223
Commentaires

South Park et les Autruches

Les médias occidentaux se sont récemment émus, à l’unisson, du sort du dessin animé South Park et de ses auteurs. Victimes de menaces islamistes, ces derniers auraient vu un de leur épisode honteusement censuré alors qu'il montrait une image du prophète Mahomet.

Derniers commentaires

Si je comprends bien, cet article conclut sur le fait que les auteurs de South Park n'avaient jamais eu l'intention de montrer Mahomet, et que tout cela n'était qu'une mise en scène pour jouer les victimes de la censure. Je serais d'accord s'il ne s'agissait que des épisodes anniversaire, mais si on considère les épisodes Cartoon Wars, il y a bel et bien eu censure de la part du diffuseur, et les auteurs avaient bel et bien l'intention de montrer le prophète. Bref, le mal est entier.

Enfin, pour avoir vu ces fameux épisodes Cartoon Wars, je tiendrai à préciser que les auteurs ont vraiment creusé le sujet et ont abordé de nombreux aspects du débat :
- il ne s'agit pas de parodier l'image du prophète, mais juste de le MONTRER,
- cet interdit ne concerne pas tous les gens mais uniquement les adeptes de cette religion,
- une telle censure, même minuscule, crée une hiérarchisation des sujets sensibles, en plaçant immédiatement le tabou de l'Islam au dessus des autres tabous (ce qui n'est pas forcément un service à lui rendre)
- la réaction de mettre la tête dans le sable est tout de même pitoyable, surtout de la part d'un pays qui n'a d'habitude peur de rien, surtout pas de la surenchère
- etc.

Bref, accuser les auteurs d'avoir joué la provoc uniquement pour le fun et la notoriété, c'est quand même très loin de la réalité. Derrière leurs allures de sales gosses à l'huumour pipi-caca, ils sont tout de même de très bons analystes de la société actuelle (voir leurs épisodes sur Facebook ou WoW notamment).
Malgré le fait que cet article est très bon, je corrigerais une petite erreur qui a son importance et un oubli non moins important à mon avis :

La stratégie de Trey Parker et Matt Stone face à la censure de Mahomet consiste aussi à prendre à insulter copieusement les autres religions pour montrer la couardise des censeurs et le deux poids deux mesures flagrant dans leurs réactions.

Ainsi il est intéressant de noter que contrairement à ce que vous avez écrit, l'épisode "les cathos c'est chaud" ne parle pas d'un "groupe de prêtres, apprenant qu’il leur serait dorénavant interdit d’abuser de jeunes garçons, [qui] se demandaient à quoi bon rester dans les ordres.", mais de la totalité de l'Église catholique, chez qui l'ensemble des Evèques réunis au Vatican refuse d'interdire la pratique de la pédophilie dans l'Église qu'ils trouvent normale, face au père Maxi qui est le seul à être scandalisé par cette pratique et veut l'interdire.
La nuance a une certaine importance... dans cet épisode c'est l'Eglise catholique dans son ensemble qui est attaquée, pas un "groupe" de prêtres pédophiles résistant à une réforme acceptée par ailleurs... A cet égard, la réaction limitée à cet incident est assez parlante et a du frapper les auteurs en comparaison de la censure qui a suivi à propos de Mahomet.

D'autre part, il me semble que la scène finale du double épisode "cartoon wars" est importante dans la démarche des auteurs : on y voit la réplique d'Al Qaida à la diffusion de Mahomet dans Family Guy (censurée par Comedy Central, donc), qui consiste à montrer George Bush et Jésus se chier dessus mutuellement et joyeusement et souiller le drapeau américain et la maison blanche. Ces images ont donc été montré sans aucune censure par Comedy Central (ou il y a pourtant vraisemblablement plus de chrétiens et de patriotes américains que de musulmans intégristes), et n'ont fait l'objet d'aucune protestation. Pour moi c'est l'aboutissement de la démonstration magistrale de South Park : Aux USA (pays pourtant connu pour ses puissants intégrismes chrétiens et nationalistes) désormais on a plus peur de montrer Mahomet simplement donner un casque de football américain à Peter Griffin que Jésus en train de se faire chier dessus avec plaisir par Georges Bush. Bref, les censeurs sont prêt à baisser leur froc jusqu'au bout devant les menaces islamistes.
L'épisode "Les super meilleurs potes" ne s'inspirent pas des X-men mais des super friends:

http://en.wikipedia.org/wiki/Super_Friends

Ok, un détail vraiment .

