour écrit quelque chose du genre: "lorsqu'une théorie du complot est soutenu par un nombre suffisant de faits, elle devient de l'Histoire". Voilà pour la théorie du complot!!!
Si comme le dit la personne à qui j'ai usurpé le nom : «  l'Homme est la mesure de tt choses », alors il devient intolérable que l'on veuille remplacer mon entendement par celui d'un autre.
Ma liberté, j'en ai déjà abandonné une partie au bénéfice de la lois et je m'en réjouis. Mais que l'on ne me demande pas d'en sacrifier pour du paraître.
Foureste n'est pas ma mère, Cohen n'est pas mon père et même si ils l'étaient, je ne suis plus en age d'avoir des leçons maintiens

Sapere aude
Ben non! @si échappait relativement jusqu' à peu à une tendance lourde: forum(s) littéralement squattés par un nombre restreint d'abonnés qui à l'évidence n'ont que ça à faire de leur journées, avis /réponses/contre-réponses, bref des contenus rapidement "imbittables", égotistes, se référant en permanence à des "private jokes" issus d'un certain entre-soi, et depuis quelques temps, spécialement sur des sujets habilement (?) lancés par Daniel...C'est l'actu des médias qui veut ça, d'accord, mais il est probable que tout cela échappe totalement à l'immense majorité des fans d'@si et qui plus est, "leur en touche une sans faire bouger l'autre". (J.Chirac)
Tout cela bouffe de l'espace sur le site. Dommage.
Heureusement, on peut s'éclater chez l'éconaute, Porte et Korkos....que du bonheur!
Et bravo à @si pour suciter déjà plus de 115 commentaires à cet article, dont beaucoup sont très intéressants et d'une très bonne tenue!
Dès que je vois Fourest, je sens que ça va chauffer...

Comme je n'ai rien lu de ce qui pécède, je vai sûrement être HS.
Caroline Fourest a beaucoup de défauts, donc beaucoup de qualités. Je laisse aux uns et aux autres le soin de faire le tri.

Mais dans cette circonstance, Caroline Fourest à une faiblesse. Faiblesse liée à une des participantes au débat.
NB une faiblesse n'est ni un défaut ni une qualité. C'est une faiblesse.

Dans cette ciconstance, donc, Caroline Fourest de par la faiblesse sus-citée, aurait dû s'abstenir.
Elle ne l'a pas fait.
C'est là que la faiblesse devient une faute.
Le moins qu'on puisse dire, c'est que F. Taddei pousse à la discussion et à la réflexion, verbale et sur les forums, particulièrement ces dernières semaines. Ceux qui prétendent remettre en cause son émission, ne peuvent pas invoquer la faiblesse de son audience!
Et c'est peut-être pour ça que l'attaque de C. Fourest (gageons que d'autres suivront) se fait sur un autre registre... Si Taddei s'autorisait aujourd'hui des propos aussi scandaleusement diffamatoires, il aurait vraisemblablement des comptes à rendre à la chaine qui l'emploie très rapidement. Le prétexte est très attendu.

J'attends moi de voir concrètement ce que les employeurs du même PAF publique vont demander à C. Fourest comme compte de ses propos.

Il faut défendre l'espace de discussion réelle, unique dans le PAF d'aujourd'hui, que représente l'émission de F. Taddei et en accepter le ton et la forme. Désormais, sous très haute surveillance, j'espère que, tout en étant très vigilant, il ne va rien en édulcorer.

Le pouvoir n'aime pas qu'on le mette en question. Il n'aime pas la subversion. Le 4eme pouvoir, celui des media audiovisuelles et de leurs actionnaires, n'a jamais été aussi fort, face à un executif jamais aussi faible...
le DVD "les nouveaux chiens de garde", que je viens de revoir et que je vous conseille, montre assez clairement la valeur réelle des hiérarques du système médiatique et des experts auto-proclamés qui les alimentent.
Caniche de garde ça ne le fait pas.
je ne supporte pas cette fourest qui monte qui monte dans les media et qui fait preuve dun intégrisme maquillé d'un pseudo discours de journaliste cette personne est odieuse et imbécile une taréee des média un perroquet
Contextualiser, ce n'est pas faire passer des messages, mais des faits.

par exemple, sur Soral, rappeler son itinéraire loufoque (enseignant « l'histoire et l'analyse de la mode contemporaine » dans une école de "mode", chroniqueur chez Ardisson et Patrice Drevet, communiste passé au FN, "sociologue" de la drague puis intellectuel autodidacte, proche de Dieudonné et (fut un temps) de Serge Ayoub, pourfendeur des communautarismes homosexuels, féministes, juifs... etc. voir notice Wikipedia) devrait, sans aller jusqu'à le taxer d""antisémite" (ce qu'il est pourtant), suffire pour "recadrer" un peu le gugusse.

Quant aux incontournables statistiques, tout journaliste ou animateur sérieux se devrait de préparer un peu ses sujets / débats, et présenter lui-même après recherche "l'état de la science", histoire de clouer le bec aux interprétations partisanes. Cf. recherche de Sébastien Rochat sur les chiffres des viols.

