19
Commentaires

Shera Kerienski, la "grande soeur de Youtube", qui a fait un "blackface" sans le savoir

Elle se surnomme la "grande soeur de Youtube". Avec ses 1,4 million d'abonnés, ses tutoriels maquillage et ses conseils beauté pour les ados, Shera Kerienski est devenue à 24 ans l'une des youtubeuses françaises les plus influentes. Une youtubeuse beauté qui se distingue également par ses coups de gueule contre "les placements de produits abusifs" et sa dénonciation du harcèlement de rue

Derniers commentaires

Je ne connaissais pas cette jeune femme, j'ai donc vu la vidéo.
Le vieux que je suis et qui a connu les années 80 mais aussi le "touche pas mon pote" peut vous l'affirmer: rien à voir avec les conneries racistes des années 80, les spectacles de Michel Leeb (même époque) ou les spectacles de "minstrels". Il n'y a pas de volonté dans la vidéo de dénigrer tel ou tel ethnie, pas de langage caricatural, etc.
Ce à quoi me fait le plus penser cette vidéo c'est au contraire aux initiatives de certains journalistes blancs anti-apartheid qui dans les années 70-80 s'étaient maquillés pour se faire passer pour noirs et ressentir directement le racisme.

Quand aux propos balancés dans sa jeunesse, on a tous été cons, l'important c'est de ne pas le rester. Je pense que ses actes le démontrent. Et j'espère qu'ils continueront à le démontrer. On ne peut pas en dire autant de tous.
Vous savez qu'en cherchant un petit peu on peut trouver des trucs intéressants sur YouTube ?
--
j'étais plutôt d'accord avec les conclusions de M. Korkos a l'époque de cette autre blackface-polémique :
https://www.arretsurimages.net/breves/2013-11-27/Le-blackface-d-une-journaliste-de-Elle-id16472
"On n'a pas la même histoire que vous les amerloques impérialistes circulez y a rien à voir"
Korkos au top de sa forme effectivement...
ouais. Surtout qu'à l'époque de la ségrégation aux USA et jusque dans les années 60 nous on a "Le code de l'indigénat" qui organise la ségrégation de la même manière en France et dans ses colonies (cf wikipedia).
toujours le même argument recuit "oui mécépapareil en France qu'aux states", qui montre un peu ses limites et qui est fatigant à la longue.
alors je n'ai pas compris la même chose de la chronique de Korkos,

j'ai cru y lire que, malgré toutes les horreurs de l'histoire française,
la question de se peindre en noir n'était pas chargée de la même signification qu'aux states

faut-il se plier à l'histoire statusienne dès lors qu'on diffuse sur youtube ?
dans les deux procès de blackfacing, les deux nénettes, françaises, ne connaissaient ni le terme ni l'histoire du truc...
Faut il se plier à quelque chose de peur de choquer quelqu'un quelque part ?
Perso ce que je n'importerais pas des États-Unis c'est surtout la culture de l'outrage victimaire qui y règne quelle que soit l'intention, le contexte et la portée politique du geste condamné (et quelle que soit la communauté choquée par un truc, dont d'ailleurs les hommes blancs racistes, ce à quoi le succès de Trump n'est pas étranger).
J'aimerais un jour une enquête sur la réalité des chiffres des abonnés Youtube.
1,4 millions d'abonnés cela représentes 100% des filles de 13 à 16 ans ou 50% de 12 à 20 ans.

Peut être que c'est moi qui ne comprend pas l'ampleur du phénomène mais j'ai un doute.
On en est donc à considérer comme du blackface une vidéo où une personne blanche se maquille en noir pour protester contre un truc, et clairement sans intention de nuire. Dans l'autre sens, "c'est pas pareil". Et Shera Kerienski c'est Michel Leeb.


J'appelle au double standard et je reprends des frites avec mes moules.
On en est à commenter des tuto maquillage. @si va de mal en pis
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.