11
Commentaires

Rémi Fraisse : le procureur requiert un "non lieu"

Affaire Rémi Fraisse suite et fin ? Près de trois ans après la mort du jeune manifestant, tué à Sivens par une grenade offensive lancée par un gendarme mobile, en fin de semaine Mediapart révélait le réquisitoire du procureur de Toulouse. 137 pages qui visent à dédouaner gendarmes et représentants de l'Etat en requérant un "non-lieu". Dans la presse ? Reprises minimales et service minimum. Et pourtant, comme le rappellent Mediapart et Reporterre, depuis le début de l'affaire les zones d'ombre dans le traitement judiciaire de ce drame sont nombreuses.

Derniers commentaires

NON-LIEU / Rémi Fraisse : https://youtu.be/TcjZQtU1Yzs?
Que c'est dole ;;'alternatifs comme Mediapart ' ha bon alternatif a qui ? ils sont comme Le Monde et Le Figaro ils défendent l'utra libéralisme juste Mediapart refuse de voir que ce régime est fasciste et croit qu'on peut appauvrir les gens sans réactions, et le figaro sait qu'on est dans un régime fasciste et le revendique ... Mdp est un media classique de chien de garde qui est juste sur le net.
Finalement il n'y a pas de meilleur bavoir qu'un non-lieu
Autant je peux admettre le risque de mort ou de blessure grave dans une manifestation violente (les policiers et gendarmes étant humain après tout), autant cette affaire sent les manoeuvres de la Grande Muette sauce Dreyfus ou assimilé. Enterrement de l'affaire pour éviter que le bon peuple doute du bon sens de sa police. Et puis somme toute qui a t on tué? Un autre de ces chevelus barbus zadiste, pas un notable ! Bref, pourquoi inquiéter le troupeau ? Dormez en paix mes petits agneaux, les sbires de la république et leur gros gourdin sont là.
Bonjour
Lire que la faute en revient aux manifestants… pauvres zélateurs qui ignorent que la grenade a été tirée par leurs sbires.
Ah ! La France éternelle !
Fallait s'y attendre. Ce n'est pas la première fois qu'un procureur demande un non-lieu (ou une peine très légère) quand il s'agit de juger une "bavure" policière.

Cela peut s'expliquer ainsi: les procureurs dirigent les enquêtes préliminaires (qui, représentent 95% des instructions, les 5% restant étant pour les juges d'instructions). Pour ces enquêtes, ils ont besoin de la police, qui a donc les moyens de riposter si le procureur fait des réquisitions trop sévères.

Il faut mettre fin à ce conflit d'intérêt; les procureurs qui plaident n'ont pas à mener/diriger une enquête, ce travail devant être confié à un juge d'instruction.
Et c'est Mélenchon qui porte le chapeau.....à vomir.
Et passe muscade ! Pauvre démocratie, pauvre état de droit, pauvres citoyens victimes du massacre policier. Et dire que le sinistre de l'inférieur en poste se prétendait "socialiste". J'espère qu'un jour viendra où la mémoire de Caseneuve sera flétrie comme elle le mérite et qu'il rejoindra la cohorte des Papon, Bousquet, Marcellin et autres indignes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.