95
Commentaires

Stromae, sept ans après

Commentaires préférés des abonnés

« 20h de TF1, ce vaste territoire... où il ne se passe plus jamais rien »...

« Il nous a balancé un enfer de promo, au milieu de cet enfer sucré, atténué, comestible... »

Ben... si .. bien au contraire il se passe toujours quelque chose dans les j(...)

Oula vous êtes durs dans les commentaires, prenez votre café du lundi matin ! Qu'on aime ou pas Stromae, lui reprocher de communiquer sur son nouvel album est un peu.. fort de café ! Je préfère mille fois un artiste qui fait de la publicité pour son (...)

C'est la semaine des surprises.... Taubira va participer à la primaire populaire montée pour elle...... Qui d'ailleurs ne sera plus vraiment une primaire... Mais j'avoue avoir du mal à m'y retrouver ...  Une candidate de plus donc, mais néanmoin(...)

Derniers commentaires

Quoi de neuf ? ça vaut la peine de parler du sujet, des paroles de la chanson tout de même. La télé-culpabilité, la solitude, les envies suicidaires en clôture du JT. La puissance du mot juste de Stromae fait la différence entre un procédé promotionnel de l'ordre du "coup marketing", et une subversion des codes convenus. En voyant la séquence je n'ai pas douté un instant que Stromae a maîtrisé chaque moment, et pas l'inverse. Même ce costume cravate est subversif (quand on sait le rapport du bonhomme au design vestimentaire !), tout comme sa façon docile et polie de répondre aux questions avant d'entamer la chanson. Il ne drague pas le chaland, il ne met pas en scène ses émotions, il répond exactement à la question, sincèrement mais sans émotion, à se demander s'il n'est pas lobotomisé. Et puis il lance son truc. Fait un clin d'oeil au milieu de la chanson. On comprend qu'il est de notre côté, y a pas photo.

Pas formidable...

Daniel Schneidermann s'arrête au formalisme sans le rattacher au fond : 

le phénomène suicidaire, notamment des jeunes, qui fait des ravages de plus de plus importants face à un pouvoir qui ferme des lits et notamment dans les services psychiatriques dans un état catastrophique (il n'y a pas que le Covid qui tue).

Stromae montre le suicide Daniel Schneidermann regarde le marketing. 

La chronique est violemment à côté de la plaque.

Je n'arrive pas à comprendre la chute de cette chronique.


C'est en réécoutant qu'on repère la note discrète de piano qui lui donne le ton.
Bien que je ne l'aie pas vu non plus en direct - j'ai  regardé hier soir suite à un relai de la vidéo tout en exclamation, sans trop savoir à quoi m'attendre (j'imaginais une super vanne par exemple) - , je comprends aisément la stupeur qui a placé les spectateurs amateurs en apnée...
Cette densité de présence quand même. Tout en costume et en sobriété, justement.


Probable par ailleurs que pour un chanteur, ce genre d'exercice dépouillé soit un des plus culottés et des plus casse-gueule.
(De surcroît, cette chanson me semble beaucoup moins narcissique que ce que dénoncent certains)

Du coup, on en est vraiment sûr hein là que le journal TV c'est du spectacle, du show, du montage, du storytelling!

J'ai été scotché!

Et je me suis dit: 

Ce type est incroyable! Il revient à peine et d'entrée, il casse la baraque.

Bravo!

Merci Daniel pour cet extrait chez Taddei, que j'avais loupé à l'époque... quel talent réjouissant et renversant ! 

Le figement subséquent est d'autant plus spectaculaire... mais hélas à l'image de ce que nous vivons... 

Cela dit, en ce moment, je suis assez fan d'Orelsan, dont les images valent bien le détour... 

Je trouve intéressant quand l'intervieweuse lui parle de son mal-être, qu'il chante un texte sur la dépression.

Avoir fixé cette souffrance dans une chanson, et la contrôler ainsi, dispense d'en parler : "Le souvenir de la douleur est douleur encore !" disait Lord Byron.

Parce que, pour avoir connu ce genre de crise pendant plus de quinze ans, je peux vous dire que c'est indicible, cette douleur, et je peux en parler pour lui, avec le recul...

Et contrairement à lui, je n'avais aucune pulsion suicidaire....

Une maladie qui bloque vos neurotransmetteurs à l'intérieur du cerveau, et qui provoque une vision de la vie absolument toxique.

La vie est un enfer, et le monde est un enfer, moins pour certaines personnes, mais globalement, c'est un enfer. Demandez aux gens victimes de dictature, de famine, de maladie, de pauvreté, de deuils, ce qui est la chose la plus répandue dans le monde, y compris dans nos pays occidentaux où la vie semble si facile pour nous....  Nous ne sommes que des fétus de paille entraînés dans l'Histoire...

