393
Commentaires

Sur le terrain

Dur métier, reporter de meeting.

Derniers commentaires

Venus à Vincennes pour admirer le concours de tulipes du parc floral (accès gratuit à cette période de l'année), nous avons pensé que le discours était terminé, vu le nombre de personnes croisées qui en revenait. En fait pas du tout, il n'était pas terminé, on a même pu entendre les derniers instants et le couplet de marseillaise...

Avec ce temps froid, les tulipes étaient de toute beauté, les tiges sont restées assez courtes ce qui évite qu'elles ploient, et elles se conservent plus longtemps que prévu. Un très beau parterre (on espère non OGM).
Bonjour,

Désolé pour ce petit message hors-sujet, mais je ne suis pas un habitué du forum et ne sais pas trop où le poster. Je pense qu'il devrait vous amuser.

Donc, il s'agit d'une intervention de Max Gallo dans l'émission "L'Esprit public" sur France Culture, dont il est un habitué. Son exposition de la manière dont lémédias (comme dirait DS) « s'acharnent sur Sarkozy » commence environ à 17:55, puis il lit l'extrait d'un article Rebonds de Libération, a priori signé par Daniel Schneidermann. Max gallo est visiblement très choqué par cet article et compare cette description du quinquennat de Nicolas Sarkozy comme « après l'incendie du Reichstag, avec le règne des S.A. dans la rue ». « Et c'est ce climat là, que l'on entend percer ici et là — ajoutons les propos du juge d'instruction Eva Joly — qui à partir d'éléments, probablement intéressant pour les juges, est en train de bâtir, de tisser autour de Sarkozy une couronne de diamants. Vous voyez à quoi je fais allusion… »

Voilà, ce n'est pas grand-chose, mais cela amusera probablement DS de savoir qu'il a réussi a véritablement outrer Max Gallo ;-)

--
un matinaute qui écoute aussi beaucoup France Culture, parce qu'il y a de sacré bonnes émissions
Tss! Je ne me suis pas particulièrement amusé à Vincennes. La foire du trône c'est pour plus tard. J'y étais pour me sentir bien, solidaire, plein d'espoir. J'y étais et personne ne m'a obligé, mon épouse y était, mon fils aussi. Daniel Schneidermann c'est pénible de travailler un dimanche hein! Il y a mieux à faire sans doute. Dites-nous ce qui vous amuse et nous ferons un effort pour vous être agréable. Les gens qui sont venus de loin en car peut-être qu'on les a menacé? Peut-être aussi qu'ils avaient envie d'être là, parce que la petite histoire est agréable, j'avais l'impression avec tous ces autres anonymes d'être au bon endroit, d'aider à écrire la Grande Histoire.
Voilà qu'@si fait dans la propagande électorale subliminale!

Attribuez la citation à votre candidat préféré:
« sous l'appellation "vache rouge" »
« connue sous le nom de Vache à lunettes »
« emprunte son nom, Milka, à la marque de chocolat suisse »
« Le veau qui pleure » me fait aussi panser à quelqu'un...

Et si tout ça c'était pour du beurre ou pour en rire plutôt qu'en pleurer?


Je suis sûr qu'il y en a encore des plus subtiles.
M Schneidermann , pourquoi n'êtes-vous pas allé plutôt place de la Concorde au lieu de vous ennuyer à Vincennes?
Des journalistes y ont relevé ceci , à la Concorde " Nicolas Sarkozy quitte son meeting en serrant de multiples mains de sympathisants. Tout sourire, le candidat serre des pinces à tours de bras, dans le désordre et la bonne humeur" Ça vous aurait détendu ,la bonne humeur , non ? Ah oui , au fait , quels journalistes ? MAIS ,LES VOTRES , M.SCHNEIDERMANN
J'y étais, à côté d'un petit Auriel et son papa, qui se présente à la députation en Seine Saint-Denis, Mathieu Hanotin, à côté, il y avait un imam, qui criait bravo aux propositions féministes de Hollande, bref, je ne vais pas faire la liste des gens qui m'entouraient, mais sans doute que le climat sympa, les rires, les cris, les hola, tout ça mettait de l'ambiance ; et alors que parfois le vent était glaçant, on est pourtant repartis très contents de la journée.

Et puis, nous il nous a semblé qu'il y avait vraiment beaucoup de monde, ce qui n'était pas le cas à la Concorde.

http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-bonnet/160412/sarkozy-la-concorde-ya-quelquun
Au fait, il "parle d'où" Daniel Schneidermann? C'est quoi son "terrain"? Pour qui va-t-il voter? Ne devrait-il pas appliquer à soi ce qu'il exige d'autrui dans sa profession?
Il est vrai qu'on a du mal à s'y retrouver dans son parcours... Quand il passait encore à la TV, on sentait bien que tout ce qui l'éloignait du centre mou l'effrayait un peu. Il fallait d'ailleurs s'entourer de "cautions" à droite: Abiker, Elisabeth Levy, Christine Clerc (oui, oui, rappelez-vous). Depuis qu'il a de nouveau les faveurs d'Acrimed, Mermet, Lordon, etc., sa posture a bien changé.

Ah oui, comment Mélenchon s'est fait cadavériser ce matin par Bourdin au sujet de son amitié avec Buisson, lol...

Comme quoi les donneurs de leçons...
En voyant cette image, cette attitude d'un monstrueux taré qui a éliminé froidement 77 personnes et qui, aujourd'hui, non seulement n'éprouve aucun remords, mais en tire fierté, mon premier réflexe est de me dire : il faudrait l'attacher sur une chaise, lui enfoncer des aiguilles sous les ongles, lui arracher quelques dents avec une pince-monseigneur, lui crever les deux yeux avec un tournevis, l'émasculer avec couteau à huîtres, et enfin le présenter aux crocodiles du zoo d'Oslo.
Mais comme je suis un humaniste vivant dans un monde civilisé, je parviens dans un second temps à réprimer cette inclination naturelle pour la loi du talion, et je considère qu'il serait plus acceptable de le jeter au fond d'un cachot humide infesté de rats et de mygales, en le nourrissant exclusivement de krisprolls moisis et d'eau croupie jusqu'à la fin de ses jours.
Un meeting n'est pas un concert.
Heureusement, il reste encore quelques citoyens (sinon, arrêtons tout de suite la démocratie...) qui ne votent pas avec leurs tripes, mais avec leur cerveau.
En 2007, à part les hystériques (j'utilise le terme sciemment) du premier rang, les autres étaient légèrement désabusés, là pour faire le nombre. Tout est médiatique désormais : pensez-vous vraiment que nous allons à un meeting pour connaître le programme d'un candidat. C'est un jeu : montrer qu'on est mobilisé.
Si en plus il faut qu'on tape des mains et des pieds, ça va, ça suffit. A d'autres l'esprit (trop) grégaire.

ps : je précise que je n'étais à aucun de ces meetings. Pas fun cette campagne, vraiment.
Vous savez, DS, à part aller avec des potes et rigoler, ou faire partie des organisateurs, les meetings et les manifs, c'est assez ennuyeux. Surtout qu'on arrive tôt pour être bien placés, et on doit attendre beaucoup, souvent immobiles. Ou bien on arrive plus tard, et on est loin et on manque une partie du spectacle.
On va aux meetings et aux manifs pour la dimension du combat, dans ,tous les sens de l'expression et ça suppose qu'on fasse des efforts.
Le signe qu'on s'y ennuie n'a aucune signification.