Merci pour l'article, très interressant.
Non, juste un copier/coller !

Service ! (comme on dit du côté de chez nous)
Pour ceux que ça interresse, des tonnes de lecture que je recense depuis quelques temps. On y trouve des textes de Rafik Djoumi, et de ses copains Arnaud Bordas (Mad Movies, le Figaro), Stéphane Moissakis (Mad Movies), Julien Dupuy (Starfix, Mad Movies) et Yannick Dahan (Mad Movies, Positif, Opération Frisson).

Bon appetit, y'a très bon !

[size=150]Rafik Djoumi[/size]
Critique "Pirates de Caraïbes 2" de Gore Verbinski : disparue !
Harry le pourri (les critiques ont disparus)
Critique "Cléopâtre" de Cecil B. DeMille : disparue !
Interview Laurent Chalumeau
Critique "La planète des singes" de Tim Burton
Critique "Versus" de Ryuhei Kitamura
Critique "Munich" de Steven Spielberg
Critique "Clerks 2" de Kevin Smith
Critique "The Host" de Bong Joon-ho
Critique "Superman Returns" de Bryan Singer
Interview Pan Européenne et Wild Bunch (avec Sophie Wittmer)
Les meilleurs films de pirates
Spécial Gondry : nos clips préférés
Interview Christopher Smith (Severance)
Etranges récurrences : Blade Runner / Les fils de l'Homme
La mise en scène de Peter Jackson (Le Seigneur des anneaux)
Dossier King Vidor : Aux origines, Le pionnier, L'Age d'or, L'héritage
En attendant Eragon : vie et mort de l'Heroic Fantasy
Critique "Mémoires de nos pères" et "Lettres d'Iwo-Jima" de Clint Eastwood
Critique "Harold et Kumar chassent le burger" de Danny Leiner : disparue !
Excès de lecture : Il était une fois la guerre des étoiles
Top 5 des films de super-héros
Jackie Chan : nos scènes cultes
Le parfum : lexique mythologique
Débat : Gus Van Sant
Débat : Michael Bay, un bon cinéaste ?
Critique "Happy Feet" de George Miller
Les Films d'Heroic Fantasy : Un genre maudit et Le triomphe du seigneur
John Ford, l'incarnation du cinéma classique
L'esprit du western dans le cinéma français
Débat : Scorsese, déjà has-been ?
Charlie, Buster et Wall-e
Viggo Mortensen : L'enfant miroir
Bill Plympton par lui même
Spécial robotique : partie 1, partie 2 et partie 3
Alan Moore : adaptation impossible
Stand up comediens
Regard en biais sur Le bon, la brute et le truand
Le truc qui tâche : de plus en plus de remakes
Spin Off : de Clouseau à Wolverine
Les gros complots de oufs
Le truc qui tâche : L'empire hollywoodien et fin
L'attaque du métro 123, un remake réussi
Nos ancêtres, ces crétins
Les mondes perdus de Conan Doyle
Dickens, Lean et le gothique au cinéma
1941 : l'odyssée des sales gosses



LES REJETONS
Pour le public, ils représentent Hollywood, et pourtant Hollywood n’en voulait pas. Refusés, moqués ou sabotés, voici l’histoire des triomphes qui n’auraient pas dû exister.

Les rejetons : Star Wars
Les rejetons : Titanic
Les rejetons : Le seigneur des anneaux


Un mythe pour les gouverner tous : partie 1, partie 2 et partie 3
10 slogans : terrifiants, vulgos, efficaces, meilleurs que le film, à côté de la plaque, jamais vus
Tintin et la performance capture
Les grands projets abandonnés : chapitre 1, chapitre 2, chapitre 3
Dune emportée par le vent


[img]http://img268.imageshack.us/img268/5307/logorafikdjoumiasi.png[/img]
DANS LE VENTRE DES SUPERPRODUCTIONS (Arrêt sur images)
- South Park et les Autruches : Retour sur une censure (presque) imaginaire


Compagnon geek
Ca suffit !
Guide Fnac Blu-ray 2009-2010
Les Archives de l'Archiviste et la synthèse d'Eglantine
Matrix Happening


