74
Commentaires

Retraites : "L'argument est toujours de dire qu'il n'y a pas d'alternative"

Commentaires préférés des abonnés

Si je pouvais voter 100 fois, je le ferai. Superbe émission parfaitement implacable : s'il vous plait, votez tous pour qu'elle soit en accès libre et qu'on puisse en envoyer le lien à tous nos parents ou tous nos amis... qui ne font rien, ont pe(...)

On aurait pu titrer votre émission " les médias en tenue de campagne pour la défense de l'ordre néolibérale"

Les chiens de garde au service de leurs maîtres milliardaires et de Macron en tueur de toute idée de  progrès social .

Ce n'est plus une l(...)

Juste pour signaler que pour les allergiques de la lecture il y aussi la présentation en video du rapport sur le site du COR  https://www.cor-retraites.fr/node/595. Ca dure 2h, j'en ai vu les 30 premières minutes et c'est particulièrement éclair(...)

Derniers commentaires

Bon! j'arrive après la bataille mais quand même! Je découvre qu'il y a plusieurs scénarios, que le COR ne veut pas venir présenter son travail, bizarre! ce serait peut-être à creuser! mais peut-on être ni pour ni contre cette réforme? 

je suis à la retraite depuis 1 an. j'ai un enfant donc gagné 8 trimestres, racheté 3 trimestres (une erreur avec le recul) et pourtant je suis partie à 63 ans avec un âge légal à 62 ans. 

La retraite n'est pas l'eldorado que l'on croit: baisse des revenus, remise à plat des mutuelles, des avantages sociaux, etc.. l'isolement (plus de hot line pour les problèmes informatiques, des journées sans contact etc... 

J'ai choisi la retraite, je l'ai avancée car je n'en pouvais plus moralement, physiquement donc..

ce n'est pas pour moi l'âge de départ le problème mais les conditions de travail qui font que l'on est épuisé et que l'on veut arrêter. Et le nombre de trimestres nécessaires pour avoir un taux plein. Je vois l'âge de départ comme un chiffon rouge agité pour ne pas parler des autres aspects beaucoup plus importants: conditions de travail, accompagnement dans les dernières années de travail avant la retraite, nombre de trimestres nécessaires. pourquoi cela n'est-il que peu évoqué?!?


Excellente émission que je fais circuler partout parce que beaucoup de gens croient encore que l'information qu'on nous fait gober est neutre. Good job.

La réforme s'inscrit dans un projet de privatisation du système au profit des commanditaires de la macronie, les fonds de pension, à commencer par BlackRock ...

super émission !

merci

Que les médias servent la soupe du pouvoir (et donc de ceux qui l’ont élu), rien de nouveau. 


Par contre sur le fond, autant je n’ai entendu du gouvernement aucun élément me permettant d’y être favorable (donc c'est louche), autant les détracteurs n’ont aucun argument contraire, donc c'est tout aussi louche.


J‘en voudrais un, juste un seul, documenté et simple à comprendre.


Donc j’en conclus que chacun est dans sa posture. 

Merci , un peu de fraicheur , . Pas étonnée car suis abonnée à acrimed et lis samuel gontier . Merci à vous tous  , continuez 

A propos de la pension minimale, j'ai l'impression que le GVT surfe sur une vieille disposition. Selon l'article 4 de la loi 2003-775 du 31 août 2003 : La Nation se fixe pour objectif d'assurer en 2008 à un salarié ayant travaillé à temps complet et disposant de la durée d'assurance nécessaire pour bénéficier du taux plein un montant total de pension lors de la liquidation au moins égal à 85 % du salaire minimum de croissance net lorsqu'il a cotisé pendant cette durée sur la base du salaire minimum de croissance. 

Cette disposition est restée un peu lettre morte. Alors 1200 euros bruts ou nets ? Le Smic brut actuel est de 1709,28 euros par mois et le smic net 1353,07 pour 35 heures travaillées. Alors à vos calculettes. le chiffre de 1200 euros est légèrement supérieur à 85 %  du smic net (environ 1150 euros) mais inférieur à celui de 85% du smic brut (1459,89 euros). Ne pas oublier : les  personnes n'ayant pas une carrière complète  ne devraient pas y avoir pas droit. Clarification parlementaires espérées.

Superbe émission, mémorable !


