265
Commentaires

Sortie de l'euro : enfin en débat ?

Sortir de l’euro, une hypothèse enfin en débat ? Après la publication vendredi dernier d’un copieux dossier dans Marianne consacré à la monnaie unique, le débat entre Pierre Moscovici et Marine Le Pen lundi soir sur le plateau de Mots croisés, c’est au tour de France Inter ce mardi de chevaucher le sujet en invitant dans sa matinale Philippe Villin, eurosceptique qui a eu le loisir, pendant dix minutes, d’exposer les méfaits de l’euro sur notre économie.

Derniers commentaires

@Nicolas et Sandy

« L'État a été l'instance superstructurale de la répression capitaliste. C'est pourquoi Marx le dénonce. Mais aujourd'hui, avec la mondialisation, le renversement est total. Alors que l'État-nation a pu être le moyen d'oppression d'une classe par une autre, il devient le moyen de résister à la mondialisation. C'est un jeu dialectique. »

L'encyclopédie vivante doit savoir de qui émane cette citation... (et ne cherchez pas du côté des affreux nationalistes !)
Combien de temps, combien de temps le troll révisionniste pourrira-t-il ce forum ?

Le plus court serait le mieux.
Récemment entendu d'un chef de file PS: Il faut prendre conscience que la France est en guerre économique. Moscovici dit: L'Europe des peuples garantit la paix. Il semble manquer un maillon au raisonnement. Vivement un vrai éclaircissement avant les européennes. Personnellement je ne compte pas sur Marianne trop coutumier de critiquer tout et son contraire. Un autre média, je ne vois pas, ils ramènent tout à la politique hexagonale. De toute façon, mon bulletin de vote ne va pas servir à grand-chose n'est ce pas sur 400 millions d'Européens qui parlent 27 langues (on est toujours 27?). Non je provoque, on va tout nous expliquer avant le mois de mai, même si c'est pas aussi simple que les municipales...
"Un économiste c'est un expert qui saura demain pourquoi ,ce qu'il a prédit n'est pas arrivé aujourd'hui. " desproges
Ne pas voter c'est laisser les autres décider à sa place.
Bref, c'est laisser faire.
Alors sachant que les décisions dépendent des rapports de force.
Si on ne fait rien, le rapport de force ne va pas changer.
Alors bien sur Todd lui a accès aux médias, on ne peut pas dire qu'il ne fait rien, il joue son rôle d'intellectuel.
Mais si les citoyens suivaient ses recommandations ? Ils louperaient le seul moment où ils peuvent s'exprimer et donc essayer de peser sur le rapport de force.
Serait pas un peu pervers, Patrick Cohen?
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1142068-daniel-schneidermann-l-idiot-utile-des-dieudonnistes.html

("Daniel Schneidermann, l'idiot utile des dieudonnistes")
colombani est un génie, donc .
anti euro = facho = antisémite.
Il a voulu expliquer l'argent c'est les juifs qui contrôlent donc l'UE (?).
l'idée de l'Europe est une tellement belle idée, l'amour, l'amitié des peuples, toussi toussa. Ceux qui osent remettre en question son fonctionnement ne seraient donc que des crétins attardés influencés par des populistes fachistes toussi toussa.
A jouer avec le feu...
Sortir de l'Euro ? Comme s'il fallait suivre une nouvelle lumière au fond du tunnel, susceptible de nous sortir de la mouise. Mais qui peut répondre à ces questions:

> Sortir de l'euro sans modifier l'esprit libéral qui charpente la construction européenne n'est-il pas une nouvelle illusion ? Encore faudrait-il croire qu'il est possible d'abandonner l'idéologie libérale.

> Comment se prémunir contre les attaques des marchés sur le marché des changes sur l'hypothétique "Nouveau Franc" comme Soros l'a fait en 1991 contre la livre anglaise ? Le prix à payer serait très elevé.