[size=150]Julien Dupuy[/size]
Hommage à Benoit Lestang
Le flop de l'année 2008
Benjamin Button : L'épopée technique et le prix de la révolution
Oktapodi : preview
Walt Disney Animation Sudios : partie 1 et partie 2
Trombi Vampires ; les vampires baroques
Dodoro, un classique du manga
Preview : Humains
Les Fx de Star Trek : question de style
Sword of the Stranger et et interview de Masahiro Ando
Outlander : interview Howard McCain partie 1 et partie 2
Riddick : les exclusivités de David Twohy
Coraline : Le numérique au secours de l'image par image partie 1 et partie 2
Interview Pierre Laffargue (Black)
Là Haut, l'envol des ballons
Preview District 9
Les secrets de District 9
Les effets spéciaux de Land of the lost
Trilogie Gamera : le choc ! (partie 1 et partie 2)
Apatow : what's next ?
Spike et ses Maximonstres
La princesse et la grenouille : entre tradition et innovation
La naissance de Yona, par Franck Malmin (producteur exécutif)
Rick Baker et la revanche du Wolfman
Fantastic Mr. Fox : low-tech, high-tech
Preview Scott Pilgrim versus the world
Légion : les ailes de l'enfer
Monstres et merveilles : partie 1 et partie 2
3D : la face sombre de la révolution
L'IMAX en France : enfin !

La caméra liberté (vidéo-conférence)


[size=150]Arnaud Bordas[/size]
Critique "La colline a des yeux" d'Alexandre Aja
Interview OSS 117 : réalisateur et scénariste
Les infiltrés : avis à chaud
Abandonnée : interview Nacho Cerda
Excès de lecture : Filles perdues
Les trois royaumes : interview John Woo
Un joyeux bordel : The lost
The Hurt Locker (Démineurs)
Un joyeux bordel : Tarantino mon amour
Projets Disney : ce qui vous attend
Preview Toy Stoy 3
Le western français : rencontre avec Jean-François Giré
Un joyeux bordel : Robert Aldrich et Sergio Leone... disparue ! = lien de secours
Richard Matheson : une légende en images... disparue ! = lien de secours
Terry raconte Gilliam
Les origines d'Astroboy
Preview Proie : une longue nuit de cauchemar
Les frères Hughes : out and in
Un joyeux bordel : comédie à consommer avant la date de péremption
Wolfman : grossesse nerveuse
Le choc des titans (critique) et interview de Louis Leterrier
Les chaussons rouges tout neufs
Sur le tournage d'A bout portant : partie 1, partie 2 et partie 3


[size=150]Yannick Dahan[/size] dans Opération Frisson sur le blog de Yannicko
Le Cercle


[size=150]Stéphane Moïssakis[/size]
Interview SM par Movies Maniacs
Game Parallax (Stéphane Moïssakis / Thomas Cappeau / Matthieu Galley / Olivier Galliano /Julien Dupuy)


[size=150]Le Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro[/size] (Rafik Djoumi)
Critique
Interview de Guillermo Del Toro


[size=150]L'Orphelinat de Juan Antonio Bayona[/size] (Rafik Djoumi)
Critique
Interview Juan Antonio Bayona
Pourquoi L'Espagne ?
La Maison aux femmes hantées
Vidéo Guillermo Del Toro (toutleciné)


[size=150]L'ennemi intime de Florent-Emilio Siri[/size]
Critique (Rafik Djoumi)... disparue !
L'image de la France coloniale (co-écrit par Rafik Djoumi)
Le grand cinéma populaire français (Rafik Djoumi)
Florent-Emilio Siri par Rafik Djoumi : rencontre, la voie du milieu, retour à l'ennemi
Interview : Giovanni Fiore Coltellacci (Rafik Djoumi)
Carte Blanche : Pierre Schoendoerffer (Fathi Beddiar)


[size=150]Hellboy II : The Golden Army de Guillermo Del Toro[/size]
Avis à chaud (Rafik Djoumi)
Interview Guillermo Del Toro (Rafik Djoumi) : Le choix et les règles, Correspondances et philosophie de la magie
La vision de Guillermo Del Toro (Rafik Djoumi)
Des effets spéciaux en or (Julien Dupuy)
La troupe de Guillermo Del Toro (Rafik Djoumi)... disparue !
Le salon des motifs (Rafik Djoumi)... disparue !


