54
Commentaires

"Syrien", "pas Syrien" : franceinfo cartographie les mendiants parisiens

Syrien ou pas Syrien ? Ce week-end, la chaîne franceinfo a publié sur son compte Facebook une vidéo visant à départager les vrais des faux Syriens parmi les personnes qui font la manche autour du périphérique parisien. Violemment critiqué par plusieurs de ses confrères, l'auteur du sujet raconte comment a été fabriquée cette vidéo, vue plusieurs centaines de milliers de fois. Et qui n'aurait jamais dû ressembler à cela.

Derniers commentaires

Selon lui, le vrai sujet est ailleurs : "On devrait plutôt parler de la non-scolarisation des enfants de mendiants. On a une protection de l'enfance qui devient de plus en plus restrictive, et qui ne s'applique plus aux enfants étrangers, qui sont dans une situation de plus en plus précaire".

Oui, et on devrait parler aussi du sujet de son étude sur la traite des mineurs en France (voir la vidéo)
et l’impuissance de la France face à ces situations de maltraitance (quand l’Italie et la Wallonie trouvent des solutions).

Mais ça, la maltraitance sur mineurs, on s’en fout, ici.
C'est quand même bizarre, qu'en utilisant les mêmes moyens frauduleux que les riches, les pauvres continuent à être pauvres. Peut-être y trouvent-ils une certaine jouissance, comme Alexandre le bienheureux ( c'est la thèse d'Adam Smith). Ou bien c'est l'héritage ( le pauvre est fort peu doué pour hériter).
Jupiter Capitolinus a déjà tout dit : "Il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont (Sy)rien".

Spécial dédicace à ManuTOO qui semble en grande forme.
Pourquoi mettre de la morale ici, j'ai eu ce type de conversation en voiture lorsque dernièrement je passais la porte de La Chapelle, tant je ne comprenais pas la présence de toutes ces familles, avec enfants en bas âge, syriennes, alors que réfugiés, l'Etat est réputé leur venir en aide. La personne m'accompagnant me disait qu'il s'agissait de Roms, ce que je ne pensais pas, par leurs visages et leurs vêtements. Mais ce qui me troublait le plus, c'était la présence des enfants, je redoutais l'accident pour eux. Pourtant, à chaque fois que je lis des articles, soit pour honnir les migrants, soit pour les défendre, il ne s'agit jamais d'eux, comme s'il ne fallait surtout pas informer, tant pour les autorités que les associations et les médias, que les bords des routes ou les rues de Paris, étaient parsemées d'enfants mendiants. Trop d'enfants n'ont plus de vie d'enfants, par ici, vous ne trouvez pas ?
Pourquoi "bricoler un sujet " très contestable, quand on tient un vrai sujet : le décalage entre les affirmations du sociologue et le terrain ? C'est un bon sujet en plus, s'il est vraiment traité !
"mais je n'ai pas trouvé cette réalité là sur le terrain"
le journalisme 3.0...
En fait, c'était un sujet "conso" : comment reconnaître un bon mendiant* d'un mauvais. Que celui qui n'a jamais été victime d'une publicité mensongère jette au reporter la première pierre!

(*) Le syrien est un bon mendiant, puisqu'il est supposé avoir fui le régime de Bachar alors que le rom est un mauvais parce que ... parce que ... parce que c'est un mauvais, voilà!
Leur tour complet de périph ressemble plutôt à un demi-tour.
Je pense qu'on peut être de gauche et ne pas supporter aussi bien les mensonges et les manipulations de l'oligarchie que celles des pauvres.

Ou en d'autres termes, fermez les yeux sur une arnaque parce qu'elle est l'oeuvre de miséreux c'est faire preuve d'un sens morale à géométrie variable qui dessert la cause...
Si, la gauche doit avoir plus d'indulgence aupres des personnes pauvres qui mentent pour essayer de s'en sortir.

