154
Commentaires

Sarkozy et le mur : seulement en rire ?

Et le matinaute se demanda s'il n'avait pas rêvé.

Derniers commentaires

Eriger une Statue de Nicolas Sarkozy à la place du mur de Berlin

Cette énième aventure sarkozienne, du futur président participant activement à la chute du mur de Berlin, est une fois de plus révélatrice, d’un rapport au pouvoir, d’une présidence omnisciente ; de cette envie maladive d’être toujours présent, de faire l’événement, de le contrôler, d’en être quasiment l’initiateur.

Voir également tribune Agoravox
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/eriger-une-statue-de-nicolas-64863



 Comme Notre Président de la République le confesse sur Facebook, il semble avoir été un des rares acteurs politiques, présent presque instantanément à Berlin dès l’annonce de l’ouverture des points de passage entre l’Est et l’ouest... 
Et alors… ? Où serait le problème ? Et pourquoi encore une fois s’en prendre à l’imagerie présidentielle ?
Pourtant pour un certain nombre d’entre nous, cette histoire, cette aventure sarkozienne est bien révélatrice d’un rapport au pouvoir, de cette envie maladive d’être toujours présent, de faire l’événement, de le contrôler, d’en être quasiment l’initiateur. Alors, on peut avoir la tentation de « réécrire l’histoire », le plus tragique comme la plus heureuse, celle de l’Afrique, comme celle du mur de Berlin. Ainsi, comme le Père Ubu, on est toujours au centre de tout, de la petite histoire people comme de la grande.
 
Parfois les gouvernés un peu stupide, que nous sommes, tentent d’imaginer le désir présidentiel ; vouloir absolument être présent ce fameux 9 novembre ! c’est peut-être en quelque sorte, revendiquer, une place à part, c’est être le seul à avoir tout compris.
Sans doute, Nicolas Sarkozy, a-t-il rêvé au fond, ce jour idéal, où il aurait quasiment fait tomber le mur de Berlin presque à lui tout seul.
Prenons-nous, nous aussi alors, à rêver dans l’espace qui nous est encore accordé ;
Rêver d’être nous aussi à la hauteur du Personnage qui nous incarne, de faire des rêves aussi beaux que le Président que nous nous sommes donnés.
Des rêves éveillés de grandeur pour rendre hommage à une telle magnificence, une telle prescience de l’événement, que dans notre médiocrité, noyer dans la masse, nous n’avons même pas vu venir...
Répondre par la fanfaronnade à la fanfaronnade des puissants, en transformant les héros en statue, privilège des humbles et des artistes, nous parait, aujourd’hui, bien salutaire, comme au temps de Shakespeare, Jarry ou Ionesco…
Alors oui, nous exigeons une statue de Nicolas Sarkozy, à la place du mur de Berlin. 
 
Nous répondons face à face, facebook to facebook, puisque l’époque l’exige, à armes quasiment égales, et nous vous invitons à rejoindre le groupe pour « Ériger une statue de Nicolas Sarkozy à la place du mur de Berlin »*. … 
* http://www.facebook.com/group.php?g... 
 Parce qu’il nous reste, encore, ce petit pouvoir de transformer les faux héros en statue, les vrais héros le sont déjà, hélas !.
J’ose espérer seulement que nous n’aurons pas à demander l’asile politique à Marie Ndiaye, mais au rythme où vont les choses…
The Elysee palace has maintained that Sarkozy was indeed there on the evening of November 9th even though former prime minister Alain Juppe, who accompanied Sarkozy, has also said he is unsure about the date.
Désolé je n'ai pas trouve cette dépêche AFP en Français

Traduction :
L’Élysée maintient que Nicolas Sarkozy était bien là le soir du 9 novembre

Une nouvelle règle pour
Le chef a toujours raison

Règle n° 1 : Le Chef a raison.
Règle n° 2 : Le Chef a toujours raison.
Règle n° 3 : Même si un subalterne a raison, les deux premières règles s'appliquent.
Règle n° 4 : Le Chef ne dort pas, il se repose.
Règle n° 5 : Le Chef ne mange pas, il se nourrit.
Règle n° 6 : Le Chef ne boit pas, il déguste.
Règle n° 7 : Le Chef n'est jamais en retard, il a été retenu ailleurs.
Règle n° 8 : Le Chef ne prend jamais de liberté avec sa secrétaire, il fait son éducation.
Règle n° 9 : Le Chef ne quitte jamais son service, il a une réunion à l'extérieur.
Règle n° 10 : Le Chef ne lit jamais son journal pendant le service, il s'informe pour protéger l'entreprise et donc les emplois de tous.
Règle n° 11 : Le Chef fait énormément de sacrifices pour ses subalternes ; ils peuvent donc bien en faire un ou deux pour le Chef en retour.
Règle n° 12 : Le Chef a le droit d'être toujours de mauvaise humeur et d'insulter les subalternes c'est dû à son stress de Chef.
Règle n° 13 : On entre dans le bureau du Chef avec ses idées personnelles, on en ressort avec les idées du Chef.
Règle n° 14 : Le Chef est toujours le chef, même en slip de bain.
Règle n° 15 : Plus on critique le Chef, moins on à de primes.
Règle n° 16 : Ne jamais oublier que le Chef est obligé de penser pour tout le monde.
Règle n° 17 : Seul le Chef a une vision globale de la France.
Règle n° 18 : Si vous avez un doute conformez vous à la règle n° 1 !
Règle n° 19 : Ce n'est pas le Chef qui [s]se trompe[/s] ment, c'est l'Histoire qui [s]ment[/s] se trompe
.
Un Président mégalomane doublé d'un mythomane...
Mais il y a pire : un personnel politique qui relaie ses délires, des [s]cire-pompes[/s] journalistes complices...
Et pourtant cet homme, à l'esprit manifestement dérangé, a le pouvoir de déclencher le feu nucléaire.
Tout cela finira très très mal.
"Peut-être le sujet ne mérite-t-il que d'en rire, comme le font de nombreux et talentueux internautes"

Mais rire de Sarko, surtout ainsi, de façon très créative, et ouvertement, c'est relativement nouveau.