Si vous voulez dire que Hollande est plus ennuyeux que Méluche, dites-le honnêtement.
Sincèrement Daniel, vous vous imaginez vraiment une ambiance festive pour soutenir Guimauve-le-Conquérant ?
Dans l'émission sur France Culture 'L'esprit public' de ce dimanche, Max Gallo que tout ramène à Sarkozy lit (un extrait d') un Rebonds (non, c'est un tract!) publié par Libé et signé.... (qui? quelqu'un que vous connaissez, Philippe...) Daniel Schneidermann. Oui. Et qu'est-ce qu'il dit? Des choses horribles sur Sarkozy....Max Gallo n'en peut plus. Dans la même émission " l'historien" parle de la dédiabolisation réussie de Marine Le Pen. L'émission est consultable ou podcastable sur le site de France Culture.
Vous dire, je me suis pas ennuyé hier dimanche parce que, prévoyant le 22, j'ai pris ma gueule de bois dès le 14 avec les copains. Bon, eux ils sont allés tracter puis ont sauté dans un bus pour manger des merguez au bois. Alors j'ai regardé aux lucarnes (y'en avait au moins 3) le sire de Racourcy piquer la place au roi Françoué... Il n'en rate pas une ce nain. Ensuite, je me suis demandé pourquoi ledit roué François ne l'avait pas convoqué sous le chêne de Vincennes, histoire de lui tirer les zoreilles. ça se faisait, jadis, quand on avait des moeurs.
PS. Ce matin sur France Cul yavait Anne Lauvergeon qu'en a mis une soupière entière sur le "clan" de l'Elysée - j'ai même appris que Guéant était un spécialiste de l'atomique... Tss... ça m'a fait oublier hier, à l'esprit public, quand le Mayer-cire-pompe (quand c'est pas mes copains qui causent) a ricané grossièrement (et même pouffé, pouffe qu'il est) quand Bourlanges (ou p'tête bien Gallo le sarkophile) a cité un article récent de notre Daniel sur ledit clan de l'Elysée. Je sais pas ce qu'ils ont entre eux mais chez Mayer, ya de la haine...
Bon... ya plus que 6 jours pleins pour sortir du Carême ou pas (heu, c'est déjà fini... mais je parle de celui qui nous attend si le sire de Racourcy revient)
vous me croirez si je vous dis que j'ai pleuré d'émotion et d'espoir en regardant le début?
http://www.placeaupeuple2012.fr/discours-de-jean-luc-melenchon-au-prado/
Ce que je retiens surtout c'est que les deux " favoris" ont copié Mélenchon.
Plein air, Hugo...

Les gens votent pour quelqu'un qu'on a envie de suivre. Et les deux " favoris" montrent qui ils suivent...
c pas faux
comme je suis de bonne humeur je vous donne le résultat du premier tour :

Hollande : 24 %
Mélenchon : 19,5 %
Sarkozy : 19 % paske ya pas de raison qu'il fasse mieux que chirac 2002
Bayrou, le pen : 10 % plus ou moins
Gaudeamus omnes in domino, diem festum celebrantes sub honore beati Melenchoni boni consilii patris . Amen.
jouissons tous en domino, ce jour de fête célébrons les bons conseils patriotes de l'heureux mélenchon..

chui fort en latin !!
Réjouissons-nous tous dans le Seigneur ! Nous célébrons ce jour de fête en l'honneur du bienheureux Mélenchon, père du bon conseil. ( j'avais le corrigé) Ça nous fera dans les 12/20.
ben pour kelkun ka jamais étudié latin, cépamal:-)
Ouais, mais t'as oublié le "amen". C'est le plus important. :-)
ah oui , amen

"amène", donc ( notre pain quotidien, les offenses de ceux qui, toussi toussa, quoi... )
wouhouuu
Après mûre réflexion, j'ai décidé qu'il n'était pas objectivement possible d'utiliser cette chronique pour taxer DS de mélanchonisme!!

En effet, il me semble plus qu'évident qu'à travers l'aspect soporifique du meeting de Vincennes, c'est en fait la mollitude de la campagne hollandaise qui est visée... ça et l'enthousiasme aveugle accordé par une presse que DS a aimé dans sa jeunesse.

Mais du Mélanchonisme??? yoré t'il le moindre argument objectif??

C'est complètement nul, et ça nuit à la critique anti FDG que l'on pourrait faire d'@si
Comme il y a la " Théologie négative", (Dieu est ce qui reste quand on n'Y croit plus), il y a un mélenchonisme négatif du Maître de céans: Tous sont dénigrés, sauf Un: c'est Qui ?
vous trouvez vraiment en tant que mélanchoniste de gauche que mélanchon n'est pas dénigré sur ce site (même si dénigré est un terme un peu fort)
Un "mélanchoniste de gauche", il est au NPA ou à la CNT !
huhuhu, il y a quand même plus d'écart entre mélanchon et le npa qu'entre mélanchon et hollande

vu de la gauche le programme du FdG n'est pas si radical que ça
Super-cyber-hyper gauche, la gauche de la gauche de la gauche, l'extrême-gauche !
Si j'en crois Onfray (j'ai dit SI), y'a aussi l'ultra-gauche !
Vous savez, ces groupuscules anarco-autonomes nihilistes qui fomentent contre la sécurité de l'état à coups de fromages de chèvre sud-Corréziens et de fruits et légumes macrobiotiques (pardon Didier, je met le ©) ???
Bon, tous sont dénigrés, on est donc sur un site anar.
conclusion un peu hâtive... je dirais sur un site de la vraie gauche mais qui ne s'assume pas
Tant mieux ça serait assumant.
et pourquoi donc?? zavez quelques chose contre la ré commune?
J'en sais rien, j'sais même pas d'quoi on parle.
qu'on m'y reprenne a discuter avec vous....
Pourquoi cher gondalah cette excommunication, alors que vous aviez l'occasion de gagner un lecteur à Lordon qui fait la proposition de la récommune page 169 de son livre Capitalisme, désir et servitude, Marx et Spinoza, l'intitulé du chapitre (pp. 164-172) dans lequel elle est insérée étant: Alors le (ré)communisme! Serait-ce que vous ne sauriez en exposer la pensée ? Ou que vous craindriez la critique que l'on pourrait en faire ? Ou encore que l'on vous rappelle celle de la problématique d'ensemble de Lordon que j'ai sur ce site proposée, sans avoir jusqu'ici rien lu d'opposé ?
denielou ne répondant rien d'intelligible, j'ai décidé de ne pas donner suite...

mais après consultation de vos posts, j'ai constaté que je touchais là à un sujet sensible...
tout d'abords je tiens à préciser que je n'ai lu aucun livre de lordon ( enfin presque puisque j'ai commencé "la crise de trop")... revenez dans deux ans, je serai surement plus apte à vous parler sérieusement de Spinoza.

je ne m'appuie que sur les différentes vidéo trouvées sur le net, ainsi que ses articles du monde diplo

j'ai donc parcouru vos posts, mais n'y ait pas vraiment trouvé de critique du modèle proposé par lordon...

si vous preniez le temps de m'en faire un succin résumé ou de m'indiquer le post qui en parle (sauf si c un débat de citations), je serrais plus que ravi de m'y opposer
Quelques traces de réflexion, peut-être critique, mais plutôt jubilatoire. Ça fait toujours du bien.