Cependant, d'apres ce que j'ai lu, la question du journaliste etait a l'origine a la rencontre des DOMs ?
Il a base cette question sur l'analyse d'Olivier Peyroux qui affirme que 80% des mendiants qui se disent syriens autour de Paris sont des DOMs, les 20 % restant etant des ROMs qui mentent du coup, mais la n'est pas la question.
Son resultat a ete qu'il n'a pas pu rencontre ces fameux 80% DOMs mais plutot que des ROMs et donc il n'a pas pu faire un reportage sur eux.
Sa video devient mauvaise qualitativement (ce qui ne l'a pas empeche de faire du clic sur facebook) car elle ressemble en effet a une classification de la pauvrete.

Le vrai probleme du mensonge/erreur (si mensonge/erreur il y a) vient plutot d'Olivier Peyroux et de son affirmation initiale, et la je n'ai aucune idee de qui a raison ou tord. Le journaliste avec son traducteur ou le sociologue.
Si, la gauche doit avoir plus d'indulgence aupres des personnes pauvres qui mentent pour essayer de s'en sortir.
Moi aussi, je le pense. les petites ruses des pauvres pour tenter de survivre quand même ne sont que de la légitime défense. Trier les pauvres en pauvres honnêtes et pauvres menteurs est une attitude de dame patronnesse, qui tricote en couleur caca d'oie pour bien reconnaître les siens. Jacques Brel stigmatisait quelque chose qui, croyait-il, était en voie de disparition. Erreur, nous le voyons renaître sous d'autres formes et c'est pas joli-joli.
"C'tavec du vieux qu'on fait du neuf" nous prévient encore Jacques Brel.
@M_,
indulgence ok : s'ils enlèvent leur carton "syrien", on pardonne rapidement ; mais tant que ce n'est pas le cas, je ne vois pas de raison de vouloir cacher l'info. Sinon, c'est encourager tous les mendiants à mentir et tromper les gens pour obtenir des sous, et pénaliser ceux qui ne le font pas et n'ont pas la "chance" d'être Syrien.
Malheureusement quand on est sans le sous, on utilise tous les moyens a sa disposition pour essayer de grapiller quelques miettes. Je ne pourrai pas vous convaincre, mais sans etre naif j'ai beaucoup de comprehension pour les personnes pauvres qui profitent du conflit syrien pour augmenter leur chiffre d'affaire quotidien. D'autant plus que la tromperie, en plus d'etre grossiere, n'est pas vraiment grave.
A combien est l'action 'refugie syrien' sur Paris ?

Par contre je suis beaucoup moins indulgent pour les intellectuels de droite comme de gauche, qui se trompent deliberemment, travestissent la verite, ou omettent des faits pour quelle corresponde a leur vision du monde, que ce soit pour la bonne cause ou non.
oui, tout est bon pour faire la manche ... dans le métro il y a bien longtemps que je ne crois plus un mot des discours tous plus larmoyants et zolaesques les uns que les autres .... la palme va aux faux sourds muets qui ont réussi a supprimer le discours en posant juste les babioles sur le siège. je donne de temps en temps machinalement quand même.

Ces petites escroqueries ne me dérangent pas , ce qui me dérange c'est lorsqu'il y a trafic et donc exploitation des mendiants au profit d'une organisation criminelle... syrien pas syrien on s'en fout.
consacrer un article d'un grand média public à démonter une arnaque (sur des preuves finalement empiriques de quelques jours de tournages) qui coûte au pire quelques euros aux gens qui le souhaite et en ramène pas beaucoup plus par jour à des gens qui crèvent la faim, franchement je trouve que ça c'est immoral.
Sauf votre respect, j'ai rarement lu un commentaire aussi idiot.
Donc je résume votre position : il faut fermer les yeux sur les arnaques des pauvres et surtout ne pas en parler, et si qui que soit prétend le contraire, il dira une des plus grosses idioties du monde et il faudra bien lui faire remarquer.

Hé ben, c'est du propre ! :-)

Cacher des informations et décider à la place des autres ce qu'ils doivent penser et faire, c'est très souvent ce qu'on reproche au système médiatique actuel, non ? Mais si on est de gauche, on peut appeler à le faire parce qu'on est les gentils, c'est ça..?