Rappelez-vous la sidération qui a accompagné l'élection de NS. Cette impression que le ciel allait nous tomber sur la tête. Que le fascisme était à nos portes, et la crainte qui en a résulté. Comment tout ce que Supersarko faisait était porté aux nues par lémédias, jusqu'à la caricature, et comment ce fait nous mettait dans un état d'ahurissement et parfois de fureur.

Et voilà ! Par un inattendu retournement de l'histoire, une série de bévues du pouvoir, nous pouvons nous permettre de rire d'une storytelling de NS, Celui dont on rit ne fait plus peur. En plus de leur crédibilité, lui et son équipe ont perdu leur aura autoritaire. Le même aura auquel ils s'accrochent en affirmant mordicus que le chef a forcément raison même s'il a tort. Mais l'autorité, il faut savoir en user, pas en abuser.

Beaucoup de médias ont relayé l'info.Il y a peu de chance que les électeurs du FN votent pour des bouffons qui imaginent leur vie. C'est toujours ça de gagné.

Et vous DS comme Sophie, vous pourrez dire à vos petits-enfants, j'y étais, j'ai participé à démollir l'histoire absurde. J'ai fait de la vraie info.

Et en ce qui vous concerne, ce ne sera pas une vantardise........
Une chose est sûr, le Président de la République Française 2007-2010 : Nicolas Sarkozy restera dans l’histoire comme le plus grand mythomane du XX° et XXI° siècles.
À la différence de Jacques Chirac ou d’autres politiques ayant commis des délits, il ne pourra pas être poursuivi par la justice…
Son irresponsabilité pénale étant facilement établi par son côté pathologique de névrosé, de psychotique et de mythomane.

En psychologie, la mythomanie est une tendance au mensonge pouvant aller jusqu’à altérer durablement la vie sociale.
Il a été observé que le mythomane ment souvent parce qu’il craint la réaction (de dévalorisation, par exemple) qu’entraînerait l’aveu de la réalité.

Cette pathologie entraîne un handicap social important dans les cas où le malade procède à des altérations mineures et crédibles de la réalité.
L’aveu étant souvent ou presque toujours accompagné de réactions négatives de l’entourage, la mythomanie tend à s’auto entretenir.

Contrairement au menteur, le mythomane n’est pas totalement conscient de son mensonge (Tartarin « ne ment pas; il se trompe », écrit Daudet). Il ne distingue pas clairement la réalité des événements issus de son imagination.

Le phénomène est cependant normal dans la phase préadolescente : le jeune enfant se raconte comme étant vraies des histoires imaginaires.
Ces mensonges ne sont pas intentionnels : l’enfant croit dans une certaine mesure à ce qu’il raconte. C’est là une étape normale et généralisée de l’enfance.
Quand cette tendance persiste après la fin de l’adolescence, elle est considérée par notre société comme un trouble du comportement.
Elle est alors qualifiée de mythomanie et peut, non traitée, annoncer un désordre psychiatrique plus grave : névrose ou même psychose.
D’après ouiquipédia
Aurions nous dus fermer les yeux sur le nouveau mensonge du président de la République Française ? ! Question importante ou alors le plus sûr moyen est de ne plus écouter notre animal aux nombreux cerveaux !

Quel est la raison de son nouvel dérapage ? la démence me semble être l'unique raison. Je ne vois pas d'enfumage possible derrière ce nouveau écart de notre petit homme. Par contre tous ceux qui le suivirent dans son délire historique m' inquiètent sérieusement, ce type terrorise tout le monde, j'entends avec beaucoup d'impatience la déclaration de Rame Yade à ce sujet ? ! ....................................
Pourquoi est-ce important? Effectivement, être là par hasard, ou ne pas y être, quelle importance? Sauf que, il s'agit d'un mensonge caractérisé. Je n'avais que 8 ans lors de la chute du mur, et pourtant, je me souviens très précisément de l'endroit où j'étais ce jour-là, de la pièce, de la réaction de mes parents, alors si un enfant de 8 ans, ne réalisant pas l'importance de l'évènement s'en rappelle, alors un adulte devrait très précisément savoir également.

Là, ils se sont enfoncés toute la journée, au fil des preuves, dans leurs mensonges pour une peccadille. Un mensonge digne d'un petit enfant, ridicule, et touchant avec l'excuse de l'âge. Là, nous avons la plus haute personnalité de l'état, qui ridiculise la France, qui ment effrontément. Je tiens à rappeler que dans certains pays, le mensonge seul est condamnable par la loi, en France, c'est une habitude.
En rire ? Que le président se trompe, ce n'est pas une première, mais qu'il se fourvoie dans le mensonge à en ré-écrire l'histoire même petite, cela n'augure rien de bon, 1984 ne m'a pas fait plus rire non plus, nous glissons vraiment dans ce monde la (sauf révolution ? Qui y croient plus qu'il ne l'espère ?), comme a chaque fois, c'est étape par étape, dans ce cas les fait ne sont pas très important, dans les cas suivants, ils seront sans doute de plus grande ampleur...
Demain le scandale sera remplacé par un autre, comme d'hab...
L'idée du compteur sarkozien proposé par un(e?) asinaute me plais également beaucoup
Sur une photo prise de jour au même endroit du mur, on voit que celui-ci borde un parc.

Comme l’indique la carte donnée par ce ce lien, le mur était doublé côté Est par un « mur d’arrière plan » avec un « No Man’s Land » entre le mur d’arrière-plan et le mur extérieur.