[size=150]Pour Elle de Fred Cavayé[/size]
Interview Fred Cavayé sortie salle (Rafik Djoumi) et sortie vidéo (Arnaud Bordas)


[size=150]Hayao Miyazaki (Ponyo)[/size]
Les premières années (Rafik Djoumi)
Toshio Suzuki, l'arme secrète de Miyazaki (Julien Dupuy) partie 1 et partie 2


[size=150]Jusqu'en enfer de Sam Raimi[/size]
Critique (Arnaud Bordas)
Interview de Sam Raimi (Arnaud Bordas)
Entretien avec Robert Tapert (Julien Dupuy) : partie 1 et partie 2


[size=150]A Christmas Carol de Robert Zemeckis[/size]
Le drôle de labo de Robert Zemeckis (Juien Dupuy)
Le nouveau Zemeckis (Julien Dupuy)
Le drôle de Noel de M. Scrooge : interview de Robert Zemeckis (Arnaud Bordas)


[size=150]Une affaire d'Etat d'Eric Valette[/size]
Une affaire d'état (critique par Arnaud Bordas)
Une affaire d'Etat : entretien avec Eric Valette partie 1 et partie 2


[size=150]Avatar de James Cameron[/size]
Avatar Opus 1 : "la démarche de James Cameron" par Julien Dupuy
Avatar Opus 2 : "l'ancienneté du projet" par Rafik Djoumi
Avatar Opus 3 : "cinéma virtuel, mode d'emploi" par Julien Dupuy
Avatar Opus 4 : "a shock to the system" par Arnaud Bordas
Avatar Opus 5 : "Hollywood, Nouvelle Zélande" par Rafik Djoumi
Avatar Opus 6.1 : "une nouvelle dimension" par Julien Dupuy... disparue ! = lien de secours
Avatar Opus 6.2 : "la machine" par Julien Dupuy... disparue ! = lien de secours
Compte rendu de la projection IMAX3D d'Avatar par Julien Dupuy
Jon Landau et Avatar par Julien Dupuy
Critique par Julien Dupuy
Entretien avec James Cameron : Relief et Cinéma virtuel, Le fond et la forme par Julien Dupuy et Arnaud Bordas
Les (vraies) révolutions d'Avatar : Capturer l'âme et La mise en scène en temps réel par Julien Dupuy
Arrêt sur images (Rafik Djoumi) : article, réponse d'origine sur le forum, D@ns le film


[size=150]The Lovely Bones de Peter Jackson[/size]
Preview The Lovely Bones (Rafik Djoumi)
Critique "The Lovely Bones" (Julien Dupuy)
Weta Digital et Lovely Bones : les effets spéciaux du dernier Peter Jackson (Julien Dupuy)


[size=150]Festivals, combos et autres[/size]
Aventures à Valencienne (Arnaud Bordas et Rafik Djoumi)

Festival de Cannes 2006 (Rafik Djoumi) :
--- Welcome to the marché de Cannes 2006
--- Severance, coup de coeur du marché de Cannes 2006
--- Les brèves du marché de Cannes 2006 volume 1 et volume 2
--- Backwoods
--- Gamera the brave
--- A cheerful gang turns the earth
--- Flyboys

Paris FX (Julien Dupuy) :
Edition 2008 : l'animation dans tous ses états et les effets spéciaux visuels
Edition 2009 : effets spéciaux et animation


Interview Christophe Turpin : Jean Philippe
Rafik ,je ne connaissais pas avant, effectivement excellent, par contre il faudrait peut etre les faire un peu plus courtes les chroniques, non ?
là je sens que je ne vais pas remporté une grande adhésion à mon propos, tant pis
Merci pour ce post très documenté et instructif. Fan de la série dès la première heure, j'avoue que certaines interprétations m'avaient échappées... Votre analyse apporte de l'eau à mon moulin, et je vais revoir vite fait bien fait certains épisodes pour mieux les apprécier.

Rafik confirme la perspicacité dont il avait déjà fait preuve sur avatar.

Encore merci
je ne sais si quelqu'un a parlé de "Minuit, le soir", série canadienne où l'histoire de trois videurs de boites de nuit. Deux saisons seulement.
Quelle bonne surprise Rafik Djoumi !

Si le meilleur du cinéma nous était compté...

Et en attendant... pour ne pas être en reste... cliquez !
En parlant de censure, n'ayant jamais vu South Park en VO, je me demande si la traduction de la VF est fidèle ou plus politiquement correct.4

Des informations là-dessus ?
Merci Rafik pour ce texte très pertinent, qui caractérise très bien ce qu'est South Park. J'attends de pied ferme d'autres de tes chroniques car grâce à celle-ci je me suis intéressé à ton point de vue sur Avatar et à ta prestation dans l'émission D@ns le Film, je dois dire que tu es très bon, le sens que tu dégage des œuvres que tu analyse montre une grande culture et une grande ouverture d'esprit qui fait plaisir à voir dans le monde de la chronique cinéma.