Surtout que là, comme dit plus haut dans mon message à M_, c'est encourager le mensonge et les tromperies chez les pauvres, et pénaliser ceux qui n'y auraient pas recours. Moi, cela me paraît contre-productif, et perdre bêtement une bataille morale face à la droite, mais bon, apparemment, je dois être un idiot fini... :-/
À ManuTOO:
Vous supposez, peut être à tort, que des gens donnent aux Syriens alors qu'ils ne donneraient pas aux non Syriens. Vous traitez, en somme, les généreux donateurs de "dames patronnesses" qui trieraient entre "bons" pauvres et mauvais. Comme vous, en somme. On imagine facilement les autres d'après soi-même. Ce qui est triste, c'est qu'il est bien possible que vous ayez raison, que ceux qui trient les pauvres, qui établissent un palmarès du plus méritant au moins méritant sont suffisamment nombreux pour que ça fasse une différence de se prétendre Syrien.

Par ailleurs vous dites "selon vous il ne faudrait pas en parler".
Selon moi, il faut parler de tout, ça dépend de la manière. Et des sous entendus. Dans cette "enquête", ils sont lourds. Comme je le dis plus haut, les ruses des pauvres, pauvres ruses, mériteraient qu'on y réfléchisse. Prétendre d'être ce qu'on n'est pas peut être considéré comme immoral. J'y vois surtout quelque chose de dégradant, d'humiliant. Moi, je ne vaux rien, on me traiterait mieux si j'étais un autre. Double peine de la pauvreté.

Vous ne trouvez pas ça terrible?
Et même triple peine: si je suis démasqué, me voilà considéré comme un escroc minable.
Cela me paraît un acquis qu'il y a des gens qui ont une envie particulière d'aider des Syriens parce que ce sont des réfugiés qui fuient leur pays en guerre. (sinon, les Roms n'utiliseraient pas les panneaux "on est Syriens").

Effectivement, vous pouvez me classer dans ces gens-là, même si dans mon esprit je ne pense pas en termes de "bon" et "mauvais" et ces termes là me choquent un peu. C'est plus une réponse émotionnelle et empathique qu'un jugement de valeur et une échelle raisonnée de mérite.

Pour l'enquête elle-même, je n'en sais pas plus que ce qui est indiqué dans l'article de ASI ; peut-être qu'elle est effectivement malsaine dans sa forme, mais il me semble que les critiques ici sont contre son principe même d'une manière générale (ou alors les commentaires ont été mal formulés :) ).

Et pour finir, bien évidemment je suis d'accord avec vous pour dire que la situation des gens qui vivent dans la rue est terrible, quelque soit leur origine et leurs actions pour s'en sortir...
Faut dire que les Roms sont des libéraux, ils s'adaptent au marché pour les levées de fond des start-up familiales. Faudrait leur proposer une formation : changement de look et aller plutôt à la pèche sur le segment du capital-risque et des divins business angels. Ils seraient sans doute moins crevés le soir qu'en faisant des heures au bord du périph'.
[quote=ManuTOO]Et pour finir, bien évidemment je suis d'accord avec vous pour dire que la situation des gens qui vivent dans la rue est terrible, quelque soit leur origine et leurs actions pour s'en sortir...

Du coup, nous voilà d'accord. Sauf que moi, c'est pas "pour finir" que je pense que qui a faim a le droit de manger. C'est "pour commencer". En fait... ça change tout.
En paraphrasant Anatole France, je dirais que la Morale de ManuTOO interdit au miséreux comme au riche de mentir pour obtenir une aumône.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Heu, faut respirer un peu là.

Vous êtes à 2 doigts de me traiter de Nazi alors que je souhaite seulement 2 choses :
1) que les mendiants non-Syrien n'utilisent pas des panneaux "on est syriens"
2) que les gens de gauche ne demande pas à cacher ce genre d'information et ne traite pas ceux qui souhaitent y avoir accès de racistes et d'idiots (et maintenant de quasi-nazis), car cela ne sert pas du tout la gauche car je pense que cela repousse des indécis et des abstentionnistes de pouvoir voter avec des gens qui s'emportent autant en insultant tout le monde sans n'avoir aucun sens de la mesure

