58
Commentaires

Rojava (Kurdistan) : "Un véritable ovni politique dans la région"

Le Rojava, territoire kurde autonome au nord de la Syrie vient d'entrer dans l'actualité internationale en essuyant les bombardements de l'armée turque. Totalement méconnu des grands médias internationaux, le Rojava bénéficie pourtant de très actifs réseaux militants qui vantent ses institutions démocratiques, son souci écologique, ses pratiques féministes, en un mot le "vivre-ensemble" entre les communautés qui le composent. Le Rojava est-il une nouvelle ZAD, c'est-à-dire un territoire où se concentrent les nouvelles utopies ? Pour répondre : Mireille Court, journaliste et réalisatrice, autrice de La Commune du Rojava avec Chris Den Hond et Stephen Bouquin, et du documentaire "Rojava : une utopie au coeur du chaos syrien" ; Raphaël Lebrujah, journaliste notamment pour Rojinfo ; Frédéric Pichon, géopolitologue spécialiste de la Syrie, auteur du livre "Une guerre pour rien" (ed du Cerf).

Commentaires préférés des abonnés

Lol le mec qui voit des "commissaires politiques" dans l'encadrement militaire de milices d'un pays en guerre.

Parce qu'en France on ne place aucun officier représentant l'armée centrale dans nos unités militaires ? Chaque soldat fait ce qu'il veut et(...)

C’est un bonheur de voir ASI parler du Rojava.

C’est bien d'avoir une cession de rattrapage, merci beaucoup de nous faire entendre Mireille Court et Raphael Lebrujah !


Simplement le décryptage des média sur le sujet ce sera au second épisode ? Dans les(...)

Merci pour cette émission.

J'ai cependant eu le sentiment que les excellents Raphaël Lebrujah et Mireille Court ont dû s'activer pour compenser, d'un côté, la condescendance pleine de morgue et tendanciellement culturaliste ("on le connaît le Moyen-Or(...)

Derniers commentaires

Pour en savoir plus sur les relations du PKK (par extension un peu du PYD) moderne par rapport au marxisme-léninisme, CQFD fait publié une interview très intéressante en 2015 : http://cqfd-journal.org/La-marche-Kurde 


Ballast aussi a publié une série d'articles top sur le Rojava, avec notamment cette bonne interview (également) : https://www.revue-ballast.fr/chris-den-hond-kurdes-train-decrire-propre-histoire/ 


Et pour ceux qui lisent l'anglais il y a cet article complètement fou (de 2015 aussi) sur la rencontre entre les kurdes et les idées d'un vieux marxiste libertaire du Bronx oublié jusque là : https://www.huffingtonpost.com/entry/syrian-kurds-murray-bookchin_us_5655e7e2e4b079b28189e3df 


Le bonus : aucune de ces sources ne fait dans l'admiration aveugle.

A Daniel Schneidermann


J’ai été à la fois amusée et étonnée de la tonalité donnée à l’ émission sur le Rojava .

Jusque là vous sembliez éviter les préjugés et les pièges des faux semblants. Vous savez faire surgir des vérités contradictoires, déceler les clichés , montrer ce qu’il y a derrière les apparences et ce que tous les autres – ou presque - nous désignent comme des évidences.

Mais lors de cette émission votre attitude a été toute autre.

Oui « comment expliquer que les médias internationaux ne se soient pas encore précipités sur cette expérience enthousiasmante … » et surtout pourquoi ce silence de la communauté internationale qui accepte que la Turquie aille faire la guerre en territoire syrien? N’est ce pas contraire aux lois internationales ? Certes Erdogan n’a pas bonne presse en France c’est tout de même un allié membre de l’Otan et l’homme avec lequel on a négocié la relégation des migrants .

Et si la réponse se trouvait dans votre émission elle même . Les propos de Mr Pichon sont à cet égard éclairants. Cette expérience est frappée du péché originel, c’est « une expérience marxiste – léniniste ». C’est ce qui l’a conduit sans doute à empiler les approximations douteuses sur cet « ovni » comme lorsqu’il affirme que seuls les milices YPG sont armées ou que la constitution du Rojava affirme une volonté de laïcisation de la société.