Continue comme ça!
Ouaou, Rafik tu as mis les mots sur ce que j'essaie d'expliquer sur cette série depuis qu'elle existe.
Certains de mes proches qui ne comprennent pas pourquoi je regarde encore des dessins animés à mon age. (Bon, ils sont surement trop attaché à la forme) et qui se marrent quand je leur dit que Matt Stone et Trey Parker mériteraient la légion d'honneur ou tout équivalent (prix dont ils se foutraient probablement et tant mieux).

Pour moi South Park est LA SERIE la plus audacieuse, intelligente, engagée, prête à aller dans le sens opposé de la bien pensense. Avec toujours plusieurs niveaux de lecture.

Je t'annonce que c'est le premier article pour lequel je vote. Et c'est mérité.
La première fois que j'ai vu Rafik, c'est pour son intervention dans la nouvelle émission d'@si sur le cinéma et sur AVATAR.
Rien de ce qu'il en a dit m'a renversé... En voyant le film j'avais les clés, en revoyant le film je les avais toujours et franchement depuis, je les ai jeté, parce que ça reste un film américain et enlevez la 3D, il reste un film plat, coloré certes, mais plat. D'ailleurs il y aurait à dire sur cette volonté mercantile de vouloir mettre de la réalité dans un lieu dans lequel on rentre pour en échapper... Mais passons !
J'ai été enthousiasmé en le voyant, même en le revoyant, mais je crois que le film à ses limites : 2 vues (comme ses lunettes !)

Je lis donc Rafik avec plaisir sur South Park. J'apprends des choses, je n'ai jamais aimé South Park, il ne m'ont jamais fait rire. Pourtant j'aime le rire gras, j'aime la connerie, le beauf, le gros mot pour le gros mot, mais j'ai jamais aimé South Park. Peut-être parce que c'est trop rentre dedans ou au contraire trop fin pour que je rentre dedans, allez savoir.

Bref, je lis donc et une chose est sûre, c'est que cela ne me donne pas envie de voir South Park, mais plutôt de continuer à regarder les Simpson. Qu'il crache sur Dieu et ses diverses représentations, Jéhovah ou Tom Cruiscientologue ; bizarrement ça me laisse de marbre, mais que Omer se tape une bière au bar de Moe en sortant des vannes sur sa vie amoureuse et là, ça sonne juste, ça me touche, ça me fait marrer. Une fois et demi sur deux, je me marre ; je suis bon public.

La très belle et bonne chronique de Rafik n'y changera rien.

Heureux en tout les cas qu'@si enrichisse les rangs de ses chroniqueurs tant que ceux-ci apportent un point de vue nouveau, différent et aiguisé sur l'image et son utilisation, même lorsqu'elle est dessinée, car en décrypter leur dessein, c'est bien l'objectif que c'est donné ce site.
Chronique totalement géniale ! Là je dis : Bravo Rafik !

N'ayant quasi-jamais croisé le Parc du Sud dans mon étrange lucarne, et l'ayant zappé aussi sec pour cause de bavardage intempestif et bruyant susceptible de déranger mes calmes travaux ordinaires, je m'imaginais benoîtement que cette série était destinée aux élèves de maternelles ++, revendicative et énervée mais somme toute enfantine...

Quel benêt je fus ! C'est très intéressant cette série ! Iconoclaste surtout et ça c'est vraiment bien.

Dommage que ce soit une série et donc horriblement chronophage par définition !

Maintenant j'ai une question : quid de PUSH PLAY ? Ayant envie de voir j'ai ouvert les écrans et me suis laissé aller à filer le N° de ma carte, abusé par le fait qu'on m'expliquait que c'est juste pour le cas où je déciderais, un jour, d'acheter quelque chose.

Hélas, ensuite on me dit : Pour 5 jours gratoche cliquez ici, et si vous voulez nous refiler :

- Vos économies
- Votre surplus d'argent mensuel
- L'argent que vous n'avez pas
(biffez les mentions inutiles)

Cliquez là ! Aïe ! Là je fais demi-tour, prévoyant que si je clique sur 5 jours ils vont inonder ma boîte mail de relances et de propositions incessantes. Et qu'en plus du streaming à la carte et en HD c'est très tentant...

