84
Commentaires

Référendums : et les Roms ?

Décidément, la campagne Sarkozy est un mystère permanent.

Derniers commentaires

Un point qui n'a, à ma connaissance, été relevé par aucun journaliste, c'est que l'un des deux référendums proposés, celui relatif au droit des étrangers, est inconstitutionnel.

En effet, si j'ai bien tout suivi, Zoltan 1er propose de supprimer l'intervention du juge des libertés (juge judiciaire) pour statuer sur le maintien en rétention des étrangers en situation irrégulière, afin de concentrer le contentieux des étrangers dans les mains du juge administratif, qui intervient déjà aujourd'hui pour statuer sur la légalité des actes administratifs (non renouvellement de titre de séjour, obligation de quitter le territoire...).

L'intervention des deux juges complexifie la procédure pour les étrangers, mais elle résulte de deux principes fondamentaux garantis par la Constitution. D'une part, la compétence d'annulation des actes de l'administration relève du juge administratif "conformément à la conception française de la séparation des pouvoirs" (Conseil constitutionnel, décision 86-224 DC du 23 janvier 1987). D'autre part, le juge judiciaire est, en application de l'article 66 de la Constitution, le gardien de la liberté individuelle. Cela signifie que seul le juge judiciaire peut statuer sur les privations de libertés, notamment sur le maintien en rétention des étrangers (voir, par exemple, la décision du Conseil constitutionnel n° 79-109 DC du 9 janvier 1980). La suppression de son intervention est donc manifestement contraire à l'article 66.

Cette défiance du Président à l'égard du juge judiciaire n'est pas nouvelle, Par une loi, récente, du 16 juin 2011, il a fait retarder l'intervention du juge des libertés de 48 heures à 5 jours pour statuer sur les rétentions, afin que le juge administratif examine l'éventuelle contestation des mesures administratives d'éloignement d'abord et que l'administration puisse procéder dans la foulée à l'expulsion, avant la saisine du juge des libertés.

L'adoption d'un tel texte impliquerait de modifier la Constitution. Fort heureusement, une telle procédure nécessite l'accord des deux assemblées parlementaires (article 89 de la Constitution), donc celui du Sénat, qui, à l'heure actuelle, devrait se montrer réticent (s'il y a un résultat positif dans la politique menée depuis 5 ans, c'est bien le passage du Sénat à gauche...).

Sauf à ce que personne n'ait lu la Constitution à l'Elysée, on peut donc raisonnablement conclure que cette proposition n'est qu'un acte de langage, dirigé vers un certain électorat ; proposer un référendum sur la question des étrangers, tel que cela est présenté, peut être susceptible de plaire à un certain nombre.

Mais surtout, ce qui est le plus révélateur, c'est l'absence totale de prise de recul dans le traitement de cette information. Certes, il n'y avait pas grand-chose à attendre de la part des journalistes du FigMag, mais tous ceux qui se sont contentés de présenter ce projet puis de recueillir les réactions choquées, ce qui était le but, n'ont manifestement fait aucun travail de vérification. Malheureusement, beaucoup de médias grand public (France Inter ne fait pas exception) ne sont plus que des agrégateurs de dépêches d'agences. Dommage.
Je comprends mieux maintenant...

Il y a peu s'est réuni dans un département que je ne citerai pas la MISEN (Missions Interservices de l’Eau et de la Nature), une instance des services de l'Etat chargée d'orienter la politique en matière de protection de l'eau et de l'environnement. Pour vous rendre compte du genre de missions de ce type d'instance, il y a une page très bien faite sur le site de la DREAL Alsace. Là-bas, par exemple ils font des contrôles cigogne, castor et grand hamster. En général, ils s'occupent de la pollution des milieux aquatiques.

Mais quel rapport avec le schmilblik me direz-vous?? Aucun bien sûr.

Sauf que le représentant du préfet du dit département a fait un discours comme quoi il fallait arrêter d'embêter ceux qui faisait des efforts pour ne pas polluer (= les industriels), et s'attaquer aux vrais problèmes environnementaux. Lesquels, lesquels? Les gens du voyage et les roms bien sûr. Et personne n'est sorti de la salle.