> Donner raison aux euroseptique qui ont toujours douté de la viabilité de l'Euro est-il aujourd'hui un bon message à donner aux ultra-nationaux et anti-européens ? Le repli sur soi, y compris monétaire, est-il vraiment La solution ?
Encore un débat qui va occuper le terrain médiatique... et dont je me fiche royalement. Euro, ou Franc, quelle importance ? Dans les deux cas ce seront des monnaies liées au système monétaire international, lesquelles monnaies ont évidement une fonction économique... et des limites (grosso modo les mêmes).
La vraie différence, et le vrai enjeu politique et économique, ce sont les monnaies locales/solidaires, non convertibles, les "bulles" d'échanges de proximité, "à échelles humaine", et la façon dont elles vont pouvoir, ou pas, contrebalancer les effets de la mondialisation des marchés.
Irrésistible :

Jean Quatremer ?@quatremer 29m
@annesojacques @si sombre petit à petit dans l'europhobie de bas étage à coup de dénonciation de complots médiatiques #dérive
Quelqu'un sait-il si on peut sortir de l'euro sans sortir de Maastricht?
Il me semblait que c'était lié: http://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/pourquoi-on-ne-peut-pas-sortir-de-l-euro-sans-sortir-de-l-union-europeenne

Auquel cas le débat de sortie de l'euro n'est qu'une polémique car elle évite la question de fond...
Guetta est très ferme : "la sortie de l’euro, c’est l’entrée de Le Pen. Pour moi, les choses sont claires : non, sincèrement, merci bien".

Eh oui, mais s'il y avait eu un vrai débat sur l'euro avant et après, Le Pen ne se serait pas retrouvée en championne anti-euro.

C'est à ça qu'on reconnaît le déclin, personnel ou collectif, tout va toujours vers le bas.
Même quand on se persuade soi-même qu'on va vers le haut.

Ah, les belles lunettes roses de Guetta, qu'il chausse en toute circonstance. Comme les enfants, il sait toujours qu'il est dans le camp du bien, qu'il soit avec les gendarmes ou avec les voleurs...
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Pierre-Moscovici-Jacques-Sapir-est-d-extreme-droite-23216.html


Pierre Moscovici : "Jacques Sapir est d’extrême droite"
Il y a plus débat pour sortir de l'Euro qu'il y a eu pour y rentrer...
"Et puis il y a eu cette couverture du Harper’s magazine du mois de février. Pour illustrer son dossier intitulé Comment l’Allemagne est en train de reconquérir l’Europe, le magazine a choisi un brassard noir avec le sigle de l’euro en lieu et place de la croix gammée." Mais cette chronique d'@si n'a-t-elle pas fait sienne la une de Harper's?
Pour mémoire: la loi de Godwin peut s'appliquer à tout type de conversation ou débat ; l'un des interlocuteurs atteint le point Godwin lorsqu'il fait référence à un fait en lien avec l'holocauste ou le nazisme alors que le sujet de départ ne s'y prêtait pas.
N'est ce pas ce que fait Anne-Sophie Jacques avec cette mise en abyme? Mais non! Ce n'est pas elle qui le dit! C'est Harper's ! Ah bon!!!
Il ne fallait pas entrer dans l'€uro…

Maintenant il faut en sortir !