N’auriez vous pas vous même buté contre ce mur invisible à votre conscience, mais qui pèse pourtant sur tous ou presque les commentateurs de la vie politique française.

C’est en tout cas le sentiment que j’ai eu en vous voyant vous débattre dans cette émission sans doute préparée un peu vite .

En conclusion je suis déçue car pour une fois vous n’avez pas contribué à me permettre de voir plus loin que les fausses évidences médiatiques les plus couramment rependues, sans doute cette expérience n’est elle pas exempte de défauts mais votre émission n’aura pas permis de le savoir puisque les mauvais procès ; service militaire, place de la laïcité, bigamie, respect delà langue arabe sont tombés face aux explications données par les journalistes .


ppit

A Daniel Schneidermann


J’ai été à la fois amusée et étonnée de la tonalité donnée à l’ émission sur le Rojava .

Jusque là vous sembliez éviter les préjugés et les pièges des faux semblants. Vous savez faire surgir des vérités contradictoires, déceler les clichés , montrer ce qu’il y a derrière les apparences et ce que tous les autres – ou presque - nous désignent comme des évidences.

Mais lors de cette émission votre attitude a été toute autre.

Oui « comment expliquer que les médias internationaux ne se soient pas encore précipités sur cette expérience enthousiasmante … » et surtout pourquoi ce silence de la communauté internationale qui accepte que la Turquie aille faire la guerre en territoire syrien? N’est ce pas contraire aux lois internationales ? Certes Erdogan n’a pas bonne presse en France c’est tout de même un allié membre de l’Otan et l’homme avec lequel on a négocié la relégation des migrants .

Et si la réponse se trouvait dans votre émission elle même . Les propos de Mr Pichon sont à cet égard éclairants. Cette expérience est frappée du péché originel, c’est « une expérience marxiste – léniniste ». C’est ce qui l’a conduit sans doute à empiler les approximations douteuses sur cet « ovni » comme lorsqu’il affirme que seuls les milices YPG sont armées ou que la constitution du Rojava affirme une volonté de laïcisation de la société.

N’auriez vous pas vous même buté contre ce mur invisible à votre conscience, mais qui pèse pourtant sur tous ou presque les commentateurs de la vie politique française.

C’est en tout cas le sentiment que j’ai eu en vous voyant vous débattre dans cette émission sans doute préparée un peu vite .

En conclusion je suis déçue car pour une fois vous n’avez pas contribué à me permettre de voir plus loin que les fausses évidences médiatiques les plus couramment rependues, sans doute cette expérience n’est elle pas exempte de défauts mais votre émission n’aura pas permis de le savoir puisque les mauvais procès ; service militaire, place de la laïcité, bigamie, respect delà langue arabe sont tombés face aux explications données par les journalistes .


ppit

Yop,

J'arrive un peu tard, mais si quelqu'un est encore intéressé par ce qu'il se passe dans cette région, je me permettrais de lui conseiller la lecture de la bande dessinée de Zérocalcare intitulée "Cobane Calling". En dehors de cela, je ne comprends pas bien les critiques de l'émission, les trois intervenants se complétant, à mes yeux, plutôt bien. Reconnaissons, s'il vous plaît, qu'ils sont, pour le moins, une bonne illustration de la diversité des opinions au Rojava...

Si je peux abuser encore un peu de ce lieu de commentaires, je donnerais une mention spéciale au journaliste Raphaël Lebrujah qui fait honneur à sa profession...

Merci pour cette super émission

une émission  très réussie .merci

Bonjour,

Avec du retard, merci pour cette émission qui me permet de comprendre (un tout petit peu) ce qui se passe là-bas. Pour faire court entre la propagande Française, US, Russe... J'y ai renoncé. 

De ce que j'en ai compris, le Rojava est une experience interessante bien qu'imparfaite, mais dont les jours sont comptés... Dés que les différents pays se seront a peu près stabilisé, ils prendront le temps d'aller péter tout ça et réclamer les territoire histoire d'y ramener "la sécurité"...