Pour moi, sur ces deux points, Taddei est en faute et la critique de Fourest porte juste. La liberté d'expression, oui, mais la liberté de dire des conneries sans être recadré (non pour porter un jugement ou prendre parti mais rétablir des vérités), sûrement pas !
donc la liberté d'expression seulement pour les idées que Vincent Fournier trouve digne d’être exprimées.Staline et Hitler étaient tout à fait favorables à ce type de liberté d'expression.
En tout cas, à notre époque où leur mauvaise presse les disqualifie d'office dans les médias, ils seraient tout à fait favorables à jeanbat.
IT
quel intellectuel aimeriez vous voire d'avantage sur le P.A.F?
Ouch.

Euh.

Hm.

D'une part, sont pas très très PAF, les gens que j'aime lire (Favret-Saada, Fassin, l'autre Fassin, Augé, etc). Et d'autre part, mes outils de références sont majoritairement anonymes et dispersés, il n'y a pas grand chose d'héroïsable, de transformable en une Figure Représentante Récurrente, ou en Un Porte-Parole Idéalisable, dans la foultitude d'auteurs d'articles de référence qui se cantonnent chacun à leur propre domaine d'expertise.

Bref, il n'y a personne, il me semble, pour qui j'aie beaucoup de respect dans le monde des gueuleurs d'opinion médiatiques (réels ou wannabees). Les forums jouent souvent au clash nom-contre-nom, "penseur public" contre "penseur public", et ça me gave un peu. Ce qu'on devrait voir sur le PAF c'est, précisément, au lieu de ces omniprésentes figures de l'héroïsation idéologique, ou de ces messies omni-sachants à groupies communautaires, des véritables chercheurs, spécialistes d'un domaine, responsables vis-à-vis des jugements des pairs, porteurs d'un savoir accumulé et auto-critiqué dans la rigueur scientifique - et qui retourneraient dans l'ombre à chaque changement de thème, ou qui succèderaient à d'autres sur le même thème plutôt que d'en devenir l'incarnation publique.

Je pense que la radio (que je connais très mal) fonctionne plus comme cela que la télévision - avec des émissions comme "Culture monde" qui sont un peu des modèles dans ces exercices difficiles. Malheureusement, le public fonctionne à la Tête-de-Gondole, avec le résultat toujours un peu pourri de dérouler un tapi rouge aux grosses personalités et à leurs cultes. Je pense que moins quelqu'un est compétent dans un domaine, moins il a de scrupules à s'avancer comme super expert combattant porteur de drapeau, et plus il va dire de conneries simplistes (dont les gens sont friands quand ça légitimise les leurs).

Donc, plus de noms éphémères. Si tu me demande de choisir dans la liste des héros disponibles, je crois bien que je n'en vois pas.
Ok
Moi , par contre , Frédérique Lordon a la place de Bernard gueta,
Mermet a la place de Cohen , badiou a la place d'entowen etc etc

Les auditeurs et téléspectateurs s'intéresserait sûrement plus a la politique et de réel changements pourraient advenir .

Mon idée est que sans une remise en question de la notion de liberte d'expression ,aucune chance de voire un jours un tel paysage .et l'idéologie dominante n'a aucune chance d'être ,ne serait ce qu'un tout petit peu écorchée .
Mon idée est que sans une remise en question de la notion de liberte d'expression ,aucune chance de voire un jours un tel paysage .et l'idéologie dominante n'a aucune chance d'être ,ne serait ce qu'un tout petit peu écorchée .

À vrai dire je ne pense pas que la liberté d'expression (en tant que garantie juridique ou droit individuel) soit la question, mais la configuration instutionnelle des médias : qui les dirige, à qui ils appartiennent, comment on y rentre, comment on y travaille, etc.

(c'est-à-dire que ce n'est pas abroger la loi Gayssot qui vous donnera plus de Lordon dans les médias dominants...)
À vrai dire je ne pense pas que la liberté d'expression (en tant que garantie juridique ou droit individuel) soit la question, mais la configuration instutionnelle des médias : qui les dirige, à qui ils appartiennent, comment on y rentre, comment on y travaille, etc.

Ce que vous écrivez est fort juste.

Vous décrivez un système qu'il faudrait remettre en cause afin de permettre au pluralisme et à la liberté d'expression d'être garantis ou au moins favorisés..

Le problème c'est que ceux qui décrivent et dénoncent ce système sont souvent disqualifiés comme complotistes.
l’œuf ou la poule..
Ceux qui décrivent le mieux ce système sont des gens comme Acrimed, Carles, Lordon (ou en son temps Bourdieu)... qui ne sont à peu près jamais décrits comme complotistes.

Le problème c'est que ceux qui décrivent et dénoncent ce système sont souvent disqualifiés comme complotistes.


Le problème est que :

1) Beaucoup confondent les deux, et parlent de "liberté d'expression" quand il s'agit de pluralisme médiatique, sans faire de distinction entre un système où les grands médias n'offrent pas de plateforme à leur poulain et un système où l'expression publique est punie de prison et de torture. Cette confusion est un outil rhétorique servant une petite martyrologie partisane (ne pas être invité sur un plateau est assimilé à être enfermé et torturé dans des geoles politiques), aux dépens d'une lecture précise des sociétés.