C'est le problème de l'eau qui chauffe lentement et de la grenouille qui s'endort. On devrait tous être dans la rue après les sorties de Guéant et consorts. Et puis rien. Combien aujourd'hui? -6°. Brrr, pas un temps à manifester contre l'eau qui chauffe ça...
allez on lance des referendums : pour ou contre le chômage ?
" Que peut-il ?Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.
Avec cette pleine puissance,en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France,de l'Europe peut-être.
Seulement voilà,il a pris la France et n'en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le président se démène :il fait rage,il touche à tout,il court après les projets;ne pouvant créer,il décrète;il cherche à donner le change sur sa nullité;c'est le mouvement perpétuel;mais,hélas!cette roue tourne à vide.
L'homme qui,après sa prise de pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux.Il aime la gloriole,les paillettes,les grands mots,ce qui sonne,ce qui brille,toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent,l'agio,la banque,la Bourse,le coffre-fort.
Il a des caprices,il faut qu'il les satisfasse.....On y ajoutera le cynisme car,la France,il la foule aux pieds,il lui rit au nez,la brave,la nie,l'insulte et la bafoue!Triste spectacle que celui du galop,à travers l'absurde,d'un homme médiocre échappé." VICTOR HUGO Napoléon le petit
A tous ceux qui voudront bien lire ce texte du grand Hugo,je laisse le plaisir de savourer....L'histoire se reproduit,c'est troublant.
Si l'objectif est de stigmatiser les chômeurs pour racoler l'électorat du front national, c'est sans compter que dans cet électorat se trouvent certainement des gens désespérés déjà au chômage ou sur le point de l'être, qui ne vont certainement pas le suivre sur ce terrain.
Sans compter l'ambiance que cela va créer durant les prochaines semaines, avec leur lot de déclarations provocatrices, d'évacuations d'hémicycle, d'éditoriaux de Luc Ferry, ... tout cela peut-être sans le moindre retour sur avilissement pour celui qui peut commencer à passer les dossiers gênants à la déchiqueteuse.
Pourquoi faire des référendums dispendieux ?
Pourquoi faire des référendums alors qu’il suffit de piocher dans les malles de l’histoire et d’en sortir de bonnes vielles lois ou vieux décrets et de les remettre au goût du jour.

Difficile d’expulser et de parquer les immigrés ? Suffit d’appliquer le décret du 12 novembre 1938, portant création de Centres spéciaux pour la rétention d'étrangers indésirables, adopté sous le gouvernements d'Édouard Daladier. Ré adoptons-le sans réserve et sans référendum.

Trop de chômeurs à cause des étrangers ?
Remettons en vigueur de la loi du 17 juillet 1940, adoptée par le gouvernement de Vichy, qui stipulait que « nul ne peut être employé dans les administrations de l'État s'il ne possède pas la nationalité française, à titre originaire, comme étant né de père français ».
Supprimons la restriction à l’administration et le tour est joué.

Trop de chômeurs fainéants qui refusent les emplois qu’on leur propose gentiment ?
Ressortons ce bon vieux STO adopté par la loi 16 février 1943 créant le Service du travail obligatoire. Le texte ne précisait même pas que le terrain de jeu était l’Allemagne.
« Art. 1er. Pour tout Français ou ressortissant français du sexe masculin, âgé de plus de vingt ans et résidant en France, les obligations résultant des dispositions des titres l er et III de la loi du 4 septembre 1942 relative à l'utilisation et à l'orientation de la main-d'œuvre comportent notamment l'exécution d'un service du travail obligatoire.
Beaucoup de choses ont été dites et bien dites : monopoliser l'agenda politique, allumer des contre-feux pour faire diversion par rapport aux bilans accablants d'une politique et au financement douteux d'une campagne qui commence à intéresser la justice, faire monter l'extrême-droite pour mieux tenter de récupérer les voix de ladite extrême-droite, affirmer une idéologie qui érige le "winner" en modèle absolu et méprise les "losers" et les "assistés", etc. voilà entre autres choses ce que cache cette proposition.

