37
Commentaires

Suicides : quid des policiers féminicides ?

Chaque année, les décomptes des suicides au sein des forces de l'ordre alarment sur le mal être dans la profession. Mais parmi ces suicides, certains surviennent après que les policiers ou gendarmes aient tué leur conjointe. Ce qui n'est pas précisé dans les décomptes officiels selon la journaliste Sophie Boutboul, qui a enquêté en 2017 et qui dénonce un "déni" des autorités, empêchant la mise en place de mesures préventives.

Commentaires préférés des abonnés

Cette affaire est un magnifique exemple d'effet Streisand.

Si les syndicats de policiers n'avaient pas obtenu la censure du compte Twitter de Stéphanie Lamy  qui saurait aujourd'hui que les suicides de policier sont si souvent précédés d'un meurt(...)

Certains mauvais français vont se demander ce qu'il en est des policiers manifestanticides  .......

Pour tenter de répondre au post pertinent  de Carnéade de Cyrène ci-dessous il est nécessaire de comparer les taux d'homicide-suicide chez les policiers avec ceux de la population française.

Le taux de suicide en France est d'environ 19 / 100 000(...)

Derniers commentaires

Pour avoir suivi les échanges et passe d'arme entre boadicenne et les syndicat policier. Il y a quand même pas mal de choses qui m'interpelle.

-la forme du tweet initial de Stéphanie Lamy est quand même ultralapidaire, l'excuse du format de twitter est invoqué par l'auteur et maitre Eolas qui l'a soutenu notamment. L'injonction de communication des féminicides liés au suicide m'a semblé particulièrement violente (ou manquer de subtilité) compte tenu du double drame. Il parait que c'était légitime, personnellement je pense qu'a être trop provoc sur twitter on récolte ce que l'on sème sans toute fois l'excuser.

-Que ce petit psychodrame twitterien ressorte ici par contre me semble symptomatique d'une chose bien plus grave. Les journalistes tirent leurs actualités de la lecture de fil twitter.

Pour rappel, twitter c'est :

-330 millions d'utilisateurs dans le monde ( 0.5% de la population mondiale)

-36 millions d'utilisateurs actifs aux USA ( 10% de la population)

-4 millions en France ( 6% de la population)

Ces chiffres communiqué par le RS  tiennent compte des bot, multi compte et autre compte de spam. Le nombre de "vrais gens" est donc inférieurs à ses chiffres.

De plus, il a été dit chez vous qu'une grande partie de la corporation journalistique est sur twitter, du coup une info twitter tourne dans le monde journalistique et par effet de caisse de résonance s'amplifie et devient importante puis elle sort dans le monde " réelle" via les média mainstream.


Dans le cas présent c'est une bonne chose je pense, masi combien de news inintéressante ont été portées sur les grands média parce que des journalistes paresseux lisen leur fil Twitter et en concluent que ce qu'ils y voient est le monde, alors 95% de la population ne le fréquente pas. 


Le journaliste accroc à twitter c'est la négation du métier de journaliste.


In fine un participant sur ce forum indique que le taux homicide/suicide n'est pas différent chez les poilciers que dans la population francaise, si c'est vrai que conclure de la passe d'arme Stéphanie Lamy/ syndicat policier ? sur le fond ? sur la forme ?




Pour tenter de répondre au post pertinent  de Carnéade de Cyrène ci-dessous il est nécessaire de comparer les taux d'homicide-suicide chez les policiers avec ceux de la population française.

Le taux de suicide en France est d'environ 19 / 100 000 habitants par an (source). Le taux d'homicide-suicide était en 2008 d'environ 0.17/ 100 000 habitants par an (source, page 23, beaucoup moins simple à dénicher que la précédente). Ce qui signifie qu'en moyenne (et à la louche) un suicide sur 100 est accompagné d'un homicide dans la population générale.

Dans les exemples qui nous sont donnés par Sophie Bouboul, en 2017 il y a eu 5 homicides-suicides pour 67 suicides au total chez les forces de l'ordre. En 2019, 2 homicides-suicides pour 59 suicides. Cela représente respectivement 7% et 3% d'homicides-suicides parmi les suicides chez les FdO contre 1% dans la population générale.

L'échantillon est faible et ne permet vraisemblablement pas de faire une étude statistique solide mais la tendance semble bien indiquer une sur-représentation des homicides-suicides chez les FdO.