2) Les limites démocratiques à la liberté d'expression (qui sont nombreuses, et touchent aussi bien à la diffamation pour les enjeux personnels qu'à l'endoctrinement et à la propagation des préjugés racistes au niveau social, sans parler des limites aux manipulations publicitaires sur le plan commercial, etc) ont de bonnes raisons d'exister, dans un contexte où, par valeur culturelle, elles sont réduites à leur minimum (les lois sont faites de tensions entre nécessités concurrentes, avec maximisations des unes dans les limites des autres). Un certain populisme désigne certaines valeurs comme absolues, sans les articuler aux autres, sans chercher à comprendre comment sont gêrés leurs empiètements mutuels et les conséquences que cet absolutisme aurait sur d'autres droits humains. En général, ce populisme est encouragé par les rares "victimes" de ces quelques limites. En démocratie, les "victimes" des limitations à la liberté d'expression sont rarement les plus humanistes des rhétheurs.

3) Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la résistance au nazisme est devenue dominante et le nazisme est devenu clandestin. Le romantisme intrinsèque de la "resistance des idées marginales" a donc été réapproprié par les nazis (pour être précis, cette rhétorique martyrologique battait déjà son plein au plus fort de la dominination nazie elle-même, vécue comme une résistance à monde "judaïsé" et complice d'une "dégénérescence" collective). La dénonciation héroïsée des "pensées dominantes" provient donc de tout ce qui se trouve à sa marge, y compris ce qui y a été repoussé par les défaites militaires et l'avènement de structures démocratiques. La critique globale et floue du "système" et de ses "valeurs dominantes" permet la fusion et la solidarité de ces courants de marge, et l'attaque commune des dispositifs qui les maintien dans cette marge. Il n'y a aucune considération de ce à quoi le système actuel s'oppose (la pression des idéologies antidémocratiques des années 30), des moyens qui y sont nécessaires et des raisons de leur mise en place. En d'autres termes, ces attaques absolutistes (pour "la liberté d'expression") et indéfinies (contre "le système") se font sans regarder ce qu'il y a d'autre "derrière soi" et qui cherche la brèche.

Il y a actuellement des problèmes, pas forcément solubles, mais très critiquables et très librement critiqués, de structure des médias et de pluralité de la presse, voire de conformismes, dues aux centralisations économiques (grands groupes de presse), aux populismes rentables (audimats et annonceurs), et aux fonctions mêmes des médias ("infotainment", digestibilité des savoirs, etc). Il n'y a pas, actuellement, de problème ou de crise politique de la "liberté d'expression". Et l'exemple de propagandes racistes bridées par les dispositifs démocratiques n'est pas plus pertinemment outrageux que les sanctions de la diffamation ou des tapages nocturnes. Le cas d'un Dieudonné vomissant ses fantasmes antisémites ou d'un Zemmour martelant ses appelles à la haine raciale, et se voyant limités par la loi sur ce registres-là, ne pas sont pas des exemples pertinents pour juger d'une dérive antidémocratique des lois sur les discours publics.
Juste merci pour ce commentaire.

1) Beaucoup confondent les deux, et parlent de "liberté d'expression" quand il s'agit de pluralisme médiatique, sans faire de distinction entre un système où les grands médias n'offrent pas de plateforme à leur poulain et un système où l'expression publique est punie de prison et de torture. Cette confusion est un outil rhétorique servant une petite martyrologie partisane (ne pas être invité sur un plateau est assimilé à être enfermé et torturé dans des geoles politiques), aux dépens d'une lecture précise des sociétés

Il y a des systèmes qui utilisent la prison et la torture pour empêcher le pluralisme politique et médiatique. Sous prétexte que ça n'est pas le cas en France des gens entretiennent une confusion rhétorique pour justifier le statu quo c'est à dire l'absence de pluralisme qui est un corrolaire de la liberté d'expression.
Le pluralisme est une garantie indispensable à la liberté d'expression vouloir séparer les deux est soit erroné soit malhonnête.
Il n'y a pas de mesures coercitives violentes en France à l'égard de certaines expressions mais il y a tout de même un encadrement judiciaire de certaines parole dont l'efficacité est questionnable la jurisprudence Dieudonné conseil d'Etat a été dénoncée par des extrêmistes du genre Jack Lang ou Dominique Reynier ( dans une émission non pluraliste de France inter avec Colombani dans le rôle du défenseur de la censure et Fourest dans le rôle de celle qui "ne se prononce pas").

2) Les limites démocratiques à la liberté d'expression (qui sont nombreuses, et touchent aussi bien à la diffamation pour les enjeux personnels qu'à l'endoctrinement et à la propagation des préjugés racistes au niveau social, sans parler des limites aux manipulations publicitaires sur le plan commercial, etc) ont de bonnes raisons d'exister,

Exact. Et elle existent partout comme toute limite a la liberté en général. Cependant il est légitime et utile de discuter du niveau ou l'on fixe la limite. Certaines démocratie n'ont pas la même limite que le France et elles restent des démocratie.

dans un contexte où, par valeur culturelle, elles sont réduites à leur minimum (les lois sont faites de tensions entre nécessités concurrentes, avec maximisations des unes dans les limites des autres). Un certain populisme désigne certaines valeurs comme absolues, sans les articuler aux autres, sans chercher à comprendre comment sont gêrés leurs empiètements mutuels et les conséquences que cet absolutisme aurait sur d'autres droits humains. En général, ce populisme est encouragé par les rares "victimes" de ces quelques limites. En démocratie, les "victimes" des limitations à la liberté d'expression sont rarement les plus humanistes des rhétheurs.