Tout est bon, dans le Lordon.
@ gondalah
Ma critique de la problématique de Lordon est en 11:24 12/10/2011 sur le forum "Lordon chez Taddéi". Elle est fondée sur une lecture effective des auteurs cités: Spinoza, Hegel, Marx ainsi que sur celle des deux ouvrages de Lordon mentionnés. La critique du "modèle" de la récommune se déduit de celle du paradigme théorique utilitariste auquel Lordon se confie, non sans devoir pour cela amputer Spinoza de sa pensée de la liberté.
Pour l'avenir, je vous souhaite de ne pas vous contenter de "parcourir" mais de vous efforcer de lire: cela seul vous permettrait de trouver, notamment ce qu'en l'occurrence vous cherchez et, auparavant, vous aurait évité de vous précipiter à soutenir un "modèle" dont vous ne pouvez produire les titres de légitimité. Évidemment cela, comme tout travail n'est pas sans être "quelque peu" fatigant. Mais rien ni personne ne saurait vous dispenser de vous en efforcer.
Je vois mal Lordon piégé par le paradigme utilitariste, mais comme je vous fais confiance, je vais vous lire sur le forum indiqué, sachant que ma réaction prendra du temps, compte tenu du peu de concessions qui est votre marque de fabrique. Merci.
J'ai enfin retrouvé votre critique de Lordon, et je la trouve sévère.Si vous connaissiez comme moi le milieu de ce qu'on appelle pompeusement la "science économique", vous seriez peut-être moins exigeant. Reconnaissez que Lordon lui-même fait montre d'une saine férocité à l'égard de sa discipline d'origine. Il ne prétend pas du tout subordonner la philosophie à l'économie. Il fait tout simplement partie des intellectuels qui ont compris une fois pour toutes que lorsqu'un spécialiste se met à penser, arrive un moment où les barrières de sa discipline volent en éclats: C'est ce qui effraie tant les esprits faibles, en économie ou ailleurs. L'économie comme discipline n'existe qu'à la condition d'esquiver des questions qui, en la dépassant, la constituent: Qu'est-ce qu'un besoin, qu'est-ce que la rationalité, qu'est-ce que la monnaie, etc. Même chose en math: qu'est-ce qu'une preuve,qu'est-ce que l'infini...En ce sens, Lordon est tout sauf un esprit faible. Il n'est peut-être pas philosophe, mais il n'est plus ce spécialiste qui sait de plus en plus de choses sur un domaine de plus en plus étroit, et à la limite sait tout sur rien. Je ne peux pas vous répondre sur Spinoza, de tous les grands penseurs celui qui m'est le plus hermétique. J'espère cher Germain Rital, que les réactions d'ados demeurés qu'il vous arrive de provoquer vous font sourire.
Votre exigence sur l'essentiel ne manque jamais de lester votre indulgence quant au casuel: tant politique qu'intellectuel. Voilà ce dont votre présent commentaire permet de s'aviser - et de mesurer en tous les autres par conséquent.
quel chaleureux happy end... que de bons sentiments, quand le profs d'éco et le profs de français conviennent tout d'eux qu'ils sont au dessus du débat... une cuillère à café de leçon de morale, deux cuillère à soupe de rhétorique...

C'est quand même bien vous deux qui m'avez apostrophé en premier, qui vous êtes montré pédant voire insultant... je me creuse mon maigre cerveau pour comprendre quels motifs vous dispensent de courtoisie sur ce forum... peut être êtes vous les parents de DS

En tout cas malgré vos pinaillage "intellectuels", je vais continuer à m’intéresser à Lordon qui va au bout de sa réflexion sur le monde et les relations humaines... et pour le coup ça apporte quelque chose au débat

je vous laisse donc (pas très longtemps certainement, l'espièglerie me démange) à vos passions en vous suggérant de ne pas vous laisser déborder par vos affects tristes, qui vous poussent à tant de suffisance...
Je vous présente mes plus plates excuses pour ce manque de respect dont je n'ai aucun souvenir.Praesta, quaesumus, omnipotens deus: ut animam famuli tui gondalah sacerdotis in congregationejustorum aeternae beatitudinis jubeas esse consortem. Amen.
quid deprecarentur cum est innocens... quam vocant sapiens qui mansit cum dialogo?
Ça va les chevilles?

Toutes les explications que vous avancez ont l'air de vous tenir à cœur, mais de mon point de vue vous chipotez... Vous devriez regarder l'émission "dans le texte" dont Gemp vous donne le lien ci-dessus...

Lordon y explique comment il a souhaité réactualiser la théorie de Marx, par le prisme spinoziste, par opposition semble t-il au libre arbitre de Descartes...

Cela doit vous sembler très terre à terre, mais l'idée que l'on soit aliéné, et parfois même de manière joyeuse, au capitalisme, expliquerait bien des choses...

Alors Lordon se sert de Spinoza...trop ou pas assez... Moi je dirais juste assez
Je vous rappelle que Spinoza croyait en dieu... Lordon doit t-il se baptiser panthéiste pour gagner en crédébilité à vos yeux......

Bref, je serai ravi de reprendre ce débat avec vous, le jour où vous aurez quitté votre état lévitatif... pour cela il vous faudra discuter à coup d'idée et non de citation
Pas de mauvais procès Gondalah, Germain Rital utilise les citations à bon escient.
Après tu as le droit de ne pas être d'accord et de ne pas supporter son style.
Moi, je ne supporte pas le tien. J'ai le droit aussi.
Germain Rital est peut être pertinent, il n'en est pas moi puant... Mais vous... Qu'apporter vous au débat?
Puant ? Pas de fausse modestie, Gondalah, tu le vaux bien.
Vous avez pique ma curiosité... Je v rechercher ce qui me vaut tant d'animosité... Quant je serai rentre du parc
Je ne t'ai rien piqué du tout. Pas d'accusation gratuite. Ceci pour t'éviter des recherches inutiles et te laisser profiter de ton parc.