Interressant,

Toutes ses donnes sont disponible en Vrac sur Bastamag : https://bastamag.net/webdocs/police/ 


Les annees retenues sont clairement choisies :

2018 0 homicide-suicide, 

2016 1 

2015 0

2014 2

2013 0

2012 0

2011  1 

2010 0 

2009 1

2008 1

2004-2007 0


suicide dans la police a peu pres stable : https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/21/combien-de-policiers-et-de-gendarmes-se-sont-suicides-au-cours-des-dernieres-annees_1757682 

environ 40 par an

soit environ 640 suicide de 2004 a 2019

13 homicide suicide de 2004 a 2019


ce qui fait 2 % soit au dessus des 1 % mais sans l'annee 2017 qui a ete une hecatombe les statistiques homicide-suicide dans la police sont similaires a la population national.

Merci pour ces précisions. En effet, les années 2019 et surtout 2017 ne semblent pas représentatives. On ne peux donc pas conclure à un excès relatif d'homicide-suicides chez les FdO.

Merci également pour le lien sur le site de Basta ! Cette compilation est utile.

Je ne pense pas qu'il soit pertinent de comptabiliser les années postérieures à 2015 avec le reste : le port d'arme hors service a seulement été autorisé après les attentats fin 2015, et la disponibilité de l'arme est un facteur très important pour les homicides-suicides...

J'avais deja reflechis a cette possibilite et je n'y crois pas.


- Le taux de suicide dans la police  est stable pres et post 2015 alors que je m'attendais a y voir une augmentation.

- Le taux de suicide avec arme a feux est deja tres eleve dans la police avant 2015. Plus de 70 % alors que celui de la population general est de 30% entre les années 1979 a 1996 (J'ai pas trouve des chiffres plus recents).

http://www.penombre.org/lg/03_02.htm 

- Quand on veut se suicider je ne vois pas en quoi une loi interdisant de garder son arme feux de travail chez soi est un facteur limitant. Il risque quoi ??? un blame post mortem ?



Certains mauvais français vont se demander ce qu'il en est des policiers manifestanticides  .......

Cette affaire est un magnifique exemple d'effet Streisand.

Si les syndicats de policiers n'avaient pas obtenu la censure du compte Twitter de Stéphanie Lamy  qui saurait aujourd'hui que les suicides de policier sont si souvent précédés d'un meurtre ?

Il faudrait effectivement des chiffres sur les circonstances des suicides. Mais (sembler) suggérer que les policiers seraient d'avantage à tuer leurs conjointes avant de se suicider que d'autres corps de métier, faute précisément de chiffres c'est assez logique que ça suscite des réactions outrées de ceux ci (si rien ne justifie un harcèlement en meute ou le report massif d'un compte juste pour avoir posé la question, bien entendu). 


De fait même si c'était avéré, il faudrait déterminer si ce n'est pas juste la conséquence de la disponibilité d'armes qui entraine celà (évidemment celui qui se suicide en se pendant ou s'ouvrant les veines est moins tenté de faire partager son sort à ses proches que celui qui dispose d'une arme de service pour ce faire) avant d'y voir comme certain(e)s allant vite en besogne une conséquence d'une "mentalité policière" (qui a déjà assez de raisons relevant de faits de société d'être dénoncée, pour ne pas en ajouter des relevant de faits divers, et d'attitudes de personnes désespérées répandues très au delà de ce métier).


Deux des affaires de suicidés tuant leur compagne et toute leur famille, qui ont le plus fait parler de cette tendance concernaient des médecins (ou plus exactement un médecin et un mythomane ayant menti sur ses diplômes se faisant passer pour tel), s'ajoutant à une vieille association entre cette profession et cette tendance dans la culture populaire (voir "sept morts sur ordonnance", etc), mais personne ne va poser la question de la représentativité statistique de la chose par rapport au nombre de suicides dans les professions médicales (enfin d'un autre coté leurs syndicats ne s'obsèdent pas de celui ci pour se victimiser, contrairement à ceux policiers).


Finalement quant à l'expression "féminicide", il me semble qu'elle est d'un emploi douteux quand dans une grande partie des cas de suicidés ne partant pas seuls, comprennent aussi des infanticides voire des proches-aléatoires-icides (souvent un beau père, grand parent, ou autre famille à charge). Il y a surement un coté idéologie patriarcale dans cette tendance (l'idée que le "chef de famille" soit en droit de sacrifier ses proches, quand il décide de quitter ce monde, tel un pharaon ses esclaves), mais ça ne me semble pas quelque chose de spécifiquement anti-féminin (et moins clairement relever d'une volonté politique de "remettre les femmes à leur place" que l'on peut déceler dans les violences conjugales plus communes aboutissant à la plupart de ces mortes).

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.