Lol le mec qui voit des "commissaires politiques" dans l'encadrement militaire de milices d'un pays en guerre.

Parce qu'en France on ne place aucun officier représentant l'armée centrale dans nos unités militaires ? Chaque soldat fait ce qu'il veut et n'est pas encadré ? La France serait-elle alors un pays "marxiste-léniniste soviétisant" ?

Au final, une émission qui fait un bon tour général de la question et qui permet l'accès à une information de bonne qualité sur la nature du Rojava et l'état actuel de la situation sur place. Mais au final


Parce que Daniel Schneidermann a ce coup ci poussé vraiment loin son attitude habituelle de naïveté/incrédulité fonctionnelle destinée en principe à jouer un rôle avec lequel un spectateur lambda non au fait des sujets discutés pourra s'identifier afin d'accéder à la compréhension mais aussi à garder une distance, un non engagement journalistique. Dans le cas de cette émission, c'était trop. 


Ses irruptions intempestives remettant immédiatement en cause la crédibilité des situations décrites par Mireille Court et Raphaël Lebrujah conduisaient à imaginer chez D.S. un a priori anti-Rojava et non la neutralité journalistique attendue. Parallèlement D.S. semblait souscrire bien plus spontanément aux points de vue de Frédéric Pichon dont la lecture semblait pourtant très biaisée avec une volonté de faire abstraction de la réalité organisationelle actuelle du Rojava pour le faire rentrer au forceps dans les anciennes doctrines du PKK (nationalisme kurde, commissaires politiques, etc) ce qui est à l'heure actuelle, en évaluant les informations disponibles de sources différentes, faux.

D'ailleurs il m'a semblé voir poindre une tension chez monsieur Pichon vis à vis de ses positions affichées au départ, il semblait au fur et à mesure gagner en nuance et peut être même en une sorte de sympathie réprimée. Mais c'est peut être mon imagination.


Certes par bien des aspects le Rojava peut sembler difficile à imaginer, "trop beau" ou "trop radical" pour être vrai. Et pourtant, devant les images et la solidité des témoignages, le barrage d'incrédulité que D.S semble vouloir ériger entre le spectateur et les intervenants finit par s'éroder.

Du moins je l'espère, car pour ma part je ne découvrais pas le Rojava et je serais curieux de savoir ce qu'une personne non informée en aura retenu !


Merci @si ! Super invités, super émission !  

D. S. Toujours aussi lourd.

Le problème du pétrole est sous étudié et est pourtant essentiel dans la possibilité de survie de ces territoires.


Que deviendrai le rojava sans pétrole?Imaginer qu'il puisse ne pas être partagé avec toute la Syrie actuelle me parait utopique...


les USA sont aussi le grand absent de cette émission ,leur présence est aussi un facteur de déstabilisation majeur d'un point de vue géopolitique.


La présence des forces spéciales françaises est évoquée mais pas commentée : que font-ils ?


J'aurai bien aimé savoir comment a été nommé le procureur? 


Bref peut mieux faire et cette émission me laisse sur ma faim.

Il me semble que Daniel Schneidermann fait une (grave) erreur sur un point (éloigné du sujet traité) : l'inscription sur les listes électorales. Contrairement à ce qu'il avance (d'après ce que je comprends), en France, elle n'est (malheureusement !) pas automatique, contrairement à ce qu'il se passe dans beaucoup d'autres pays. Les Français doivent faire une démarche, à l'âge de 18 ans, pour s'inscrire sur les listes. Il y a ainsi plus de 4 millions (!) de français non inscrits ! Si cette inscription était automatique, et en supposant qu'un pourcentage de ces jeunes (il s'agit surtout de jeunes de banlieues défavorisées) irait voter, les résultats de beaucoup d'élections seraient très différents.

Philippe Laget

Est-ce de ce convoi dont on parle à la fin de l'émission (dans lequel deux journalistes sont arrivés sur place) ? https://www.liveleak.com/view?i=0bc_1519337028


Excellente émission. Merci pour ces éclairages !

ils me semble bien que l'on voit surtout l'affrontement entre un allié et un outil des américains. Les finasseries dans le monde impérialiste finissent toujours en catastrophe. Le peuple kurde le sait, mais pas les nationalistes.