Et si comme cela arrive également, notre "blouson doré de Neuilly", comme l'appelle Régis Debray - un bourgeois malin et ambitieux dépourvu de toute stature politique mais véritable rouleau-compresseur stratégique, préparait le terrain pour un véritable démantèlement de la sécurité sociale : assurance-maladie, assurance-chômage et retraite ? Oh, loin de moi l'idée de faire peur, juste dire qu'on n'est pas à l'abri d'une radicalisation totale de la volonté de démantèlement de l'Etat-providence...
Peut être notre gaillard prépare-t-il le deuxième tour ?
Si Marine Le Pen n'arrive pas à se présenter (j'ai cru comprendre que les maires ne lui donnait pas leur signature), notre cher président pourrait être au deuxième tour et ainsi rafler les voix de l'extrême droite sur le thème 'je l'avais bien dit'.
c'est sans doute son presque dernier espoir. le dernier étant un bon coup d'état imposé par l'Europe, façon Grèce ou Italie.
Je me souviens d'un "Marianne" en 2007 ! On devrait le rééditer ..
Allez, puisqu'il faut y aller, autant le faire en grand.

Je propose de soumettre cette question à referendum :

"Classez, de la plus grande (après nous) à la plus nulle, les civilisations suivantes :
- les niakoués
- les bougnouls
- les pédés du sud
- ...
"
Voilà qui pourrait être une belle victoire du Sarkozysme, non ?
Aller, une petite image positive (genre méthode Coué) ce matin : Imaginer la tronche de Guéant, notre ministre de l'intérieur, annonçant la victoire de Hollande à la présidentiel (c'est sont job).

Bon un ami moins positif que moi m'a dit qu'il doutait que ces gens acceptent le résultat des urnes. Si vous pouviez me dire que vous pensez qu'il a tord, ca me remonterai le moral.
Bonjour
Votre ami n'a pas tort, la campagne va être très courte et dans ces conditions des arguments à la Viktor Orban pourrait lui permettre d'abuser beaucoup de monde, la préparation des esprits est en marche, (dernier exemple: référendum sur les chomeurs). Les "séniors" soutiers des médias, télés et radios, complices conscients ou inconscients aimeraient réduire la campagne égalitaire à 2 semaines. Leur argumentaire n'est que le résultat de leur médiocrité et/ou des ordres de leur actionnaire directe et indirecte

Si vous pouviez me dire que vous pensez qu'il a tord, ca me remonterai le moral.


Le système est un soft power. L'Histoire a prouvé aux gouvernants que la violence des gouvernants engendrait presque automatiquement la violence des dominés dans un pays qui a vécu deux siècles de troubles et de violence politique pour accéder à la démocratie minimum.
Et ils réussissent à maîtriser les dominés par la manipulation et le mensonge à la Machiavel. Ils ont intégré la politique telle quelle depuis très longtemps, sans parler du fait qu'un certains nombre de gens à l'UMP sont de vrais démocrates. Et la violence politique, ce n'est pas bon pour la propriété privée et les affaires.
Je ne les vois pas changer d'avis maintenant, surtout qu'en tant que dominants, ils n'ont aucune conscience des enjeux réels et du changement de paradigme qui sont en marche actuellement.

De plus, cette impression d'autoritarisme est voulue, mais l'inefficacité et le manque de réalisation effective des décisions de Sarko est patente. Il n'a de réel pouvoir que sur les fonctionnaires, et par exemple, une grande partie des policiers, très jeunes, n'obéira pas à n'importe quoi. Le sens de l'inertie des fonctionnaires est terrible s'ils ne veulent pas quelque chose. Pour faire une dictature, il faut être organisé et aller au bout de ses idées, or il est nul pour comprendre comment fonctionnent les lois. Et avoir beaucoup de gens prêts à utiliser la violence pour justifier n'importe quelle autorité. Je ne vois pas où il les trouverait.
Et même sous les coups de boutoir de son autoritarisme, le système démocratique a tenu.

Je ne dis pas que la dictature serait impossible. Mais pas lui et pas maintenant.
Merci, vous m'avez convaincu.
En même temps, il est des moyens moins violents de [s]s'asseoir sur la démocratie[/s] refuser un vote : remember Lisbonne (puisqu'on en est au référendum)...
[quote=Yanne]Et ils réussissent à maîtriser les dominés par la manipulation et le mensonge à la Machiavel.