Passage pas clair du tout il va falloir me réexpliquer. Si vous dîtes qu'en général que ceux qui veulent élargir la liberté d'expression sont ceux qui estime qu'on les empêche de s'exprimer je vous dirais .... oui M. Lapalisse.
Ce que vous dîtes est exact


3) Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la résistance au nazisme est devenue dominante et le nazisme est devenu clandestin. Le romantisme intrinsèque de la "resistance des idées marginales" a donc été réapproprié par les nazis (pour être précis, cette rhétorique martyrologique battait déjà son plein au plus fort de la dominination nazie elle-même, vécue comme une résistance à monde "judaïsé" et complice d'une "dégénérescence" collective). La dénonciation héroïsée des "pensées dominantes" provient donc de tout ce qui se trouve à sa marge, y compris ce qui y a été repoussé par les défaites militaires et l'avènement de structures démocratiques.

Les nazis français? Qui est leur chef?

Bon ne vous énervez pas je vous taquine.

Des gens aux opinions proche des nazis invoquent la liberté d'expression?
Et oui c'est le cas.
Comme des gens d'extrême droite invoque le droit des peuples à disposer d'eux même, la laicité, le droit des femmes, la Marseillaise, De Gaulle, Jaures, le drapeau bleu blanc rouge etc. Des valeurs ou des symboles qui ont mis longtemps à s'imposer mais sont devenus si consensuels que ceux qui luttaient contre se les approprient ça existait déjà du temps de Maurras ( dont la prose nationaliste aurait fait hurler les réactionnaire du XIXe comme De Maistre ou De Bonald) qui n'était pas un petit activiste du web mais un académicien français.

Une rhétorique douteuse entrentien la confusion entre ces valeurs et "le populisme" et l'extrême droite pour justifier qu'on s'assoit dessus maintenant qu'elles sont portées par "les populistes".


La critique globale et floue du "système" et de ses "valeurs dominantes" permet la fusion et la solidarité de ces courants de marge, et l'attaque commune des dispositifs qui les maintien dans cette marge.

C'est exact. Donc ne faisons rien?

Il n'y a aucune considération de ce à quoi le système actuel s'oppose (la pression des idéologies antidémocratiques des années 30), des moyens qui y sont nécessaires et des raisons de leur mise en place. En d'autres termes, ces attaques absolutistes (pour "la liberté d'expression") et indéfinies (contre "le système") se font sans regarder ce qu'il y a d'autre "derrière soi" et qui cherche la brèche.

Pas clair pas clair. Vous considérez que le système actuel s'oppose au retour du nazisme ou de Pétain je considère qu'il cherche à assurer sa domination et sa perpétuation en se servant des années 30. Je considère que ce ne sont pas les lois antiracistes qui explique la marginalisation du nazisme mais l'échec sanglant du nazisme et le souvenir de la catastrophe mondiale qu'il a entrainé (idem pour le communisme soviétique). Au fait il porte un nom ce système actuel: c'est le système capitaliste.

Je trouve aussi que votre vision diffuse une représentation erronée de ce que fût la montée du nazisme dans les années 30 elle laisse entendre que ce serait un mouvement venu d'en bas et qu'il aurait quelque chose à voir avec la liberté d'expression. Il s'agit de la rencontre entre une idéologie pronant un homme nouveau et une classe dirigeante (capitaliste) y voyant un moyen d'assurer sa domination face à la montée des idées communistes en 33 Hitler n'a obtenu qu'un tiers des voix au Reischtag ce sont les grands parents des patrons du Dax actuel qui lui ont donné les clés de la maison avec la bienveillance du capitalisme mondial.


Il y a actuellement des problèmes, pas forcément solubles, mais très critiquables et très librement critiqués, de structure des médias et de pluralité de la presse, voire de conformismes, dues aux centralisations économiques (grands groupes de presse), aux populismes rentables (audimats et annonceurs), et aux fonctions mêmes des médias ("infotainment", digestibilité des savoirs, etc).Il n'y a pas, actuellement, de problème ou de crise politique de la "liberté d'expression".

Je ne partage pas votre avis.

Selon moi ces problèmes parfaitement solubles participent d' une crise politique et civilisationnelle du capitalisme.
Et c'est aussi une crise de la liberté d'expression.
Que l'Etat ne soit qu'un des acteurs de cette crise et que les acteurs privés se chargent habilement de la censure ne veux pas dire qu'il n'y en ait pas.

Mais notre désaccord vient du fait que je considère (contrairement à vous?) que le pluralisme est un préalable à la liberté d'expression (et à la démocratie).

C'est fou le nombre de post qui pensent que tant qu'on ne vient pas vous arrêter et vous torturer la liberté d'expession se porte bien et que si on est pas content on a cas éteindre sa télé et ne pas lire les journaux.

