81
Commentaires

Rachel Khan, nouvelle figure médiatique de l'universalisme

Ancienne athlète de haut niveau, juriste et actrice, Rachel Khan est devenue l'une des figures de l'universalisme dans les médias. Dans son dernier essai, "Racée", paru en mars, elle pourfend "les postures victimaires" des "pseudo-antiracistes". Ses récentes sorties médiatiques lui ont valu des bisbilles avec le conseil d'administration de l'association qu'elle dirige. Et une lettre de soutien de la maire de Paris.

Commentaires préférés des abonnés

Merci de vous intéresser à l'émergence de cette figure médiatique. En vous lisant, j'y trouve la confirmation d'un sentiment diffus de malaise face à ce mélange de prose extrêmement vague, de concepts déformés (l’intersectionnalité qui serait "antisé(...)

Il reste encore des émissions où elle n'est pas encore allée ? Ce qui est dingue, c'est la pauvreté atterante de son propos. Soit elle n'a rien compris aux concepts qu'elle critique, soit elle s'en fout, et elle n'a pas tort, les femmes racisées dedo(...)

Approuvé 15 fois

«Vraiment un truc de bourgeois qui pense que régler les problèmes sociaux, c'est juste "se bouger le popotin»


On accuse souvent les «intersectionnel.les» de tout ramener à la race et d'oublier le  social. Mais je suis toujours sidéré de voir(...)

Derniers commentaires

C'est quand même confondant de méconnaissance du sujet, des concepts de socio qu'elle dénonce en ayant tout compris de travers ... Elle coche toutes les cases des arguments brandis contre les progressistes aujourd'hui.

     Dès le début, quand elle dit que le mot race n'est plus dans la constitution... Quelle incompétence... Elle est censée avoir bossé sur le sujet avant d'écrire son bouquin ? C'est vraiment n'importe quoi

Pour l'antisémitisme de cette gauche intersectionnelle, personnellement la première fois que je m'en suis rendu compte, c'est justement sur arrêt sur image, dans l'émission avec Yassine Belattar, quand il a mis les critiques de Marianne à son encontre par la connivence entre Marianne et le CRIF. C'est passé comme une lettre à la poste sur arrêt sur image, pas une réaction de Daniel Schneidermann à cette remarque. Et c'était la première fois que j'ai ressenti un malaise en regardant asi. 

Marrant, quand j'ai vu que asi s'intéressait à Rachel Khan, je savais que ce serait un article à charge. Et évidemment ça n'a pas loupé. Vous êtes trop prévisibles.

Belle alliance de  Russia TOday , The Grayzone , Glenn Greenwald ,  Jimmy Dore , Tucker Carlson s'en prenant à Ocasio Cortez sur la base d'une infaux .


Une excellente nouvelle qui, à ma connaissance, n'a pas été évoquée sur ce forum :

Le 4 avril, l'Observatoire de la Laïcité a été dissous, Bianco et Cadène remerciés.


Toujours se méfier des "personnalités" qui sont invitées sur tous les plateaux. Ils sont justes l'expression de la pensée dominante des "élites" qui nous dirigent... Le soutien d'Hidalgo, proche du Printemps Républicain, n'est pas étonnant.

Rachel Kahn est également interviewée pour Ernestmag, par David Medioni, autre ex d'Arrêt sur Images.

Présentation : Rachel Kahn est une artiste des mots. Elle publie "Racée", un livre fort et intense sur le langage et sur le fait de mal nommer les choses. Nous l'avons rencontrée pour parler d'universalisme, de Romain Gary, d'Edouard Glissant, de Brassens et de désir. Un moment fort. A ne pas rater.

Medioni, Daussy... @si "mène à tout, à condition d'en sortir".

Tout comme je déplore, depuis trop longtemps, l'emploi du terme "immigré" alors qu'il suffirait d'utiliser les mots "Français" et "étranger" pour modifier la vision des choses, je m'étonne de l'obstination à disqualifier le terme "race"! En effet, chez les animaux domestiques, l'utilisation de ce mot n'a aucune expression qualitative mais différencie des caractéristiques physiques, souvent évidentes. Chez les humains, le terme "racisé" n'a aucun sens puisqu'un Blanc EST racisé mais les différences de traitement des individus selon leur race a du sens, et s'appelle le RACISME. Mal nommer les choses n'est pas le seul problème des Byzantins...

Rachel Kahn s'entretient avec l'excellente Laure Daussy, dans le Charlie de cette semaine.

Avant d'être médiatisée, Rachel Kahn était essentiellement la cible des bas du front, majoritairement Blancs, qui considéraient que sa peau n'avait pas la bonne couleur.

S'ajoutent aujourd'hui à cette meute bavante, les indigénistes et autres racisé(e)s autoproclamé(e)s qui la qualifient de "négresse de maison", jugeant qu'elle a trahi sa race (!).

Les ignorer suppose une force de caractère et une intelligence hors du commun.

Cette femme est lumineuse.

"si Assa Traoré allait au Mali, je doute qu’elle pourrait se livrer à ce type de comportement " c'est un argument qui me rappelle ce que d'aucun disaient communistes : "va a Moscou tu vas voir". Un peu faible non ?

Serait il possible qu'elle cherche une place dans un gouvernement ? C'est marrant elle a toutes les critères ,.Incompetence ,Clivante , niveau culturel en raz motte , grain de peau +1 , Juive et noire  bingo ! C'est Darmanin de l'atlas qui va être jaloux ...

Entre les "victimaires", les "racialisés", les "antiracistes" , les "universalistes" (pardon à ceux que j'oublie), tous passionnés, engagés, militants... Ca me fait penser à la Gauche... sais pas pourquoi...