PG
Ce Cohen est trop fort , on a pas trouvé mieux dans sa grandeur . pour moi ce n'est pas un débat interdit qu'il dit ,et plus loin de rajouter, ce grand specialiste en psychiatrie on pense inviter J.Sapir ou encore J Génereux qui semble tout comme Mélenchon se radicaliser . Encore un cerveau malade docteur?
Toujours pas un mot de l'UPR.
Toujours le FN pour décrédibiliser une idée,
Toujours les mêmes bouts de ficelles : amalgames, stigmatisation, intimidation.
Ce lundi (03/02) un autre débat à eu lieu sur France Culture (La grande Table 2e partie) avec Aurélien Bernier et Guillaume Duval, pas directement sur la sortie de l'euro mais pas loin et d'un point de vue différent.
L'Andorre et la Lettonie adoptent l'€. Le 1er janvier 2014. Ça serait vache pour eux.
f'in moi je n'en connais pas de Lettons
Merci au jardinier incessant de ce complément d'information.
Il y a un truc qui me fait quand même tiquer, c'est qu'une personne se réclamant de la démocratie comme M. Todd invite à l'abstention.
La schizophrène guette. Autant il a de la pertinence sur son domaine professionnel, autant en politique ou en économie il sucre gentiment des fraises (rappellons nous son "Hollande peut devenir le Roosevelt français", ouai...ou pas)
Pour tous les "partis de gouvernement" (ou plutôt de non gouvernement...) les municipales vont êtres tendues. Mais les européennes risquent bien d' être sanglantes... et je parle même pas de 2017. Le débat tabou commence à se frayer un chemin dans les médias mainstream, et même en utilisant le repoussoir Le Pen, la sortie de l'euro risque bien d'apparaitre à un grand nombre comme la seule solution viable à long terme. Et la conclusion s'imposera : continuer de voter pour ceux qui nous ont mis dans la panade, ou tenter autre chose avec une vraie gauche de gauche... Je n'ose imaginer la solution Le Pen, mais si elle arrive, au moins pourra-t-on construire du neuf sur les décombres qu'elle ne manquera pas de laisser en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.
"Jacques Généreux qui semble, tout comme Mélenchon, se radicaliser."
Cohen dit (une fois de plus) une ânerie. Mélenchon a expliqué son rapport à l'Euro pendant la campagne présidentielle. En très résumé : l'Euro tel qu'il fonctionne actuellement tue les peuples. Il faut donc le réformer, par la négociation (ex : imposer des règles différentes à la BCE), ou par la force (réquisitionner la Banque de France). En cas d'impossibilité, quitter la zone Euromark, avec d'autres pays, pour créer un EuroSud. A ma connaissance, çà ne s'est pas radicalisé.
Pour aller dans le détail de la réflexion : cette résolution du Parti de Gauche du 10 avril 2011. Attention, c'est long! Mais le sujet est complexe et nécessite d'aller un peu plus en profondeur que "pour ou contre".
Nota : Sapir, lui, pense que l'Euro n'est pas réformable.
Souvenons-nous que l'inénarrable Moscovici avait déjà traité Mélenchon d'antisémite, en mars 2013. Le PS aux abois a toujours recours aux mêmes ficelles boueuses...
Le chantage se précise: Ou bien l'euro et son TINA ultra-libéral, ou bien le Pen. On comprend pourquoi le FN n'a pas été dissous quand il pouvait l'être .
Il est quand même extraordinaire qu'on puisse lire que la rédaction d'un magazine d'information générale à discuter pour savoir s'il fallait donner la parole à ceux qui préconisent une sortie de l'Euro (Julliard était contre). Mais de quelle presse s'agit-il ? la presse est là pour informer et faire part des courants qui traversent une société, libre ensuite dans un éditorial de donner sa position. La justification donnée par la rédactrice adjointe de la rédaction est minablePas étonnant que TINA règne en maître. La presse se révèle tout simplement comme un organe de propagande à formater les esprits et se plaint de perdre des lecteurs;
Quand à inviter M Le Pen pour défendre la sortie de l'euro, c'est de la manipulation pure et dure car il existe dans tous les courants gauche et droite des partisans de la sortie de l'Euro. N'inviter qu'elle s'est, sachant qu'elle fait encore repoussoir pour un majorité de citoyens c'est volontairement disqualifier la thèse. Encore de la manipulation car le débat est bien réel et mérite d'être exposé aux Français à moins d'être un illuminé d'intégriste.
A force de travailler sans éthique professionnelle, le réveil pour les journalistes comme pour les politiques risquent d'être dur.
Monsieur Jacques Julliard : on peut être pour on peut être contre mais lorsque l'on est journaliste on n'a pas le droit d'interdire de porter à la connaissance de ses lecteurs un vrai débat qui prend de l'ampleur en Europe, même du haut de vos convictions.
La réponse de Jacques Sapir sur RussEurope est effectivement sans langue de bois. Un vrai régal à lire.
Je vais remettre du caramel sur mon pop-corn. Le spectacle à venir jusqu'aux élections européennes s'annonce grandiose.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.