Désolé pour les contributeurs d'avoir coupé une intéressante discussion sur Spinolordon, je voulais seulement signaler un abus de langage.
[quote=gondalah](16:20 18/04/2012) Germain Rital est peut être pertinent, il n'en est pas moi puant...
Le lapsus est éloquent: la sanction fut donc dans l'expression. Ce qui, par précipitation, a échappé à l'attention de AA, lequel néanmoins, fût-ce malgré lui, démontre ainsi* l'égale "pertinence" de Descartes (gare à la précipitation!) et de Freud (gare au lapsus!) pour une bonne conduite dans les forums.

**voir son 16:41 18-04-2012
clap clap clap... vous qui semblez ne jurer que par les auteurs anciens (ce que je ne remet pas en cause)... j'en connais un, aux alentours du 17ème qui vous aurait particulièrement apprécié...

Bref... je ne publie que depuis quelques semaines sur le forum d'@si, il me reste donc à prendre connaissance de ces règles implicites qui m'avaient échappé.

La prochaine fois que môssieu Rital s'adressera à moins (pardonnez moins, je les confond toujours), s'il juge mes viles oreilles dignes de recevoir ses paroles, je saurais que je dois accepter sa condescendances comme signe évident de sa supériorité sur moi dans le cirque monarchique du forum d'@si... pitié retenez désormais votre bouledogue alcoolique...
Cher Germain Rital, ton regard perçu n'a d'égal que ta langue pointant.
Quand on lui pose la question (en conférence à laquelle j'ai assisté), Lordon répond qu'il tient le paradigme du don tel que relevé par Mauss comme le système le plus susceptible de pacifier les échanges, de modérer les tentations de puissance, etc., celui qui idéalement devrait remplacer notre pensée utilitariste, précisément.
Du coup, je crains que votre vision d'un Lordon adepte du tout économique utilitariste (ou progressiste) ne soit déformée - voire tirée par les cheveux.
L'essai sur le don de Marcel Mauss est en effet aux antipodes de tout utilitarisme, donc du libéralisme: Il constitue en effet une destruction en règle de l'"homo oeconomicus" sans lequel aucune des propositions libérales ne peut tenir. En revanche, la thèse d'une pacification de l'échange par le "don de rivalité", ou potlatch, est une contradiction dans les termes. Y a du débroussaillage à faire. A mes lectures.
Pacification relativement à la guerre de tous contre tous actuelle et induite dans le capitalisme libéral.
Ça ne vaut pas dire société pacifiée dans l'absolu - chose impossible, il y aura toujours des tensions - simplement on cherche le système de moindre tension, le paradigme du don semble alors un bon candidat.
Gros problème de longueur d'ondes.( je suis en train de réécouter Lordon, qui me paraît limpide). La démarche de Mauss - de Marcel comme du Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales - ne consiste pas à confronter divers types d'échange pour choisir le plus paisible, mais à faire l'archéologie de l'échange gràce à l'ethno-anthropologie, pour mettre en lumière la violence extrême de l'échange archaïque qu'est le don: Celui-ci implique en effet une triple obligation ( donner-recevoir-rendre) dont la violation hante l'humanité ancienne, donc la notre: La fée carabosse qu'on a oublié d'inviter, oubli qui provoque des catastrophes.Ce que Mauss dit, c'est que notre échange moderne, qui pense en avoir fini avec la violence du potlatch gràce à la monnaie, n'a fait que la refouler. Le cadre sup qui achète une BMW se persuade que c'est rationnel ( prix de revente, sécurité, confort, etc.) alors qu'ilest, comme les indiens Kwakiutl, en plein potlatch. C'est exactement ce que j'entends ence moment même de la bouche de Lordon.
Je rappelle que je rapporte ce qu'avait dit Lordon à partir de Mauss, entendu en direct - je ne cherche pas à faire ici un cours sur Mauss lui-même.

Il se trouve que la violence du système économique actuel n'a plus rien de refoulé, et dépasse largement, concrètement, la violence symbolique du don qui oblige.
Il n'y a aucune contradiction entre la violence et son refoulement, bien au contraire.
Les gens qui étouffent dans des emplois froids, répétitifs et sans objet, pointent à Pole Emploi, voire qui crèvent de faim, c'est pas du refoulé, ou en rapport avec un refoulement, ou encore avec du symbolique, c'est de la violence subie directement, clairement, c'est ce qui est contenu dans "violence économique actuelle" que j'emploie plus haut.
Si la violence était en pleine lumière, il y a longtemps qu'on aurait changé d'époque. Parmi les gens que vous évoquez, beaucoup vont voter Sarkopen... Si c'est pas du refoulement...
Oui et non.
Tout peut dépendre aussi sur quoi on reporte les responsabilités de la violence qu'on subit.
Là, ce sont les idéologies et les croyances qui prennent le relais - mais la violence n'est pas forcément déniée, ou ignorée consciemment pour autant.
marrant d'être à la fois en accord et en désaccord; Vive les fora. (un forum, des fora; un agorum, des agora.)
Après mûre réflexion, j'ai décidé qu'il n'était pas objectivement possible d'utiliser cette chronique pour taxer DS de mélanchonisme!!

En effet, il me semble plus qu'évident qu'à travers l'aspect soporifique du meeting de Vincennes, c'est en fait la mollitude de la campagne hollandaise qui est visée... ça et l'enthousiasme aveugle accordé par une presse que DS a aimé dans sa jeunesse.

Mais du Mélanchonisme??? yoré t'il le moindre argument objectif??

C'est complètement nul, et ça nuit à la critique anti FDG que l'on pourrait faire d'@si !!!
Ce que je retiens surtout c'est que les deux " favoris" ont copié Mélenchon.
Plein air, Hugo...
Et sinon vous êtes au courant que dans d'autres pays, comme aux USA par exemple, les meetings en plein air ça se fait depuis des dizaines d'années ?
En Papouasie Nouvelle Guinée aussi.
Et alors?
Et alors, dès lors, affirmer que Mélenchon est l'inventeur de la méthode alors qu'un des plus grosses démocratie mondiale l'utilise depuis au moins 50 ou 100 ans, c'est se moquer du monde.
Un peu comme si un des candidats se voyait décerner le titre d'inventeur de la campagne en ligne alors qu'Obama a tout misé dessus lors de son premier mandat.

