104
Commentaires

Réforme du travail : "Evidemment", tous les amendements sont rejetés !

Tous les amendements rejetés? "Evidemment!" Un échange vidéo tiré de l'examen en commission à l'Assemblée nationale du projet de loi d'habilitation du gouvernement sur la réforme du code du travail a provoqué un mini tollé, après avoir été repris par plusieurs grands médias. De quoi s'agit-il ? Derrière la vidéo, une majorité parlementaire bien "en rang", et beaucoup d'amendements "de suppression".

Derniers commentaires

Pour les ceuxssss qui

Art1....
Art2....
Art3....

Une petite énigme pour alimenter la nuit:

https://youtu.be/u7Tcp2vKh5w
C'était Louis XIV qui se prenait pour Jupiter. Sous son règne, le parlement est devenu une simple chambre d'enregistrement.
Sous Emmanuel 1er aussi, on dirait...
Bonjour citoyens et citoyennes de la dictature souriante

Les godillots et les godillottes, parité oblige, sont en ordre de marche, tout marche en France, et plus ça marche plus ça marche en ronronnement
Les marcheurs et les marcheuses vont d'un seul homme, d'une seule femme donner au dictateur souriant tous les pouvoirs
Avec le sourire et le sous-entendu sarcastique "Evidemment" qu'on vous enc... (sorry pour l'écart langagier mais il y a parfois des mots qui réussissent l'exploit de tout dire en quelques lettres, au Scrabble ils remporteraient la mise, c'est assuré)

Et Le Monde qui sort un article "Les députés français sont-ils assez protégés contre les attaques informatiques ?" comme s'il y avait un intérêt quelconque pour une puissance étrangère ou un hacker d'aller fouiller dans les entrailles d'un godillot, d'une godillotte, ces "Walking Deads" de la démocratie.

Maintenant, l'assemblée nationale qui perd ses majuscules n'est qu'un séminaire d'entreprise où l'on occupe le personnel pour le convaincre qu'il prend part aux décisions alors qu'on les a déjà prises.
La question est de savoir à quoi servent les amendements dans cette parodie de démocratie. C'est un peu comme si on déposait des amendements à la Génèse .
Finalement,les seuls "députés" qui font le travail qu'on est en droit d'attendre d'eux sont des opposants. Ils devraient donc être les seuls à recevoir un salaire. Les autres,la "voix de son maître" qui n'ont qu'un rôle de croupion n'ayant aucune réelle activité seraient dispensés de présence et,en ne les payant pas,la république ne ferait qu'entériner cette situation. Quelle économie! Pour ne pas les payer à chômer on pourrait les convertir en postier,agent de police ou trouver quelque chose pour les occuper.
Loin de moi l'idée de défendre quoi que ce soit venant de Macron, pour qui je suis furieuse d'avoir été obligée de voter, comme beaucoup de monde, alors même que j'avais juré sur la tête de mes ancêtres (décédés, c'est plus prudent - et j'ai bien fait, du coup), de m'abstenir, mais là je trouve que le buzz est malhonnête.

On interprète sa réponse "évidemment, vous l'imaginez !" Comme une réponse à l'affirmation " tous les amendements sont rejetés ", auquel cas elle sous-entendrait avec l'ironie qu'on lui prête que c'est du fait de la majorité absolue. Mais pour moi, contrairement à cette interprétation que tous le monde semble prendre pour acquise, elle répond plutôt à la question-affirmation " [les amendements sont rejetés] avec un taux de 100%, donc ?"

Sa réponse et son rire viendraient alors de l'incongruité de la question, puisque c'est une évidence mathématique au vu de l'échange qui vient d'avoir lieu. C'est ainsi que je l'entends, plutôt que l'interprétation que tout le monde en donne, qui me paraîtrait témoigner d'une arrogance inimaginable et que je ne ressens pas, en tout cas pas dans les propos échangés dans l'extrait diffusé. Mais je suis peut-être naïve, je l'admets.
Franchement, je ne vois pas où est le problème et quel est le sujet d'étonnement.
Macron n'avait pas caché qu'il ferait une telle réforme du code du travail.
Il n'avait pas caché qu'il la ferait passer par ordonnances.
Les électeurs l'ont élu.
Ils ont confirmé en lui donnant une très large majorité à l'assemblée.
Et vous voudriez quoi ? Qu'il renonce à tout ça sous prétexte qu'il reste quelques députés de l'opposition qui veulent batailler ferme contre sa politique ?
Il me semble évident qu'il fera passer cette réforme, et les électeurs étaient prévenus.
Fallait pas l'élire et lui donner cette majorité. On ne peut pas lui reprocher de l'utiliser maintenant qu'il l'a.
L'opposition (la résistance !...) ne pourra se faire que sur d'autres terrains.