Je ne connais pas Berlin, mais je sais qu’il y a de nombreux parcs, dont celui de « Tiergarten ».
Questions :
1- Quand cette portion de mur dans le parc de Tiergaten, a-t-elle été détruite ?
2- Quand, les premiers morceaux de mur sont tombés ?
3- Où sont situés dans Berlin les premières destruction du mur ?
Où se situe actuellement le « East Side Gallery », long de 1,3 Km ?
" Ich bin ein baratiner "

(Attribué à Sarkozy par Le Canard Enchaîné, ai-je entendu ce matin sur les ondes de Radio France).
[quote=Sarkozy a tout compris à la télé]

Ah bon?
Le fait que Sarkozy ait été présent le 9, le 10 ou le 16 n'a évidemment aucune importance en soi.
Il aurait donc été beaucoup plus simple, une fois l'erreur signalée, de reconnaitre cette erreur : un petit mea culpa sur la page facebook dans le genre "sorry, ce n'est pas le 9 comme précédemment annoncé mais le 10 que ce cliché a été pris" aurait suffit à éteindre l'affaire.

Mais...

les zelateurs du pouvoir (les mêmes que l'on a vu à l'oeuvre dans l'affaire du prince Jean) se sont tellement empressés de vouloir confirmer la version du 9, qu'ils ont réussi à susciter une vaste rigolade (voir le tweet "nicolassarkozyestpartout") et une mini polémique (y a t'il volonté manipulation de la part du pouvoir).

Ce qui était au départ une photo sympa et positive devient, par le fait même du pouvoir, un bide complet !

Sarkozy a tout compris à la télé, mais il n'a rien compris à internet.
Mur, mur de mes lamentations,

Je ne suis pas un homme idéal car je n’emploie pas la bombe à raser Palmolive
je ne suis pas élégant car je ne m’habille pas au Printemps
je n’ai pas le goût viril car je fume pas Chesterfleld
Je suis voué à être pauvre car, en partant de Chez moi, je ne prends jamais la précaution de vérifier si j’ai pris mes Capsules Bartissol. Il faut toujours avoir ses Bartissol sur soi.
Je n'utilise pas Rexona alors je suis condamné à ne pas aller au théâtre, aux surbooms, bref à ne plus sortir car je n’utilise pas Rexona.
Et si je n’aime pas ma femme c’est parce qu’elle ne m’achète pas Kronembourg par six.
Je ne suis pas un homme à la page car je ne connais pas Bitter San Pellegrino
JE ne réussirai jamais car je ne fume pas Fontenoy. Je ne fume plus du tout d'ailleurs
JE n'utilise pas Safeguard alors comment me débarasser de ce "je ne sais quoi" que les autres sentent si bien.
Je ne puis faire du cheval, ni du tennis, ni me baigner car il serait malséant que je me serve de Tampax
Je me contente de faire des quatrains pour l'écrivain Durocher éditeur, et non des écrtis pour le vin "des rochers" : je ne suis donc pas un poéte
Et si je suis finalement un idiot c’est parce que je n’ai pas connu plus tôt l’Ecole Universelle.

JE ne suis pas idéal
Je ne suis pas élégant
je ne suis pas à la page
Je n'aime pas ma femme
Je ne suis pas viril
Je ne puis me débarasser de ce "je ne sais quoi"
Je suis voué à être pauvre
Je suis condamné à ne plus aller au théâtre, aux surboums, à ne plus faire du cheval, du tennis, à ne plus me baigner, à ne jamais sortir
Je ne suis pas un poète
Je ne réussirai jamais


JE suis un con

Jean L'anselme
Effectivement ce petit mensonge n'a, en soi guère d'intérêt. Il ne fait que confirmer
l'obsession de l'intéressé à démontrer sa dimension planétaire.
Toutefois il est intéressant de constater qu'il divise les médias en trois catégories:
ceux qui se sentent tenus de faire allégeance au prince, ceux qui se sentent tenus
de faire le contraire et ceux qui souhaitent seulement savoir (et faire savoir à leur
lecteurs).
Je suis heureux qu'@si fasse partie de la troisième catégorie mais je m'étonne
d'y retrouver aussi, si j'ai bien compris, le Figaro !
Si j'ai raté quelque chose, merci de me le faire savoir.
Amitiés à tous.
en fait tout le monde se trompe : j'ai la preuve que Nicolas Sarkozy était bien là où il l'a dit le 9 nov 1989. Et sa modestie dut-elle en prendre un coup, je suis en mesure de vous révéler qu'il a fait bien d'autres choses. On n'a pas fini de l'admirer !

http://www.nicolasyetait.com/thumbnails.php?album=2
http://www.france-info.com/ressources-afp-2009-11-10-le-jo-contredit-la-version-de-fillon-sur-son-sejour-a-berlin-en-367439-69-69.html

Article non disponible à 20h16; Mais disponible cet apres midi.

...où Fillon explique qu'il a peut etre confondu le journaliste de TF1 Ulysse Gosset avec un autre journaliste P. BOURRAT(décédé en 2002) O_o

Retrouvé sur google : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hIvncO6KMy0an-GVrjf93DOvVtgg

Le JO contredit la version de Fillon sur son séjour à Berlin en novembre 1989
(AFP) – Il y a 2 heures

PARIS — Le Journal officiel atteste de la présence à l'Assemblée nationale de François Fillon le 8 novembre 1989, contredisant en partie la version du Premier ministre qui affirmait lundi que ce jour-là il se trouvait à Berlin, avant d'y croiser Nicolas Sarkozy le lendemain.

Lors d'un déplacement à Thionville lundi, le chef du gouvernement a affirmé qu'entre le 7 et le 10 novembre il était en visite à Berlin et qu'il y avait bien rencontré l'actuel chef de l'Etat dans la soirée du 9 novembre, quand les autorités est-allemandes ont ouvert les passages du Mur de Berlin.

Plusieurs témoignages viennent remettre en question la présence de Nicolas Sarkozy ce jour-là, et le récit des événements qu'il a livré sur sa page Facebook, photo à l'appui.