Vous auriez pu, sinon dû, vous dispenser de nommément prêter à Machiavel ce qui doit être rendu à ceux dont le "machiavélisme" effectif s'est ordinairement accompagné d'une condamnation de l'auteur du Prince fondée sur leur incapacité à en saisir la pensée: et pour cause. Pour preuve le chapitre IX de l'oeuvre dont j'extrais les passages suivants, en commençant par le principal:
En effet, dans toute cité, on trouve ces deux humeurs différentes: et cela naît de ce que le peuple désire ne pas être commandé ni opprimé par les grands et que les grands désirent commander er opprimer le peuple: et de ces deux appétits différents naît dans les cités l'un de ces trois effets: ou principat, ou liberté ou licence.
Après quoi, une fois précisé que : Le principat est causé soit par le peuple soit par les grands, Machiavel établit que dans le premier cas, le meilleur des deux et celui auquel il consacre son oeuvre-manifeste, est, pour le prince, le premier, son argument principal étant qu'on ne peut satisfaire les grands avec honnêteté et sans injustice envers d'autres, mais on le peut fort bien avec le peuple: car le désir du peuple est plus honnête que celui des grands, car ceux-ci veulent opprimer et celui-là ne pas être opprimé. Ce qui établit que, même lorsque le prince a été porté au pouvoir par les grands, son intérêt à tous égards est de favoriser le peuple. De sorte que, si "manipulation et mensonge" il devait y avoir, celui-ci devrait s'exercer exclusivement à l'encontre des grands et aucunement à celle du peuple. L'intelligence et l'intérêt s'accordent ainsi avec l'honnêteté. Alors que chez les "machiavéliques", contempteurs de Machiavel ou non, la bêtise est toujours à la source de la volonté d'opprimer.
Vous auriez bien dû ainsi soit vous dispenser d'accabler nommément Machiavel, soit, à la rigueur, évoquer le "machiavélisme" dont chacun sait depuis toujours, sans besoin de Rousseau ou de Spinoza pour le leur apprendre, qu'il est à Machiavel ce que le "sadisme" est à Sade ou le "masochisme" à Sacher-Masoch (sur lequel voir Deleuze): vous n'auriez de la sorte pas dépassé le degré commun de conformiste "diffamation", fût-elle ironique, auquel le "matinaute" s'est limité. Cela dit non sans souhaiter expressément qu'il puisse aussi y renoncer: le ressentiment à l'égard des grands penseurs, en particulier les plus défiants "le sens commun", ne saurait être - si peu que ce soit - consenti.
Franchement, je n'ai jamais lu Machiavel et n'ai pas l'intention de lire, mais ce que j'en sais, c'est qu'il avait servi de messager pour des princes des cités italiennes de la renaissance, ce qui lui permettait d'avoir une idée exacte de toutes sortes de machinations et de réactions cyniques qui avaient cours dans les milieux de la politique entre les états italiens, et plus généralement en Europe.
Il a été l'un des premiers à analyser et à développer ouvertement les analyses de ces pratiques, et les a exposées au grand jour dans ses livres. Et c'est avant tout ce qu'on a retenu de Machiavel.

Lorsque je parle de Machiavel, ce n'est pas pour le présenter comme un monstre ou un anti-démocrate et le juger, de toutes façons, il est mort depuis trop longtemps pour le critiquer, mais pour faire référence aux procédés de manipulation qu'il a décrits. Cette mention n'avait pour but que d'expliciter le genre des manipulations politiques dont je voulais parler.
[quote=Yanne]Franchement, je n'ai jamais lu Machiavel et n'ai pas l'intention de lire, mais ce que j'en sais, c'est qu'il avait servi de messager pour des princes des cités italiennes de la renaissance (...)
Cette mention n'avait pour but que d'expliciter le genre des manipulations politiques dont je voulais parler.

Hélas, ce que vous en "savez" est aussi faux: Machiavel n'a servi que sa cité, Florence, et non comme messager, mais quinze ans durant* comme Secrétaire de la seconde chancellerie: "les affaires étrangères", ce qui ne l'a pas empêché d'intervenir fortement dans les affaires, en particulier militaires, de la première: votre "savoir" est aussi historiquement inexact donc qu'est politiquement erronée votre référence aux "genres de manipulations politiques" dont vous vouliez parler: je vous renvoie à mon commentaire précédent à ce sujet.
Il est dommage que vous n'ayez pas l'intention de le lire: vous apprendriez pour commencer que cela ne peut véritablement se faire qu'en se "documentant" historiquement: très sérieusement, comme lui-même professionnellement (cf. citation ci-dessous).