À 37:20 environ, on parle d'omissions. Par je ne sais quelle aberration, peut-être une soudaine envie d'explorer un territoire inconnu, BFM Business a invité Gilles Raveaud, qui a révélé quelques-unes de ces omissions.


Une autre de ses interventions : Pourquoi la reforme des retraites est une mauvaise idée ?

Excellente émission avec des intervenant.e.s de haut vol. Animation impeccable.

C'est l'argument des libéraux depuis qu'ils ont commencé à faire croire que leur idéologie reposait sur des fondements scientifiques. Thatcher, déjà, disait "there is no alternative". Le libéralisme économique, ce nouveau lyssenkisme.

Oui, on devrait se battre (enfin, on ne devrait même pas avoir à se battre) pour le retour de la retraite à 60 ans et au lieu de ça...

Merci pour l'émission, même si j'aurais aimé qu'elle porte un peu plus sur le démontage de la réforme (merci à A. Henneguelle à ce sujet).


En ce moment, j'entends l'argument que la France fait partie des pays les mieux lotis, où l'on part le plus tôt

à la retraite (cela montre le côté lassés, blasés, ça ne vaut pas le coup de se battre, sans doute renforcé par la médiatisation bien mise en valeur dans l'émission). Cet argument est bien sûr assez débile, comme si le fait qu'on faisait pire ailleurs justifiait quoi que ce soit, mais j'aimerais entendre des contre exemples, des systèmes de retraite ailleurs qui fonctionnent mieux que nous, j'aimerais entendre les mesures intelligentes qui pourraient être faites sur la retraite... Unpeu abordé dans l'émission, pour les femmes par exemple, mais assez rapidement.

Belle émission, qui nous montre que le clan néolibéral a sophistiqué le système de la Pravda (période soviétique), en multipliant les canaux de diffusion mais avec le même discours, afin de donner une illusion de pluralisme.

À propos du prétendu problème démographique et la prétendue supériorité d'un système par capitalisation (que certains défendent), une démonstration qui date de 15 ans, mais est toujours d'actualité :

Inculture - Les retraites

L'émission d'A@I montre la nature arbitraire de l'éditocratie opposée au pluralisme . L'émission déconstruit l'information spectacle intégrée qui travestit une régression sociale. Le montrer avait provoqué des menaces de Bernard Accoyer contre le réalisateur de Walter retour en résistance (2009).


Cette dernière contre-réforme des retraites confirme l'imprégnation idéologique conservatrice et réactionnaire persistante des classes supérieures. L'extrême-droite n'est pas un problème pour elles, mais un relais de croissance*.


La volonté de destruction des acquis sociaux de la Libération et du Conseil national de la résistance (le vrai et le seul CNR) est affirmée depuis des années (Juppé, Kessler, Attali, Minc, Sarkozy, Villepin, Hollande, ... qui ont pavé le chemin de Macron) . 


Les menaces de répression, la brutalité policière et judiciaire de Macron montrent qu'il s'inscrit plus dans un héritage de l'extrême-droite et de la collaboration que dans celui de la résistance et du progrès social. Il l'illustre notamment par sa mansuétude et le soutien de l'exécutif pour la manifestation des policiers demandant la fin de l'état de droit (!) devant l'Assemblée nationale le 19 mai 2021.


Cela suffit à penser que les éditocrates collaborent manifestement de mauvaise foi  à valider les mensonges et favorisent les discriminations (sociale, raciale, religieuse, politique,  ...). A l'opposé des Lumières et de la laïcité, ils montrent que l'esprit de collaboration n'est pas mort, en soutenant le puissant du moment, comme hier. La médiocrité de leur prétention a conduit au pire. Sur France culture, Gisèle Sapiro remarquait que les écrivains collaborateurs appartenaient à une élite sociale (Cf. ég. Laurence Bertrand Dorléac, Virginie Sansico, Laurent Joly, Johann Chapoutot, ...).

 

J'ai voté pour cette émission afin qu'elle puisse être vue par le plus grand nombre.