Donc marche arrière toute (mais je crains qu'ils n'aient récupéré mes coordonnées quand même : maintenant ils ne me les demandent plus !)

Je sens que je vais surveiller attentivement mes relevés de compte et prévoir d'ajouter une adresse à mes "indésirables".

Au fait chers (ou moins chers) @sinautes, vous avez fait quoi ?

Enfin, quoi qu'il en soit : merci Rafik pour votre compte rendu en direct du front aussi argumenté qu'amusant et même passionnant !

***
Et bien, c'est vachement intéressant !

Bravo.
Quelle bonne idée d'avoir convié Rafik sur @si pour une chronique régulière ! Bienvenue à lui... et bravo pour cette première (deuxième en fait) contribution.
wouah ! Très bon article,sur le fond comme sur la forme !
J'aime beaucoup Rafik Djoumi.
Quand je lisais Mad Movies assidument et que je voulais montrer à quelques amis cinéphiles mais néanmoins "cin-élites" tout l'intérêt du cinéma de genre, j'avais toujours mon arme secrète.
Ma botte cachée.
Mon alibi intellectuel.
Rafik !
Et des articles si bien écrits en plus...
Et là.
Magie.
Munificence.
Miracle.
Rafik à ASI.
Mes deux passions d'adulescent enfin réunies !
(Soupir de jouissance)
Bon.
J'exagère un peu.
Sur mes passions.
Sur mon adulescence.
Et sur le côté miraculeux.
Mais Rafik Djoumi.
J'aime bien !
Et.
En parlant de miracle.
Connaissez-vous la pâques juive ?
(la beaucoup mieux nommée Passover en Anglais)

C'est une fête.
Juive donc.
Qui commémore en gros la libération de l'esclavage d'Egypte des enfants d'Israël.
Si vous voulez plus d'infos.
Il y a google.
Ou vos souvenirs - vagues et émerveillés - du film, les dix commandements de Cecil B. de Mil.

Pour fêter Passover, la tradition juive prévoit le premier soir la cérémonie du séder qui consiste en grande partie à lire un livre qui s'appelle la Haggadah.

Au tout début de la Haggadah on raconte une histoire étrange de quatre enfants.
Si si.
Quatre.
Quatre enfants comme quatre archétypes qui ne sont pas nommés mais qui sont désignés par leur qualité respective.
Nous avons :

1- Le sage
2- Le méchant
3- Le sot
4- Celui qui ne veux pas se poser de questions.

Je vous passe tous les commentaires et exégèses sur la signification de la présence de ces archétypes le soir de la pâque juive.

Mais - vous me voyez venir - repassons en revue les quatre héros de south park, tels que décrits par l'ami Rafik.

1- Le sage
Kyle, l’enfant juif, est celui qui supporte le plus difficilement cette bêtise dont il est souvent victime ;

2- Le méchant
Cartman, l’enfant obèse, incarne l’immaturité dans toutes ses dérives; antisémite, homophobe, raciste, anti-pauvre, psychopathe, consumériste, accro aux graisses et aux sucres, victime de la mode et entièrement formaté par la culture télévisuelle, sa situation familiale est calquée sur celle du jeune Adolf Hitler.

3- Le sot
Stan est le candide qui s’étonne et questionne les fondements de la bêtise

4- Celui qui ne veux pas se poser de questions.
Kenny, l’enfant pauvre, est parfaitement conscient de cette bêtise et cherche à la fuir par tous les moyens (généralement la drogue et le sexe);

Intéressant, n'est ce pas ?

Sachant les origines juives - et athées - d'au moins un des deux auteurs de south park, je ne serais pas étonné qu'il ait eu quelques réminiscences de sa prime jeunesse lors de la création des personnages

Après tout, pourquoi pas.

Il fallait créer des archétypes dans une série symbolisant une forme de libération de la pensée.

Faire référence indirectement à la pâques juive qui symbolise la libération d'un esclavage physique et spirituel.

Ce serait loin d'être tout à fait incohérent.

Et tout à fait savoureux.
Excellente chronique, Rafik, merci.
On attend la suite avec impatience...