*Du Prince, il écrit que "si on le lisait, on verrait que pendant les quinze ans où j'ai fait mon apprentissage dans le métier de l'État, je n'ai ni dormi ni joué"
Le pouvoir est débile et incohérent partout en occident, il n'a aucun principe et surement pas la démocratie. Il a renoncé au soft power voila un peu plus de 10 ans pour s'approprier tous les moyens à sa portée. Pas plus tard que le 1er Janvier de cette année les USA ont foutu leur constitution aux chiottes et adopté à la place le NDAA qui autorise la disparition forcée des personnes, la détention arbitraire sans procès pour une durée illimitée et dans un lieu inconnu tenu par des militaires. Bref s'ils ont envie de larguer des types dans la mer comme du temps béni de la junte argentine, ils en ont le droit "légalement".

Ca ne l'empêche cependant pas d'être contradictoire, inopérant, et complètement inefficace, ce qui est logique puisqu'il est cinglé. Le pouvoir est d'ailleurs le même dans le public et dans le privé, avide de statistiques, il exige n'importe quoi sans jamais tenir compte de la réalité et emploie tous les moyens disponibles préférant sur le papier pousser les salariés au suicide plutôt que de leur accorder une indemnité de licenciement.

Afin de subvenir à ses besoins de folie, il emploie exclusivement les plus soumis et les plus mesquins d'entre nous à des postes de pouvoir, parce qu'aucun être humain qui ne soit pas une pauvre merde n'accepterait de faire ce que demande l'autorité.

Le système démocratique a échoué le jour de son arrivé au pouvoir, ou sa première mesure a été de se torcher avec le vote des français en adoptant le traité de Lisbonne. Aujourd'hui le fichage biométrique généralisé du public est adopté, sans parler des lois LOPPSI qui permet à la DCRI d'enquêter sur n'importe qui par tous les moyens sans référer de quoi que ce soit à des juges, HADOPI qui autorise l'état à s'introduire dans votre ordinateur sans motif et qui criminalise le fait d'avoir le wifi à la maison.

Dernière blague en date, il est illégal d'avoir une carte à jour. Toutes les personnes qui ont une carte du pays à jour sont des criminels, et ils ont l'obligation légale d'avoir un ordinateur avec lecteur de carte SD.

Donc oui, ce genre de lois débiles et inapplicables sont inefficaces et n'ont pas vocation à avoir de conséquences concrètes. Cependant prétendre qu'on est toujours en démocratie quand le législateur prend ce genre de décision... il est évident que ces décisions ont pour seul objet de racketter le public. Le pouvoir qui pratique le racket, ce n'est pas la démocratie.
Ce qu'on oublie toujours de dire c'est que ce petit Sarko, cynique, autoritaire, dure avec les petits et serviles avec les puissants, lâche quand il s'agit de discuter face à Bush et Poutine, xénophobe etc etc...

n'aurait jamais existé dans un pays comme la France si la gauche socialeuse n'avait été si traître et malhonnête... et dès-lors lui a permis de gagner les élections sans problème.

SEMIR
Je suis assez d'accord avec DS.

Pesro, je me demande même si il n'a pas peur de ne pas être au 2ieme tour. Histoire de ne pas trop perdre ignoblement, il ratisse à droite, sachant que ca va le pourrir pour le 2ieme tour, mais de toute façon, le deuxième tour, c'est mort.
ah, s'il faut vraiment coller un diagnostic, c'est pas de masochisme, qu'il s'agit, mais de défense maniaque contre une position dépressive. Tout y est : projection, clivage, déni, désir de contrôle omnipotent de l'objet... pendant quelques semaines, quelques mois, il va se réveiller tous les matins avec cinquante idées géniales, pour sauver la france et pour éviter d'aller se pendre.

Mais la question est-elle de savoir si ce type est malade ? M'est avis qu'on y a déjà répondu depuis longtemps... il est, il a toujours été, un pantin soutenu par des ficelles (ficelles médiatiques, en particulier), mais qui tient les ficelles ? La bande du fouquet's l'a lâché, il semble. Reste sa garde rapprochée de la droite autoritaire. Espèrent-ils vraiment qu'il pourra gagner ? J'en doute. Leur stratégie normale, en l'état actuel des rapports de force (et des sondages), c'est d'éviter l'hémorragie vers le centre — vers Bayrou. Et avant l'hémorragie des suffrage, celle des élus ! Car les rats quittent le navire ump, il semble. Cliver à droite, voilà la cible, pour tenter de consolider un noyau suffisamment fort de parlementaires, capables de dicter leurs conditions à Bayrou (car il semble bien que ce soit lui, et pas Juppé, qui va rassembler les déçus de sarko).