C'est un biais de notre cerveau de le nier, et ce sont les neurotransmetteurs qui vous envoient de la joie et de l'espoir pour que vous puissiez vivre et espérer...

Or, la dépression, c'est quand ils ne jouent plus ce rôle.

Et alors, vous vous enfoncez vraiment dans l'enfer. Vous êtes seul face à l'enfer de votre propre moi.

Le père de Stromae est mort avec une partie de sa famille dans les tueries du Rwanda. Les autorités belges comme françaises ont joué un rôle trouble dans ces massacres en ne protégeant pas les civils.

Stromae a au moins deux identités, et chacune cible son affliction...


Stromae est un grand artiste, le reste est bullshit...



C'est un happening très réussi. Il fait parler de lui intelligemment : bravo. Mais que c'est narcissique... Je ne comprends pas que tout le monde crie au génie. Oui c'est un compositeur de talent et oui le coup est bien joué, mais - je me répète - qu'est-ce que c'est narcissique! Bien sûr qu'il allait casser les codes, c'est ce qu'il a toujours fait, c'est sa marque de fabrique et c'est réjouissant. Mais la chanson... "moi, moi, moi, moi" les yeux dans la caméra... Le fait qu'il nous avoue ses pensées suicidaires est très touchant, mais c'est une confession, pas une chanson. Et de ce point de vue on est bien dans la continuité de l'interview. 

Mais outre le fait que cela soit touchant, cela n'a aucune portée universelle. Il ne crée pas de lien, il reste devant son miroir. Nous ne sommes pas concernés. Alors de mon point de vue c'est vide de sens et à l'image de notre époque, narcissique avant tout.

Quant à la "sincérité" louée par la présentatrice, désolé madame mais cela ne suffit pas à créer de la poésie.


C'est beau le mouvement de la caméra genre clip à la minute 7 et quelques

tout se déroule comme une partition de musique

mais de tout cela, je n'en ai que faire...

je viens de perdre plusieurs minutes à regarder cet extrait du JO de TF1

et il me vient des envies suicidaires

histoire de déverser mon spleen à la Baudelaire

heureusement il y a la vie sans TF1



Ai-je le droit que dire que je n'aime pas Stromae ?

Je n'aime pas ses happenings, je n'aime son style musical informatisé.

On en fait beaucoup trop avec ce chanteur.


Et la énième référence à Brel... Non pitié !

Le meilleur de tous. Un talent hors normes.

« 20h de TF1, ce vaste territoire... où il ne se passe plus jamais rien »...

« Il nous a balancé un enfer de promo, au milieu de cet enfer sucré, atténué, comestible... »

Ben... si .. bien au contraire il se passe toujours quelque chose dans les journaux télévisés du privé ou du public, ceux payés par nos impôt : une propagande agressive, insupportable pour ceux qui n’y adhèrent pas.

« Sucré, atténué,  comestible » pour ceux à qui ils sont destinés : Des  journaux fait pour des CSP+ par des CSP+ effrayés par le verbe haut. Micro trottoir passé dans tous les journaux des chaînes publiques d’une bourgeoise qui amenaient régulièrement sa petite famille en week-end au grand hôtel de Saint Malo (300 euros par nuit et par personne) et se réjouissait du beau temps !!!!  (le réchauffement climatique rien à péter du moment que sa progéniture fait des châteaux de sable en hiver).

Des gens très bien élevé qui ne disent pas un mot plus haut que l’autre, balancent des saloperies avec le sourire. Très tolérants jusqu’au moment où ils se sentent menacés. Alors là, ils sortent les crocs. Ils sont prêts à tirer sur les gilets jaunes (Ferry) ou les mettre dans les camps (Calvi). Qui veulent laisser mourir les non vaccinés (Colosimo) ou les mettre en taule (tribune du parisien).

Par contre ceux qui ne s’identifient pas à cette guimauve parce que leur quotidien se fracasse sur ces mensonges débités au km  sont révoltés par  cette insupportable et indigeste violence quotidienne.

Ceux qui sont les boucs émissaires du moment ne trouvent pas l’actualité sucrée à leur encontre. Les gilets jaunes, les musulmans et maintenant les non vaccinés et les antipass amalgamés.

Sinon j’adore Stromae...