C'est en lisant les commentaires que je trouve sans doute une réponse aux interrogations que je me pose. Personne ne se pose la question de la révolution syrienne et du rôle qu'ont joué les PYD/PKK contre elle et en appui du régime, dans un but égoïste, partisan et nationaliste. Au contraire, on doit subir les inexactitudes d'un géopolitologue qui raconte ses souvenirs de tourisme auprès du régime et d'une fanatique du PYD qui nous raconte sans ciller que leurs ennemis sont les "jihadistes" à Afrin, et que "depuis 2013" ce serait l'armée syrienne libre qui comabattrait "le rojava" (on appelle ça PYD, rojava ça n'existe pas) alors que ce sont les YPG d'Afrin qui se sont alliés avec le régime dès 2012, sans parler de celles de Jazira qui lui ont laissé la main mise sur beaucoup d'éléments, pour qu'il leur concède leur autonomie rêvée... à la fin le régime aura réussi ce qu'il voulait, écraser la révolte du monde arabo-musulman dans la zone qu'il contrôle, atomiser ses oppositions, et, finalement, le pseudo-rojava lui tombera tout chaud dans la bouche; on verra alors les "kurdes" se réfugier dans les zones que la Russie a concédé à la Turquie...

Je recommande chaudement la lecture de cet article qui fait partie de la série de textes écrits par Ferhad Tiqqun, un jeune volontaire français engagé aux côtés des YPG/YPJ/FDS, et répond (de l'intérieur) à beaucoup de questions quant à l'organisation politique du Rojava, la formation militaire qu'y suivent les volontaires internationaux, sans taire les éventuels conflits qui opposent les combattants ni les limites du projet politique rojavien.


Ce text, écrit en janvier 2017, en pleine reconquête de Raqqa et pile un an, donc, avant l'offensive turque sur Afrin, est admirable de lucidité sur la situation géopolitique.


Un extrait :

"Dans un même temps, les YPG/YPJ affrontent les forces turques qui les ont attaqué, notamment à Manbij. Ne nous leurrons pas, l’État turc, voilà le véritable ennemi. Les troupes au sol qu’il déploie sont chaque jour plus nombreuses. Les bombardements qu’il effectue s’intensifient. Des volontaires étrangers ont été tués par certains de ces bombardements (les camarades Robin et Zana).

Notre situation n’est donc pas des plus enviable. Au Nord, l’État fasciste turc, membre important de l’OTAN, et donc intouchable sur la scène internationale. Au Sud, ces grands philanthropes de Daech. À l’Ouest, Assad l’humaniste qui protège son peuple en l’écrasant sous les bombes et les escadrons de la mort, et toujours Daech. À l’Est, Barzani et ses peshmergas, vendus aux USA et à l’OTAN. Ces derniers lâcheront les YPG dès que Raqqa aura été prise, peut-être même avant. Et la Russie continue ses bombardements sur tous les ennemis du régime syrien, c’est à dire sur nous aussi. Et je vous épargne pour cette fois le détail de tous les groupes qui combattent actuellement sur le sol syrien, mais je tâcherai pour la prochaine fois de vous faire un topo sur les forces militaires et paramilitaires qui sont présentent en Syrie.
Croyez moi, nos ennemis sont nombreux."

Je pose ça là, même si c'est hors-sujet. Aude Rossigneux a été licenciée par Le Media :

http://electronlibre.info/?s=aude+rossigneux&x=0&y=0 

Merci pour cette émission.

J'ai cependant eu le sentiment que les excellents Raphaël Lebrujah et Mireille Court ont dû s'activer pour compenser, d'un côté, la condescendance pleine de morgue et tendanciellement culturaliste ("on le connaît le Moyen-Orient hein...") et les allusions malveillantes ("commissaire politique", etc.) de Frédéric Pichon, qui a confirmé mes préjugés sur la géopolitique, discipline d'Etat, et d'armée, par excellence ; de l'autre, sur les questions faussement naïves et vraiment binaires de Daniel ("Assad et les Kurdes, copains ou pacopains ?"...).