L'URSS ou l'Allemagne sans les camps mais avec une subtile présélection des voix autorisées les aurait-elle satisfait?


Et l'exemple de propagandes racistes bridées par les dispositifs démocratiques n'est pas plus pertinemment outrageux que les sanctions de la diffamation ou des tapages nocturnes.

Quand vous parler de propagande raciste bridée vous faîtes référence à quoi? A la une de Minute sur Taubira?

Non parce que moi je me souviens des unes du Point ou de l'Express, des édito de Claude Imbert, de Zemmour de Finkielkraut. Du rôle positif de la colonisation, du ministère de l'identité nationale. Du discours de Dakar. D'Oriana Fallaci, de Robert Redeker. Du pain au chocolat de Coppé
Ces paroles n'ont pas été bridées et elles sont encore sous les projecteurs la censure ne dépend pas du contenu des propos mais de la position de pouvoir de celui qui emet ce discours.

Definition de propagande pour mes élèves de troisième. Utilisation par le pouvoir de tous les moyens de communication pour imposer une idée ou une vision du monde.


Le cas d'un Dieudonné vomissant ses fantasmes antisémites ou d'un Zemmour martelant ses appelles à la haine raciale, et se voyant limités par la loi sur ce registres-là, ne pas sont pas des exemples pertinents pour juger d'une dérive antidémocratique des lois sur les discours publics.

C'est faire preuve d'un aveuglement coupable que de comparer la situation de Zemmour avec celle de Dieudonné sans évoquer la différence énorme entre ces deux racismes . Ici les lois antiracistes montre justement leur limite ce qui permet à la pensée de Zemmour d'exister c'est précisemment son acceptation par une partie des classe dirigeantes contrairement à celle de Dieudonné.

Ce refus de contextualiser et cette volonté de se placer dans le ciel des idées est un défaut très répendu sur ce forum.
bien sure qu'une réforme structurelle des médias est nécessaire .



(c'est-à-dire que ce n'est pas abroger la loi Gayssot qui vous donnera plus de Lordon dans les médias dominants...)

Vous avez entendu parler de l'iségoria?
Tout à fait d'accord. C'est bien de diversité dont nous avons grand besoin dans le PAF. Assez de stars!
http://www.youtube.com/watch?v=-2gJamguN04

IT
quel intellectuel aimeriez vous voire d'avantage sur le P.A.F?


François Cavanna.




(je viens d'apprendre)
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2929&var_recherche=cavanna

cette émission est tres touchante et m'avait tiré les larme de son vivant....
Jeanbat,

La liberté d'expression, c'est permettre à thierry Levi ou autre de parler mais de lui rappeler ensuite des faits (études Insee / ined / inserm) dont il n'a pas (ou ne souhaite pas prendre) connaissance.

Je ne vois pas ce qu'il y a de stalino-hitlérien là-dedans.

Je ne vois pas ce qu'il y a de stalino-hitlérien là-dedans.


oui ,j'avoue,en vous relisant,je m'aperçois que j'ai sur-interpreté votre propos;
c'est cette phrase qui m'a enduite d'erreure -:)
La liberté d'expression, oui, mais la liberté de dire des conneries sans être recadré (non pour porter un jugement ou prendre parti mais rétablir des vérités)


quand même,quelque remarques


-le conditionnement des journalistes :quand on à le profil de Pierre Carle ,il est très difficile de faire carrière dans ce métier,les journaliste sont plus ou moins formatés et l'envergure des divergences d'opinions est très limitée

-le parti pris des journalistes (en grande partie lié à leur conditionnement) :Fourest est convaincue que Bricmont est sulfureux mais elle n'a aucun fait tangible pour l’affirmer.on trouve des anti lois gayssot a peu prés dans toute la sphère politique .Taddei lui est convaincu que Bricmont est un intellectuel honnête qui ne prêche pour aucune paroisse ,et qui produit des analyses très proche de la simple lecture des faits,sans idéologie.Alors quelle contextualisation c'elle de Fourest ou celle de Taddei?
-Les journalistes disent beaucoup beaucoup de conneries et je ne vois pas tres bien quelles compétence particuliere ,quelle autorité ont ils pour contextualiser,de tel manière ou de tel autre .

-non seulement ils disent beaucoup de conneries mais surtout quand il y'en a un qui en dit une,pour peu qu'il soit légèrement influent ,tout les autre se ruent sur "ce qu'il faut dire "de tel ou tel idée,de tel ou tel personne,ou de tel ou tel geste (quel journal a fait sa une sur,"ils disent tous que c'est un salut nazi inversé,c'est faux,c'est une sorte de bras d'honneur"?

-Finky ,Phillipe Val,Pollac ,contextualise Chomsky en le faisant passer pour un négationiste ,
Eh ben! C'est quoi ce forum! On tire à vue sur Mme Fourest, on idolâtre M.Taddei. Peu d'arguments...
C'est avec ce soir ou jamais que j'ai découvert cynthia Fleury, que j'ai pu encore voir l'autosuffisance crasse d'un Roland Dumas, la bêtise d'un Soral....

C.Fourest reproche que Taddéï laisse la parole à n'importe qui mais ça permet aussi de voir les failles de certains discours, le masque se fissurer chez certains.