Pour le reste, rien hélas de surprenant : les "mauvais objets" sont toujours les mêmes. La guerre sans nom contre les chômeurs ne fait que continuer, le fantasme de contrôle n'est pas nouveau, tout au plus voit-on se préciser, là, le rêve d'un Service de Travail Obligatoire dont chacun sait bien qu'il n'aurait aucune utilité économique et même qu'il coûterait très cher (au passage un "conseiller" de pôle emploi est recruté à bac+2 pour une rémunération annuelle brute sur 14,5 mois de 23.000 € à 25.500 €, soit près du double d'un instit débutant).
Pour les bons esprits qui trouvent que c'est du temps perdu face aux "vrais problèmes" que de répondre aux saloperies de Guéant, la sale guerre contre les clandestins et plus largement les immigrés ne fait peut-être pas partie de la même démarche... ça doit être par hasard que sarko envisage, dans le même mouvement, un référendum sur les immigrés...
Et les Roms ? Vous inquiétez pas, Daniel, les opérations contre les sans domicile fixe continuent : la loi Léonard va permettre de les chasser des campings où ils pouvaient encore trouver refuge. Ces salauds ne payaient pas de taxe d'habitation, tous des fraudeurs, des voleurs de poules...

Est-ce que c'est "pour faire diversion" ?
Non, c'est le cœur de leur positionnement politique, certains d'entre nous le savent depuis longtemps, et ne considèrent pas comme "secondaire", mais comme central, le fait que ce régime soit un régime autoritaire, fascisant.
Bonjour
Comment empêcher ce fou de nous prendre pour des cons jusqu'en avril ?
Attention au vote du 21 février sur le MES.
C'est le seul pouvoir qu'il lui reste effectivement, à ce demi-taré.
Emmanuel Todd dit à peu près la même chose.
On attend toujours que Médiapart propose l'offre commune Mediapart+ASI à ceux qui ne sont abonnés à aucun des 2 journaux... https://www.mediapart.fr/abonnement
Je vais me répéter mais tant pis.

Cynique le Petit est prêt à tout pour garder les clés du coffre (heu, le pouvoir) et reculer l’échéance de la taule pour toutes les magouilles auxquelles son nom est associé.

Donc, il drague toutes les droites jusqu'à l’extrême car il mesure le volume de cet électorat.

Tout en cherchant à empêcher Murène La Pine de se présenter* car elle est capable de le faire arriver derrière Fromage de Luxe.

Et s'il n'y arrive pas, il fera alliance avec elle pour le second tour.

Une alliance de gouvernement, bien sûr. Des Guéant Hortefeux Estrosi Luca Mariani n'auront aucun mal à s'asseoir à côté d'elle au Conseil des Sinistres.

* Je ne vois pas pourquoi elle blufferait en disant ne pas avoir ses parrainages. Si elle les avait, elle serait trop contente de renforcer sa com' avec ça, genre : voyez quel soutien populaire j'ai.
L'erreur avec Sarkozy serait de le prendre pour un idiot ou un fanatique de droite. D'après moi, c'est un pragmatique et un tacticien pour qui seul le pouvoir a de l'importance. Le sien et celui de ses soutiens, les grosses sociétés et leurs patrons et gros actionnaires, qui pourraient le faire réélire la prochaine fois si un merveilleux évènement (pour nous) se réalisait.

La première et seule explication qui me vienne à l'esprit, c'est qu'il se positionne plus à droite pour faire émerger le centre, donc Bayrou.
Si une partie des électeurs de l'UMP se prononce pour Bayrou dans les sondages, mécontents de ces prises de position trop droitistes, une partie des centristes qui vote Hollande, pourrait se déporter eux aussi vers Bayrou, qui aurait désormais une chance. Hollande sera rogné sur sa gauche par le Front de Gauche. Donc Hollande baissera dans les sondages.

Pendant ce temps, Sarko, grâce à ses prises de position, comprensera la perte des voix du centre en récupérant une partie des voix du FN.
L'objectif serait donc Bayrou et Sarkozy au second tour. Et dans ce cas, Bayrou, qui n'a pas la maîtrise de la parole politique comme Sarko, aura des difficultés au second tour, ce que n'aurait pas du tout eu Hollande.