Les deux autres n'ont pas copié Mélenchon, c'est le trio qui a copié ce qui existe hors de France, point barre.
Bonjour,
Il n'y a donc jamais eu de meeting plein air en France? même pas une vague tradition? Ca vient forcément des USA?
Querelle débile.
Ah, tiens, si!
http://www.ihscgt76.fr/blog/wp-content/uploads/2010/02/Jaures_Pre-St-Gervais.jpg
je n'ai pas dit que Mélenchon était l'inventeur d'une méthode qui existait bien avant la télé, le zénith ou le stade de france.
j'ai simplement fait remarqué qu'il a impulsé un type de meeting que les 2 autre se sont empressés de copier, dans leur folle course à l'échalotte
On se vautre manifestement dans le culte de la personnalité le plus infantile. Mélenchon ceci, Mélenchon celà...Ah ! Si on pouvait revenir à l'avant-Mélenchon, quand le débat politique français se déroulait sereinement à des hauteurs intellectuelles inouïes, grâce à des médiacrates libres et non perturbés...
N'en fais pas trop;-)
gamma
Je perds mon sens du dosage quand l'échéance se rapproche.
Ne perds pas ton temps, Habib. Il y a des anti mélenchonistes aussi stupides, rancuniers, sectaires et ne comprenant pas ce qu'ils lisent que des mélenchonistes. les autres sont pour le Front de Gauche, le peuple et l'humain d'abord.
Pour le coup, j'ai plutôt le sentiment que le forum d'asi devient une secte melenchoniste. Ou plutôt un fan club, avec une absence totale de recul, une agressivité systématique envers tout ce qui est perçu comme troll car non melanchonien pur jus et un recyclage cheap des paroles ou "éléments de langage" du grand homme.
Le montage vidéo censé démolir Onfray (pour qui je n'ai aucune estime et bien avant son antimelenchonite) me fait penser à ces argumentaires de fans de chanteurs malmenés. En gros, il y a des types qui boivent les paroles de Melenchon comme du petit lait, qui archivent bénévolement tout ce qu'il a pu dire ça et là pour l'absoudre de tous les péchés dont on l'accuse.
Ce que j'attends avant tout de la gauche, c'est un regard critique.
Que cela ne vous gêne pas que Melenchon soit ami avec un des pires inspirateurs de ce gouvernement "raciste et xénophobe" (Poutou hier), je ne comprends pas. Ce n'est pas d'ailleurs la première fois qu'on observe une complaisance de la part de Melenchon vis à vis des plus pourris, à opposer à sa brutalité méprisante à l'égard de plus fragiles.
Ce mélange aussi d'autoritarisme et de sentimentalité (d'où ma comparaison avec le général Boulanger) qui vous séduit apparemment doit expliquer ce comportement de fans.
À mon avis, il y a pas mal de choses qui font que Todd ait pu juger Melenchon comme un "gugusse".
Poisson soluble, encore une fois, la seule méfiance qui vaille est celle qui sait aller jusqu'à se méfier d'elle-même. Personne ne vous reprochera votre regard critique. En revanche, on pourra vous reprocher de ne l'exercer qu'à moitié.
Le fait que Poutou relaye au quart de tour l'attaque de l'immense Bourdin, de radio-beauf alias RMC, ne vous pose visiblement pas le moindre problème.
Non, en fait Poutou n'a pas spécialement parlé de Melenchon lors du débat d'hier, mais du gouvernement, avec les qualificatifs que je reprends entre guillemets.
Tout beauf soit-il comme sa radio on est d'accord, il n'empêche que Bourdin a posé une vraie question, parce qu'elle a permis de voir les limites de Melenchon (en plus de son embarras). Savez-vous qu'au PC, melenchon, ça coince pour beaucoup, pas seulement en raison de son vedettariat on va dire.
Concernant le montage Onfray/Melenchon: les précisions de melenchon ne démentent pas toujours ce qui lui est reproché. De plus, Melenchon a eu une (longue) vie politique, alors si on reprend des archives, faut reprendre toutes les archives.
Si Sarkozy est réélu, Melenchon a peut-être une chance d'être invité une deuxième fois à l'Elysée, lol.

Ok, je sors.
ne serait ce que pour ne plus voir sa g...., ne plus l'entendre massacrer notre langue sont des raisons suffisantes pour n'importe quel électeur doué d'un peu de raison de ne pas voter pour les sortant qu'on va sortir. Enfin.
Savez-vous qu'au PC, melenchon, ça coince pour beaucoup, pas seulement en raison de son vedettariat on va dire.

Non, je ne sais pas. J'attends avec grand intérêt vos précisions à ce sujet.
Ça coince parceque Mélenchon est un intello, et que toute l'histoire du PCF se résume à une chasse à tout ce qui pense.
Votre affirmation d'un simplicisme confondant n'est pas une réponse à ma question.

Poisson Soluble a fait une affirmation claire et nette.
Eh bien, maintenant qu'il la justifie par du factuel.

Alors on attend la réponse de Poisson Soluble.

Alors on attend la réponse de Poisson Soluble.


http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20110623.OBS5725/pourquoi-le-pcf-a-choisi-melenchon.html
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/melenchon-et-le-pcf-s-unissent-dans-la-douleur_1001409.html
http://www.marianne2.fr/Melenchon-craint-d-etre-lache-par-le-PCF_a204180.html

Etc., etc. Mais bon, j'imagine que c'est le complot des éditocrates et de la presse bourgeoise.

Mais bon, ça a été aussi la réalité des débats internes au PCF (+ comité Valmy et j'en passe):

http://lepcf.fr/Melenchon-ou-le-piege-presidentiel

Ok, Mélenchon apporte un certain vernis intellectuel au PC Mais sa personnalité reste tout de même problématique. Je le perçois un peu comme un Sarkozy de gauche (rappelez-vous le vernis guaino-finkelkrautien de ce dernier en 2007).
Tout ça, c'est connu, c'est du réchauffé. Je croyais que vous aviez des infos récentes.

C'est bien la peine de faire de grandes annonces.
Ce que je peux dire, c'est que son genre ne plaît pas à tous les communistes. En même temps, Mélenchon est une bénédiction pour le PCF (et pas seulement), je veux bien le reconnaître.
Mélenchon est à André Gérin ce que le carosse est à la citrouille. Je sais, c'est méchant, mais c'est plus fort que moi: Non seulement je suis viscéralement anti-communiste, mais je suis viscéralement mélucholâtre. Mystères de l'alchimie politique...
Il est vrai qu'en face de Mélenchon les intellectuels qui se sont engagés au côté du PC au XXe siècle font pâle figure...

Oh no! Je me rends compte que Causeur est d'accord avec vous: je ne suis qu'un stalinien totalitaire.
Remarquable papier du sieur Nico, rédacteur en chef de "Causeur", que je ne connaissais pas. Merci pour le lien, qui va direct en marque-pages.
Savez vous que le PC l'a choisi pour le représenter ?
Le montage vidéo censé démolir Onfray (pour qui je n'ai aucune estime et bien avant son antimelenchonite) me fait penser à ces argumentaires de fans de chanteurs malmenés
???
Euh, moi je suis Belge et personne n'attend de moi que je prenne position pour vos Présidentielles.
Je trouve indigne de la part d'Onfray de multiplier les approximations (déformations plutôt) et par rapport au fond des idées, la manière dont le montage "réponse" a été construit me réjouit : il est tout sauf agressif, il tente de dépasser les caricatures et de mettre en lumière la complexité de certaines références. (Ce qui est le minimum quand on prétend réfléchir, non ?).
Je maintiens qu'il est impossible qu'Onfray soit honnête dans ce rôle-là. Et ça me parait d'autant plus bizarre que, pour ce que j'en sais, il tient beaucoup à son image d'extra-lucide éclairé : sur ce coup-là, il a perdu une sacrée partie de sa crédibilité d'intellectuel.
(Et je n'ai toujours pas pu accéder à l'émission de Taddéi de mardi dernier dans laquelle Judith Bernard était invitée, en dehors de l'extrait publié par le Front de Gauche : Je ne vois pas comment il pourrait ne pas être d'accord avec l'intervention de Judith Bernard
http://www.placeaupeuple2012.fr/michel-onfray-remis-en-place-par-judith-bernard/ )