Un petit rappel concernant les caricatures des dieux, histoire de voir ce qu'on se permettait il y a presque 40 ans : le mémorable Gods' Club de Gotlib paru en 1973 dans L'Écho des Savanes, puis dans Rhââ Lovely, tome 2.
Très peu d'images sur internet, hormis celle-ci, sachant que la plupart des cases seraient ici difficilement publiables, non par respect pour l'une ou l'autre des religions, mais tout simplement pour leur caractère que les censeurs pourraient qualifier de pornographique...

O Tempora ! O Mores !, qu'ils disaient...
Bienvenue au nouveau chroniqueur, comme lors de votre présence sur le plateau de "dans le film" c'est très complet.
au plaisir de vous relire ou revoir :)
C'est pour ce genre d'article qu'on s'abonne à ASI ! Désolé de faire le lèche-cul, mais réellement passionnant, érudit et intelligent.

Bon, faut pas non plus se la jouer, pourqu'on reste abonné, faut en sortir régulièrement des comme ça... ;-)
[quote=Rafik Djoumi]Le panneau « censuré » qui recouvre Mahomet fait partie intégrante du récit et de son propos. Il a été créé par les auteurs eux-mêmes et non pas imposé par la chaîne

Intégrer la censure dans le scénario ne fait que jeter un doute sur son existence réelle.
Pour les censeurs , il n'y a pas de second degré.
Ils sont satisfaits quand le résultat est atteint, ce qui ici est le cas.
Félicitations Rafik, pour un coup d'essai, c'est un coup de maître.

J'ai eu l'occasion de voir quelques épisodes de South Park et son côté très dérangeant qui confine quelquefois à une sorte de poésie destructiviste me souffle à chaque fois. Mais c'est un peu trop répétitif pour moi. Et Kenny qui meurt à quasiment tous les épisodes, pour ressusciter au suivant, ça me laisse songeuse.
Sans parler de l'animation qui est juste du papier sommairement dessiné posé n'importe comment. Qui en a l'air en tout cas.

Et vraiment, c'est tellement du 36ème degré et pour adulte que j'ai fini par l'interdire à mon fils, et j'en ai été privée moi aussi.

Ravie que vous ayez posé les enjeux du programme. Cela rend les choses plus claires, mêm si j'ai un peu de mal à comprendre s'il y a eu censure ou pas. Mais la question est toujours en suspens.
Bravo en tout cas.
ligne 13, n'est-ce pas plutot "agression islamiste" et non pas "islamique"?
je ne suis plus du tout "séries" (comme le dit pow wow chais plus où, je ne supporte pas la dépendance heures-jours etc qu'elles entrainent !!)

la dernière que j'ai suivi c'était URGENCES pour la comparaison ; résultat du test : bien que nos URGENCES à nous soient aussi très encombrées, les médecins ne se tapent jamais 10 déchocages par heures hein et le nombre de blessés par balles et par jour doit se rapprocher du zéro !!
je me suis lassée à la deuxième saison....malgré le docteur ROSS :)

je suis si nulle en série qu'en lisant je me demandais pourquoi ça parlait de 4 enfants......pour m'apercevoir en reconnaissant Bart à la fin que j'avais confondu tout le long de la chronique avec les Simpsons ; c'est pas gagné (promis Gamma je vais réviser :)) !

mais si c'est pour dénoncer l'auto-censure pratiquée par nos médias en particulier, ou autres travers de nos sociétés en général, alors je suis prête à me mettre à South Park...
bravo pour cette chronique qui m'a donné envie de visionner des épisodes de cette série.... mais pas en série hein :)
Maître K, vous allez vous faire griller. A moins d'une collaboration profitable mutuellement ?

Bienvenu Mister Djoumi, ça fait depuis le début que j'insiste pour qu'un chroniqueur prenne en charge ce secteur de la culture de l'image, je suis comblé que ça tombe sur vous.
Chronique aussi éclairante que dans l'émission sur Avatare. Merci et à bientôt.
Un grand bravo, doublé d'un gros merci pour cette chronique aussi intéressante que bien faite !
Super cette chronique ! !
Si c'est une chronique, ça devrait pas être " Chez Rafik" ?
[quote=Rafik]... tout en déchaînant leur verve satirique sur pratiquement toutes les communautés politiques et raciales, avec une égale férocité.