Et si (je n'en suis pas sûr) cette réprobation de taddeï provient de l'émission qu'elle a faite avec T.Ramadan, elle peut aussi, à un moment se remettre en question, elle n'a peut-être simplement pas été bonne dans cet exercice face à un pro du double langage.
Le truc c'est que, est-ce qu'il a jamais été essayé ce fameux "cinq minutes pour Hitler", "cinq minutes pour les juifs"? pour qu'on puisse en dire du mal?

En plus du fait que cette phrase postule que deux protagonistes uniquement participeraient à ce débat (emblématique? Où? Quand? Comment?), dont je ne discerne pas bien l'aspect polémique propre aux débats qu'on mène dans notre époque. Que Hitler ait joué la partie à deux lui et "les juifs" est faux historiquement.

Même quand on dit cette phrase pour d'autres sujets que Taddéi, c'est plus que limite. On peut la réduire en bouillie d'emblée car dire "les juifs" c'est complaire à Hitler et faire de "les juifs" un adversaire identifié c'est sous-entendre une sorte d'égalité dans le conflit, mettre les juifs dans une implication de lutte contre Hitler qui pré-existerait. C'est faire le jeu de la paranoïa nazie envers des juifs, car les juifs ne s'étaient jamais posés en combattants de Hitler. Quand on dit cette phrase ce n'est pas pour critiquer la qualité des deux opposants, choix qualitatif absurde, comme je viens de le faire, ce serait bien subtil et aurait besoin d'être explicité, ce qui est un comble pour une métaphore percutante à usage immédiat. Non, quand on dit cette phrase c'est juste l'égalité de timing qui est censé nous interpeller.

Ça va bien, cette exploration des méthodes diverses pour cadenasser le mal par le raisonnement mathématique pur. Tous ces langages de la raison pure contiennent une violence à froid. Sous prétexte de nous éclairer, cela nous verrouille la pensée. Caroline Fourest va-elle se réduire à être le "pendant" de Tariq Ramadan. L'un ne va pas sans l'autre? On a l'impression qu'elle va finir par se coaliser avec ses "pires ennemis" pour faire la peau de la liberté de paroles..
Il y a 2 éceuils à éviter avec les complots: le 1er c'est d'en voir partout, le second c'est de n'en voir nul part....
Visiblement, mme Fourest ne partage pas cette analyse des choses.
« Jointe par @si, Caroline Fourest s'agace d'abord que l'on puisse disséquer l'émission du 8 mars, qu'elle n'a pas revue pour sa chronique de France Culture. »
Qui c'est déjà, qui ne fait pas son travail de ... Elle est quoi, d'ailleurs Fourest ? À part « meilleure spécialiste de l'islam de tout son immeuble » ?
Débat biaisé, il me semble. Dramatiser les chiffres ne défend guère la liberté des femmes, c'est au contraire, par la peur, la restreindre: restez chez vous les filles, et si vous sortez sachant ce qui vous attend, ben... heu... on vous aura prévenues. Minimiser les chiffres, c'est aussi réducteur: bah, arrêtez de vous plaindre, c'est pas si grave....

Ça me semblerait plus intéressant de souligner que dans la majorité des cas, la personne connaissait son violeur. Le parfait inconnu qui se jette sur vous en vous menaçant d'un couteau, ça existe... mais c'est une infime proportion des viols. Du coup, ça explique aussi la faible proportion des plaintes. Soit parce qu'on hésite à amener au tribunal quelqu'un qu'on connaît, avec qui on a des amis communs. Soit parce qu'un reste de culpabilité nous chuchote à l'oreille qu'on n'a pas été assez prudente, ou simplement qu'un zeste de réalisme nous fasse craindre de ne pas être prise au sérieux.

Si l'émission s'est vraiment cantonnée à cette querelle de chiffres, c'est bien dommage, parce que tous ces aspects méritaient d'être discutés et pour le coup on peut dire en effet que Taddei a loupé son émission. Le fait de "prendre parti" ou pas me semble très secondaire par rapport à ça. On peut avoir d'excellentes émissions avec quelqu'un qui s'abstient de prendre parti mais pose les bonnes questions pour que chaque invité approfondisse sa position. Et assez souvent, en prenant parti, on prive l'auditeur de ça, justement.

Fourest... est-il bien utile de parler d'elle, de ses obsessions, de son agressivité, de sa mauvaise foi? On a beau faire, impossible de lui échapper tout à fait, hein...
C'était pas déja chez Taddeï qu'elle avait été complètement à côté de la plaque dans son débat face à Tarik Ramadan ? La pauvre, j'avais honte pour elle.
De quoi t'as peur Caro ?

C'est je crois la bonne question à poser à ces gens(*)(**) qui veulent interdire de parole les hétérodoxes à la pensée dominante.

(*) ceux qui se croient dans les années 80 et qui pensent qu'il suffit de ne pas inviter quelqu'un pour résoudre le problème; alors qu'à l'heure d'internet, ça ne fonctionne plus.
(**) ceux qui pense que c'est une bonne idée d'interdire quelqu'un de parler pour lutter contre le fascisme.
J'aimerais bien que C Fourest s'indigne de la même manière pour dénoncer l'omniprésence des économistes orthodoxes dans les émissions de Radio France, de France 2, etc... J'aime bien les émissions de Taddéi et je déplorerais qu'il soit censuré et que Fourest puisse y être pour quelque chose !
Tant que ce sera pas 5 minutes pour Caroline et 5 minutes pour Fourest elle sera pas heureuse celle-là .
Le débat "faut-il contextualiser?" n'a pas de sens à mes yeux. Il faut de tout, de la diversité.