(Epatante Judith :-) )
Judith a été excellente, c'est vrai, même si face à des interlocuteurs aussi caricaturaux (moi qui n'aime pas Mélenchon, j'étais content qu'elle prenne sa défense), il n'était pas trop difficile de briller. L'angle d'attaque choisi par Onfray pour disqualifier Mélenchon est bizarre, faible; Mélenchon et son programme sont critiquables sur d'autres points plus sérieux.
il n'était pas trop difficile de briller
Ouais.
Fallait quand même tenir tête et maintenir la cadence du débit pour avoir une chance de développer une idée :-)
Je crois que ce que je préfère chez Judith, c'est la précision de son vocabulaire, même dans l'urgence.


L'angle d'attaque choisi par Onfray pour disqualifier Mélenchon est bizarre, faible
Je ne comprends pas bien non plus sa technique.

A propos d'Onfray, quelqu'un du coin aurait déjà lu son Camus ?
Pas très envie de contribuer à nourrir son compte en banque, même si j'ai lu quelques critiques assez positives (à ce reproche récurrent près que Camus est plus ou moins le prétexte d'un autoportrait)
Camus par Onfray

à ce reproche récurrent près que Camus est plus ou moins le prétexte d'un autoportrait : c'est pas tout à fait un petit reproche concernant quelqu'un qui est censé d'abord faire de la philosophie… :o) )
Nouvelle saillie d'Onfray dans Le Monde :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/17/pourquoi-il-est-possible-de-s-abstenir-ou-voter-blanc_1686639_3232.html#xtor=AL-32280308

Comme on dit ici, vous n'êtes pas obligés !
Pfiou !
Il ne serait pas là aussi plus ou moins dans le registre de l'autoportrait ? :-)
Autoportrait/Philosophe


c'est pas tout à fait un petit reproche concernant quelqu'un qui est censé d'abord faire de la philosophie… :o) )

Ce n'est pas incompatible (cf Montaigne, Nietzsche, etc.). OK, ce n'est pas tout à fait la même catégorie.
C'est la différence entre faire son portrait pour en faire de la philosophie, et faire de la philosophie pour en faire son portrait ! :o)
J'étais prête à lui accorder le crédit d'avoir été séduit chez Camus par différents aspects auxquels il se serait identifié.
Ca ne me semblait a priori pas une tare gravissime. J'étais toute prête à espérer des qualités littéraires.
Mais bon, là, j'en ai ma claque d'Onfray :-)
Pompastel,

Son réquisitoire contre Freud (qui était en gros pour Onfray un homophobe et un antisémite) était du même niveau d'honnêteté intellectuelle (et pourtant, j'étais disposé à lire quelque chose d'intéressant contre la psychanalyse).

Chavez/Mélenchon et mon feeling là-dessus: je ne soupçonne pas trop Mélenchon de complaisance vis-à-vis de certaines dérives de Chavez mais bon, je ne peux m'empêcher de l'imaginer, une fois élu président de la République, nous faire part de ses vues originales sur n'importe quel sujet pendant des heures à la TV, avec des acolytes riant à la moindre de ses saillies ou au moindre de ses bons mots. Il aime trop s'écouter parler, Melenchon... Il n'y a pas ce rapport narcissique au verbe chez Arthaud ou Poutou.
Il aime trop s'écouter parler, Melenchon...

On peut aussi être reconnaissant à des personnes publiques quand elles prennent la peine de s'exprimer avec le souci de la langue.
Comment serait-il arrivé à se faire entendre s'il n'avait pas été au moins aussi malin que le système ?
Le système électoral contraint les candidats à se vendre, je ne vois pas comment résoudre cette équation...
C'est bien poisson soluble, d'être à ce point allergique au sectarisme. Ça vous immunise contre toute tentation de NPA ou de LO.
Il aime trop s'écouter parler, Melenchon... Il n'y a pas ce rapport narcissique au verbe chez Arthaud ou Poutou.

Un peu lyrique, mais attachant :
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/marseille-et-comme-l-esperance-est-114875
L'avis de Quatremer qui se promène dans la presse belge : "Mélenchon n'est pas un démocrate"
http://www.lesoir.be/debats/chats/2012-04-17/quatremer-melenchon-n-est-pas-un-democrate-909513.php
Je décode bien l'idéologie qui sous-tend sa première réponse, mais au cas où, quelqu'un aurait des infos sur le passage à propos du "service public de l'information" souligné par Quatremer ?

L'avis de Quatremer qui se promène dans la presse belge : "Mélenchon n'est pas un démocrate"

[www.lesoir.be]

Je décode bien l'idéologie qui sous-tend sa première réponse, mais au cas où, quelqu'un aurait des infos sur le passage à propos du "service public de l'information" souligné par Quatremer ?


Quatremer est un menteur. Mélenchon, interrogé par Acrimed, définit le service public de l'information tel qu'il serait si les propositions du Front de gauche étaient adoptées. Ce service public ne serait pas un monopole puisque Mélenchon évoque, à côté, des mesures concernant le pôle privé.
On voit au service de qui est Quatremer quand il évoque le contrôle des mandats de Mélenchon ou Hollande, mais pas ceux des mecs de gauche. Quand il dit que Mélenchon n'est pas démocrate parce qu'il s'en prend à la presse il montre toute sa connerie. Mélenchon est le seul qui défend les journalistes précaires et ceux du bas de l'échelle, majoritaires dans les rédactions. C'est le seul qui défend l'indépendance des rédactions. Alors dire que Mélenchon est contre la presse sous prétextes qu'il rentre dans le choux des éditocrates, c'est vraiment se situer du côté des mêmes éditocrates et des patrons de presse.

On voit au service de qui est Quatremer quand il évoque le contrôle des mandats de Mélenchon ou Hollande, mais pas ceux des mecs de gauche.