"J'étais à Berlin depuis le 7 novembre, je participais à un colloque organisé à la fois par l'Allemagne de l'ouest et l'Allemagne de l'est sur les relations est-ouest", avait indiqué François Fillon qui était alors député et membre de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale, en espérant clore la polémique.

Mais selon le compte-rendu de la 2e séance de l'Assemblée nationale en date du 8 novembre 1989, révélé par le site internet de Libération, François Fillon se trouvait dans l'hémicycle ce jour-là, apostrophant notamment Pierre Bérégovoy, alors ministre de l'Economie et des finances en ces termes: "on vous pose une question, répondez".

Interrogé sur cette discordance par l'AFP, Matignon a indiqué "s'en tenir aux commentaires" du Premier ministre.

Dans son récit, François Fillon expliquait aussi avoir rencontré dans la soirée du 9 novembre une équipe de TF1 conduite par Ulysse Gosset, ce que ce dernier a démenti dans les médias.

Mais le Premier ministre a rectifié lundi soir sur cette même chaîne, en expliquant avoir "confondu", peut-être avec un autre journaliste, Patrick Bourrat. Ce dernier, grand reporter, est décédé en décembre 2002 lors d'un reportage.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés
André Gunthert explique bien pourquoi il ne faut pas "seulement en rire".
Pensez-vous qu'il s'agisse du même Sarkozy ?

Ici, soit-disant le 9/9/1989 lors de la chute du mur.

http://asset.rue89.com/files/imagecache/asset_wizard_width/files/ArnaudAubron/sarkoberlin.jpg

Et ici le 14/11/2009

http://www.ina.fr/economie-et-societe/religion/video/I00006713/nicolas-sarkozy-et-le-voile-islamique.fr.html

A 3mn20 par exemple. (Et cette émission du 14/11, elle a été enregistrée quand ?)

Sur la photo de Berlin, il a l'air d'avoir 15 ans de plus.
En même temps, tout ça, tout ça, vous découvrez l'Amérique ou quoi ?

On appelait Chichi supermenteur, mais il est battu à plates coutures depuis deux ans. Et ce mensonge là ne fait que s'ajouter à la liste. Alors, on fait quoi, on continue de trépigner derrière son clavier ? Bof bof...
A mon sens, cette chronique est complètement dans la mission de ce site : il s'agit de décrypter l'information et cette affaire est extrêmement interessante à cet égard :
- le support utilisé par le président de la République pour diffuser une information
- la réception de l'information présidentielle
- le traitement de cette information (par les blogueurs, par les sites d'information sur inernet, par les sites d'information claissiques utilisant aussi internet, lpar les télévisions et lesquelles, le temps de ce traitement...)
- les réactions à cette information : des journalistes, des interessés, des amis de l'interessé, des lecteurs : il n'est toutefois pas anodin qu'un maire modifie en catimini son éditorial sur le stie d'une très grande ville de France en 2 heures de temps, qu'un premier ministre vienne mentir au soutien de son Président, que des témoins zélés viennent confirmer modicus, "preuve à l'appui", l'information présidentielle mensongère, non ?
- l'interêt suscité par un tel mensonge : le buzz est lui-même une information à décrypter
- les motifs de ces actions : pourquoi ce mensonge, pourquoi l'avoir maintenu, pourquoi avoir convoqué des faux témoins, pourqoui l'avoir relayé (ex : TF1),
- l'issue de ce mouvement

Vous jouez votre rôle et moi j'attends des réponses de votre part.
J’avais raison :
Nicolas Sarkozy est un voyageur du temps :
« J’ai les pouvoirs suprême de dire n’importe quoi… »
[quote=Daniel Schneidermann]A constater, jour après jour, le décalage entre notre travail, sur ce site et sur quelques autres, et ce qui en transparait "à la surface" des médias de masse, je m'interroge parfois sur notre hiérarchie de l'info, à nous. Peut-être, en effet, savoir si Sarkozy ment ou non sur la date de son voyage, n'a -t-il aucune importance. Peut-être eût-il mieux valu s'interroger sur la querelle de paternité sur la chute du mur entre Walesa et Gorbatchev, sujet que nous avons totalement ignoré hier. Peut-être le sujet ne mérite-t-il que d'en rire, comme le font de nombreux et talentueux internautes, dont Le Post publie les meilleurs montages. Peut-être...

Bonjour Daniel,

Est-ce une question ? Ou exprimez-vous simplement quelques doutes parce que vous ne savez plus trop où vous en êtes ?

Je dirais : même si nous, les @sinautes, râlons parce que sont traitées ici des questions qui ne nous semblent pas primordiales, même si certains d'entre nous vous communiquent directement leur "ras le bol" de voir toujours parlé d'un tel ou d'une telle, même si moi-même, j'en ai "ras la casquette" de Sarkozy et ses tribulations, vous devez continuer. Votre mission consiste à pinailler sur tout et rien, alors allez-y, pas de quartier ! Taillaud, taillaud ! :)))

La paternité de la chute du mur, c'est plutôt un sujet pour Arte. Je crois qu'on peut leur faire confiance.
"je m'interroge parfois sur notre hiérarchie de l'info, à nous"

Le détail est très révélateur de l'ensemble ! C'est en cela qu'il est important de s'intéresser à ce petit mensonge "Sarko à Berlin" - comme aussi par exemple sur la véritable taille de Nicolas Sarkozy.


"Ça n'a l'air de rien, mais cela illustre bien le sarkozysme finalement. Un petit burin devient une pioche. Et de petits coups dans le mur pour en extraire un souvenir à rapporter à maman deviennent des "coups de pioche" que l'on devine rageurs et vengeurs car destinés à libérer un peuple prisonnier.

"Un petit mensonge de plus. Trois fois rien. Sans conséquences. Sans enjeu. Mais un mensonge d'Etat quand même."