Et on est quand même bien loin d'une dictature !! Attention aux mots ! Dans une dictature, tous les gens ayant débattu sur ce forum recevraient une visite de la police, ou des messages d'intimidation, des trucs que certains russes ou certains chinois pourraient nous expliquer...
Je crois que l'étonnement est d'avoir des députés qui ne semblent pas savoir ce qu'est le boulot de député - peut-être même ce qu'est la démocratie et le débat vu leurs refus du débat aux législatives...-, restent silencieux en commission des lois par exemple. En commission, ils sont censé s'expliquer sur l'objet des textes, entre "spécialistes", avoir un débat, et si la majorité gouvernementale ne joue pas son rôle dans les institutions, n'exerce pas son mandat de (contre-)pouvoir législatif, eh bien on est dans un régime de pur exécutif qui s'approche de la dictature.
On verra bien ce qu'il se passe ensuite si ça s'agite dans les rues faute de pouvoir avoir un débat à l'Assemblée. Le Macron "penser printemps" n'est pas censé aller loin dans le répressif mais bon, il y a quand même l'état d'urgence, ça peut taper dur.
une minorité a voté pour lui, donc ce ne sont pas "les électeurs". La justice française est utilisée pour mettre au pas les syndicalistes de manière à criminaliser leur action et ne laisser que les militants aux ordres du patronat pour négocier au niveau de l'entreprise de nouveaux accords. La société de Macron a déjà fait un pas dans le sens de la dictature.
Je n'ai pas parlé des "gens" ni des "français" à dessein, mais bien des "électeurs", c'est à dire de ceux qui ont voté.
Que la majorité des "gens" n'ait pas voté est le signe d'une démocratie très malade, dévoyée, à réformer de fond en comble, etc...
Que le système majoritaire permette d'avoir une assemblée aux ordres de l'exécutif qui devient une chambre d'enregistrement grâce une majorité tellement dominante qu'elle peut se permettre de zapper le débat parlementaire, est bien regrettable.
Que l'exécutif souhaite pérenniser les dispositions de l'état d'urgence est évidemment scandaleux et inquiétant.
Mais l'opposition existe, et elle peut s'exprimer. Les terrains de cette expression restent nombreux, et les leviers de contre-pouvoir n'ont pas disparu, loin de là.
Alors je crois qu'on ne peut pas parler d'une dictature.
Et je crois surtout qu'utiliser cet argument pour s'opposer à ce pouvoir qui a tant de défauts risque d'être contre-productif, parce que faux.
Mais l'opposition existe, et elle peut s'exprimer

ça reste à démonter !
Comment c'était, déjà ? "J'écoute, mais je tiens pas compte": http://www.dailymotion.com/video/x86u43_sarkozy-j-ecoute-mais-je-tiens-pas_news
"Et on est quand même bien loin d'une dictature !! Attention aux mots ! Dans une dictature, tous les gens ayant débattu sur ce forum recevraient une visite de la police, ou des messages d'intimidation, des trucs que certains russes ou certains chinois pourraient nous expliquer..."

Pour déclarer "voici une dictature" , il vous faut de bons gros chars écrabouillant le bon peuple ?

A cette assertion simpliste , ceux qui vous répondent sur ce forum vous démontrent par de nombreux points , liste non exhaustive , comment la liberté est déjà bien muselée .
Muselées aussi les Institutions de la République , auto-muselés ses membres zélus par une poignée de zombies .

La Police ne frappe pas à leur porte ? Vous oubliez que , grâce à la loi anti-terroriste promise à une inscription définitive et sans vote , des opposants ont été consignés à domicile pendant les campagnes d'élections (^^) à rallonges . La nouvelle définition du terrorisme , c'est contrarier le ...* le petit-bonhomme-qui-fait-peur.