Comme on dit, le lecteur aura rectifié de lui-même. Je voulais dire "mais pas ceux des mecs de droite".
Lapsus volontaire ?
gamma
Pourtant ici on avait fait de Quatremer un héros lors de l'affaire DSK...
Ce type est complètement hystérique et insulte quiconque n'est pas de son avis.
À propos, Melenchon a été très digne au sujet de DSK.
Ah, merci Dominique.
Quatremer est idéalement placé pour savoir que son Europe adorée n'est que le cache-sexe du fanatisme ultra-libéral. Mais il ne peut le reconnaître, car ce serait avouer l'échec de toute une vie: Sa haine de Mélenchon est donc vitale pour lui. Il finira psychopathe, c'est déjà commencé.
je ne peux m'empêcher de l'imaginer, une fois élu président de la République, nous faire part...
bla bla bla...


des élucubrations tout à fait inintéressantes et mêmes déplacées sur un site comme @si (à mon avis), et qui appellent à citer cette fameuse sentence bien de chez nous:
"si ma tante en avait on l'appellerait mon oncle".

Et si on se contentait de faits???

sur ce coup-là, il a perdu une sacrée partie de sa crédibilité d'intellectuel.


S'il a fallu attendre Mélenchon pour qu'il perde sa crédibilité intellectuelle... Ça fait bien longtemps qu'il n'en a plus et d'ailleurs en a-t-il jamais eu?
C'est le côté fan: j'imagine que s'il avait milité en faveur de Mélenchon, les mêmes qui le descendent ici l'auraient trouvé très bien.
C'est très probable, en effet, mais en même temps, s'il avait milité en faveur de Mélenchon, ce ne serait plus tout à fait le même Onfray, ou Mélenchon ne serait plus tout à fait le même Mélenchon, et si ma tante en avait …
Personnellement je préfère qu'il ne le soutienne pas, j'ai un contentieux avec lui depuis l'histoire de l'ultra-gauche. Donc personnellement je n'aurai pas pu le trouver très bien. Je lui préfère Paul Ariès. Gaffe, paulo, t'as pas de doublure à ta veste !
Je suppose que quand il a soutenu Siné, vous lui aviez donné un bonus.
Rien lu d'Onfray, sinon ses éditos indigestes à la Philippe Val dans Siné Hebdo et son "argumentaire" (condensé) sur Freud, absolument nul.
Non, j'ai donné un malus à Siné pour lui laisser une tribune dans son journal.

Onfray s'est plus franchement discrédité depuis quelque temps, mais je peux te dire qu'il n'y a pas si longtemps, oser critiquer Onfray, dans ma famille* comme parmi mes amis, alors que je n'ai lu aucun de ses bouquins, c'était faire preuve d'une méconnaissance du sujet caractérisée ! Critiquer Onfray c'était critiquer les universités populaires et l'idée même de l'éducation populaire, c'était défendre ce salaud de Freud, …

* C'est dans ma famille que j'ai appris que J-M Ayrault voulait rapatrier Onfray à Nantes. Tous applaudissaient des deux mains, sauf un, qui visiblement n'était pas de la même paroisse !
En même temps, Onfray n'est-il pas représentatif de ce que nous sommes au fond, des types de gauche derrière leur écran, réduits à l'impuissance et aux errements de la pensée, pris dans des affects généraux et provisoires au gré de l'actualité, et condamnés à distribuer des bonus et des malus, tantôt à l'un, tantôt à l'autre?
Le vide de ses bouquins qui prolifèrent semblable au vide de nos posts proliférants.

Bon, ça c'était la phase dépression après la phase maniaque qui a consisté à passer toute ma journée sur ce forum, lol.
C'est si dur que ça de bosser au 3° étage du 59 avenue de Ségur avec Manuel ? Je compatis. :-)
C'est le côté fan: j'imagine que s'il avait milité en faveur de Mélenchon, les mêmes qui le descendent ici l'auraient trouvé très bien.

Je ne sais pas si cette remarque s'adresse aussi à moi... Dans ce cas, je suis personnellement le contraire d'une fan et c'est la manipulation des idées qui m'intéresse. (Et me navre).
Je ne dénie à personne le droit d'avoir des opinions, des ressentis, des convictions. Je suis ulcérée quand les méthodes d'argumentations sont déloyales.
Ce n'est pas du tout la même chose.
J'ai eu les mêmes états d'âme à propos de certaines entreprises de démolition de BHL, de Zemmour ou de "la" religion : quand les argumentaires ne sont que des blocs d'émotions agressifs qui ne démontrent rien, ça m'exaspère tout autant.
Et, contrairement à ce que quelques-uns en ont déduit à l'époque à mon sujet, ça ne dit rien d'engagements personnels, sinon par rapport au souci d'une forme de loyauté à l'idée que je me fais des confrontations d'arguments.

S'il a fallu attendre Mélenchon pour qu'il perde sa crédibilité intellectuelle...
Voila une phrase qui pose son homme et qui le place au dessus de la mêlée des benêts qui se rappellent avoir éprouvé du plaisir à lire par exemple "Le désir d'être un volcan".
Certains citent Hugo, d'autres Camus, mais Daniel, lui, cite visuellement "La Mini Sellerie". Comme d'habitude, sans créditer l'image, parce que hein, il ne faudrait pas en plus respecter l'éthique de base.
http://www.minisellerie.com/product_info.php?products_id=708&osCsid=4c0749caced3c93e5646a2cc3e0a17bd

Un de ces jours je vais lancer un site de photos, que je légenderai avec des chroniques de Daniel. Sans indiquer d'où vient le texte.
[quote=Daniel Schneidermann]On écoute patiemment un discours décousu et sans élan.
Il est deux manières d'appréhender les choses: faits, objets ou, comme en l'occurrence discours: soit en s'y confiant totalement à ses (res)sentiments, soit en les réfléchissant, les décryptant au même titre que ce qui les a provoqués. Il faut regretter que la nuit n'ait pas conduit le matinaute à préférer la seconde façon de considérer l'événement à l'emporter sur la première. Car sans apprécier particulièrement la rhétorique d'estrade, et n'avoir jamais adhéré à aucune orientation politique partisane, tout en craignant autant sinon plus qu'en espérant en l'avenir promis par le candidat favori, il me semble que le discours de Hollande à Vincennes n'est pas du tout "décousu et sans élan". Il y a rappelé les trois axes majeurs de sa politique: réforme fiscale, renégociation de la politique économique européenne, promotion de la jeunesse. Chacun des trois sera difficile à actualiser et requerra un engagement allant bien au-delà d'un simple bulletin de vote: il comporte des dangers, internes et externes, à ne pas sous-estimer et qui font de son projet autre chose qu'un simple aménagement de ce qui existe actuellement. Dangers car il ne s'agit pas ici de purs souhaits comme peuvent en formuler des candidats pratiquement assurés de n'avoir pas à soumettre leur "radicalité" à l'épreuve de la réalité. On conçoit que le matinaute préfère ne pas les envisager et se contenter de faire s'équivaloir dans l'inintérêt les projets politiques opposés de l'encore actuel président et du prétendant. Mais cela est d'une bien piètre "neutralité"...
« Car, aveu, j'y étais, »
Non ? Il y était !
« Pour voir. » ...
Ouf ! On a eu peur. Daniel Schneidermann groupie de François Hollande, ça le faisait pas !