(source)


"le décalage entre notre travail, sur ce site et sur quelques autres, et ce qui en transparait "à la surface" des médias de masse"

Ce décalage doit se réduire, il faut continuer à pousser, c'est absolument primordial pour 2012.


"Et c’est encore Internet qui stoppe la désinformation."

(source)

***

"Sarko à Berlin" : les parodies
Le problème est que les gens sont habitué à ce que les politiques leurs mentent. Ils ne s'en offusquent que lorsque ça touche leurs intérêts. Dans tout les autres cas on vous dira "Ouiiii, mais ils mentent tous" et en général certain croient même bon de continuer avec une "leçon" de science politique "Tu crois qu'ils seraient là où il sont s'ils ne mentaient pas, c'est comme ça que ça marche".

De quoi vous faire passer pour un idéaliste rêveur, y a-t-il encore beaucoup de gens qui pensent qu'ils n y a pas de petits ou de gros mensonges, que tous se valent. Et sinon, pour ma part, je compte sur @si pour débusquer ce genre d'info. Car si ce n'est pas fait ici, où est ce que ça le sera ?!
Faut rappeler que sarko était trop petit pour casser un mur. Il a cassé un bout de trottoir sur la photo non ? ;-)

je sais, je sors ----> [ ]
Tout est question d'équilibre, entre trop et trop peu.
Ne pas relever ce genre de mensonges grossiers, ce serait fautif ; mais se focaliser dessus, c'est dommage.

Rien, mais alors rien, n'oblige à rester prisonnier de ce que lémédias imposent. Mensonge de Sarkozy ou mur de Berlin ?

Et ben pourquoi pas la Tunisie, tiens ? Un gars se fait ré-élire pour la cinquième fois avec 90% des voix, et fait emprisonner des journalistes dissidents. Le gouvernement français approuve l'élection, ne dit rien pour les journalistes. (Par contre, quand un gars d'Amérique du Sud demande un référendum pour avoir le droit de se présenter une troisième fois à la présidence, c'est un concert d'indignation.)

Dans les médias, comment c'est traité ? Qui dit quoi ? Est-ce qu'on enquête sur cette complaisance de l'état français vis-à-vis du pouvoir tunisien ? Ou est-ce qu'on se tait ? Et si oui, pourquoi ?

Voilà, moi je ne connais pas les réponses à ces questions, et dans ce concert berlinois, je n'ai entendu qu'une courte interrogation ce matin sur France Inter à Kouchner. Un vite-dit, en somme.

Que Sarkozy soit bling-bling, autocrate et imbu de sa personne, ça je le sais malheureusement déjà par cœur - mais les réponses à ces questions, je ne les connais pas, et j'aurai vraiment soif qu'@si me donne au moins des pistes. Il y a largement moyen de faire contrepoint à l'"actualité" des médias.
Merci Daniel.Je l'ai écrit ailleurs ,c'est une franche rigolade....En même temps,c'est grave: Il est le premier magistrat de France et il s'est octroyé tant de pouvoirs.
Daniel, il est absolument nécessaire de continuer à montrer ces petits mensonges. Ce sont autant de signaux faibles sur les dérives du pouvoir actuel.

A force de se dire qu'il y a des choses plus importantes, le niveau de dérives augmente. Et ce qui aurait été intolérables au début devient rapidement tolérable.

C'est exactement comme la grenouille que l'on plonge dans l'eau bouillante et qui s'enfuit en sautant, ou la grenouille plongée dans de l'eau que l'on fait chauffer après...

Bon courage !
Sarko au pied du mur de Berlin le 9 novembre 1989, n’est pas un pied de nez à l’histoire, ni une connerie…
Mais une iconerie comme Bonaparte au pont d’Arcole, le 17 novembre 1796 .
Ha fallait être sur la photo !

Et faire croire qu’on y était ! Réjouissons nous, je ne vais pas pleurer sur l’empire soviétique. Bon débarras.
Vingt ans après il fallait être sur la photo. L’on commémore des combats gagnés, pour oublier ceux que l’on ne mène pas ?

D’un mur en carton l’on refait l’histoire.

Il faut apprendre la lettre de Guy Môquet à nos fistons.
Pour oublier la rue Lauriston, tous ces gens que l’on gaza ?
De ghetto en ghetto, de Varsovie à Gaza, l’on sent comme une tentation de Venise.
Comme un néopétainisme, les fleurons de l’identité française de Taittinger à Renault.
Comme en quarante camarades !
Y a 20 ans la démocratie était mure et le Tibet rit à faire voter les morts !
Les droits de l’homme sont un sport. Une secrétaire d’état rama pour qu’ils soient compatibles avec les intérêts de la France.
Faudra-t-il avant vingt ans, l’envoyer de légion décorée,
et par un prompt renfort d’un nobelisé, faire une des Corées ?

Deux cents ans d’histoire, des coupeurs de têtes aux murs de « sans papiers »,
l’histoire sans frontières de papier oublie les murs de sang.
L’on traite les humains d’hier comme l’on traite les animaux aujourd’hui dans des camps ou des labos.
Ce trait fait de nous sans le savoir des collabos.

Deux cents ans et la chanson, histoire de mémoire, est toujours en berne.
Ça ira, les aristocrates dorment ce soir, à La Lanterne.
Comment aider le Tibet face aux mensonges de la Chine, lorsque notre [s]Président[/s] Monarque est le Roi des menteurs !
www.chinaview.cn
France 3 en a parlé dans son journal d'hier à 9:22, assez longuement en faisant part des nombreux doutes puis en laissant longuement Fillon mentir comme un arracheur de dents en fournissant de très nombreux détails, dans l'espoir de rendre sa version indiscutable... Un peu comme un mari infidèle qui raconte à sa cocue les innombrables et stupéfiantes circonstances qui sont à l'origine du fait qu'il rentre à minuit alors qu'il quitte tous les jours son bureau à 17 heures, et même qu'il est tombé devant une parfumerie sur des vendeuses qui faisaient de la pub pour un parfum de pouffe et qui l'ont aspergé... Ah ! On verra tout dans notre époque de fous, hein ma chérie !

http://minilien.com/?KlCZNXiROn

Voici le lien pour assister à ce grand moment (pour une fois que Fillon sert à quelque chose !)