Nous ne votons plus , frank duplessis ? ... mais nous sommes très occupés à réinventer la vie !
Vous me paraissez être dans le déni ou ébloui par les yeux de robot de Jupiter . Les Statues antiques sont plus expressives .
Les bras lui en sont tombés : https://www.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fmythologica.fr%2Fgrec%2Fpic%2Fjupiter-versailles.jpg&imgrefurl=https%3A%2F%2Fmythologica.fr%2Frome%2Fjupiter.htm&docid=iNvIL2NHFf83TM&tbnid=MAloppv5TieMcM%3A&vet=10ahUKEwi7qvLkjPrUAhWHL8AKHSRBAqYQMwg9KBMwEw..i&w=563&h=752&client=firefox-b&bih=1068&biw=1920&q=jupiter%20dieu%20romain%20statue&ved=0ahUKEwi7qvLkjPrUAhWHL8AKHSRBAqYQMwg9KBMwEw&iact=mrc&uact=8

Une analyse déterminante dans le Monde Diplomatique , "Imaginer un salariat sans subordination" , par Danièle LINHART : http://www.monde-diplomatique.fr/2017/07/LINHART/57684


*auto-censuré ;-))
Et dans Hors Série ce samedi , la leçon de prédation de classe ! La lutte est morte , mais la guerre des classes sera peut être sanglante ...

(vous ai voté)
http://www.hors-serie.net/Aux-Sources/2017-07-08/Les-predateurs-au-pouvoir-id243
"Je n'ai pas parlé des "gens" ni des "français" à dessein, mais bien des "électeurs", c'est à dire de ceux qui ont voté."

dans ce cas là il faut parler de votant, un électeur est une personne ayant le droit de participer à une élection ou scrutin.
"Dans une dictature, tous les gens ayant débattu sur ce forum recevraient une visite de la police, ou des messages d'intimidation, des trucs que certains russes ou certains chinois pourraient nous expliquer..."
La concentration des pouvoirs et le déni de démocratie s'exerce et se reconnaissent à différents degrés. Si pour vous la dictature c'est quand les chars marchent sur la ville et qu'on pend les opposants politiques des hélicoptères, effectivement vous pouvez vous rendormir encore un peu, ça n'arrivera pas comme ça. Vous n'aurez pas droit à une annonce "La démocratie c'est fini!", au contraire on utilisera toutes les apparences de la démocratie et de la légalité pour installer une autocratie. Dans une dictature, il peut tout à fait toujours y a avoir des éléctions, et c'est même fréquent. Dans une dictature, on arrête pas toujours l'intégralité de ceux qui s'expriment contre le pouvoir. Par contre on garde un oeil sur eux, on les suveille, et si ils vont trop loin on intervient. Et tout ça on l'as déja. Les fichés S assignés à résidence qui porteront bientôt un bracelet éléctronique vont le confirmeront. Les syndicalistes systématiquement criminalisés aussi. ça n'est pas le fait de Macron, tout ça s'installe tranquillement globalement depuis le mandat Sarkozy, avec une intensification de plus en plus rapide. Refuser de voir cette intensification aujourd'hui c'est se voiler la face. et elle n'as pas lieu seulement en France. C'est un mouvement global, mondial.
Et concernant le débat parlementaire, souvenez-vous qu'il y a un an tout les monde était vent debout contre le 49-3; alors qu'aujourd'hui on s'apprête à carrément se passer du parlement dans la discussion. Allez voir les débats parlementaires et les débats en commission, et comparez les à ceux qui se tenaient encore même il y a quelques mois, c'est édifiant. Les parlementaires LREM ne prennent jamais la parole (sauf quand la loi les y oblige); l'opposition à gauche comme à droite parle dans le vent; les syndicats invités à parler (deux minutes, faut pas pousser); parlent dans le vent; et en fait le dispositif mis en place ne peut pas donner lieu à la moindre réél discussion constructive vu qu'ils ont discuté la loi d'applications des ordonnances en deux jours. Ce à quoi on assiste c'est clairement la mise à l'écart complète et organisée du parlement dans les décisions pour les laisser au seul éxecutif. Si on ajoute le pouvoir de plus en plus grand de la justice administrative, qui peut priver de libertés des gens sans preuves; la séparation des pouvoirs en prend un sacré. coup. Encore une fois Macron ne fait qu'accélérer le processus.
sinon "faire passer des lois par ordonnance" ne constitue pas un programme politique. Parce que concrètement personne n'est capable de dire exactement ce qu'il y aura dans cette loi. Macron avance masqué.
il faut arrêter de confondre la discussion d'une loi dans ses détails et un programme politique; dans les faits ce sont deux choses différentes.
N'a-t-il pas d'ailleurs dit: "le programme , on s'en fout !" ...pensez [s]Printemps[/s] ,euh non , Lidl !
"'Et on est quand même bien loin d'une dictature !! Attention aux mots ! ... certains russes ou certains chinois pourraient nous expliquer... "