La méthode de Taddei a ses avantages et ses inconvénients.
Les médias de masse consensuels et prétendument neutres ont leur part d'intérêt et leur part d'ombre.
Le journalisme engagé qui dit d'où il parle et qui contextualise selon cet angle est très utile mais peut aussi cliver et enfermer.

Il faut un peu de tout, et c'est à peu près ce qu'on a sur internet. De quoi se plaint-on?
Merci pour le boulot sur les chiffres Sébastien Rochat. Comme ça c'est très clair. Dommage que ça (visiblement) n'a pas été précisé comme ça pendant l'émission, que je n'ai pas vu. Effectivement, est ce que Taddei a fait son job à ce moment là...?

Mais sinon vous ne prenez pas position sur le reste de l'émission, je reste un peu sur ma faim. J'imagine que ça devient plus subjectif quand on ne parle plus de chiffres vérifiables, mais le débat par la suite semble t'il équilibré ? Ou y a t'il d'autres passages sur lesquels du fact checking aurait pu être proposé ?

Egalement il me semble comprendre que Fourest reproche à Taddei d'inviter des gens sans présenter véritablement d'où ils parlent. Est ce le cas ici ? Je comprend la raison de la présence sur le plateau d'une femen, mais pourquoi une psy, un avocat et un philosophe (ou plutôt pourquoi eux et pas d'autres avocats, psy ou philosophes ? Est ce que Taddei justifie en quoi eux sont experts ?), et êtes vous en accord avec leur présentation, ou y a t'il un fait significatif qui n'est pas annoncé pour un/plusieurs invités ? Notamment vous utilisez la formulation "Drieu Godefridi présenté comme philosophe", pourquoi "présenté comme" ?
Caroline Fourest ...

Déçu que @si puisse encore citer cette femme qui passe son temps à diffamer, exagérer, déformer, mentir, etc ...

Elle n'a aucune crédibilité, et vient encore de le montrer avec son "5 min pour les juifs, 5 min pour Hitler".
Caroline Fourest est une journaliste qui a toujours fait preuve d'une grande rigueur intellectuelle à l'instar des meilleurs représentants de la presse libre française comme FOG, Eric Zemmour, Christophe Barbier..., des voix que l'on devrait entendre plus souvent et qui sont malheureusement victimes d'un odieux boycott médiatique mené de main de maître par les chiens de garde du système , le monde diplomatique, fakir, j'en passe et des pires.
http://www.lesinrocks.com/2014/01/29/actualite/les-contre-verites-de-caroline-fourest-sur-frederic-taddei-11466469/ (désolé Ulysse, désolé Compunet...)
Contextualiser, c'est prendre partie, c'est ce que je refuse de faire", se justifie Taddeï, donnant ainsi une curieuse définition du travail de journaliste.

Une curieuse définition du travail de journaliste ?

Non, justement, Taddeï a le mérite de ne pas prendre ses téléspectateurs pour des crétins.

Le passage de l'émission "le supplément" est très révélateur de ce que sont devenu les journalistes. On sent bien que la présentatrice, en voulant contextualiser, veut faire passer des messages, des idées. Or, Taddeï, dans ses émissions, travail à ce que ce soit les invités qui échangent idées, messages, etc...

Il faudrait une bonne fois pour toute que les journalistes comprennent qu'on s'en branle de ce qu'ils pensent, et qu'en tous cas, leur travail ne consiste pas à nous le faire savoir.

Fourest se dit journaliste, or, c'est une militante.

Elle n'a pas du digérer de se faire démonter en direct par Tariq Ramadan dans l'émission de Taddeï il y a quelques années.
Le débat idéal selon C. Fourrest, c'est : on décide d'avance de l'opinion juste, on invite 12 personnes qui partagent cette opinion, avec juste pour pimenter le débat, une surenchère d'indignation collective contre un tel qui serait de l'avis opposé, et qui bien sûr ne serait pas autorisé à être invité, ne serait-ce que pour se défendre, car ce serait déjà donner trop d'importance à son opinion.

Le grand problème de conscience des médias en vérité, c'est : peut-on faire confiance à l'intelligence de ceux qui les écoutent ? Si oui, les médias peuvent se permettre d'aller loin dans la liberté d'expression, donner la parole à une multitude de points de vue de manière apaisée, sans craindre que le plus fou des intervenants ne fasse des milliers d'adeptes au sortir de l'émission, méthode qui au passage devrait rendre les gens encore plus intelligents.

Si la réponse est non, alors il faut effectivement contrôler, verrouiller toutes les paroles.
Il me semble que si C.Fourest l'affirme, c'est vrai.

Après si ASI et les internautes commencent à faire le travail à sa place en disséquant les émissions et en émettant leurs propres jugements, forcément...
Et si on prenait une fois encore le problème à l'envers ?