***
ce sujet ne mérite meme pas un vite-dit. Et vous avez passé la journée d'hier dessus. Ainsi que la chronique matinale. decevant.
@ DS

"je m'interroge parfois sur notre hiérarchie de l'info, à nous ..."

Non monsieur, vous découvrez simplement en quoi consiste vraiment le travail des "journalistes" qui bossent pour "lesmédias" ...
Fixer les limites acceptables des débats entre "gens raisonnables".

Et visiblement, le questionnement de la propagande présidentielle ne rentre pas dans ce cadre.

Cordialement,
La mythomanie de Sarkozy nécessite-t-elle un suivi psychiatrique ?

Mythomane ? non
Mythocondriaque ? oui

C’est pathétique, il s’invente des « exploits » pour masquer la pauvreté de sa vie.
Il ne peut qu’exister entourer de vils [s]flatteurs[/s] courtisans qui conforte son EGO.
C’est grave Docteur ?
Si vous voulez parler du mari de Carlita… la réponse est non !
Par contre, si vous pensez au Président de la République Française… la réponse est oui !

Car comme dit le proverbe :
« Qui vole un œuf, vole un bœuf »
« Qui falsifie l’histoire d’un mur, falsifie l’HISTOIRE de France »

Défense d’en Rire
"on essaya de savoir si le président de la République avait menti, "
Sacré Daniel.
Moi, Sarkozy, je le crois, d'abord. C'est d'ailleurs assez simple.
Dès qu'il y a un mur, il ne peut s'empêcher de foncer dedans, c'est compulsif.
Vous croyez que ça vient d'où, d'abord, ces épaules qui bougent constamment sans qu'aucun de ses cinq ou six cerveaux ne leur demande ?
Des séquelles, à force de réajuster son costard après chaque embrassade de briques ou de parpaings.
Rire d'un président qui semaine après semaine, jour après jour, heure après heure, ne sait que faire éclater des mensonges historiques à la face du monde tout en assénant avec la même force inébranlable que jamais il ne mentira, promis juré ?
Avoir un mythomane récidiviste avéré à la tête d'un Etat, n'est-ce pas en soit extrêmement inquiétant pour le pays concerné, quel qu'il soit ? Tout le pays ne devrait-il pas s'en émouvoir et s'en ouvrir à ses dirigeants ? Genre par une désobéissance civile, des grèves et des manifs générales, sur le thème "on a un dangereux farfelu à la présidence, qu'il saute" ?
Est ce que le blogueur de l'Elysée n'a pas voulu jouer au bureau des falsifications?

Ca me rappelle juste un roman " Les falsificateurs" d'un écrivain Antoine Bello, franco américain soutenant très fortement Sarkozy. Personne a fait le rapprochement, c'est pourtant rigolo;
Le roman décrit une organisation secrète ayant pour objectif de falsifier l'histoire par notamment par des moyens divers comme le blog, internet, la presse...
Le thème de ce roman pourrait etre aussi une analyse de votre émission. C'est sans rappeler aussi 1984...
Qu’un président en exercice ose falsifier l’histoire est révoltant.

On l'aura remarqué, seuls ceux qui doivent leur poste à Nicolas Sarkozy le soutiennent, les autres se défilent. Tous les autres (y compris Juppé) l'abandonnent, dégoûtés. En ne le soutenant pas, ils se comptent. Ils seront les premiers à lui donner le coup de pied de l'âne, le jour venu.

Espérons seulement que l'esprit républicain revienne un jour à l'Elysée. En attendant, en plein débat sur l'identité nationale, j'ai honte pour nos dirigeants. Ridicules. Irresponsables. Bretteurs et menteurs.

Quel déshonneur !
bravo pour ce suivi heure par heure du gag du 9/11!!

le Mur a été reconstruit... à l'Elysée.
Effectivement, consacrer autant d'articles à ce genre de polémiques me semble être un gaspillage de temps et d'énergie... cela étant, les querelles entre Walesa et Gorby sont à mon avis du même ordre que la polémique sur la (non-)présence de sakozy à Berlin le 9 novembre 1989. Sans vergogne, chacun tente de s'arroger les lauriers d'une histoire pourtant écrite avec le sang d'anonymes courageux et déterminés.

Malgré tout, les résistances n'ont pas fait tomber le mur... en 1989, le bloc soviétique, ruiné par la compétition (militaire, économique, etc) effrénée avec les Etats-Unis, n'est plus que l'ombre de l'Ours décrit pas Walesa. Bon sang j'ai vécu cette époque là et la question n'était vraiment pas de savoir qui ferait tomber le mur, mais QUAND il tomberait, l'URSS était en train de se déliter depuis quelques années déjà et plus rien ne pouvait empêcher son effondrement.

Par suite, les bavardages de nos trois compères sur leur rôle ou leur présence parait bien dérisoire. Mais d'aucun sait que le destin de l'Homme est d'oublier...
Réécrire l'histoire, c'est pas un des sujets principaux des 1984 ?

Orwell dans les écoles NOW !!!!!
Salut à tous,

même commentaire que sur l'autre chronique:

Je pense qu'avec une succession d'évidences aussi impressionnante et qu'on remarque que gouvernement et médias relatent tous la même chose... le même mensonge ; il y a largement matière, et justification, à faire un beau montage retraçant l'épisode et le mettre en libre accès sur dailymotion.

C'est pratiquement faire de la compensation de manque de service publique que de faire ça.

Appel à ceux qui sont de mon avis, envoyez moi un joli +1 !