C'est vrai ça, c'est pas en France qu'on verrait de potentiels manifestants assignés à résidence.

Une dictature c'est toujours chez les autres.
Ah ben non. On n'en attendait pas moins de Macron.
On est juste à rigoler de l'ignorance et du comportement moutonnier des Élus en Marche. On a l'impression qu'ils n'ont pas tout compris.
En attendant de rigoler de leur tête dépitée quand ils se rendront compte (en tout cas pour certains) de ce qu'il en est réellement pour leur famille et leur proches. Ils ne sont pas tous sorti de la cuisse de Jupiter.
Et en attendant de "rigoler" dans la rue, car comme dit l'autre: "Attendez! C'est la France ici..!"
C'est vrai qu'en Chine, en Russie, l'Armée patrouille dans les rues et tire à la moindre tentative d'agression.
effectivement rien de bien choquant, je cherche encore le "mini tollé" je pense qu'il s'agissait plus vraisemblablement d'un micro tollé.
Macron a effectivement bien parlé de la méthode, mais jamais du fond.

Et ce qu'il inclut dans le périmètre de ces ordonnances semble d'ailleurs aller beaucoup plus loin que ce que son "projet" ne le laissait entendre.

Sans oublier également qu'il nous enclenche clairement dans une politique d'austérité pour faire plaisir à l'Allemagne, et que de cela il n'avait pas été question durant sa campagne.

Macron reste un président élu sur un malentendu, et lorsque celui çi se sera dissipé, il restera plus que la récession dans laquelle ces politiques vont nous entraîner, avec peut-être à la clé une solide crise de régime.

quant à vos supputations Russes, elles traduisent à elle seule votre méconnaissance réelle de la politique dans ce pays, et votre alignement inconditionnel sur la présentation que l'on en fait dans nos médias.
ajoutons qu'il vient d'assimiler les manifestants de Hambourg à des " casseurs auxquels je ne cèderai rien", ce qui le range à l'extrême-droite.
bah il est tout colère parce que le G20 s'est traduit par un bide retentissant pour l'UE, et as consacré notre faiblesse sur la scène internationale.

Il avait la tète des mauvais jours lorsqu'il a été obligé de clarifier sur la Syrie, "on est ni à Genève, ni à Astana" ... Et oui Manu, Trump a donné aux Russes ce qu'ils voulaient en Syrie en échange d'un soutien sur la question climatique et sur la Corée du Nord.

Bref, ça s'est passé sans nous, et ça va continuer encore un moment, à moins que Macron ne fasse le ménage chez tous les hauts fonctionnaires imbéciles qui nous ont lancé dans cette calamiteuse politique étrangère.

A noter que du coté USA, une bonne partie de l'administration est aussi furieuse des apparentes bonnes dispositions de Trump à l'égard de Poutine.
Ils sont tous entrainés à la guerre froide ...
Vous auriez des liens sur la perception de l'administration américaine des relations entre Trump et Poutine ?
De qui s'agit-il ?

A priori, au niveau administration, Tillerson a la même ligne que Trump (normal, sinon il le virerait...) et a de bonnes relations avec Poutine.
Dans sa conférence de presse au G20, à l'occasion d'une question sur l'avenir d'Assad, Poutine a eu cette expression : "Mr. Tillerson is a very respectable individual, he's very friendly to Russia".