Étant un fan de la série, je remarque quand même que contrairement à toutes les autres religions ou sectes, l'Islam et / ou ses dérives est relativement épargné par les créateurs (alors que le christianisme est constamment sujet à parodies - par le personnage de Jesus qui aime par exemple regarder des films pornos ou par le Vatican qui organise une réunion secrète avec des prêtres du monde entier pour trouver un moyen d' "avoir des relations avec des enfants sans se faire prendre", que les stéréotypes sur les juifs apparaissent dans chaque saison voire chaque épisode avec les dialogues entre Cartman et Kyle, que les mormons et les scientologues ont droit à leur propre épisode parodique ("Tout sur les mormons" et "Piégé dans le Placard", etc...)). Malgré que la série se permette de rire vraiment de tout, je l'ai toujours trouvé un peu "gentille" et retenue sur les musulmans et l'Islam.

Merci pour la chronique.
excellent reportage digne d'une thèse ravi de l'avoir lu j'ai beaucoup appris.
Bonjour, merci pour cette chronique intelligente, alors que france inter semble vivre une crise mistique (voir hier matin ; je leur souhaite un prompt rétablissement).
Sympa South Park, merci pour les liens
Très pertinent.
Je vous ai également écouté parler du film Avatar et c'était très bien.

SEMIR
Excellent !

Cet abonnement à @si est mon meilleur investissement de l'année.

Merci !
C'est bien gentil, mais pourquoi cette chronique ne figure-t-elle pas sur l'iPhone?
Parce que c'est férié?
Lire sur Safari sans passer par l'appli n'est pas trés pratique.
très bien
Très intéressant, tout comme l'étaient vos interventions au sujet d'Avatar.
Bienvenu Rafik!!
A noter également que tous les épisodes de south park sont disponible en streaming sur le site officiel :

http://www.southparkstudios.com/

En anglais.
Je n'ai pas loupé un mot de cette chronique, hyper intéressant, vraiment.
d'ailleurs, il manque un tout petit r à "montrer", dans le dernier chapitre de la chronique, preuve que j'ai bien lu tous les mots ;-)

Une petite question, si quelqu'un sait : en quoi les cartoons looney tunes font partie de la propagande anti-nazie et anti-japonaise ? Quelqu'un a quelques dessins animés, quelques détails en tête qui m'éclaireront ? Merci d'avance.
Excellente chronique, j'ai tout compris South Park.
Passionnant !
Merci et bienvenue au nouveau chroniqueur.
Tout pareil, excellente surprise et bienvenu ! C'est vrai que South Park est, à sa manière, une critique des médias.

Effectivement les médias sont tombés à pieds joints dans le 1er degré, et ne semblent pas avoir compris que cet auto (et pseudo) censure s'adressait principalement à eux ... ^_^

Concernant la phrase suivante : "Diffusée sur la chaîne câblée et payante Comedy Central, (et donc inféodée aux règles de bonne conduite qui régissent la télévision d’accès libre)" je ne comprend pas le "et donc inféodée", j'aurais plutôt dit le contraire , payant => liberté par rapport aux annonceurs => pas infoédé (par exemple: HBO). Je me trompe ?
Bienvenue à Rafik Djoumi ! Ca fait plaisir.
Excellent chronique. Pas facile d'expliquer les ressorts comiques de South Park, et c'est explicité ici avec brio !
Cette série est unique tant elle ne caresse jamais le spectateur dans le sens du poil, sinon un court instant pour immédiatement après se foutre de sa gueule. Cette affaire de censure était bien trop subtile pour lémédias.
Une très bonne nouvelle, et une très bonne chronique.
Excellente surprise !
excellent!!
[quote=Rafik] « si nous cédons à la panique et à l’autocensure, alors nous n’apprendrons plus rien de quoi que ce soit. »

Je vais garder cette phrase dans un coin de ma tête. C'est indéniable, il faut se tromper pour apprendre, c'est la seule méthode. Et si en plus on ajoute l'effet pub et propagande au consensus général, c'est la lobotomie sociale garantie.
Merci pour ces éclaircissements !
La bonne surprise !
Rafik, ca fait plaisir de te relire enfin !
Quelle surprise de vous lire ici ce matin férié, Rafik !
Félicitations pour votre ascension au rang de [s]demi-dieu[/s] chroniqueur d'@si.
Avec une chronique qui décrasse bien les synapses le matin.
Une preuve supplémentaire que la nécessité d'une séparation totale de la religion et de l'état est plus que jamais vitale, et de simple salubrité publique concernant la liberté d'expression.
Encore bravo.
Et vivement la prochaine émission de D@ns le film!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.