7
Commentaires

Simonnot, 30 ans de journalisme engagé

La nouvelle Contrôleure générale des lieux de privation de liberté vient d'écrire aux ministres de la Justice, de l'Intérieur et de la Santé pour demander des aménagements de peine face au nombre inquiétant de clusters du Covid-19 en prison. Ce n'est pas la première fois que Dominique Simonnot cherche à influer directement sur le réel. L'ancienne journaliste de Libération et du Canard enchaîné revient pour ASI sur ceux de ses articles qui ont eu des impacts très concrets.

Commentaires préférés des abonnés

l'état de la justice dans notre pays est déplorable (presqu'autant que la police ) et ce n'est pas seulement dû au manque de moyens.


Les personnes jouent aussi un rôle de des-hummanisation et d'infantilisation.

Le film de Depardon "délit flagrant" m'a (...)

Merci, Madame.

Ses chroniques dans le Canard étaient en effet très intéressantes. Elles documentaient les conséquences concrètes de ces empilement de lois souvent redondantes votées pour montrer que gouvernement et Parlement faisaient quelque-chose. Je suis curieux(...)

Derniers commentaires

Bon, c'est bien de vouloir aider les prévenus, mais il y a un grand vide au Canard.. Dominique, tu nous manques !


J'ai vingt ans de moins que D. Simonnot, mais me sens tellement en phase! Bravo et merci pour la carrière passée, et courage (ou courage à ses vis-à-vis, plutôt) pour la suite...

Cela ne fait aucun doute, Dominique SIMONNOT  sera une Contrôleure générale des lieux de privation de liberté dont la connaissance du milieu pénitentiaire est largement reconnue. De même, son engagement militant n'est pas à démontrer. 

Si son choix d'accepter le poste semble assez clair à la lecture des réponses qu'elle a données aux questions du rapporteur de la Commission des Lois constitutionnelles,de la législation et de l’administration générale de la République, celui du président Macron, expliqué par Le Monde et exposé par Tony Le Pennec de signer le décret  semble beaucoup moins crédible. 

Avec l'équipe qui l'entoure, elle aura, comme ses prédécesseurs, bien du mérite à imposer le statut d’autorité administrative indépendante au Contrôleur général des lieux de privation de liberté ...


Un travail bien necessaire, entre l'état des lieux de détention, la justice expeditive et la vision des français sur la prison.

Merci

l'état de la justice dans notre pays est déplorable (presqu'autant que la police ) et ce n'est pas seulement dû au manque de moyens.


Les personnes jouent aussi un rôle de des-hummanisation et d'infantilisation.

Le film de Depardon "délit flagrant" m'a traumatisé en quelque sorte. Surtout cette histoire du type qui a un opinel sur lui. C'eut put être moi... 


La façon dont on a traité Ménigon et Aubron c'est pareil . jugées, condamnées mais à jamais coupables devant payer ad vitam...

Quant à Rouillant qu'on a incarcéré à nouveau pour avoir dit qu'il faut "du courage pour prendre les armes ", ça prouve  bien qu'on regrette la peine de mort dans certains milieux de l'administration.  

Merci, Madame.

Ses chroniques dans le Canard étaient en effet très intéressantes. Elles documentaient les conséquences concrètes de ces empilement de lois souvent redondantes votées pour montrer que gouvernement et Parlement faisaient quelque-chose. Je suis curieux de voir ce que la mission va donner et ce que Simonnot va en raconter :)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.