Perso, je suis d'avis que Tillerson représente le fond des intérêts liés à Trump face à deux autres lobbys des anciennes administrations, celui anti-russe héritier de la guerre froide et des pays de l'Est, et celui israélo-saoudien anti-Iran pour le Moyen-orient. Ca m'intéresserait de voir si je peux mettre des noms là-dessus, voir qui réagit et sur quoi quand Trump n'est pas assez anti-russe.
Vous êtes resté sur des schémas anciens, des fonctionnements dépassés et qui ont montré leurs faiblesses puisque ces dictatures a l'ancienne se sont, dans leur grande majorité, effondrées. Nos dictatures d'aujourd'hui sont moins sur le modèle orwellien que sur celui d'Aldous Huxley. Pour ces raisons certains parlent à juste titre de démocrature ou de démocratie totalitaire. Il s'agit d'anémier toute contestation non par la force - quoique celle-ci n'est jamais totalement écartée si nécessaire - mais par la séduction. Ça c'est pour les CSP+ et suivantes. Bien évidemment cela doit s'accompagner par la neutralisation d'une majorité de la population dont le vote serait opposé aux intérêts de la classe dominante par l'accroissement du naufrage social et par un discours antiparlementaire. Cette situation fonctionne très bien depuis des lustres aux USA.
On parle surtout de dictature molle, en référence au soft / hard power.
Les gens votent mais dans la désinformation, l'information étant contrôlée en grande partie par les médias et une grosse partie de la population continuant à s'informer dans ces médias.
Il y a un manque certain de pluralisme dans ces médias en raison de deux choses :
- la concentration de la propriété des médias entre les mains de quelques riches industriels.
- un certain obscurantisme qui sévit au niveau académique.
Tout cela donne le sentiment d'une pensée unique.
Nous sommes donc moins dans les mécanismes de censure d'une dictature dure mais dans d'autres types de mécanismes qui reviennent pourtant au même.
A cela on ajoute le contrôle des institutions par une oligarchie qui réduisent nos contre pouvoirs, en tant que citoyens, à peau de chagrin et qui favorisent mécaniquement la conservation du pouvoir entre leurs mains.
Les éléments de démocratie que comporte malgré tout notre régime politique sont en quelque sorte noyés dans de nombreux autres éléments de dictature, et le résultat il est là, l'oligarchie choisit son champion, et il gagne les élections. Et à chaque changement de régime on voit que les dérives autoritaires s'aggravent.
C'est à dire que le système ne leur suffit même pas. Ils ressentent le besoin d'aller vers cette dictature dure justement parce ces éléments de démocratie nous permettent de les freiner un minimum.
https://www.legrandsoir.info/dernier-entretien-en-terre-d-occident.html
Et non on ne regrettera pas les vieux députés aussi godillot que les nouveau , sou Sarko , sous hollande que des lèches cul. Leur seul revendication c'est d'aller a la TV, et d'voir du fric.
Qu'ils dégagent, z avais qu'a voté FI , nous au moins on bosse. L'article fustige plus la FI (qui on aussi des député novices...) qui ne fait "que" des amendements de retrait, et c'est mal pour #lautredroite, comme Daniel et Plenel, eux qui ne s'engagent que pour leur pomme et leurs amis de reseau, ils ne savent qu''ereinter nos élus FI, Daniel le fait moins fort qu'a mdp, moins de lectorat et tout aussi a gauche. Il va falloir penser a créer des medias vraiment de gauche, moins intello que le monde diplo (celui de juin un régal) , mais tout aussi a gauche, #lautredroite doit aussi dégager, ils se croient majoritaire les nantis qui ont honte de se positionner a droite , mais qui adorent le libéralisme qui asservit les femmes et les jeunes .
C'est moi ou on va droit vers une dictature qui ne dit pas son nom ?! N'aurait-on pas eu meilleure compte à élire Le Pen ?
C'est la république macronne. Ce n'est plus la République, c'est un truc inédit aussi incroyable dans ce pays que celui qui dirige. Inédit, incroyable avec un troupeau de moutons tondus .Les brebis égarées auront beau bêler, la marche jupitérienne avancera...jusqu'au croche pied inévitable
Une coquille à corriger : ce n'est pas "l'armée service" dans un des messages cités mais... "l'armée servile" (cf l'article de FranceInfo).
La brise du Pays du Matin calme souffle sur l'Assemblée...

La France allait mieux avec Hollande, maintenant elle va très bien.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.