Loin du podium, grognon, guettant l'averse, mais quand même y être pour « en prendre ma petite part » (de la « victoire historique qui s 'annonce »).
Judith Bernard est allé au meeting de Mélenchon à la Bastille et Daniel ?
Ah bon, y'avait des bourrins à Vincennes ?
Chez toi,tu t'es mis devant ton écran pour voir ce que la presse t'annonçait comme un moment décisif.(La météo n'était guère propice aux balades.) D'abord,tu as compris que le sortant avait grillé la politesse à l'autre dont le discours serait différé... Sur ITELE,pendant qu'Hollande parlait ,défilaient sous l'image des phrases de l'autre. Alors,tu as changé de crèmerie..
.Ne pouvant être présents,des millions de gens ont fait comme toi .Ils ont été contents d'apercevoir Bedos, Ribes,Higelin,Biolay et beaucoup d'autres.Ils ont entendu et compris les appels du candidat.Mais peut-être sont-ils stupides puisqu'on leur dit aujourd'hui que ceux qui avaient la chance d'être sur place s'ennuyaient...
Il y a des jours où tu ne te sens plus dans le coup.Il te reste ton bulletin de vote...
François Mimoumidur (patapé DUF !) est faire pour lire de discours comme moi pour dire du bien des mélench... (patapé, gondalah !)

Il braille, il est à deux doigts de l'enrouement.

Autrement moi, hier, je me suis pas ennuyé. Pas comme DS. J'ai rencontré, entre autres, une jeune graphiste qui écume les vide greniers pour trouver des vieux bouquins qui l'inspirent, et des lesbiennes sympa pour un anniv' de gens que je connaissais pas autrement que par UN mail. l'une d'elles m'a parlé d'un SEL que des gens montent dans un pays voisin. Je m'y suis inscrit.

Des rencontres, de la vrai action à quelques-uns et pas à cent mille : elle est pas belle la vie ?
Les oeillères du sceptique-critique donnent telles une vue et une ouie plus perçantes que celles du journaliste de Libé ?

Petite histoire (que les laïques n'y voient aucune "tentation" de prosélytisme) :
Autrefois, dans une église villageoise, le curé fit, du haut de sa chaire, un sermon tellement émouvant que tous les fidêles, hommes, femmes, enfants pleuraient à chaudes larmes. Sauf un qui restait impassible, quasi indifférent. A la sortie, de lui demander pourquoi il n'avait pas été ému par ce prêche si prenant : "Je ne suis pas de la paroisse" !
Dur métier que celui de "décrypteur"des médias...Difficile exercice que celui de parler du "fameux duel"des "secontouristes" désignés des sondages se livrant bataille en plein air par meetings interposés, sans citer une seule fois le Front de gauche et ses meetings forcément peuplés de fans hystériques ou de curieux en quête de dépaysement à peu de frais...
Vous auriez pu, Daniel, au vu de votre partenariat avec Médiapart, citer "l'excellent"travail journalistique réalisé par les deux envoyés spéciaux au meeting de Marseille sur les plages du Prado, qui titrent "au meeting de Mélenchon à Marseille, la tentation du vote utile"...
Un titre étant forcément accrocheur, il se devait de l'être et a déclenché une vague de commentaires des "votutilistes", qu'ont tenté d'endiguer sans succès, les auteurs de l'article, d'autres membres de la rédaction et le "grand patron" lui-même...
Mon petit doigt me dit qu'il pourrait en être de même sur @si, car visiblement vous avez des loisirs dominicaux sélectifs, ce qui est votre droit en tant que citoyen, mais qui au vu de votre silence sur des week-end précédents (Bastille, Capitole, Prado), me laisse perplexe quant à votre faculté d'analyse du traitement médiatique de la politique en général et du FdG en particulier...
Mon commentaire n'a bien évidemment pour seul but de générer une foule de commentaires contradictoires (c'est la démocratie) et d'assurer à votre chronique le succès qu'elle mérite...

Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !
Moi je ne comprends pas pourquoi Libé ne parle pas de cette interview...
Personnellement j'étais le 19 mars à la Bastille (du moins j'ai évolué dans une foule dense de Nation à Bastille...) je peux vous dire que j'ai vécu tout autre chose mais passons... plus personne n'est à convaincre sur l'état d'esprit des meetings du front de gauche...

Ce qui m'a révoltée hier (pourtant Hollande n'est pas mon candidat de premier tour comme vous l'aurez deviné) c'est cette arrivée en trombe de Sarko à 15h29 pour lui griller la priorité sur les chaînes d'info continue !

J'ai pensé qu'une telle bassesse aurait été relevée en tant que telle par les commentateurs (ce n'est plus seulement une question de forme) c'est la TRICHERIE comme dernier retranchement au vu et au su de tout le peuple de France (puisqu'on nous avait bassinés depuis des jours avec Hollande à 15H30 - Sarkozy à 16h).

Nous avons tout connu pendant ces 5 longues années mais là, ce petit Sarko -dans tous les sens du terme- a montré jusqu'à quelles profondeurs jusqu'à quelle bassesse, il était prêt à descendre !

Grotesque, dérisoire, indigne !
François Hollande fait vibrer l’esplanade en assurant que "cette France, toute cette France, ici elle est rassemblée" (Libé.fr).
L'esplanade a vibré sous ses pieds et DS ne s'en est même pas rendu compte !
Qu'est-ce qu'il lui fallait ? Un séisme, un cataclysme, pour qu'il daigne convenir des pouvoirs du démiurge du PS ?
Ah oui bien sûr, les gens vont aux meetings de Jean Luc à pied, que dis-je, en marchant sur les mains pour écouter l'oracle, le tribun unique de cette campagne. Non mais franchement, M Schneidermann, je vous aime bien, je vous kiffe comme disent les jeunes, j'applaudis des deux mains devant le courage qu'il vous a fallu pour monter ce site, avec quelques autres. Mais un peu de recul, que diable! Je ne voudrais pas qu' @rrêt sur images devienne le Figaro de Sarkozy ou le Libé de François Hollande.
Oui, il y a de la ferveur dans les meetings de Hollande, ses discours sont généralement bien écrits ne vous en déplaise. Méluche cite Hugo, lui cite Camus. Pour moi qui hésite encore à 6 jours du premier tour, ce n'est pas avec les meetings que je vais me décider en fin de compte.
Bonjour
Une question Daniel, avez-vous questionné vos voisins de meeting ?
Parce que si l'on en croit Rue89 et Médiapart, les participants aux meeting de soutien des candidats ne votent jamais pour eux, ils ont un gros doute sur ses paroles.
Ah on me dit que ça ne vaut que pour les meeting de JLM.
Je me pose la question de savoir si les participants s'ennuient aussi ferme aux meetings de Melenchon ? Ayant participé à son premier de campagne je ne l'ai pas vécu ainsi.
L'envoyé spécial sur le terrain notait premièrement le FROID, qui rendait transi quiconque faisait quelques minutes de sur-place ! (tout le monde n'était pas venu avec son habit polaire).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.