Martin
Si je souhaite comprendre les enjeux d'un débat historique autour de la chute du mur de Berlin, je vais dans une grande bibliothèque, je localise des ouvrages historiques généraux sur le sujet, je consulte la bibliographie spécialisée, et je pioche les références utiles. Je ne vais certainement pas me colleter avec ce type de question en surfant (sans mépris aucun) sur @si.

En revanche, si je veux un décryptage en temps réel d'une information bidonnée servie par la com de l'Élysée, là, j'ai besoin de vous. Vous avez fourni au fil de la journée mises à jour, références et liens utiles. Vous étiez dans votre rôle comme Rue 89 et d'autres. Il y a eu un aspect ludique à tout cela, chacun y allant de sa petite enquête et au final, si je n'ai pas appris grand chose sur la chute du Mur, ça m'a donné envie de me renseigner : je vais lire quelque chose là-dessus. Au passage, cet incident à donné lieu à quelques photomontages franchement désopilants, c'est toujours ça de pris.

Alors d'accord, le soir même, TF1 a servi sa soupe habituelle : Sarkozy a fait tomber le mur de Berlin. Mais l'autre option, c'était quoi ? Ne rien dire ? Estimer que ce n'est pas assez "important" pour le traiter ? Si le Président de la République a jugé que c'était assez important pour mentir, je considère que c'est assez important pour démonter l'intox. Vous étiez dans votre rôle hier et TF1 était dans le sien. Et vous savez quoi : c'est pour ça que j'ai un abonnement à @si et pas de télévision.
Les mensonges , les gamineries sont tellement habituels qu'on ne peut s'arrêter sur rien, il faudrait analyser cela de plus loin, une chronique de psychiatre par exemple ou des dessins humoristiques. L'idée d'Anthropia d'une rubrique dédiée aux faits divers de la Sarkosie est bonne, ne pas les ignorer sans leur donner trop d'importance.

Tiens vous avez vu Eric Raoult va demander à F.Mitterrand de rappeler Marie NDiaye à son "devoir de réserve" http://bibliobs.nouvelobs.com/20091109/15794/eric-raoult-rappelle-marie-ndiaye-a-son-devoir-de-reserve
ahahahahah !!
Bling Bling et Bling Bling junior au sommet de Yalta rempacant
Churchill , Roosevelt et Staline !! Très fort !
Oui passons à autre chose ! Hier l'Allemagne , l'Allemagne , le
Mur de la Honte ect .. ect.... Mais il n'a pas été fait de place pour
les pays de l'ex Comecon . Hongrie , Tchécoslovaquie , Roumanie ,
Bulgarie , Pologne ou êtes vous ??
Cette propagande sur l'Allemagne m'a paru indécente et disproportionée
par rapport à tout les autres pays .
Est ce que l'on va faire un pareil cinéma pour l'éclatement de la Yougoslavie ?
Et va t'on trouvé une photo de Bling Bling en train de rigoler avec Milosevic
à Sarajevo ??? (les 20 ans de l'éclatement rendez vous en 2015) .
Ce n'est sûrement pas anecdotique !!

Il n'y a dix, un président des Etats-Unis était à la limite de se faire virer parce qu'il avait simplement menti (devant une cour de justice, certes) au sujet de ses relations sexuelles (ce qui faisait bien rire dans notre jolie France gouvernée par Jacques "dix minutes douche comprise" Chirac). Notre président ment ouvertement, et pire ! ses ministres et courtisans lui emboîtent le pas.

S'il ment sur un sujet aussi futile, nous ne pouvons pas lui accorder la moindre confiance sur quoi que ce soit ? La réforme constitutionnelle de 2007 a instauré une procédure similaire à celle de l'Impeachment de nos camarades américains, alors qu'attend-on ? (à moins que, comme pour le référendum d'initiative populaire, mis en place par la même réforme constitutionnelle, le décret d'application ne soit pas encore paru)
Cette ubiquité du président français me rappelle celle de Droopy dans un dessin animé de Tex Avery. Où qu’aille le pauvre loup évadé, Droopy est là, là, encore et toujours là. Sur terre, en mer, dans les airs… Partout. A la fin, on comprend qu’il n’y avait pas un mais plusieurs Droopys. Des centaines mêmes. Tout s’explique donc. Il est logique que le président ait pu simultanément s’y rendre en train, en avion, en sous-marin et même en tunnelier.

Merci d’avance à celle ou celui qui réussira à me retrouver la vidéo.
Bernard Kouchner sur France Inter ?

« Une polémique pas intéressante »
« Je crois systématiquement le Président, vous ne m’apportez aucunes preuves .. »


Sarkozy, une polémique pas intéressante, dès qu'on l’aide...
Europe 1 confirme aussi dans son journal de 7h que Sarkozy est venu le 10 au soir, en interviewant l'auteur de la photo (sais plus son nom, désolé).

Bien sur que c'est anecdotique, mais après tout c'est lui qui commence (argument de cour d'école, je sais) en se targuant d'avoir senti l'évènement venir. Et c'est un symptôme de la ré-écriture par soucis de communication de l'ensemble de son action.
C'est aussi utile à démonter que le "travailler plus pour gagner plus"...

Europe 1 donne aussi la réaction rigolarde d'Hamon, qui a loupé un truc à dire : on a fêté cet été les 40 ans de l'homme sur la lune. Sarkozy était-il dans le LEM ou n'est-il arrivé que le lendemain ?
Je reformule la phrase d’un @sinaute paraphrasant celle-ci :

« Certaines personnes portent un pyjama Superman.
Superman porte un pyjama Chuck Norris…
Chuck Norris porte un pyjama Nicolas Sarkozy »
A constater, jour après jour, le décalage entre notre travail, sur ce site et sur quelques autres, et ce qui en transparait "à la surface" des médias de masse, je m'interroge parfois sur notre hiérarchie de l'info, à nous. Peut-être, en effet, savoir si Sarkozy ment ou non sur la date de son voyage, n'a -t-il aucune importance.
Je vais peut-être sembler "dur", mais je pense que publier une demi douzaine d'articles et vite-dits sur le sujet passionnant de "que faisais Nicolas il y a 20 ans", ça montre plutôt une absence de décalage entre votre travail et celui des "médias de masse", justement.

