18
Commentaires

Sondages : "Face à un enquêteur, les gens se gauchisent, via internet, les gens se droitisent"

Vincent Tiberj et Nonna Mayer connaissent bien la sociologie électorale et les enquêtes d'opinion, notamment grâce à leur travail pour la Commission nationale consultative des droits de l'homme. Dans l'enquête du "Monde" parue ce 4 novembre consacrée aux sondages, Tiberj explique que ceux-ci donnent une impression de "droitisation" de l'opinion qu'il juge exagérée. Nous avons voulu en savoir plus. Interview.

Commentaires préférés des abonnés

Article d'utilité publique! Comprendre comment les sondages ont des biais systematiques est essentielles pour contrer l'argument du: "on s'est planté mais c'est parce que l'on ne fait que des instantanés".

Ouais bon, tout ça pour dire que le problème est structurel, que les sondages sont des outils qui, mal utilisés sont nocifs et qu'il y a des biais d'analyses dans les médias ?


Autant je loue la volonté et le travail effectué pour nous faire comprendre(...)

Même si un outil de mesure est conçu de manière objective au départ, son exploitation pour autre chose que de la pure observation cause inévitablement sa perte d'objectivité puisqu'il devient une cause indirecte du phénomène qu'il prétend observer. Ç(...)

Derniers commentaires

Je me " gauss " des sondages ...

On peut appliquer le vieil adage : Qui paye l'orchestre choisit la musique.

Et l'on ne s'étonnera plus que des sondages payés par des médias aux mains de milliardaires donnent les résultats qui arrangent ceux ci.

Le truc qui me rend dingue, c'est l'utilisation du fact checking et des sondages en live sur les plateaux télé.  Les médias délivrent ça comme un totem de vérité sans qu'aucun recul ne puisse être pris. On se retrouve dans des situations où les journalistes considèrent les chiffres e l'INSEE comme la réalité absolue alors qu'aucun chiffre ne vaut son interprétation et regard critique.


Ca me fait penser au débat de Mélenchon avec les entrepreneurs sur BFM Business. A un moment, Nicolas Doze dit à Mélenchon que la France est le pays qui a le nombe d'heures travaillée par habitant le plus faible (d'Europe je crois, je ne sais plus). Ce qu'il ne dit pas, c'est que ce chiffre ne vaut absolument rien car tout dépend de la pyramide des âges. Doze est un bel exemple de "journaliste" militant malhonnête et j'aimerais que les politiciens qui lui répondent (quand ils sont en désaccord) pointent spécifiquement cette malnhonnêteté et le disqualifient.

Quelques remarques sur les sondages.

Ils reposent sur des théorèmes mathématiques, et le fait que ces théorèmes s’appliquent à la réalité est vérifié avec une très grande précision.

C'est sur ces théorèmes que reposent les marges d'erreurs données par les sondeurs.

Mais ces théorèmes, comme tous les théorèmes, ont des hypothèses.


La première est que les sondés sont choisis au hasard avec équiprobabilité dans la population.


En pratique cette hypothèse n'est jamais vérifiée, même pas approximativement dans les sondages par internet.

Il en découle que les théorèmes sont utilisés à tort.

En gros il ne s'agit pas de photos floues d'une opinion ( et je crois qu'il y a des sociologues qui pensent que cette opinion n'existe pas ) mais d'un n'importe quoi que les « instituts » de sondage réussissent à vendre plus cher que ce que ça leur a coûté.

Après tout il faut bien s'enrichir.


La preuve s'il en était besoin que le marché et sa  "compétitivité "  conduit au low cost de tout y compris de la démocratie. Il est mortifère. 


On est peu de chose: alors donc notre opinion politique est elle-même, pour tous les individus, un sondage intérieur faussé par l’outil qui nous introspecte.

Est-ce qu’une urne de vote, pire une machine à voter, est le bon outil neutre, qui n’influencerait pas mon côté de gauche ou de droite, dans un sens ou dans l’autre?

Est-ce qu’on n’est pas en train de divaguer? 

On a lâché le ballon captif nommé sondage, on l’observe de près, mais loin, il dérive dans les hautes atmosphères, on ne sait vers où. Vers où, vers où il va s’écrabouiller.

Article d'utilité publique! Comprendre comment les sondages ont des biais systematiques est essentielles pour contrer l'argument du: "on s'est planté mais c'est parce que l'on ne fait que des instantanés".

Il me semble que le problème de fond est évité. La situation est telle qu'il faut aujourd'hui des moyens dérisoires pour influencer les sondages et leur faire dire ce que l'on veut.

Même si un outil de mesure est conçu de manière objective au départ, son exploitation pour autre chose que de la pure observation cause inévitablement sa perte d'objectivité puisqu'il devient une cause indirecte du phénomène qu'il prétend observer. Ça vaut pour les sondages, pour le PIB, pour les indicateurs de performance et les classements de toutes sortes.

Ouais bon, tout ça pour dire que le problème est structurel, que les sondages sont des outils qui, mal utilisés sont nocifs et qu'il y a des biais d'analyses dans les médias ?


Autant je loue la volonté et le travail effectué pour nous faire comprendre le processus, autant je dois avouer que pour moi, ces outils n'ont jamais été créés pour informer, mais bien pour réaliser des opérations de propagande.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.