M'enfin bon, si au fond vous voulez perpétuer le système actuel afin qu'il y ait de plus en plus de pauvres d'un côté, et de plus en plus de supers riches de l'autre, continuez à me taper dessus ainsi que sur les autres personnes qui essayent d'être un peu raisonnables, cela semble bien marcher... :-/
Vous noterez que je ne vous ai pas traité d'idiot, seulement votre premier commentaire (bien que les suivant soient du même acabit), vous comprendrez bien la nuance.
Oui, j'ai bien noté la différence, mais elle n'a aucune importance par rapport à ce que j'essaye d'expliquer, donc je me suis permis cette simplification en espérant que vous me le pardonnerez... ;-)

Veuillez noter qu'ici, je me bats pas pour ma petite personne, ni même par rapport à mes convictions sur les méthodes politiques & civiles pour traiter la misère, mais seulement sur la façon très conflictuelle et contre-productive avec laquelle certaines personnes de gauche abordent ce sujet, malgré qu'elles soient en leur cœur très bien intentionnées et qu'elles aient toutes ma sympathie...

Au vue des réactions, je ne m'y suis probablement pas très bien pris, donc je vais essayer de m'améliorer pour la prochaine fois... :-)
la question est de savoir si vous considérez que "tricher" pour survivre est une faute morale ou pas.
Si je veux être quasi-sûr que mon fils et ses futurs enfants aient les meilleurs chances de survivre toutes leur vie, je dois accumuler 3 ou 4 millions d'Euros. Est-ce une faute morale si je triche pour les obtenir ?

En d'autres mots : votre question n'a pas de sens, et la poser est la faute morale que je dénonçais dans mon 1er message.

Explications. Qu'appelez-vous survive ? Ne pas mourir d'ici quelques heures ? Jours ? Éviter la faim ? La malnutrition ? Avoir un logement décent ?

Pour ce derniers point, il y a quelques millions de personnes à loger décemment dans ce pays. Voulez-vous qu'elles trichent toutes au maximum possible, donc qu'on n'attribue plus les HLMs au mérite (même si ce mérite est surtout basé sur le temps d'attente), et qu'ainsi les meilleurs tricheurs gagnent..?

D'un seul coup, cela ressemble vachement au libéralisme contre lequel on est sensé lutter quand on est de gauche, non ?
Vous avez raté une vocation de prêcheur.

Dommage, ici c'est un créneau pourri.
Essayez dans les pays où les gens meurent vraiment de faim.
Un prêcheur qui ne convainc personne et énerve tout le monde chez les Crève-La-Dalles ?
J'ai l'impression que vous, vous pensez que crever la dalle est une faute morale et qu'ils méritent d'être punis..! ;-)
Si je veux être quasi-sûr que mon fils et ses futurs enfants aient les meilleurs chances de survivre toutes leur vie, je dois accumuler 3 ou 4 millions d'Euros. Est-ce une faute morale si je triche pour les obtenir ?
je parle de gens qui vivent dans la rue.
pas de votre descendance.
Votre sens morale m’échappe, juste pour que je vous comprenne mieux.,
êtes vous capable de distinguer ces deux situations:
vous, qui cambrioleriez une banque pour assurer la survie de votre descendance à coup de "millions d'euros",
et Niglo le rom qui vole un paquet de patte pour qu'avec sa fillle et sa femme, ils aient de quoi bouffer ce soir?
Vous avez lu l'ensemble de mon message précédent ?

Je vous y expliquais qu'il y avait tout un tas de situations entre ces 2 extrêmes et qu'on ne peut pas arbitrairement placer une ligne là où cela vous arrange...

Par ailleurs, j'ai déjà indiqué plus haut qu'on se devait d'être plus indulgent avec les pauvres, donc vous aviez déjà la réponse à votre question.

Mais bon, si vous ne voulez pas comprendre, je ne peux pas vous forcer. La situation actuelle me profite énormément, donc si vous voulez qu'elle perdure, je survivrai ; je serai juste énervé tous les 5 ans en me demandant comment la gauche fait pour perdre systématiquement alors que la situation devrait lui être extrêmement favorable...
C'est ça , en gros,
Si elle tape sur les sdf romains, la gauche va remonter ..
Fine analyse.
Une fois de plus, il faut faire preuve d'un peu plus de nuance : il y a plusieurs étapes entre "taper sur les sdf roms", et "donner le droit moral aux pauvres de voler et mentir, vouloir cacher l'information sur les pauvres qui le font, et insulter ceux qui veulent avoir accès à cette information et/ou ne pas donner un blanc-seing à ces pratiques".