Un seul article, publié sans empressement mais avec du recul, aurait suffi.

Après ces 10 articles (oui, je viens de compter), qu'a-t-on objectivement amassé comme contenu ? A peine de quoi faire un vrai article...
y en a tellement de ces petits mensonges, de ces omissions, de ces vantardises, de ces postures de coq, qu'en fait, cela devient de plus en plus lourd, comme si on avait élu Roman, le mythomane, à la tête du pays, nous les normopathes, qui n'imaginions pas qu'on pouvait accéder à ce poste avec autant de gamineries, de névrose de gloriole, d'insécurité intérieure, de faux-self en soi.

Alors, oui, c'est pas grand chose, chaque élément pris à part, mais non, ce n'est pas rien, car mis bouts à bouts, cela alourdit la barque, cela constitue comme un paysage psychologique du personnage ; et il ne résiste pas au temps, peu à peu dans l'accumulation, il se dévoile lui-même, il se démasque. D'ailleurs, il en deviendrait presque sympathique, l'usurpateur, on imagine qu'il rêve parfois, qu'on va tout découvrir.

Et c'est vrai, on va vraiment tout découvrir, et je ne nous aime pas dans cette position de Torquemada. J'ai beau savoir que c'est lui qui provoque ça, je me dis parfois qu'à ce jeu-là, il ne peut que perdre, que le traquer jusqu'à l'os, c'est violent. Alors vous pourriez vous contenter d'avoir un compteur, une sorte de listing des faits divers de la Sarkozie, qui s'incrémenterait au fur et à mesure, à droite dans une col, juste pour mémoire.

http://anthropia.blogg.org
Alors vous pourriez vous contenter d'avoir un compteur, une sorte de listing des faits divers de la Sarkozie, qui s'incrémenterait au fur et à mesure, à droite dans une col, juste pour mémoire.


Belle conclusion... Je crois que vous avez raison !
y en a tellement de ces petits mensonges, de ces omissions, de ces vantardises, de ces postures de coq, qu'en fait, cela devient de plus en plus lourd, comme si on avait élu Roman, le mythomane, à la tête du pays, nous les normopathes, qui n'imaginions pas qu'on pouvait accéder à ce poste avec autant de gamineries, de névrose de gloriole, d'insécurité intérieure, de faux-self en soi.

Ces petits mensonges, ces omissions, cet égo qui ne passe plus les portes, ce caractère autoritaire et ces manières de cours de récré le rendent selon moi inapte à la conduite du pouvoir, quelque soit son parti politique. On ne devrait pas confier tant de pouvoir à des gens qui relèvent de la psychiatrie.
Ce qui me navre, c'est quand il est dit que si le président a parlé, il faut le croire : ce n'est pas innocent, pour moi.
Il faut certes démêler le vrai du faux, et ne pas laisser mentir ainsi ceux qui dirigent : la démocratie est assez en danger.
La bataille sémantique doit se jouer sur un autre terrain, ce mensonge, parmi tant d'autres, est un nuage qui peut cacher bien des intentions.
Quelles sont les casseroles qui sont attachées derrière son entourage, pour que l'on cherche à justifier de tels propos ?
Il aurait dit casse-toi pauvre mur...
Oui, passons à autre chose...
Ironisons un peu sur "Le Monde" qui s'autocongratule.
Et si @si bénéficiait un jour comme Le monde du dispositif d'aide de l'Etat qui a permis cette opération pour offrir des abonnements gratuits et qu'il soit plébiscité par les jeunes internautes, on ne s'en vanterait pas?
Au fait , ou en est-on de cette subvention sur laquelle nous fûmes sollicités de donner notre avis?
Rien sur les radios du matin, non: je viens d'entendre sur Fce Info une assez longue interview de M.Clave, "président" (pas sûre du titre) des français établis à Berlin, qui le 9/11 avait servi à cette radio de correspondant exceptionnel, et qui retrace très précisément la soirée, où ce n'est que vers 18h30 qu'il apprend que quelque chose se passe/va se passer. Et c'est lui aussi qui a appelé Paris pour dire que Chirac devait venir, on lui a répondu: pas possible, autres engagements, on vous envoie une délégation demain. Et c'est lui qui les a accueillis et accompagnés... le 10 donc.
DONC...

L'omnicalife, faisant preuve d'une prescience incroyable, et à laquelle on ne croira pas, découvre dès le 9 novembre, à Berlin où il arrive le 10 au mieux, des gens qui attaquent le mur depuis l'Est, là où il ne risque ni d'être taggé ni même approché.

Puis Juppé, qui décidément sert de roue de secours et de fusible à tout le monde, s'embrouille dans ses explications, et ment sur internet.
Après quoi l'Elysée grouille un peu dans tous les sens. On y entend de tout et de n'importe quoi, et chacun se ridiculise en essayant de sauver la face du patron.

C'est extraordinaire ! Vous rendez-vous compte, asinautes, du pouvoir impressionnant dont dispose notre hypercalife ?
D'abord il a passé tout l'été, nous dit-on, à lire des Proust, des Stendhal et autres monuments considérables, ce qui déja est un exploit digne de Superman ; et maintenant, il se lance dans la création littéraire. J'en suis jaloux tout vert.

"Il n'est pas un peu bizarre, votre président ?" me demandait il y a peu un ami Canadien, qui vient de sortir un roman très raisonnable, même s'il traite de l'enfance.
Mon cher, il est supersonique, et même il refaçonne le temps. Quelles burnes ! et quel slip ! Ah, tu ne sais pas ce que tu rates à ne pas être Français.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.