La journée s'achève en apothéose :

La "racée" jetée en pâture aux chiens de garde @siens.

La "racisée" invitée et promue dans l'émission de la semaine, pour les apaiser et faciliter leur digestion.

Vous omettez une information importante : Rachel Kahn fait partie du Bureau Exécutif de la LICRA.

"Marine Le Pen n'a jamais été aussi haute dans les sondages depuis qu'on donne la parole à ces gens-là". 


son universalisme ressemble beaucoup à  "fermez  vos gueule les métèques"


Racé-e  ou racisé-e


On voudrait  croire à une réflexion  épistémologique  sur les études intersectionnelles , et bim  ses assertions commencent toutes par SELON MOI , et JE CHOISIS DE redéfinir CE MOT parce que j’en ai marre des divisions, des frustré-e-s ...


Les études empiriques , théoriques , universitaires , collectives ? Le travail de réflexivité qui ne peut s’épargner une méthodologie en miroir de l'état des connaissance sur le sujet? 

 Que nenni , elle sourit à tout ça en regardant la caméra: "SELON MOI"....


Tout un symbole du sort réservé aux sciences humaines par la caste politique et journalistique.


Les sciences humaines sont maltraitées par les politiques de droite depuis longtemps , à gauche c’est Vals qui a donné le ton . Toute cette campagne de dénigrement n’a qu’un but foutre en l’air les universités des sciences humaines  et  les étudiants qui choisissent ces voies.


Ha merde elle est aussi actrice, 

J’espère qu’on va pas lui demandé de faire un livre sur les études de créations théâtrales et jeux de l’acteur ou sur la scénographie des  corps dans une création artistique , on risque de pas être déçu : 

« SELON MOI", "ça sert à diviser les acteurs et les sportifs , c’est pô bien" . Aux chiottes Pina bauch , Patrice Chéreau , Dada Masilo, Nelisiwe Xaba.


Bref , sa parole valorisée par les médias mainstream ou comment nous rendre tous , tous les jours un peu plus compétiteur , individualiste , ignorant et ignorant.


Misère intellectuelle du sommet , ils commencent à être sacrément nombreux à brasser le vent.


Les "universalistes" : nous sommes tous pareils, je ne voit pas les couleurs, blablabla ...


Les "universalistes" aussi : oh regardez ! Là ! Une noire qui dit la même chose que moi. Vous voyez bien que j'ai raison.

Il reste encore des émissions où elle n'est pas encore allée ? Ce qui est dingue, c'est la pauvreté atterante de son propos. Soit elle n'a rien compris aux concepts qu'elle critique, soit elle s'en fout, et elle n'a pas tort, les femmes racisées dedouanant la société de son racisme, les médias adorent, on avait eu Tania de Montaigne avant sur le même créneau.

Bon, j'ai frémis un instant, me demandant si "l'invitée" de l'article n'allait pas nous laisser entendre de par ses citations expressions publiques,  que le bleu et le blanc et le rouge du drapeau était tout droit issu de notre rapport à "la race" (pardon aux puristes universitaires, qu'il ne faut pas confondre avec les universalistes) 


Mais non. De l'énergie, une vision , tout tient et tient bien.

Merci de vous intéresser à l'émergence de cette figure médiatique. En vous lisant, j'y trouve la confirmation d'un sentiment diffus de malaise face à ce mélange de prose extrêmement vague, de concepts déformés (l’intersectionnalité qui serait "antisémite", franchement c'est dingue, quoi qu'on puisse penser du concept et de ses (més)usages), et face à la plasticité troublante entre la pugnacité de ses propos quand elle est seule ou célébrée par ceux qui pensent comme elle, et sa tendance à les nuancer sacrément quand elle a des contradicteurs solides en face, au point qu'ils en perdent toute originalité. C'est sûr que face aux rappels de Laure Adler, elle était un peu moins à son aise que sur Twitter avec ses petites piques convenues contre les réunions en non-mixité, qui faisaient se pâmer d'aise la sphère du Printemps Républicain. Dire que c'était casher en 1970 pour les question de genres, mais condamnable en 2021 pour les questions raciales, c'est quand même vraiment très pauvre et finalement très méprisant.


Un exemple me semble être le terme "racisé", qu'elle enferme dans un sens très particulier et très partial, ce qui est un comble quand on prétend révéler des mots "piégés". Le terme "racisé" me semble justement intéressant car il résume le fait que si, sur le plan génétique, biologique (je suis biologiste) les "races" humaines n'ont aucun sens, il y a une expérience sociale de la race : des gens se font constamment renvoyer leur couleur de peau à la figure. Racisé dit bien cela : on subit les conséquences sociales de préjugés raciaux qui sont dans les yeux des autres. Vouloir ne retenir du mot "racisé" que la volonté de se différencier, se singulariser, surtout pour le remplace par "racé" (misère...) me semble d'une absolue mauvaise foi, ou au mieux d'une volonté irénique de ne pas travailler le dossier, de vouloir très naivement que le monde soit, avec un peu de bonne volonté, un peu plus fraternel. Personne n'est contre ça !  Mais vu les rapports de force et de classe dans la société, en rester là, à l'invocation incantatoire de la fraternité, de la laïcité, de la république, c'est franchement faible, assez paresseux et du coup un peu insultant. Vraiment un truc de bourgeois qui pense que régler les problèmes sociaux, c'est juste "se bouger le popotin". Ben non. 

Khan/Diallo deux femmes racées racisées, à moins que ce ne ne soit l'inverse.

Elle a fait une tribune avec Fourest.....

Khan parle comme Levy, mais elle est nettement moins drôle.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.