Franchement à quoi rime cette sévérité ? On s'en fout un peu non ? Que TF1 se fasse un coup de pub avec une chanson malgré tout jolie et que Stromae réapparaisse sous un autre jour, en quoi cela mérite-t-il les foudres d'Arrêt sur Images ?
Rien de plus intéressant à commenter alors que nous rentrons dans un chaos politique et social dont vous vous gardez bien d'aborder certains aspects.
C'est très très décevant

Oula vous êtes durs dans les commentaires, prenez votre café du lundi matin ! Qu'on aime ou pas Stromae, lui reprocher de communiquer sur son nouvel album est un peu.. fort de café ! Je préfère mille fois un artiste qui fait de la publicité pour son travail qu'un politique qui fait de la com' pour son élection, il y a un cas où cela me semble tout à fait légitime, l'autre où cela est —et a toujours été— problématique. Ici le résultat final est une chanson qui fait "irruption" [calculée évidemment] dans une interview. 


Bah qu'on aime ou non, ça mange pas de pain, ça fait du bien dans ce chaos médiatique obsédé par des infos anxiogènes. Franchement, moi j'en veux plus des coups de com' d'artistes de ce genre, que les médias soient infiltrés par la culture, qu'il y ait plus de "temps morts" comme celui-ci qui pénètrent dans le ronron médiatique, et que cela ne reste pas l'exclusivité de longues émissions calibrées pour ça. Ouiii je sais, j'en fais des caisses, mais bien que cela fasse l'affaire de TF1 aussi cette histoire, il n'empêche que Stromae a su aussi profiter de cela pour avoir la possibilité de dérouler son morceau. C'est bien vu et c'est de bonne guerre.

Et du coup vous n'avez pas dit. Ca fait un candidat de plus ? De quel bord ?


J'ai bien rigolé ce weekend en voyant Tatiana Ventôse se lever pour la République en rejoignant République Souveraine du Kuzmanovic, hybride flamboyant de Jaurès et de Gaulle. Et aussi le lancement de la candidature du capitain Juving-Brunet, un flic je suppose, qui a égayé ma journée, on dirait le OSS 117 de la politique. Je me demande ce qui passe par la tête de mon algorithme YouTube quand même...


Enfin si on continue comme ça, et si on arrête de classer des candidats de droite et du centre (donc de droite), on finira peut-être par se rendre compte qu'on a très peu de candidates de gauches et pléthore de droite, et que la clé, si tant est qu'elle existe, n'est pas l'union mais la mobilisation. D'accord avec LFI là-dessus.

Je savais même pas qu'il existait et mélenchon va pas avoir ses signatures. Ça va faire drôle.

Un joli coup de publicité bien monté en collaboration avec la chaîne. Il semblerait au vu des réactions que les équipes de l'artiste aient reçu de bons conseils en communication. Personnellement j'y vois une tentative de dépoussiérage à double sens qui ne m'a pas vraiment fait éternuer.


Retour à mes classiques, Kurt Cobain sur Top of the Pops qui casse le code du playback. Si vous en avez des similaires en tête, partagez. Il y a aussi Saez aux victoires de la musique 2009 et à de multiples reprises, jusqu'à ce qu'il ne soit plus le bienvenu.

La commercialisation de ses tendances suicidaires en prime-time au 20h de TF1 me laisse dubitatif sur l'époque...

Pourtant j'aime bcp les chansons de Stromae, (y compris celle-ci écoutée vite-fait grâce à Daniel).

Est-ce qu'il s'agit de commercialisation, en l’occurrence? Stromae est un artiste, c'est dans sa chanson qu'il parle de ses tendances suicidaires. Dans sa pratique artistique, on dirait bien, comme l'analyse fort justement Daniel, qu'il cherche le décalage, la dissonance, l'incongruité. Et là, il transforme la promo, passage obligé pour un chanteur qui sort un disque, en quelque chose d'autre et produit aussi cette dissonance et ce malaise que nous vivons quand nous regardons ça. Je ne sais pas ce qu'il cherche, lui seul le sait et encore, mais il a trouvé notre inconfort à ne pas pouvoir ranger ses actes dans nos ptites cases prédéfinies. C'est intéressant.

Je suis d'accord.

Ce que je souhaite pointer en plus, c'est que Stromae a bien pour but de vendre son album et des places de concerts (je ne critique pas en soi, c'est son métier), et que TF1 / Groupe Bouygues commercialise tjrs du tps de cerveau disponible (ce matin sur l'aggrégateur GoogleNews, le relai presse privée / people est massif : LCI.fr, LeFigaro, Morandiblog, BFMTV, 20Minutes, Voici, Gala...)

L'association crée en effet une dissonance. Mais que cherche donc cet auteur compositeur interprète si talentueux ? Mystère en effet.

à vendre et revenir

"Le vacarme intermittent des petits coins où nous vivons nous rassure."


Comme écrivait l'un qui parodiait l'autre.

TF1  : chaîne de mieux-disant culturel !


;-)

Désolé, j'ai piscine.

Que je suis con, ce ne sont que des inondations!


Stromae et un exemple de cette époque formidable...des semaines pour négocier une surprise.

Soyons vulgaire, ça me troue!

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.