* « La collaboration d’État est bien une politique d’initiative française, aussi sur le terrain économique ». Le vainqueur a pris son butin, imposé des frais d’occupation exorbitants, mais les dirigeants français espèrent un « Montoire économique ». Les responsables patronaux nouent de nombreux contacts : salons, voyages d’études, délégations de chambres de commerce, déjeuners… Très peu de patrons changent d’activité pour ne pas avoir affaire aux Allemands. La France est un des premiers fournisseurs de marchandises du Reich. À partir de 1942, devant les exigences allemandes, Vichy légifère pour imposer les réquisitions de main-d’œuvre et créer un secteur protégé travaillant pour le Reich. La construction du mur de l’Atlantique en 1944 devient « le symbole de ceux qui font des profits gigantesques ».  Source : https://doi.org/10.4000/chrhc.4217 


MERCI MILLE FOIS ! J'espère que nous serons assez nombreux à voter, pour pouvoir partager cette émission le plus possible, pour faire vivre la démocratie, et circuler les idées !!

Encore une émission digne de rentrer au Panthéon d'ASI


Le même jour

 j'apprends que la France vient d'interdire l'accès du public aux registres identifiant les propriétaires effectifs des entreprises

que notre ministre de la Justice ose déclarer en défense à l'utilisation abusive du contrat d'engagement républicain imposé aux Associations : " La République, ce n’est pas n’importe quoi, n’importe où, avec l’argent public " ( Ah bon, même pour tirer un petit coup avec des personnes en fragilités ?) 

Je ne sais pas mais j'ai l'impression assez nette d'entrer de plus en plus dans l'univers de l'excellent "Anarchy in USE" de John King

Merci pour ce complément à l'article sur le rapport du COR passé en accès libre. Je l'ai beaucoup partagé ...

Je vais voter pour que l'émission soit "affranchie" elle aussi.

Je vous signale un arrêt sur image à faire juste après la minute 10 : 

Un éditorialiste chauve, qui se donne des airs de professeurs, vend la mèche sur LCI. "Les économistes peuvent vous raconter tout ce qu'ils veulent, y compris les économistes atterrés, y compris les économistes de gauche ... "

CQFD lorsqu'un économiste n'a pas d'étiquette, c'est un économiste de droite (mais l'étiquette est bien cachée).

Et si le média (ou l'animateur) qui l'invite/le cite n'affiche pas cette étiquette de droite, c'est de la malhonnêteté/incompétence mais pas de l'objectivité.
Merci à Acrimed pour son travail colossal d'élucidation et de résistance !

Très intéressante émission sur la manipulation de l'information et l'absence de pluralisme audiovisuel. Pauline Perrenot rédige régulièrement des articles extrêmement bien écrits et documentés sur ce sujet sur le site d'Acrimed. On la sent cependant beaucoup moins à l'aise sur un plateau de télévision (même d'une télé en ligne comme ici), et on souffre pour elle ! C'est ce qui fait la force de nos éditocrates : en dépit de leur pensée extrêmement pauvre et stéréotypée,  ils ont un bagout de bonimenteurs et l'art de bien emballer le vide ou le mensonge.

Le truc c'est que le COR est une entourloupe en lui-même. 


- Ça a l'air paritaire : 39 membres qui sont un mélange représentatif, des privés, des publics, des vieux, etc. Mais quel rôle a la parité quand il n'y a pas de décisions, actes, jugements, que sais-je, qui seraient votés par cette représentativité?

Vu les rôles qu'on lui a donné au COR, comment s'explique sa composition? Dans le giec par exemple, qui tout pareil fait un rapport, on n'a pas mis un bric-à-brac sociologico-sondagier, on a mis des genre d' "experts".


- Ça a l'air indépendant, ou on fait comme si, pour vanter une neutralité qu'on nomme "non gauchisme". Mais ça appartient au premier ministre.


L'émission n'est pas sur le COR bien sûr. Mais quand on dit : le problème est qu'il est une base d'argumentation à la langue fourchue. C'est lui reconnaitre un poids crucial. Moi je me demande si le problème n'est pas que les deux groupes que l'on peut distinguer (mais c'est pas facile, on les reçoit en vrac), élus et responsables politiques d'une part, causeurs médias d'autre part, tous ont unanimement utilisé le rapport du COR comme point d'appui. Les politiques n'auraient pas dû.


On ne comprend pas bien quelles sont les données inconnues qui manquent pour "caler" les comptes des retraites. On connait la pyramide des âges, le chômage est constant. Non, à part les exonérations de charges qui augmentent, rien d'imprévisible, je ne vois pas ce qui les inquiète. 



Bravo Pauline ! (je suis de parti pris).

De memoire ce qui m'avait vraiment choqué dans l'interview porcher-daniel c’était que salamé ce retourne vers jean-marc daniel pour "savoir" si porcher dit vrai. Comme si jean-marc daniel était une sorte de fact-checker.

