14
Commentaires

Sur WhatsApp, la Macronie informe... et contrôle la presse

Les applications de messagerie instantanée comme WhatsApp et Telegram peuvent servir à tout, y compris à organiser la couverture d'une campagne par la presse, fluidifier le dialogue entre communicants et journalistes politiques… et partager facilement des éléments de langage pour "rectifier le tir" lorsqu'un candidat dérape. Enquête.

Commentaires préférés des abonnés

Bravo pour l'article. Je ne soupçonnais pas que l'influence de la com élyséenne avait aussi pris cette forme. Pas étonnant que vous soyez plus enclin à relayer la propagande officielle quand elle se rappelle à votre bon souvenir à chaque instant sur (...)

Macron est un menteur , un escroc et un manipulateur. Aucun intérêt de l'écouter. 

Penser que ça va durer 5 ans de plus.

Quelle horreur ! 

Apprentissage à partir de la 5è ? C'est ballot hein si justement on a une douzaine d'années quand on est en 5è !...

Fake news : en fait c'est la découverte du monde du travail 1/2 journée par semaine de la 5è à la 3è...

Les cours supprimés pour mettre (...)

Derniers commentaires

Merci,  c'est très riche! 

Personne ne pose la question de la sécurité de ces données ? WhatsApp appartient à Facebook. Cet angle mort m'étonne fortement. 


Le titre de l'article parle de contrôle de la presse. A la lecture, j'ai plutôt l'impression d'une communication nouvelle génération que de contrôle à proprement parler. Si c'est en référence a des coups de pression d'équipes de com' sur des journalistes, ça ne date pas d'hier, comme vous le rappelez, et c'est généralement une méthode de "contrôle" assez poussive et contreproductive, non ?

Je n'ai pas compris si le journaliste de l'Huma avait ou non été viré de la "boucle" watsapp. Ce qui me paraît un point important.

Apprentissage à partir de la 5è ? C'est ballot hein si justement on a une douzaine d'années quand on est en 5è !...

Fake news : en fait c'est la découverte du monde du travail 1/2 journée par semaine de la 5è à la 3è...

Les cours supprimés pour mettre en oeuvre cette brillante idée ? Qui doit trouver l'entreprise ? Le rattrapage des cours ? Les régions désindustrialisées ? Les artisans vont se faire un plaisir d'accueillir un gamin toutes les semaines sur leur chantier, dans leur atelier ? Problèmes d'assurance, d'organisation, de sécurité ? Sous quelle responsabilité ?

Quand vouloir se raccrocher aux branches est pire... Dommage qu'aucun journaliste n'est posé la question à l'équipe de comm.

Au fait, 

Le Pen choisit ses journalistes : censure

Macron choisit ses informations : défiance

Formidable, Macron & co ont créé le marché secondaire de l'information, bien plus animé semble-t-il que le marché primaire qu'est "le terrain". Ils devraient rendre ces boucles payantes, après tout ça ressemble bien à un spectacle, et ça financerait les campagnes de com'

Merci,pour ces informations,qui pour des gens comme moi,passent sous mes radars.


Questions:quelles sont les formations de ces communicant-e-s ,et ,de quelles multinationales sont ils-elles issu-e-s(havas,publicis,etc......

Article intéressant sur les méthodes de la Macronie, même si celui des Décodeurs (sic) peut difficilement être qualifié d'analyse. Comme souvent on est plutôt dans du passage de plats sans réelle remise en question. Rien que la phrase citée : "Si la petite phrase prononcée à Fouras peut entretenir la confusion, le candidat Macron entend en fait (...)" 
Après tout, si c'est son cabinet qui le dit (après le buzz), pourquoi douter ?? Je ne pense pas exagérer en disant que d'autres auraient eu droit à un traitement largement plus soupçonneux avec conditionnel à tous les étages et les modalisations de mise ("déclare", "proteste" -  ici ils "insiste[nt]".

Au passage, les Macron Leaks, il en reste un tout petit bout ici ("re : fiscalité écologique" - c'est de circonstance).

D'ailleurs, à l'époque des GJ, leur homologue Checknews (re-sic) avait fait de son mieux pour éteindre l'incendie en... réfutant l'exclu (une valeur sûre, l'homme de paille, classique mais toujours efficace).
Avec le gouvernement prétendant sans honte que c'était pour la transition écologique (qui se retrouve "en même temps" que la compensation du CICE dans l'article sans que le paradoxe soit soulevé par le journaliste) et pour "les libérer de cette dépendance à la voiture" (belle marque de paternalisme accompagnée d'aucune mesure pour, au hasard, développer/améliorer l'accès aux transports en commun - et d'autant qu'il est dit dans l'article de France Info qu'un quart seulement des recettes a été affecté à l'écologie - ho ?).

Pour en revenir à l'échange d'emails, ça fait toujours chaud au cœur de lire sous la plume de ces gens payés si cher pour nous "représenter" des formules telles que "on n'aura qu'à raconter une histoire : alignement sur la moyenne européenne (...)", "c'est le seul levier qui nous semble disponible", "Mais d'autres histoires peuvent se raconter, bien sûr, pour justifier une convergence partielle gazole/essence qui rapporterait ce que l'on cherche."

La com sur WhatsApp, pourquoi pas la campagne sur Facebook ou un débat sur Zoom ?


C'est pas beau d'être jaloux des hologrammes de Mélenchon !


Plus proche des préoccupations des Français qu'il dit, ok mais pas en présentiel, ça fait trop vide.

Est-ce que cette obsession pour le contrôle ne serait-elle pas le signe qu'ils ne contrôlent pas grand chose finalement ?

Les obsessions, je sais pas vous, mais moi, j'ai toujours tendance à m'en méfier.


Bravo pour l'article. Je ne soupçonnais pas que l'influence de la com élyséenne avait aussi pris cette forme. Pas étonnant que vous soyez plus enclin à relayer la propagande officielle quand elle se rappelle à votre bon souvenir à chaque instant sur votre téléphone !

La relation de certains journalistes à l'agenda présidentiel a atteint la dépendance presque pathologique, pour une plus-value journalistique quasi nulle. Au fond, quel intérêt pour le citoyen de savoir que Macron s'est rendu à Trifouillis les Eglises pour serrer des mains et sortir une petite phrase qu'il va de toute façon dédire dans les jours qui viennent ?

La couverture des relations publiques d'un candidat ou d'un président en exercice devrait être une partie infime du travail des services politiques des rédactions qui feraient mieux d'éclairer les citoyens sur le fond, les projets, les programmes...

Macron est un menteur , un escroc et un manipulateur. Aucun intérêt de l'écouter. 

Penser que ça va durer 5 ans de plus.

Quelle horreur ! 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.