Par exemple, je souhaite que les SDFs ne mentent pas, mais qu'on les aide autant que possible, quelque soit leur origine, et surtout qu'on fasse le maximum pour changer la société afin qu'il y ait le moins possible de SDFs. Et si des gens souhaitent aider par eux-mêmes un certain type de personnes, je ne vois pas de raison constructive de leur faire la morale.

Cela me semble exprimer une volonté de gauche à laquelle la droite ne peut pas s'opposer en position de force, et à laquelle beaucoup d'indécis peuvent adhérer.
Par exemple, je souhaite que les SDFs ne mentent pas

Et vous, vous ne mentez jamais ?

Alors c'est peut-être que vous êtes un saint, ou bien que vous n'avez pas à vous battre pour survivre...
"mentent pas, mais qu'on les aide autant que possible, quelque soit leur origine, et surtout qu'on fasse le maximum pour changer la société."
Vous mettez donc dos à dos le puissant et le faible, l'un et l'autre devant faire preuve de vertu .
Sauf que la société n'est pas sanctioné si elle ne parvient pas à plus de justice, au contraire l'injustice est meme un très bon argument électorale .
Par contre au moindre faux pas, le pauvre, lui on ne le loupe pas, il prends cher ..
Ils sont fous ces romains
vous, qui cambrioleriez une banque pour assurer la survie de votre descendance à coup de "millions d'euros",

et Niglo le rom qui vole un paquet de patte pour qu'avec sa fillle et sa femme, ils aient de quoi bouffer ce soir?

Est-ce que la banque ne contient que de l'argent des 1% les plus riches ?

Est-ce que le paquet de pâtes est dans le caddie d'un smicard qui est en train de chercher les clefs de sa bagnole sur le parking du supermarché ?

... ;-)
Cette situation qui engendre de la souffrance
par wagon pour certain et qui" profite énormément"à d'autre a au moins l'avantage de vous faire rire..
Le clin d’œil était une invitation à réfléchir à la problématique politique derrière votre opposition de situations.