A en croire ASI Il n'y a donc que des médias néolibéraux à regarder? Pour ma part je subis la tronche de Pascal Praud quand je passe chercher mon journal au PMU/marchand de journeaux du coin, ça me désole, il passe en boucle l'animal pas moyen d y échapper.

Bon il y a encore un peu d infos quand même, le truc,basculer le matin à 7h sur France Culture ce qui m'évite d écouter le perfide Demorand et sa commère Léa Salamé deux magnifiques Cerbères de notre enfer néo libérale. 

France culture gagne de l'audimat bonne nouvelle, ce pourrait il que l'info acceptable existe encore ?

En consultation chez mon toubib ce jeudi : 


- Alors cette grève ? Des avancées ?

- Oui , ils vont nous lâcher en gros ce qu'on veut , on a fait péter les urgences , ils ont eu des morts , on dira... des héros.

- Je dirai plutôt des martyrs !

- C'est le mot que je cherchais ...


Voila donc où en sont les règlements des conflits sociaux dans ce pays... alors quitte à prendre un peu de chaos temporaire dans la "tronche" , autant y aller à fond...avant d'y passer !



Bjr, 

Le début de l’emission Sur l’uniformité des discours journalistiques et l’absence d’invités pluriels m’a fait penser à une autre émission où vous aviez évoqué la fin programmée du service éco-social à l’afp... combien reste t il aujourd’hui de journalistes à l’afp spécialisés dans les sujets sociaux ? Bon peut être qu’au regard des analyses d’Acrimed le « journalisme de reprise » a carrément laissé la place à l’éditorialisme ... sacrée souffrance de les entendre déblatérer à longueur de temps que la guerre c’est la paix. 

Merci pour cette émission en tt cas. Au 19, 24 et suivants !  

Il est très difficile voire impossible de répondre, sans se laisser piéger, à des questions qui s’inscrivent dans un cadre que l’on récuse.


Dès lors, les économistes hétérodoxes devraient avoir pour principal (unique) objectif, de décentrer le débat (en se préparant en amont bien-sûr) : expliquer sans ambages pourquoi l’on ne répondra pas à la question telle que posée par le journaliste et utiliser l’occasion pour exposer des interrogations plus appropriées. Organiser ces interrogations pour illustrer les raisons pour lesquelles il est indispensable de ne pas "jouer le jeu". 


Il me semble qu’un tel procédé serait plus à même, par sa singularité, de captiver d’avantage l'attention qu’une argumentation sur des figures imposées.  Mais peut-être qu'en définitive la principale difficulté des économistes hétérodoxes c’est de trop partager le cadre des orthodoxes ou de n’être pas encore parvenus à se situer dans un cadre alternatif à partir duquel ils puissent observer le premier (cadre) en surplomb.

On aurait pu titrer votre émission " les médias en tenue de campagne pour la défense de l'ordre néolibérale"

Les chiens de garde au service de leurs maîtres milliardaires et de Macron en tueur de toute idée de  progrès social .

Ce n'est plus une lutte des classes, mais une guerre de classes. La leur contre la majorité des citoyens. 

Contre cette déferlante de mensonges et de haine, opposons la résistance du nombre.

Merci à Pauline Perrenot pour tout le travail effectué avec Acrimed 

Si je pouvais voter 100 fois, je le ferai. Superbe émission parfaitement implacable : s'il vous plait, votez tous pour qu'elle soit en accès libre et qu'on puisse en envoyer le lien à tous nos parents ou tous nos amis... qui ne font rien, ont peur... et gobent toute la propagande Macroniste.
Servons nous de cette émission pour expliquer à la fois la contre-réforme de Macron, mais aussi pour faire comprendre combien les médias dominants se moquent du monde et comment des chiens de garde aux ordres font le sale boulot tout en souriant.
 
On se fout de notre gueule tous les jours, cette émission explique avec des mots simples comment est construit le dispositif : faisons la connaître !!!


Ré-vo-lu-tion : au boulot !

Juste pour signaler que pour les allergiques de la lecture il y aussi la présentation en video du rapport sur le site du COR  https://www.cor-retraites.fr/node/595. Ca dure 2h, j'en ai vu les 30 premières minutes et c'est particulièrement éclairant sur les hypothèses (parfois discutables et discutés par les auteurs eux mêmes) sur lesquelles est fondé ce rapport.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.