Rachel Khan, nouvelle figure médiatique de l'universalisme
article

Rachel Khan, nouvelle figure médiatique de l'universalisme

Réservé à nos abonné.e.s
Ancienne athlète de haut niveau, juriste et actrice, Rachel Khan est devenue l'une des figures de l'universalisme dans les médias. Dans son dernier essai, "Racée", paru en mars, elle pourfend "les postures victimaires" des "pseudo-antiracistes". Ses récentes sorties médiatiques lui ont valu des bisbilles avec le conseil d'administration de l'association qu'elle dirige. Et une lettre de soutien de la maire de Paris.

En quête de concept pour se définir, Rachel Khan a trouvé le terme de "racée". L'adjectif, comme elle le rappelle en introduction de son essai (Racée, Éditions de l'observatoire, mars 2021) a deux sens en français : est racé celui qui a des qualités exacerbées propres à sa race ; est racée la personne qui fait montre d'une élégance et d'une distinction certaines. Khan y rajoute un troisième sens : "Je suis racée parce que je porte en moi plusieurs racines que certains prennent pour des races. Telle un Arlequin coloré ou une barbe à papa sucrée, c’est par un excès de races que je suis racée", écrit-elle au début de son ouvrage. 

Née à Tours en 1976, Rachel Khan a un père gambien et une mère d'origine juive polonaise. Elle assume avoir de...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.