Ou en d'autres mots, est-ce que les Roms "Syriens" arnaquent plus de smicards ou plus de "1%"..? Et qu'est-ce que cela signifie politiquement ? (ie: j'en rajoute une couche sur le fait que soutenir le vol par les pauvres, c'est plus soutenir le système libéral que le combattre)
Tout dépend de ce qui vous choque en premier dans cette situation:
L'injustice des pauvres n 1 vis à vis des pauvres n0 2 ou l'injustice du système en vers les pauvres .
Effectivement ce n'est pas en leur piquant un paquet de pâtes que le riches volent les pauvres.
5€ sur l'APL, diminution de l'ISF financier, aucun riche en particulier ne vole aucun pauvre en particulier. Youpee !
Le vrai, le faux, le bien et le mal, extrait de cet article, la vérité du mensonge par un théologien :
"Toute vérité n’est pas bonne à dire, proclame le bon sens populaire. Il vaudrait donc mieux parfois pouvoir se taire. Oui, mais ce n’est pas possible quand le silence a déjà le sens d’une réponse. « Docteur, je ne vais pas mourir, n’est-ce pas ? » « Docteur, pensez-vous qu’il gardera des séquelles ? » « Hébergez-vous un immigré clandestin ? » Autant de questions, auxquelles une réponse exacte peut être inopportune et le mutisme d’une éloquence complice. Dire la vérité peut faire mal et peut faire du mal. On peut même l’utiliser pour cela. Jankélévitch range cette manipulation de la vérité dans la catégorie de la « sincérité diabolique ».
(...)
Dans le deuxième exemple – celui du réfugié dont on me presse de trahir la présence –, Jankélévitch dépasse la reconnaissance d’un droit au mensonge, pour l’ériger en un strict devoir moral : « Mentir aux policiers allemands qui nous demandent si nous cachons chez nous un patriote, ce n’est pas mentir, c’est dire la vérité ; répondre : il n’y a personne, quand il y a quelqu’un, c’est le plus sacré des devoirs. Celui qui dit la vérité au policier allemand est un menteur. Celui qui dit la vérité au policier allemand est lui-même un policier allemand. Celui qui dit la vérité aux ennemis de l’homme est lui-même un ennemi de l’homme ; il est comme le scrupuleux qui, pardonnant les crimes contre l’humanité, met la loi morale en contradiction avec elle-même. Non, les bourreaux d’Auschwitz et les pendeurs de Tulle ne méritent pas qu’on leur dise la vérité, cette vérité qu’on prétend leur dire n’est pas faite pour eux. Les scrupuleux, en ces matières, sont les complices des pendeurs. Mieux vaut user des mêmes armes que travailler au même but
"
Je ne vois pas en quoi ce reportage créerait une hiérarchie dans la pauvreté. Ce n'est pas le but du reportage. Je trouve au contraire qu'il est très intéressant d'observer à brûle pourpoint que la masse de réfugiés syriens n'est peut-être pas très considérable, du moins en France. Cette particularité française a du reste déjà été observée : les Syriens ont préféré aller en Allemagne. C'est une info censurée, donc.
Je viens de parcourir ce fil de discussion, et je dois dire que ce débat me semble surréaliste... Au delà du sujet de France Info, oui, il y a des pauvres menteurs, et les roms se sont un peu spécialisés sur ce créneau (faux sourds muets, faux handicapés, gamines avec les pseudo pétitions à la gare du Nord etc.) mais ce qui n'est pas un mensonge c'est la misère absolument indigne dans laquelle vivent les personnes (syriens ou roms ou doms ou peu importe) qui mendient dans et aux portes de Paris.

En l'espace de dix années j'ai assisté à une explosion de la mendicité et des implantations de bidonvilles, notamment dans le nord de la France où je vis, avec une impuissance (lâcheté) totale des pouvoirs publics.

C'est la politique de l'autruche ou du ni-ni... Pas trop d'aides, sinon ces marginaux risqueraient de se faire souche (on préfère les expulser tous les ans, ce qui rend leurs parcours d'intégration éventuelle, pour ceux qui le souhaiteraient, quasi impossible) et puis ça coûte cher (bon, pas aussi cher qu'un porte avions mais quand même...) et pas trop de vagues non plus, pour éviter d'heurter la bien pensance des "gensdegauche", donc on tolère des implantations sauvages un peu partout, et on défend même le droit des gens à vivre dans des bidonvilles. C'est dommage qu'on n'ait pas conservé un peu d'ADN de l'Abbé Pierre, on pourrait penser à le cloner.

Ne pourrait on pas avoir une vraie politique d'insertion, ce qui nécessiterait (aïe je sens que je vais faire hurler !) de faire un "tri" (ne me demandez pas comment !) entre ceux qui restent et qu'on place dans des logiques d'insertion avec des dispositifs ambitieux pour leur permettre un accès au travail, au logement (décent), aux études etc. et ceux qui partent ? A défaut, Paris va finir par ressembler à Rio ou à Lagos, avec la misère à quelques stations de métro du boboland des arrondissements centraux...
"Décision est alors prise de "bricoler" un autre sujet. "On a un peu sauvé le tournage. On avait quand même fait venir un traducteur", raconte le journaliste."

En bref, plutôt que d'admettre qu'ils s'étaient vautrés en beauté et de laisser tomber, ils ont essayé de récupérer le sujet à tout prix... et ont pondu une belle boule puante.
Raté.
Se dire qu'on est obligé de publier un sujet parce qu'on a dépensé des sous pour le faire, en soi, c'est déjà à pleurer. Mais se rabattre sur un sujet aux gros relents racistes, et, oui, de hiérarchisation entre les misères c'est proprement scandaleux. Donner ces explications aussi légèrement, c'est vraiment grave.
Le journaliste a plus eu peur de se faire gronder par son chef que de stigmatiser encore plus des familles qui dorment déjà à la rue. BRAVO.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.