Pourquoi les Fourest, Cohen et consort n'établissent ils pas une liste des personnes que l'on peut inviter ?

Manolo, le ministre délégué à c'est quoi de l'art, pourrait même y trouver matière à un projet de loi.
Déçu de la manière dont cet article prend le parti de Fourest, subtilement certes, mais quand même... la critique média en 2014, ce serait aussi démontrer pourquoi une personne aussi malhonnête a pignon sur rue dans tous les médias. Pas attaquer Taddei qui, au final, ne fait rien de sulfureux ou de transgressif, il fait juste le minimum syndical exigé par son métier.
Au final l'interview de Caroline Fourest par Maya Neskovic est toujours d'actualité sur ce sujet.
On n'est pas sortis de l'auberge.
A l'écouter à la radion (europe1) on ressent mieux le personnage : il ricane ou glousse systèmetyquement : toutes ses questions se se font ou se terminent en gloussant .

tout n'est que ricanement alors 5 minutes pour Hitler et 5 minutes pour les juifs,

(vous nous dites hrrr hrrr h que la vidèo hrrr,hrr c'est de l'art hrrr hrrr)
(vous nous dites hrrr hrrr h Attila n'a pas détruit grand chose vous nous dites hrrr hrrr hrrr)
( vous nous dites hrrr hrrr h que ça merite hrr hrr discussion que les juifs sont à l'origine de l'esclavage vous nous dites hrrr hrrr h).
(vous nous dites hrrr hrrr h donnner ses bras à un patron ou hrr hrr donner son sexe c'est pareil )
Bonjour
De vrais complots existent pourtant, celui de la Cagoule (CSAR), par exemple vers la fin des années 30.
Complot de l'extrême droite, qui a fait exploser au moyen de bombes, deux bâtiments, celui de la Confédération général du patronat français et l'autre de l'Union des industries et des métiers de la métalurgie à Paris, tuant au passage deux policiers en faction, le samedi 11 septembre 1937 (cela ne s'invente pas). Attentat organisé afin de faire accuser les communistes et la CGT et permettre à l'extrême droite de renverser la République par un coup d'État armée.
Il y a certainement de vrais et de faux complot et le l'on devrait bien d'urgence s'intéresser à cela. Celui la était donc un vrais faux complot. Le vrais celui de l'extrême droite, le faux, celui des communistes-syndicalistes. Bougre, mais c'est bien sur.

Eugène Deloncle était la tête pensante de cette association occulte, lui même a été assassiné par la Gestapo le 7 janvier 1944. Il avait soutenu l'amiral Canaris opposé à Hitler. Diable entre facho la concurrence existe aussi et les défauts humains comme la jalousie ou la recherche du pouvoir sont universels à toutes les catégories sociales. Ouf, un peu d'égalité ne fait pas de mal en ces temps confus.

Mais le fachos ne rigole pas, lui, ils discute pas, il complote, il zigouille, fait tout sauter et agis avec détermination et il met son forfait sur le dos du voisin afin d'affoler les bonnes gens. Les biens pensant devrait bien se le rappeler chaque matin au réveil et être aussi déterminé pour faire régner l'ordre et la justice sociale dans toutes les têtes, tous les comptes en Suisses et ceux des paradis-fiscaux, les coffres-forts, les portefeuilles, les nombreuses, belles et immenses maisons construites un peu partout, les grosses voitures qui font pas de bruits et qui ont les vitres fumées roulant tranquilles, pépères, ou à vive allure sur des autoroutes extèmements droites et payantes, etc.
Prenons garde. Et montons la. Ouvrons l'oeil et le bon, débouchons nous les oreilles et écoutons.
Erdealmeria
"Rien n'est simple."

Mais si, mais si. La pensée unique, c'est très simple.

Plus simple encore: rétablir l'inquisition.
Quelqu'un a entendu Fourest critiqué que le cercle des économistes, régulièrement invité surtout les plateaux/radios, était très proches des milieux d'affaires de part les gens qui le composent alors qu'ils sont systematiquement présentés comme des experts ?

Ce qui est pénible chez Fourest, ce n'est pas ses critiques,plutot justes, mais qu'elle s'applique toujours de facon partielles. À force, elle décridibilise tous ses propos et devient le premier moteur des Soral and co.
Caroline Fourest : "Il y a une sur-représentation des complotistes"

Il faut voir de quelle base on part. C'est vrai que si on compare aux plateaux de Calvi ou aux invités de Cohen, alors c'est clair que ça doit faire un choc.
Un conspirationnisme, c'est quelqu'un qui ne partage pas les certitudes de Caroline Fourest..

11-Septembre : Caroline Fourest bientôt sanctionnée par le CSA ?
Merci de ces précisions.
C'est surtout pour les féministes, que c'est grave l'exagération des chiffres, parce que ça les décrédibilise illico.

Et franchement, en tant que femme, entendre raconter qu'il y a un tel nombre de viols en France, ça me fait peur, et forcément, ça m'inquiète par rapport à ma féminité et ma liberté en tant que femme.

J'aime bien Fourest, et elle ne dit pas que des conneries, mais là, elle paranoïe.
Caroline Fourest ou l'intellectuelle faussaire selon Boniface ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.