Maintenant, comme l'a dit un autre asinaute plus bas (on aurait aimé que ça soit "plus haut", mais la refonte du site est passée par là...), une émission reste à faire sur le traitement médiatique actuel des événements d'Afrin.

La lecture de Cet article de France 24, confus, biaisé, mettant en exergue les propos d'un obscur "spécialiste" qui compare voire assimile l'engagement internationaliste aux côtés des YPG à celui aux côtés de Daesh, m'a foutu en rogne pour la journée.

Excellente émission qui mériterait comme souvent une seconde session.


Un absent cependant (il me semble mais je me trompe peut-être ?), qu'en est-il de l'allié Étasunien qui armait les Kurdes il y a peu encore ?


J'ai peur que "cet OVNI politique" ne soit prochainement dézingué en plein vol par les nombreux amis que l'Occident compte dans l'Orient compliqué.

Et pour une autre idée de ce qui se passe actuellement, on peut voir le journal du média  (à environ 18') :


https://www.youtube.com/watch?v=E7_CE121PIo

"On n'avait jamais entendu parler de cette région".  Il faut peut-être penser à s'informer autre part que dans les médias décodeurs et respectables.


Un entretien (en anglais) sur télé Poutine qui éclaire singulièrement la situation plus générale au MO :


https://www.rt.com/shows/rt-interview/419633-crooke-trump-syria-politics/


C’est un bonheur de voir ASI parler du Rojava.

C’est bien d'avoir une cession de rattrapage, merci beaucoup de nous faire entendre Mireille Court et Raphael Lebrujah !


Simplement le décryptage des média sur le sujet ce sera au second épisode ? Dans les dernières minutes de l’émission Daniel demande aux invités pourquoi ce silence médiatique...ben justement elle est là la question, maintenant c'est à vous d’enquêter pour nous aider à répondre à ça !

S’il vous plait ne nous laissez pas croire qu’on peut se satisfaire de l’explication de Frédéric Pichon (« le sujet est trop compliqué »), merci...


Deux émissions sur le sujet : 


https://www.radiocampusangers.com/emission/la-redac/le-brise-glace/qui-sont-les-kurdes-1-2/

https://www.radiocampusangers.com/emission/la-redac/le-brise-glace/qui-sont-les-kurdes-2-2/



Quelques liens en complément : 


http://www.slate.fr/story/152135/mousquetaire-independance-kurde


http://www.alternativelibertaire.org/?Guerilla-anarchiste-au-Kurdistan-Une-lutte-non-pour-le-martyre-mais-pour-la-vie


Cela étant dit : https://paris-luttes.info/extreme-droite-et-ypg-6517


Après, y'a la version soralienne : Rojava = complot juif (quelle surprise !!). 


Bref, pas facile à suivre cette histoire. Faut dire que les choses seraient bien plus claires si au lieu de nous parler de "kurdes" et de "rebelles", on usait d'étiquettes politiques. Souvenons-nous du bon vieux temps où les résistants irakiens à l'invasion américaine étaient qualifiés "d'insurgés". On voudrait semer la confusion dans les esprits qu'on ne s'y prendrait pas autrement.


Un grand merci pour le documentaire d'Orient XXI et pour l'émission.  


Une très curieuse émission avec des intervenants ne sortant pas du milieu habituel. et finalement on apprenait rien.

vous avez pas eu votre dose de la pseudo armée Syrienne libre ?premier plateau de Raphael Lebrujah un fin connaisseur de la cause Kurde,à voir ses articles sur son compte twitter ou sur son blog de Mediapart ...https://twitter.com/RaphaelLebrujah

L'arméé syrienne libre en s'alliant à al qaida a montré la confiance que l'on pouvait avoir en elle.  Et la cause Kurde qui pourrait aussi entrer en collision avec la cause arménienne..., ne trouvera de solution que dans le cadre d'une organisation fédérale, ou confédérale, de la région. 


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.