Je pense que c'est ce que ces coûteux sondages, payés par nos deniers, mais secrets, lui ont dit. De son point de vue, faire des simulations pour savoir quel second tour lui servira, est ce qui semble la tactique la plus adaptée, même si au bout du compte, il a des chances infinitésimales.
Le problème, avec lui, c'est qu'il ne se rend pas trop compte qu'il jette des allumettes enflammées dans des tas de foin. Qu'il est prêt à mettre le feu sans avoir une seule idée des conséquences. Et qu'il pense que nous ne sommes tous que ses instruments, et non le contraire.

Car en démocratie, les peuples sont les acteurs, et les dirigeants, les instruments. Il va l'apprendre à ses dépens.
Une question à soumettre à référendum : après les élections, que fait on avec "ces messieurs" *, la Santé ou Cayenne ?
(* - Je ne cite pas la liste, elle serait trop longue, je n'ai pas mis les dames, mais on fera un effort de parité)
Il me semble qu'ils ont peur. Les multiples sondages élyséens leur indiquent l'étendue du désastre et ils veulent conserver le pouvoir. Or la peur est mauvaise conseillère d'où les nombreux dérapages comme des tentatives désespérées de remettre l'attelage dans la bonne direction,celle de la conservation du pouvoir.
Ce matin sur France inter,le nom du président a été répété des dizaines de fois,Cet excès a-t-il pu être observé pour ses prédécesseurs ?On est envahi,submergé,gavé.On ne peut y échapper qu'en éteignant le flux.On a bien entendu ? Il s'attaque à ceux qui ,jour après jour, perdent leur boulot avec un clin d'oeil à ceux qui les traitent de fainéants ?Il stigmatise les étrangers,comme le lui ont suggéré Buisson-Hortefeux-Guéant ?Il fait porter aux plus faibles,aux plus précarisés les conséquences de sa politique injuste et lamentable ?
Ces dérives s'ajoutent à toutes celles proférées depuis des mois et qui trouveront preneurs,c'est bien là le drame.Mais elles amplifient aussi la détestation de la plupart d'entre nous.Et puis on observe que l'élection de 2007 a peut-être été financée illégalement à travers la mise en examen de Woerth. Il faut s'attendre à une campagne outrancière et elle a commencé.
NON, pas vous DS, le grand DS décrypteur!!??

Vous aussi vous tombez dans le grand panneau du FN qui nous fait le coup des 500 signatures (suivi cette fois ci par Méluche.. Comme c'est bizarre ces extrêmes qui disent la même chose...!) à chaque élection présidentielle!

Et bientôt le suspens de savoir si oui ou non ils les ont, puis le reportage sur TF1 sur ces maires de petites communes avec délibération filmée qui ont donné leur signature au FN...

Enfin DS, vous la connaissez l'histoire! Tout le monde la connaît!!

Augmentez la dose de KF cho le matin vous dégeler les neurones, je vois que ça...
C'est qui la photo ?
L'explication est limpide comme le cristal.

La polémique de la semaine dernière a beau être de belle facture, avoir bien énervé tout le monde dans des proportions rarement atteintes depuis au moins l'affaire Woerth, elle commence à s’essouffler, donc il en fallait une nouvelle pour cette semaine.

Au sujet de la polémique de la semaine dernière il s'agit de pure communication, de même que la réaction des :@!!# ù*$@ qui ont traité Guéant de nazi en omettant d'exiger sa démission immédiate, ce qui équivaut à accepter de travailler avec un nazi. Malheureusement le public ne semble pas très informé de ces questions là et prend au sérieux ce qui se dit. Et aucun journaliste n'aurait l'idée de les détromper sinon ça se verrait que le "débat politique" est principalement de l'onanisme.

Donc la polémique énervante de cette semaine sera "pour ou contre les chômeurs" après "pour ou contre les nazis". Voila que ceux qui pensent qu'il y a matière à débattre n'hésitent pas à se lancer.

La semaine prochaine sur proposition de Daniel Schneidermann "pour ou contre les Roms et les gitans".
L'explication elle est simple : c'est un pauvre type, conseillé par des pauvres types, avec une équipe de pauvres types. Les Gueant, les Hortefeux, les Morano, les Lefebvre, les Sarkozy méritent non seulement de se prendre une tolle aux présidentielles, mais j’espère également qu'ils auront des comptes a rendre aux français tant aura été néfaste leur passage au pouvoir. Jamais je n'ai eu aussi honte de ce pays.

Vive la politique.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.